La Garde nationale ukrainienne affirme que l’année dernière, l’armée britannique a accepté de commencer à former ses forces, qui comprennent une unité néo-nazie de mille hommes, rapporte Matt Kennard. Le ministère britannique de la Défense conteste cette affirmation.

Par Matt Kennard

Declassified U.K.

Publié le 15 février 2022 sur Consortiumnews


  • Des photos d’une réunion à Kiev l’année dernière – que le personnel britannique pensait être privée – ont été postées par la Garde nationale ukrainienne (NGU)

  • Le ministère britannique de la Défense déclare à Declassified qu’il n’a pas l’intention de former la NGU et que le commandant britannique a été mal cité.
  • Mais l’armée britannique est engagée auprès de la NGU et est consciente des  » particularités de [ses] opérations de combat « .
  • Un membre apparent d’un autre groupe d’extrême droite ukrainien a été formé à Sandhurst en 2020.

Les détails et les photos de la réunion dans la capitale, Kiev, ont été publiés en ukrainien sur le site Web de la Garde nationale ukrainienne (NGU) l’année dernière.

Selon Declassified, le ministère britannique de la Défense (MoD) estimait que la réunion de septembre 2021 était privée et n’aurait pas dû être rendue publique. Il n’y a aucune mention de cette réunion dans les documents britanniques accessibles au public.

Trois commandants britanniques de l’opération Orbital – la mission de formation de l’armée britannique en Ukraine – sont photographiés, aux côtés de trois officiers de l’UNG. Ils sont assis autour d’une table et prennent des notes.

Le ministère de la Défense a refusé de donner à Declassified les noms des membres du personnel britannique qui ont participé à la réunion, invoquant des questions de sécurité opérationnelle et personnelle.

Cependant, le rapport de la NGU nomme le lieutenant-colonel Andy Cox, commandant adjoint d’Orbital, tandis que deux autres officiers britanniques sont photographiés, l’un avec son badge bien en évidence.

Orbital, qui a été lancé en 2015, n’a jusqu’à présent formé que les forces armées régulières de l’Ukraine. L’étendre à la Garde nationale serait controversé en raison des sensibilités autour des sympathies d’extrême droite de certaines de ses unités.

La NGU a été formée en 2014 pour intégrer un ensemble de bataillons paramilitaires et de volontaires qui combattaient les séparatistes pro-russes dans l’est de l’Ukraine. Parmi eux, une unité néo-nazie, le bataillon Azov, qui compterait un millier de soldats.

Aujourd’hui régiment officiel de l’UNG – et donc du ministère ukrainien de l’Intérieur – les combattants d’Azov ont été photographiés dans l’est de l’Ukraine avec des insignes nazis tels que des croix gammées et des signes  SS sur leurs casques.

Le fondateur du bataillon a déclaré que l’Ukraine devait « mener les races blanches du monde dans une croisade finale… contre les Untermenschen [sous-hommes] dirigés par des sémites ».

Développer les capacités de combat

Le rapport de la NGU cite le Lt Col Cox qui promet que « l’armée britannique est prête à impliquer des représentants de la Garde nationale ukrainienne dans les activités de formation menées aujourd’hui pour les unités des forces armées ukrainiennes afin de développer leurs capacités de combat. »

Cox ajoute : « Nous envisageons actuellement une formation avec la Garde nationale d’Ukraine sur les opérations de défense et le travail des officiers d’état-major. »

Il poursuit : « Nous commencerons ce travail par l’inclusion de représentants de la NGU dans les activités de formation qui sont déjà menées par des instructeurs britanniques dans certaines unités des forces armées d’Ukraine. »

Mais le MoD a déclaré à Declassified qu’il n’avait pas l’intention de commencer à former les NGU et que Cox avait été mal cité, probablement en raison d’une erreur de traduction.

Un porte-parole du MoD a déclaré à Declassified :

« Le Royaume-Uni ne mène pas d’entraînement avec la Garde nationale d’Ukraine. Cette réunion était un engagement de routine entre le personnel déployé sur l’opération Orbital et une organisation gouvernementale en Ukraine pour améliorer la compréhension mutuelle. »

Particularités des opérations de combat

La réunion de septembre, cependant, semble être un engagement important entre l’armée britannique et la NGU.

Le rapport note que les commandants britanniques se sont « familiarisés avec l’histoire de la création, les tâches et la structure de la Garde nationale d’Ukraine », « les particularités des opérations de combat des unités de la NGU » ainsi que son « rôle et sa place dans le secteur de la sécurité et de la défense de l’État. »

Le compte rendu de la réunion de la NGU était intitulé : « La Garde nationale d’Ukraine va approfondir la coopération militaire avec les forces armées du Royaume-Uni. » Il ajoutait : « L’objectif de la réunion était de discuter de l’expansion de la coopération militaire future. »

D’autres armées de l’OTAN coopèrent avec la NGU. Près de 2 000 combattants de la NGU ont été formés par l’armée canadienne dans le cadre de sa mission Operation Unifier qui a débuté en 2015.

Mais cette opération s’est avérée controversée. En juin 2018, des militaires canadiens ont été informés par des dirigeants du régiment Azov et ont été photographiés avec ses responsables, malgré les avertissements concernant l’idéologie nazie de l’unité.

