Bombardements massifs sur la population de Bagdad en 2003. Une guerre justifiée par des mensonges éhontés


Aujourd’hui, l’Iran est diabolisé comme une menace intolérable pour l’ordre mondial occidental. Mais il n’en a pas toujours été ainsi, écrit Alastair Crooke.

Alastair Crooke – 23 mai 2022

L’échafaudage structurel a été mis en place au début des années 1990. Mais cette structure a été érigée sur de fausses prémisses et des idées fausses et paresseuses. Ses défauts ont toutefois été masqués pendant près de deux décennies ; mais aujourd’hui, les changements intervenus dans le paradigme régional global signifient que l’échafaudage est en train de s’inverser : il ne contient plus les conflits latents, mais nous dirige tout droit vers eux.

Pour comprendre la double hélice qui se trouve au centre du Moyen-Orient et qui nous attire dans son gouffre tourbillonnant, nous devons d’abord nous pencher sur la structure de la relation d’Israël avec l’Iran et les Palestiniens, et voir comment elle nous a enfermés dans une dynamique qui, en l’état actuel des choses, menace de briser les chaînes qui maintiennent l’endiguement en place.

Aujourd’hui, l’Iran est diabolisé comme une menace intolérable pour l’ordre mondial occidental. Mais il n’en a pas toujours été ainsi.

« Nous avions des relations très profondes avec l’Iran, profondément ancrées dans le tissu des deux peuples », a déclaré un haut fonctionnaire du ministère israélien des affaires étrangères juste après la révolution iranienne de 1979. Les responsables israéliens (et américains) considéraient alors comme une pure folie de considérer l’Iran comme autre chose qu’un interlocuteur naturel.

Ce sentiment d’affinité étroite a persisté bien au-delà de la révolution iranienne. Il ne s’agissait pas seulement de remords pour le défunt Shah. Des sentiments d’affinité imaginaire ont incité même les politiciens israéliens de droite les plus durs – y compris le Premier ministre Menachem Begin – à tendre la main aux nouveaux dirigeants de la révolution : Le pragmatisme de l’ayatollah Khomeini en matière de politique étrangère était interprété à tort par les Israéliens comme la preuve que la révolution avait été une aberration.

Ben-Gourion, le premier Premier ministre israélien, ne considérait pas Israël comme faisant partie du Moyen-Orient, mais comme faisant partie de l’Europe. Dès 1952, Ben-Gourion répétait que si les Israéliens étaient assis au Moyen-Orient, il s’agissait d’un accident géographique, car ils étaient un peuple européen. « Nous n’avons aucun lien avec les Arabes », disait-il. « Notre régime, notre culture, nos relations, ne sont pas le fruit de cette région. Il n’y a pas d’affinité politique entre nous, ni de solidarité internationale ».

En raison de cette optique plutôt orientaliste, Ben-Gourion s’est d’abord tourné vers les États-Unis comme partenaire – mais, rabroué par Eisenhower, Ben-Gourion a élaboré le concept de l' »Alliance de la périphérie » qui, avec une alliance ultérieure des minorités, visait à équilibrer le voisinage des États arabes hostiles en formant des alliances avec l’Iran, la Turquie et l’Éthiopie. Il s’agissait d’une tentative de renforcer la dissuasion israélienne, de réduire l’isolement d’Israël et d’accroître son attrait en tant qu' »atout » pour les États-Unis.

C’est ici que se trouve la première perception erronée de l’histoire de l’échafaudage : Du point de vue d’Israël (un point de vue partagé par les États-Unis), la révolution iranienne n’était rien de plus qu’une discontinuité dans le récit occidental d’une progression historique de l’arriération à la modernité laïque de style occidental. C’était une aberration, un coup de pied contre la modernité qui s’autocorrigerait avec le temps. La base idéologique de la révolution était donc considérée comme creuse. Et chaque fois que la direction révolutionnaire de l’Iran montrait des signes de pragmatisme dans sa politique étrangère, elle renforçait l’opinion des États-Unis et d’Israël selon laquelle cela conduirait finalement à une alliance avec Israël.

C’est cette dernière conviction qui a sous-tendu la réflexion israélienne et américaine au cours des années 1980. Yossi Alpher, un ancien fonctionnaire du Mossad, a noté que la doctrine de la périphérie était si « profondément ancrée » dans la mentalité israélienne qu’elle était devenue « instinctive ». C’est en raison de cette conviction qu’Israël a incité les États-Unis à vendre des armes à l’Iran au milieu des années 1980, prélude au scandale Iran-Contra.

