Hunter Biden


Garland évite les questions sur l’existence d’un avocat spécial dans le scandale Hunter Biden, malgré de nouvelles preuves liées au président Biden.


Par Jonathan Turley – 27 avril 2022

Le procureur général Merrick Garland a continué à refuser de répondre aux questions concernant son refus de nommer un conseiller spécial dans l’enquête sur Hunter Biden, malgré de nouvelles preuves liant le président Joe Biden aux transactions commerciales controversées. Le New York Post rapporte que le président Biden a accepté de couvrir plus de 800 000 dollars de factures de Hunter, y compris les frais juridiques liés aux transactions à l’étranger. Bien que le démenti du président Biden quant à sa connaissance des transactions de Hunter ait été contredit à plusieurs reprises (y compris par Hunter lui-même), l’attachée de presse de la Maison Blanche, Jen Psaki, a déclaré que le président Biden s’en tenait à ses démentis. Toutefois, elle a refusé d’expliquer les nouvelles informations montrant qu’un partenaire commercial clé dans ces transactions s’est rendu à la Maison Blanche plus d’une douzaine de fois, dont au moins une rencontre avec le vice-président de l’époque, M. Biden.

Le New York Post montre que le 17 janvier 2019, Katie Dodge, alors assistante personnelle de Hunter Biden, a dit à la comptable Linda Shapero que Joe Biden couvrait les frais juridiques. L’email indique “J’ai parlé avec Hunter aujourd’hui au sujet de ses factures. J’ai cru comprendre que le père de Hunt couvrirait ces factures à court terme pendant la transition de Hunter dans sa carrière.”

Ce qui pourrait être encore plus dommageable, c’est la nouvelle révélation que le partenaire commercial de Hunter Biden, Eric Schwerin, a fait au moins 19 visites à la Maison Blanche et à d’autres lieux officiels entre 2009 et 2015. Schwerin était le président de Rosemont Seneca, l’une des principales entreprises impliquées dans les systèmes présumés de trafic d’influence.

Nous avons précédemment discuté des différentes références au Président dans ces emails. En effet, il est impossible d’examiner ces allégations de trafic d’influence sans tomber à plusieurs reprises sur des références au Président.

En tant que vice-président, Joe Biden s’est rendu en Chine sur Air Force Two avec Hunter Biden, qui a fait en sorte que son père rencontre certains de ses intérêts commerciaux. L’intérêt financier de Hunter Biden dans une société d’investissement soutenue par la Chine, BHR Partners, a été enregistré quelques semaines après ce voyage de 2013.

Il existe des courriels de clients ukrainiens et d’autres clients étrangers remerciant Hunter Biden d’avoir organisé des rencontres avec son père. Il existe des photos de dîners et de réunions qui lient le président Biden à ces personnalités, notamment un dîner de 2015 avec un groupe de clients russes et kazakhs de Hunter Biden.

On a apparemment dit aux gens d’éviter de faire directement référence au président Biden. Dans un courriel, Tony Bobulinski, alors partenaire commercial de Hunter, a reçu l’ordre de James Gilliar, associé de Biden, de ne pas parler du lien entre l’ancienne veep et les transactions : “Ne mentionnez pas que Joe est impliqué, c’est seulement quand vous êtes face à face, je sais que vous le savez, mais ils sont paranoïaques”.

Au lieu de cela, les e-mails font apparemment référence au président Biden avec des noms de code tels que “Celtic” ou “the big guy”. Dans l’un d’entre eux, il est question du fait que “le grand manitou” pourrait bénéficier d’une réduction de 10 % sur un marché conclu avec une entreprise énergétique chinoise ; d’autres e-mails font référence au fait que Hunter Biden paie une partie des dépenses et des impôts de son père.

Il y avait d’autres liens, comme un bureau aménagé pour Joe Biden par les Chinois, une lettre de recommandation écrite par Joe Biden pour l’enfant d’un personnage chinois clé et des dépenses payées sur des comptes communs.

Le président Biden a longtemps insisté sur le fait que son fils n’avait “rien fait de mal”. C’est manifestement faux. On peut discuter de la question de savoir si Hunter a commis un quelconque crime, mais rares sont ceux qui diront qu’il n’y a rien de mal à un trafic d’influence brut de plusieurs millions avec des entités étrangères. Le public a une raison légitime de savoir si le président ou sa famille ont mené une opération de trafic d’influence valant des millions.

Compte tenu de ces preuves croissantes, la position de l’Attorney General Garland est passée de douteuse à ridicule en éludant la question de la nomination d’un avocat spécial. Il continue de refuser de reconnaître ces conflits avec le Président. Lors d’une audition hier, Garland a encore refusé d’aborder la question, même en discutant de ce qu’il faudrait pour justifier la nomination d’un conseiller spécial. Il n’y a aucune raison pour qu’il ne puisse pas répondre à de telles questions juridiques sans entrer dans les preuves produites au Delaware.

La réglementation fédérale autorise la nomination d’un conseiller spécial lorsque cela est dans l’intérêt du public et qu’une “enquête ou des poursuites à l’encontre de cette personne ou de cette affaire par un bureau du procureur des États-Unis ou une division du ministère de la Justice chargée des litiges présenteraient un conflit d’intérêts pour le ministère ou d’autres circonstances extraordinaires”.

Il est difficile d’imaginer un argument plus fort en faveur de la nomination d’un avocat spécial.

Jonathan Turley

Article publié initialement sur JonathanTurley.org

Traduction Arrêt sur info