Pour l’instant, l’objectif de l’Ukraine et de ses alliés de l’OTAN devrait être de contenir l’offensive russe dans le sud-est de l’Ukraine, de repousser les forces de Poutine là où c’est possible – et de rendre cette guerre trop douloureuse pour que la Russie la poursuive indéfiniment.

Par Alastair Crooke – 23 mai 2022 – AlMayadeen

Assistons-nous à un point d’inflexion dans le conflit sur l’Ukraine, dont un nombre croissant de législateurs américains nous disent qu’il s’agit, en réalité, d’une « guerre » des États-Unis contre la Russie ? Ce que cela signifie n’est pas clair, mais cela ressemble à la mise en place d’un scénario pour une éventuelle escalade militaire. Mais une escalade militaire est-elle encore envisageable ?

Il est peut-être trop tôt pour parler d' »inflexion » stratégique, mais ce qui semble se produire, c’est que des calendriers mal engagés se heurtent à de dures réalités inéluctables.

Au tout début des opérations russes, M. Biden a autorisé des dépenses d’urgence, et des formateurs militaires américains sur place fournissant des renseignements et des conseils de ciblage tactique pour aider l’armée ukrainienne à détruire les forces russes. Les Ukrainiens obtiennent tout – le moindre mouvement dans le déploiement opérationnel russe est immédiatement remis aux ennemis de la Russie.

Parallèlement, dans le cadre de l’infoguerre, des experts militaires sont apparus dans les médias occidentaux pour annoncer une « victoire ukrainienne » imminente, fondée sur les prétendus « succès spectaculaires » du pays sur le champ de bataille et sur l' »extraordinaire incompétence » de la Russie. L’empressement des Américains et des Britanniques à porter un jugement reflétait en partie leur incapacité à reconnaître que la Russie mettait en place une campagne de manœuvre douce, lente et régulière – parce que ce n’est tout simplement pas « la façon dont nous faisons les choses en Occident ».

Cependant, une grande partie de ces informations reflétait presque certainement une confiance aveugle à 100 % dans les sources ukrainiennes et dans les vœux pieux. Après l’énorme investissement de huit ans dans la formation et l’équipement de l’armée ukrainienne, forte d’un quart de million d’hommes et conforme aux normes de l’OTAN, cette dernière allait certainement l’emporter (selon eux) sur les 140 000 Russes. Le désir d’effacer l’humiliation du programme d’entraînement de l’OTAN en Afghanistan, qui a duré vingt ans et s’est effondré en onze jours, a très certainement contribué à la rhétorique occidentale : « Enfin la victoire ».

Ces derniers jours, le secrétaire américain à la défense Austin a appelé le général Shoigu (le premier appel, depuis le début des opérations, que Shoigu a accepté de prendre). Austin a demandé un cessez-le-feu immédiat. Shoigu a toutefois décliné cette demande.

À peu près au même moment, le chancelier Scholz a appelé le président Poutine (et a eu une longue discussion). Scholz souhaitait également un cessez-le-feu immédiat, mais son objectif était davantage de convenir d’un échange permettant aux combattants assiégés d’Avozstal de se retirer des tunnels souterrains d’Avozstal.

Les efforts occidentaux pour obtenir la libération de ces combattants ont été au premier plan des initiatives de la semaine dernière. M. Scholz a également fait part de ses espoirs d’une solution diplomatique à la question ukrainienne, mais Poutine ne s’est pas montré plus conciliant que Shoigu (il est intéressant de noter que M. Scholz a également, selon le compte rendu, abordé l’urgence alimentaire mondiale à venir).

L’Europe s’est mise dans le pétrin avec ses initiatives politiques. La réponse évidente à l’appel de l’Europe à Poutine est : « Allez persuader Zelensky ». Mais l’Europe s’en remet sans réserve à Zelensky pour déterminer seul les conditions d’un éventuel cessez-le-feu – et celui-ci affirme qu’il ne cédera rien à la Russie et qu’il ne s’entretiendra avec Poutine qu’en l’absence de tout cadre convenu à l’avance.

Quoi qu’il en soit, voilà deux dirigeants occidentaux qui demandent l’arrêt de l’action militaire.

Ces derniers jours, le secrétaire américain à la Défense Austin a appelé le général Choïgu (le premier appel, depuis le début des opérations, que Choïgu a accepté de prendre). Austin a demandé un cessez-le-feu immédiat. Choïgu a décliné la demande.

À peu près au même moment, le chancelier Scholz a appelé le président Poutine (et a eu une longue discussion). Scholz souhaitait également un cessez-le-feu immédiat, mais son objectif était davantage de convenir d’un échange permettant aux combattants assiégés d’Azovstal de se retirer des tunnels souterrains d’Azovstal.

Les efforts occidentaux pour obtenir la libération de ces combattants ont été au premier plan des initiatives de la semaine dernière. Scholz a également fait part de ses espoirs d’une solution diplomatique à la question ukrainienne, mais Poutine ne s’est pas montré plus conciliant que Choïgu (il est intéressant de noter que Scholz a également, selon le compte rendu, abordé l’urgence alimentaire mondiale à venir).