Pourquoi cette méprise ? Elle est probablement due à un style de rationalité occidentale séculaire qui, ancré dans son parti pris matérialiste, n’a perçu aucune idéologie à la Révolution dans le sens post-moderne contemporain d’un plan d’objectifs concrets. Par conséquent, elle a négligé en Iran le fil conducteur d’une ancienne « manière d’être » philosophique – pas une idéologie – qui n’existait tout simplement pas dans la sphère sunnite – où Ibn Taymiyyah avait « fermé les portes » à la philosophie, déjà au treizième siècle. Cela signifiait-il pour autant qu’elle représentait une menace ?

S’il est vrai que la culture occidentale de la société de consommation répugnait aux dirigeants iraniens, ceux-ci n’avaient aucun problème avec la modernité ou la technologie en tant que telle. La révolution n’a à aucun moment été conçue avec une ambition régionale agressive. Elle ne menaçait pas Israël, ni les États-Unis, en termes militaires conventionnels. Il s’agissait d’une transformation ésotérique, qui (il faut bien l’admettre) n’était pas facilement accessible à de nombreuses personnes dans les pays occidentaux.

Quoi qu’il en soit, des événements sont intervenus dans les années 1990-1992 pour bouleverser le paradigme. D’une part, l’implosion de l’Union soviétique, qui a vu la Russie « sortir » de la région, et d’autre part, la première guerre du Golfe, qui a vu l’Irak disparaître en tant que menace pour Israël.

Paradoxalement, Israël, au lieu d’être rassuré, a eu peur. L’Iran et Israël étaient désormais les principales puissances régionales rivales. Que se passerait-il si les États-Unis se rangeaient du côté de l’Iran, plutôt que d’Israël, au lendemain de la guerre ? Eh bien, le parti travailliste d’Yitzhak Rabin, élu en 1992, a décidé de façon spectaculaire et radicale de tout chambouler, pour s’assurer que cela ne se produise pas.

Le virage Rabin a placé Israël et l’Iran dans des camps opposés dans la nouvelle équation, et le changement a été aussi intense qu’inattendu : « L’Iran doit être identifié comme l’ennemi n° 1 », a déclaré au New York Times Yossi Alpher, à l’époque conseiller de Rabin. Et Shimon Peres, l’autre plus haute figure travailliste, a averti la communauté internationale dans une interview en 1993, que l’Iran serait doté d’une bombe nucléaire en 1999.

En d’autres termes, l’Iran est devenu l’ennemi manichéen de l’Occident par choix – comme une tactique politique – plutôt qu’en raison d’une quelconque preuve objective d’inimitié. La diabolisation de l’Iran a servi de levier pour détourner le lobby juif américain : Le Lobby se concentrerait à nouveau sur la menace existentielle de l’Iran, plutôt que de tourner sa colère contre les dirigeants d’Israël pour avoir trahi Jabotinsky, en soutenant l’ennemi – Arafat et les Arabes.

C’est Jabotinsky qui avait affirmé dans son article fondateur du Mur de Fer en 1923 qu’il ne pouvait – et ne devait – jamais y avoir d’accord avec les Arabes. Pourtant, voici Rabin qui met de côté l’Alliance de la périphérie de Ben Gourion, pour embrasser Yasir Arafat et un mouvement palestinien qui a émergé paralysé par la défaite de l’Irak dans la guerre du Golfe.

L’inversion du paradigme précédent a été complétée par les multiples rebuffades méprisantes des États-Unis à l’égard de l’Iran, malgré la coopération de ce dernier avec Washington pendant la guerre en Afghanistan (2002) et en Irak (2003), et dans ses tentatives audacieuses en 2003 d’atténuer les inquiétudes des États-Unis concernant son programme nucléaire.

En vain. Les États-Unis étaient sous l’emprise de l’adrénaline de leur guerre en Irak. William Kristol, l’un des principaux néoconservateurs américains, devait écrire en mai 2003 : La défaite de l’Iran était devenue le moyen de porter un double coup à la psyché arabe et musulmane, ainsi qu’à la résistance islamiste. Les Arabes deviendraient dociles, et le Moyen-Orient succomberait, comme autant de dominos.

L’échafaudage structurel des tensions croissantes d’aujourd’hui a alors été assemblé – à nouveau sur la base de fausses prémisses.