Azov a ensuite publié les photos sur les médias sociaux, ajoutant que la délégation canadienne avait exprimé « l’espoir de poursuivre une coopération fructueuse. » Des documents internes canadiens, publiés par la suite, montrent que le gouvernement craignait que la réunion soit exposée dans les médias.

Lors de la réunion de septembre 2021, le colonel Serhiy Maltsev, responsable de la coopération internationale pour le NGU, a déclaré aux commandants britanniques : « La contribution apportée par l’armée canadienne au renforcement des capacités des Gardes est difficile à surestimer. »

Il a ajouté : « Nos réalisations conjointes avec nos homologues canadiens peuvent servir d’exemple pour la future coopération de l’UNG avec l’opération Orbital [du Royaume-Uni]. »

Les vrais patriotes de l’Ukraine


Oleh Odnoroshenko, à gauche, officier de relations publiques du régiment de police spéciale Azov, avec des volontaires dans la rue à Kiev, 2014. (News24, CC BY 3.0, Wikimedia Commons)

Quatre mois avant la réunion avec les commandants britanniques, le même site Internet de la NGU a publié une déclaration pour marquer les sept ans du régiment Azov. Intitulé « Sept ans de victoire », il se répandait en éloges extravagants sur l’unité néonazie.

« Au début du mois de mai 2014, les « hommes noirs » sont arrivés à Berdyansk », note-t-il, en faisant référence à la ville portuaire située sur la côte nord de la mer d’Azov. « Il s’agissait de véritables patriotes de l’Ukraine, qui se sont rassemblés ici depuis tout le pays et se sont mobilisés pour repousser les occupants qui empiétaient sur la souveraineté ukrainienne. »

« La nouvelle unité de volontaires a été formée par des hommes bienveillants », poursuit le texte, ajoutant : « Les Azov ont survécu, endurcis par des batailles féroces. » Il conclut : « Aujourd’hui, Azov est l’une des unités les plus compétentes de l’armée ukrainienne, dont les combattants ont des compétences professionnelles au plus haut niveau, disposent des armes et des équipements les plus récents et ont la même soif de victoire qu’il y a sept ans. »

Mais l’UNG ukrainienne n’est pas la seule à être liée à l’extrémisme d’extrême droite.

En 2015, Dmytro Yarosh, alors chef du parti d’extrême droite Secteur droit, a été nommé conseiller militaire du colonel général Viktor Muzhenko, alors chef d’état-major général de l’Ukraine.

Yarosh est le commandant de la branche paramilitaire de Secteur droit, l’Armée des volontaires ukrainiens, qui n’est jamais passée sous le contrôle du gouvernement.

Mais en 2017, le Kiev Post a rapporté qu' »environ 130 anciens combattants du Secteur droit sont désormais des soldats sous contrat dans l’armée ukrainienne proprement dite. »

En novembre, Yarosh a indiqué qu’il avait été nommé conseiller de Valery Zaluzhny, commandant en chef des forces armées ukrainiennes.

M. Yarosh se dit lui-même un disciple de Stepan Bandera, un nationaliste ukrainien militant et collaborateur des nazis pendant la Seconde Guerre mondiale.

Le général de division Valeriy Zaluzhny à droite, le 10 décembre 2019. (Ministère de la défense de l’Ukraine, CC BY 4.0,Wikimedia Commons)

Lorsque les nazis ont envahi l’U.R.S.S. en juin 1941, les partisans de Bandera ont assassiné en quelques jours 4 000 Juifs à Lviv, une ville de l’ouest de l’Ukraine, en utilisant des armes allant des fusils aux poteaux métalliques. On estime que jusqu’à 1,6 million de Juifs ukrainiens ont été tués pendant l’Holocauste.

L’année dernière, un rapport de l’Institut d’études européennes, russes et eurasiennes de l’université George Washington a révélé qu’un autre groupe d’extrême droite, Centuria, se vantait que ses membres étaient actuellement officiers dans l’armée ukrainienne.

Le rapport indique qu’ils « ont réussi à établir une coopération avec des collègues étrangers de pays tels que la France, le Royaume-Uni, le Canada, les États-Unis, l’Allemagne et la Pologne ». Le rapport a révélé qu’un membre apparent de Centuria avait reçu une formation d’officier de 11 mois au centre de formation militaire d’élite britannique Sandhurst, et qu’il obtiendrait son diplôme en 2020.

L’opération britannique Orbital a jusqu’à présent formé 22 000 membres des forces armées ukrainiennes. En 2020, cette formation a été élargie « pour intégrer un renforcement des capacités maritimes et aériennes plus large, axé sur les opérations et les capacités. »

Matt Kennard

Matt Kennard est enquêteur en chef à Declassified U.K.. Il a été membre puis directeur du Centre for Investigative Journalism à Londres. Suivez-le sur Twitter @kennardmatt

Cet article est tiré de Declassified U.K.

Source: https://consortiumnews.com/2022/02/15/uk-denies-it-agreed-to-train-neo-nazi-linked-ukraine-unit/

(Traduction: Olivia/Arrêt sur info)

Imprimer