Nafeez Ahmed présente un rapport sur les institutions financières qui se préparent à l’effondrement social résultant des chocs énergétiques et alimentaires. 

Par Nafeez Ahmed – 17 mai 2022 – Bylinetimes.com

Les banques et les sociétés d’investissement mondiales se préparent à une recrudescence « sans précédent » des troubles civils aux États-Unis, au Royaume-Uni et en Europe, alors que la flambée des prix de l’énergie et des denrées alimentaires va faire grimper le coût de la vie à des niveaux astronomiques, révèle en exclusivité Byline Times.

L’information provient du responsable d’un « groupe d’institutions financières » – qui fournit de l’expertise et des services de conseil à d’autres banques, compagnies d’assurance et autres institutions financières – dans l’une des plus grandes sociétés d’investissement des États-Unis.

Le cadre supérieur de l’investissement, qui a parlé au Byline Times sous couvert d’anonymat parce que les informations qu’il a révélées sont considérées comme très sensibles, a déclaré que les planificateurs d’urgence des grandes institutions financières estiment que des « niveaux dangereux » d’effondrement social en Occident sont désormais inévitables et imminents. Une flambée de troubles civils devrait se produire à tout moment cette année, mais plus probablement dans les mois à venir, lorsque l’impact de la crise du coût de la vie commencera à saturer la vie de « tout le monde ».

Les classes moyennes aisées auront du mal à se procurer les aliments de base et à payer les factures. Nous prévoyons donc des niveaux dangereux de troubles civils qui pourraient dégénérer en une crise sociale sans précédent.

Le cadre travaille dans une grande entreprise de Wall Street qui est considérée comme une institution financière d’importance systémique par le Conseil de stabilité financière des États-Unis. Il s’agit d’institutions dont le fonctionnement est considéré comme essentiel pour l’économie américaine et dont la défaillance pourrait déclencher une crise financière.

Selon le responsable, les grandes banques du monde entier, y compris aux États-Unis, au Royaume-Uni et en Europe occidentale, demandent à leurs cadres supérieurs de commencer à planifier activement la manière dont ils répondront à l’impact des perturbations financières déclenchées par un épisode prolongé de troubles civils. Toutefois, le responsable bancaire n’a pas précisé en quoi consistaient ces mesures de planification, si ce n’est qu’il a fait référence aux tests de résistance pour déterminer l’impact sur les portefeuilles d’investissement.

Alors que l’augmentation des troubles civils dans les pays en développement a été ouvertement discutée par des institutions majeures telles que l’ONU, la Banque mondiale, le FMI et d’autres institutions, c’est la première fois ces dernières années que les attentes d’une épidémie à venir d’effondrement social dans les sociétés occidentales ont été attribuées aux grandes banques et aux sociétés d’investissement.

« Toutes les grandes banques savent que la crise du coût de la vie est hors de contrôle », a déclaré le principal conseiller financier.

« La pandémie était déjà assez grave et a mis en évidence la façon dont certains groupes de personnes allaient être plus touchés, les pauvres, les minorités, etc. Mais la combinaison des chocs énergétiques et alimentaires constitue un point de basculement qui va pousser les sociétés occidentales à bout. Cela aura un impact sur tout le monde. Les classes moyennes aisées auront du mal à se procurer les aliments de base et à payer leurs factures. Nous anticipons donc des niveaux dangereux de troubles civils qui pourraient dégénérer en une crise sociale sans précédent. »

Cet avertissement intervient alors que le gouverneur de la Banque d’Angleterre, Andrew Bailey, a décrit comment des hausses « apocalyptiques » des prix de l’alimentation et de l’énergie, ainsi qu’un taux d’inflation record depuis 30 ans, entraîneraient un « très gros choc sur les revenus », faisant grimper le chômage et réduisant les dépenses des ménages.