Tout d’abord, les Palestiniens devaient être « contenus » dans le cadre des accords d’Oslo. Ces accords reposaient sur trois piliers : La démographie seule, dans les terres situées entre le fleuve et la mer, signifiait qu’Israël devait en fin de compte « donner » aux Palestiniens leur État (c’est-à-dire lorsque les Palestiniens commençaient à être plus nombreux que les Juifs) ; pour obtenir le statut d’État, les Palestiniens devaient d’abord rassurer Israël sur le fait qu’ils répondraient à ses préoccupations en matière de sécurité (c’est-à-dire qu’ils devaient établir la confiance avec Israël que les Palestiniens ne poseraient aucun risque pour la sécurité) ; et troisièmement, ce serait Israël seul qui déterminerait quand les efforts de sécurité des Palestiniens mériteraient d’être « donnés » comme État.

Ces dernières prémisses reposaient sur des bases erronées (comme en témoignent les trente dernières années).

La structure suivante – la question nucléaire iranienne (finalement traitée par le JCPOA) – a été conçue selon une approche similaire : La souveraineté nationale iranienne devait être limitée (si l’Iran cherchait à exercer ses droits en vertu du TNP) ; l’Iran devait prouver le contraire (c’est-à-dire qu’il ne poursuivait pas de programme d’armement) et, enfin, Israël et les États-Unis devaient être les arbitres finaux de la confiance accordée à l’Iran en matière de programme nucléaire (pacifique).

Le dernier élément structurel des tensions actuelles a été mis en place il y a plus de dix ans par Benjamin Netanyahu. Il a déplacé le centre de gravité d’Israël de manière significative vers la droite – tant sur le plan politique que culturel. Il a délibérément brûlé tous les ponts israéliens vers toute solution politique : soit avec les Palestiniens, soit avec l’Iran, en faisant valoir qu’un Israël militairement puissant, allié à un président et à un Congrès américains qui le soutiennent, était en mesure de dédaigner de céder un pouce, à l’un ou l’autre.

Alors … nous en arrivons à l’inversion du paradigme d’aujourd’hui. Au lieu que la Russie soit  » sortie  » du Moyen-Orient, nous avons la Russie  » entrée  » et les États-Unis  » sortis  » (progressivement). (Au lieu d’un Israël prépondérant dans la région, nous avons un Israël isolé dans la région (le seul État à « franchir le Rubicon » pour armer l’Ukraine et tuer des Russes) ; au lieu d’un Moscou fermant les yeux (à contrecœur) sur les incursions aériennes israéliennes en Syrie, nous avons un Moscou tendu avec Israël et de plus en plus prêt à allumer le radar de ciblage de ses défenses aériennes en Syrie – lorsqu’Israël en commet.

Et surtout, au lieu qu’Israël ait l’avantage militaire, nous avons la dissuasion de la pilule rouge de l’Iran.

Qu’est-ce que la « pilule rouge » de la dissuasion ? En termes clairs, il s’agit de l’agrégation conjointe de drones en essaim et de missiles de croisière intelligents entourant Israël de tous côtés. La pilule rouge, c’est que si l’Iran est attaqué par l’Amérique, l’Iran subira des dommages, c’est certain, mais les conséquences seront les suivantes : « Israël ne sera plus ».

Pourquoi ce cercle d’échafaudages d’endiguement périmés se referme-t-il aujourd’hui, alors que les tensions montent en flèche ?

C’est parce qu’un nouveau JCPOA semble échapper à M.  Biden (en partie en raison du manque de soutien du Congrès). En octobre 2022, l’embargo sur les armes (prévu par le JCPOA de 2015) expire – et les autres restrictions de la clause commencent à expirer en 2025. Et dans les mois à venir, l’Occident affirmera que l’Iran a atteint le seuil nucléaire.

Dans la sphère palestinienne, toutes les factions palestiniennes se sont ralliées à la cause de la protection d’al-Aqsa. Si cette dernière est à nouveau menacée par une invasion de colons israéliens, une guerre sur quatre fronts (encore le scénario de la pilule rouge !) a été mise « sur la table ».

C’est, métaphoriquement parlant, comme Donbas est un encerclement et un chaudron pour les forces ukrainiennes qui y sont retranchées, que la pilule rouge a été conçue comme le chaudron pour Israël.

Pour l’instant, un président Poutine frustré continue de tenir l’anneau, alors que les acteurs régionaux se préparent à la guerre. Que vont faire les dirigeants israéliens ? La Russie, la Chine et l’OCS détiennent probablement la seule clé qui pourrait débloquer la situation et permettre de tenter de mettre en place une architecture de sécurité régionale. Mais pour Israël, s’engager dans cette voie impliquerait de croiser Washington à un moment où sa psyché est fortement ébranlée

Alastair Crooke

Source: Strategic Culture 

Imprimer