L’Europe s’est mise dans le pétrin avec ses initiatives politiques. La réponse évidente à l’appel de l’Europe à Poutine est : « Allez persuader Zelensky ». Mais l’Europe s’en remet sans réserve à Zelensky pour déterminer seul les conditions d’un éventuel cessez-le-feu – et celui-ci affirme qu’il ne cédera rien à la Russie et qu’il ne s’entretiendra avec Poutine qu’en l’absence de tout cadre convenu à l’avance.

Néanmoins, voici deux dirigeants occidentaux qui demandent l’arrêt de l’action militaire.

La guerre en Ukraine s’est déroulée, mais pas de la manière prévue par les commentateurs occidentaux. Les forces ukrainiennes semblent entamées et épuisées. Les approvisionnements et les renforts ne parviennent pas aux troupes ukrainiennes, qui sont désormais largement incapables de se déplacer ou de se redéployer à partir de positions défensives fixes le long des lignes Sloviansk-Severodonetsk-Donetsk. Et ces lignes semblent vulnérables à l’effondrement.

Face à l’incapacité manifeste de l’aide à sauver les forces ukrainiennes d’une destruction certaine, l’administration Biden change de discours : le New York Times affirme que les forces russes ont progressé jusqu’à la frontière entre Donetsk et Lougansk, ce qui, si cela est confirmé, rend plus probable le contrôle total du Donbass par la Russie. Et le Washington Post rapporte que Biden veut maintenant pivoter vers l’Asie, « après que la guerre en Ukraine ait marqué un moment de ralliement pour l’Occident géopolitique. Elle a déclenché une nouvelle approche ferme de la part des Européens pour affronter la Russie et a stimulé l’expansion imminente de l’OTAN.

Et David Ignatius, un indicateur de la tendance à Washington, rapporte également :

« Le monde finira par célébrer une victoire ukrainienne finale et l’expulsion du dernier envahisseur russe. Mais cela pourrait prendre des années, voire des décennies. Nous ne verrons pas de sitôt la signature d’un traité de paix. Pendant un long moment, l’Ukraine restera probablement un pays partiellement divisé. Pour l’instant, l’objectif de l’Ukraine et de ses alliés de l’OTAN devrait être de contenir l’offensive russe dans le sud-est de l’Ukraine, de repousser les forces de Poutine là où c’est possible – et de rendre cette guerre trop douloureuse pour que la Russie la poursuive indéfiniment ».

La téléconférence de Scholtz suggère également que l’UE se rend compte de la réalité impitoyable des délais dans le domaine des sanctions. Au lieu de pouvoir déclencher un effondrement quasi instantané de l’économie russe, cette dernière se porte bien – tout à fait bien, malgré les sanctions. Il semble que ce soient plutôt les plans de l’UE en faveur d’un embargo pétrolier qui s’effilochent rapidement. Et au lieu d’une victoire rapide (comme le prévoyaient en toute confiance les experts), l’UE doit maintenant faire face à un long processus d’érosion de son économie, à travers des crises énergétiques, alimentaires et inflationnistes.

On dirait que Biden parle d’un « pivot », car il a « compris la réalité ». L’adoption précipitée de l’enveloppe de 40 milliards de dollars pourrait bien représenter un prix de consolation (caisse noire) pour le complexe militaro-industriel et pour certains alliés en Ukraine, mais la question est de savoir si Washington fera ensuite le nécessaire.

Une escalade par la Pologne, qui s’empare de ses « terres historiques » en Ukraine (la partie occidentale), pourrait être utilisée pour présenter au peuple américain une guerre que les Américains ne veulent pas, mais qu’ils ne peuvent pas facilement arrêter. Une telle intervention polonaise plairait aux courants néoconservateurs aux États-Unis et au Royaume-Uni, bien que le suivi attendu de ce courant soit loin d’être une sinécure, s’il est poursuivi.

Un conflit impliquant des Russes et des Polonais, sous quelque forme que ce soit, déclencherait probablement un appel à la réunion du Conseil de l’OTAN et à l’examen de l’article V du traité de l’OTAN, qui prévoit le soutien de tous les membres en cas d’attaque contre un membre de l’OTAN (dans ce cas, la Pologne).

Il convient toutefois de noter qu’un tel soutien n’est pas automatique. Dans le cas de la Turquie qui a abattu un avion de chasse russe, la Turquie a tenté de faire passer les représailles russes pour un événement relevant de l’article V – mais les États membres de l’OTAN n’étaient pas d’accord, arguant que la Turquie était l’auteur de son propre malheur et qu’elle devrait en assumer seule les conséquences.

Une guerre avec la Russie est précisément ce que le Pentagone et la plupart des membres de l’OTAN ne veulent pas. C’est une carte forte dans la main de la Russie.

Alastair Crooke

Source : AlMayadeen

Traduction Arretsurinfo.ch

Imprimer