NATO – Logo – Summit – Vilnius – 2023

La pression monte pour qu’une déclaration officielle sur l’adhésion de l’Ukraine soit faite lors des réunions qui se tiendront à Vilnius le mois prochain.

Un article paru mercredi dans le New York Times prétend que la pression monte sur Joe Biden pour qu’il annonce un calendrier pour l’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN lors du sommet de Vilnius le mois prochain.

Biden serait “isolé” parmi les alliés de l’OTAN dans sa réticence à le faire, même si cette affirmation est contredite par le dernier paragraphe de l’article (celui que Noam Chomsky a dit un jour qu’il fallait lire en premier), qui reconnaît que “d’autres soutiennent plus discrètement” que l’adhésion à l’OTAN “pourrait inciter davantage M. Poutine à poursuivre la guerre, ou à l’intensifier”.

En effet, Moscou ayant déjà déclaré que l’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN était totalement inacceptable et constituait une menace existentielle – dont la prévention est l’un de ses principaux objectifs de guerre – une déclaration de Vilnius selon laquelle l’Ukraine rejoindra l’OTAN à la fin de la guerre garantira en fait que la guerre se poursuivra éternellement. En outre, cette déclaration ferait disparaître de la table le principal argument de négociation de l’Occident pour parvenir à la paix, à savoir la neutralité de l’Ukraine.

Il est clair que les “pressions” exercées sur M. Biden proviennent de M. Zelensky et de certains pays de l’Est de l’OTAN, en particulier la Pologne et les États baltes. M. Zelensky a déclaré il y a deux semaines que l’Ukraine ne participerait même pas au sommet de Vilnius si elle ne recevait pas un signal ferme quant à son éventuelle adhésion. L’ancien secrétaire général de l’OTAN, Anders Rasmussen, aujourd’hui consultant auprès de M. Zelensky, a même menacé que “si l’OTAN ne parvient pas à se mettre d’accord sur une voie claire pour l’Ukraine, il est tout à fait possible que certains pays prennent des mesures à titre individuel”. En particulier, “les Polonais envisageraient sérieusement d’intervenir”, ce qui déclencherait une guerre directe entre l’OTAN et la Russie.

L’article du NYT laisse entendre que le secrétaire général actuel, Jens Stoltenberg, est d’accord avec les partisans de la ligne dure sur la nécessité d’un calendrier concret pour l’admission de l’Ukraine au sein de l’OTAN, mais il n’a fait aucune promesse en ce sens lors de son discours conjoint avec le président Biden mardi. Mercredi, M. Stoltenberg et l’OTAN ont clairement indiqué qu’aucun calendrier spécifique pour l’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN ne serait à l’ordre du jour de la réunion de Vilnius. Il a réitéré ses commentaires d’avril selon lesquels “l’avenir de l’Ukraine est dans l’OTAN” et a déclaré que les États membres se mettraient d’accord sur un “programme pluriannuel” pour aider l’Ukraine à “devenir pleinement interopérable avec l’OTAN”, mais n’a pas voulu s’engager sur quoi que ce soit de plus précis.

Apparemment, ce sont Zelensky et ses alliés le long de la frontière russe qui sont “isolés”, et non le président Biden.

Quelles que soient les opinions personnelles de Stoltenberg, il sait que l’OTAN est divisée sur la question de l’admission de l’Ukraine dans un avenir proche. Même le NYT cite trois pays – l’Allemagne, la Hongrie et la Turquie – dont les dirigeants s’opposeraient catégoriquement à une adhésion à une date précise. De nombreux autres dirigeants ont exprimé en privé leur inquiétude et M. Biden, à sa décharge, semble être l’un d’entre eux.

Quelles que soient les opinions personnelles de Stoltenberg, il sait que l’OTAN est divisée sur la question de l’admission de l’Ukraine dans un avenir proche. Même le NYT cite trois pays – l’Allemagne, la Hongrie et la Turquie – dont les dirigeants s’opposeraient catégoriquement à une adhésion à une date précise. De nombreux autres dirigeants ont exprimé en privé leur inquiétude, et Biden, à sa décharge, semble être l’un d’entre eux.

Bien que son comportement et sa rhétorique aient été globalement faucons (et je continue à affirmer qu’il aurait pu éviter cette guerre en faisant preuve d’une meilleure diplomatie dans les mois qui l’ont précédée), Biden a été admirablement cohérent dans son désir de ne pas plonger l’Amérique dans une guerre directe avec la Russie. Les menaces de Rasmussen soulignent la facilité avec laquelle une guerre par procuration peut se transformer en guerre réelle dans une alliance où tous les membres s’engagent à prendre la défense militaire de l’un d’entre eux. Le peuple américain pourrait commencer à s’interroger sur le bien-fondé de nouvelles garanties au titre de l’article 5 si des étrangers comme Rasmussen peuvent utiliser les garanties existantes pour faire chanter les États-Unis et les pousser à agir de manière imprudente.

Les queues polonaises ou ukrainiennes ne doivent pas entraîner les chiens américains dans la troisième guerre mondiale.

À défaut de donner à l’Ukraine les garanties de sécurité qu’offre l’adhésion à l’OTAN, certains membres du cercle de politique étrangère de Joe Biden, comme le secrétaire d’État Antony Blinken, défendent une idée différente, qui consiste à donner le “statut d’Israël” à l’Ukraine. Ce statut consiste en des garanties de sécurité à long terme (qui s’étendent sur des intervalles de dix ans dans le cas d’Israël) comprenant des armes, des munitions et de l’argent “non soumis au sort de la contre-offensive en cours ou au calendrier électoral”. En d’autres termes, l’Amérique ne réévaluera pas son soutien même si la contre-offensive échoue. En effet, le soutien ne cessera pas même si ces satanés électeurs changent d’avis. La guerre de Biden pour la démocratie est trop importante pour être soumise à des élections.

Toutefois, certains observateurs pourraient y voir un appât et un échange classiques. L’année dernière, après que l’Ukraine a repris des terres autour de Kharkiv et de Kherson, le peuple américain a reçu l’assurance que les Ukrainiens termineraient le travail au printemps et à l’été 2023. Cette nouvelle contre-offensive ukrainienne permettrait de réduire les gains territoriaux russes, voire de menacer l’emprise russe sur la Crimée, ce qui pousserait Moscou à la table des négociations et mettrait fin à la guerre. C’est sur cette base que de nombreux Américains ont soutenu les crédits de plus de 100 milliards de dollars alloués à l’Ukraine. La promesse implicite était qu’il s’agissait d’une dépense ponctuelle, et non d’une base de référence pour des crédits annuels dans le cadre d’une nouvelle guerre éternelle.

David Sacks, 16 Juin 2023

Source : Responsible Statecraft

Traduction Arrêt sur info