Mais cela ne fait qu’effleurer le problème. Le haut responsable bancaire américain a averti le Byline Times que la crise actuelle était sur le point de plonger le grand public, y compris les classes moyennes, dans une pauvreté grandissante. Pire encore, la boîte à outils économique conventionnelle pour faire face à la volatilité financière était à bout de souffle :

« Il n’y a plus rien dans la boîte à outils du système financier existant. Nous sommes à court d’options. Je ne peux que voir la situation s’aggraver ».

Le fonctionnaire a affirmé qu’il avait été mis au courant de la planification interne de diverses banques lors de conversations avec des collègues de haut rang au cours des dernières semaines.

Les avertissements du fonctionnaire s’inscrivent dans le cadre d’une analyse que j’avais élaborée en 2017 et dans laquelle je soutenais qu’une combinaison de crises énergétique, alimentaire et de la dette similaire à ce que nous avions vu à l’approche du crash financier de 2008 était susceptible de réapparaître dans les années à venir sous une forme plus intense. J’avais prévenu que le système mondial était au milieu d’un processus d’effondrement prolongé, le paradigme actuel, dominé par les combustibles fossiles, s’effondrant dans une spirale de rendements décroissants. Bien que je m’attendais à ce que cette convergence de crise mondiale se produise plus tôt, elle a été retardée par l’impact de la pandémie, qui a temporairement réduit la demande et la consommation mondiale.

Une flambée majeure de troubles civils cette année serait cohérente avec une tendance à la hausse de la violence politique au cours de la dernière décennie depuis le krach financier de 2008, comme le documente l’indice de paix mondial de l’Institute for Economics and Peace. Entre 2011 et 2019, les manifestations, grèves et émeutes dans le monde ont augmenté de 244 % et ont continué à augmenter en 2020 pendant la pandémie.

Les derniers chiffres de l’Indice mondial de la paix montrent que la paix mondiale s’est détériorée pour la neuvième fois consécutive de 0,07 %, et s’est globalement dégradée au cours des 15 dernières années. Des manifestations violentes et des émeutes ont maintenant eu lieu dans 158 pays, soit plus de 80 % du monde. Cette tendance à l’escalade des troubles civils s’inscrit dans un modèle d’agitation sociale « systémique », où plusieurs pays expriment simultanément leur mécontentement, leur colère et leur demande de changement.

Cette tendance à la hausse n’a pas commencé il y a 15 ans. Elle s’inscrit, elle aussi, dans une tendance à la hausse de la violence politique, bien plus longue, qui s’est particulièrement accélérée depuis les années 1970, époque à laquelle l’économie mondiale est entrée dans une phase de « dépassement » écologique.

L’instabilité croissante du système mondial semble indiquer que celui-ci entre dans une période de changement rapide et spectaculaire, les industries et les institutions politiques en place perdant le contrôle. Si la perspective d’une intensification de l’instabilité est décourageante, l’affaiblissement du statu quo ouvre un nouvel espace de possibilités pour explorer des alternatives auparavant impensables.

Les gestionnaires du paradigme en place ne voient pas cette opportunité. En particulier, ils ne peuvent pas reconnaître que la boucle de rétroaction de l’accélération des crises énergétique, économique et alimentaire s’intensifie parce que les industries dominantes à forte intensité de carbone dans ces secteurs sont économiquement obsolètes, avec des conséquences géopolitiques énormes alors qu’elles s’effilochent sous nos yeux.

Contrairement au sinistre fatalisme des institutions financières établies – qui ne voient aucune issue à une crise dont elles sont en grande partie responsables – les nouvelles visions et idées de transformation économique, associées à l’accélération continue des ruptures technologiques clés dans les domaines de l’énergie, des transports et de l’alimentation, suggèrent que l’effondrement même du paradigme en place ouvre la voie à une percée vers un nouveau système. Mais les citoyens, y compris ceux qui travaillent dans le secteur financier, doivent être capables de voir cette opportunité avant de pouvoir la saisir.

Nafeez Ahmed

Source: Bylinetimes.com

Traduction Arretsurinfo.ch

Imprimer