Shell estime que cette mesure pourrait aggraver la crise énergétique actuelle.

Le PDG du grand groupe énergétique Shell, Ben van Beurden, a émis des doutes quant au projet du Groupe des sept (G7) nations développées d’imposer un plafonnement du prix du pétrole russe afin de limiter les revenus que Moscou tire de ses ventes.

« Vous pouvez déjà voir toutes les failles », a-t-il déclaré à Bloomberg mercredi, notant que le système ne fonctionnerait que s’il y avait une large participation au-delà de l’Europe et des États-Unis.

Dans le cas contraire, « vous continuerez à voir ce qui se passe actuellement, c’est-à-dire que le brut russe ira dans des pays qui sont parfaitement en mesure de continuer à acheter de l’Oural [le principal brut d’exportation russe], par exemple« , a-t-il expliqué.

Selon M. Van Beurden, le monde se dirige vers une « période de turbulence », car le resserrement de l’offre de gaz naturel liquéfié et de pétrole exacerbe la pénurie énergétique mondiale.

Le PDG de Shell a expliqué qu’il serait difficile de remplacer les grandes quantités de pétrole et de gaz russes qui continuent d’affluer en Europe. « Il y aura davantage d’approvisionnement en GNL en Europe, mais y aura-t-il beaucoup d’approvisionnement supplémentaire en GNL pour combler le vide ? Je ne le pense pas« , a déclaré M. Van Beurden.

Il a également souligné que la capacité de réserve de l’OPEP était inférieure à ce que la plupart des gens croyaient ou espéraient, ajoutant : « Nous serons confrontés à des marchés tendus à moins que la demande ne chute de manière très significative. »

LIRE PLUS : L’alliance anti-Russie explore les options pétrolières

Cette semaine, les économies du G7 auraient accepté d’explorer la faisabilité d’un plafonnement des prix des exportations de pétrole russe.

L’idée a été lancée par la secrétaire américaine au Trésor, Janet Yellen, au début de l’année, puis reprise par le G7, qui envisage la possibilité d’un embargo sur le transport maritime du pétrole brut russe, à moins qu’il ne soit acheté à un prix inférieur ou égal à un prix à convenir avec les partenaires internationaux.

Source: https://www.rt.com/business/558126-skepticism-russian-oil-price-cap/

*****

Lire aussi:

L’Allemagne saisit des méthaniers russes

L’opérateur maritime Dynagas LNG indique que les autorités ont repris les chartes des navires.

L’Allemagne a pris le contrôle de trois transporteurs de gaz naturel liquéfié (GNL) appartenant au grand groupe énergétique russe Gazprom, a rapporté jeudi le journal britannique Telegraph en citant l’opérateur maritime Dynagas LNG.

Gazprom n’a pas confirmé la saisie au moment de la rédaction de cet article.

Selon le rapport, l’entreprise a déclaré que le gouvernement allemand a confisqué les chartes de ses trois méthaniers qui étaient auparavant fixées à la filiale allemande de Gazprom, Gazprom Germania.

Deux des trois navires, l’Amur River et l’Ob River, avaient été précédemment affrétés à Gazprom Germania jusqu’en 2028. Le contrat pour le troisième pétrolier, le Clean Energy, était valable jusqu’en 2026. Tous les trois sont désormais effectivement sous le contrôle du gouvernement allemand pour « une période indéfinie », a déclaré Dynagas, dont le siège est à Monaco.

Gazprom Germania, qui exploitait certaines des plus grandes installations de stockage de gaz naturel d’Allemagne, a été reprise par Berlin il y a plusieurs semaines dans le cadre des sanctions imposées à la Russie en raison de l’Ukraine. En réponse, Gazprom a cessé de fournir du gaz à l’entreprise, ce qui a entraîné des problèmes de liquidités et mis en péril le travail des principaux détaillants de gaz en Allemagne et au Royaume-Uni, qui travaillent avec l’unité.

Le régulateur allemand de l’énergie est intervenu et a repris la société pour la protéger de l’insolvabilité, la rebaptisant Securing Energy for Europe. À la mi-juin, on a appris que Berlin allait accorder à l’entreprise un prêt de 10 milliards d’euros (10,4 milliards de dollars) pour l’aider à se maintenir à flot.

Traduction: Arretsurinfo.ch

Source: https://www.rt.com/business/558116-germany-seizes-russian-lng-tankers/

Imprimer