Colonie de Beitar Illit en Cisjordanie, construite sur les terres appartenant au village palestinien de Wadi Fukin. Elles  expriment dans leur laideur toute la violence faite aux Palestiniens. Photo Activestills


Par Gideon Levy

Paru le 8/1/2022 sur Haaretz sous le titre ‘Subhuman’ Is Harsh, but How Else Would You Call Settlers’ Crimes? 


Ils sont le rebut de la société. Quiconque enlève un adolescent palestinien, le maltraite pendant des heures, le bat et lui donne des coups de pied, l’attache sous le capot de la voiture pour finalement le pendre à un arbre et lui brûler la plante des pieds avec un briquet est un sous-homme. Comment est-il possible de dire le contraire ?

Celui qui expulse les propriétaires légaux des terres qu’il a volées en menaçant de les abattre, détruit leurs pierres tombales, réduit leurs récoltes en poussière, vandalise leurs voitures et brûle leurs champs est un sous-homme. Et quoi encore ?

Quiconque attaque des bergers âgés avec des bâtons et des pierres est un sous-homme. Quiconque coupe des milliers d’oliviers chaque année est un sous-homme. Les nazis utilisaient ce terme ? Eh bien, ils appelaient aussi les tomates « tomates », et pourtant nous sommes toujours autorisés à utiliser ce mot.

« Sous-homme » est un mot dur, mais il n’est pas rare. Il y a tout juste sept ans, le chroniqueur du Haaretz Yossi Verter l’a utilisé pour décrire les partisans de Benjamin Netanyahu, alors Premier ministre. À leur sujet, d’ailleurs, il est permis de dire n’importe quoi.

Mais le tollé provoqué par les colons et leurs complices par l’utilisation de ce terme par Yair Golan a également un sous-texte délibéré qui ne doit pas être négligé. Si « sous-homme » est une expression nazie utilisée contre les Juifs pendant l’Holocauste, alors lorsque quelqu’un l’utilise contre les colons, ils deviennent instantanément les victimes involontaires d’un autre Holocauste. Et s’ils sont des victimes, alors bien sûr ils sont autorisés à faire n’importe quoi – abuser, voler et brûler.

Une fois de plus, les agresseurs sont devenus les victimes, cette fois parce qu’un sous-ministre a dit quelque chose de méchant à leur sujet. Il s’agit d’un nouveau pas en avant pour améliorer leur image. D’abord, ils étaient des pionniers, maintenant, ils sont aussi des victimes. C’est déchirant de voir à quel point ils sont sensibles à ce que les autres disent d’eux.

Ce qui est tout aussi déchirant, c’est la façon dont les membres du bloc de centre-gauche ont pris leurs distances par rapport à la déclaration de M. Golan, comme s’ils fuyaient un incendie. Ce n’est pas bien de parler comme ça, Yair. Le bloc qui est resté silencieux face aux saccages des juifs qui squattent la colonie évacuée de Homesh n’a repris vie que lorsqu’un de ses propres membres s’est mis en colère comme l’ensemble du bloc aurait dû le faire et les a appelés publiquement ce qu’ils méritent d’être appelés.

La professeure hypocrite du parti travailliste, la député Efrat Rayten, a exigé que Golan s’excuse. « De tels commentaires sont hors de propos », a-t-elle déclaré avec pédagogie. Pourquoi sont-ils hors sujet ? En fait, ils sont entièrement justifiés, et même plus.

Le ministre de la culture a déclaré, de manière incroyable, que les squatteurs de Homesh sont des « Israéliens ayant une opinion différente » – tout comme le caïd du crime organisé Yitzhak Abergil est un « Israélien ayant une opinion différente ». Le ministre de la défense a déclaré que ce sont des « personnes morales qui aiment la terre et l’État. »

Les colons de Homesh sont donc déjà devenus des personnes morales, ou du moins des citoyens aux opinions différentes. Qui a besoin de la droite quand nous avons un centre-gauche comme celui-là ? Les colons peuvent compter sur cette gauche, encore plus que sur la droite, pour s’abstenir de leur faire du mal et toujours blanchir leurs actions.

La culture politique qui s’est enracinée en Israël n’est pas moins consternante : le commentaire d’un seul individu est source de scandale, si bien que les scandales se succèdent, chacun ayant à peu près la durée de vie d’un papillon – un jour ou deux – et disparaissant aussi vite qu’il a éclaté, jusqu’à ce qu’un nouveau prenne sa place.

Ces scandales tournent généralement autour de quelqu’un qui a dit quelque chose. Ou plus précisément, quelqu’un d’insignifiant qui a dit quelque chose d’insignifiant. Et ils sont destinés non seulement à enflammer le public, mais aussi à détourner son attention.

Lorsqu’Israël s’agite autour d’un seul mot prononcé par un vice-ministre, il élude le problème principal. Golan a dit « sous-homme », et une minute plus tard, il y avait un consensus sur Homesh. Au lieu de parler des crimes de ses résidents, les gens parlent du Golan.

Parler des crimes serait diviseur, alors que dénoncer le Golan est unificateur. Et qu’est-ce que nous désirons plus que des mots unificateurs qui nous rassemblent et blanchissent tout ?

Le résultat est déprimant. Une description furieuse mais précise des colons est un crime qui déclenchera une tempête publique. En revanche, les crimes quotidiens des colons sont tout au plus une performance d’Israéliens ayant un point de vue légèrement différent.

À partir de maintenant, ils diront « Homesh, maintenant et pour toujours », et il en va de même pour l’avant-poste d’Evyatar. Après tout, ce ne sont que des communautés d’Israéliens aux opinions légèrement différentes. Et peut-être même pas ça.

Gideon Levy 

Source:https://www.haaretz.com/opinion/.premium-subhuman-is-harsh-but-how-else-would-you-call-settlers-crimes

Traduction Olinda/Arrêt sur info

Imprimer