Carte schématique des États membres des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud).

En s’attaquant à l’hégémonie américaine et en défiant le dollar, les membres des BRICS représentent le meilleur espoir d’un ordre mondial plus juste

Par Bradley Blankenship – 26 juin 2022 – Dailytelegraph.co

Avec le potentiel d’une nouvelle monnaie de réserve et d’investissements sans conditions politiques, le groupe peut présenter une alternative à un monde étouffé par la domination occidentale.

Le 14e Sommet des BRICS à Pékin vient de s’achever dans un paysage géopolitique international agité, qui souligne l’importance de l’organisation en général. Compte tenu des défis combinés de la pandémie de Covid-19 en cours, du conflit mondial, d’un krach économique imminent et du changement climatique – le système international actuel est défaillant et une nouvelle alternative multipolaire doit prendre sa place.

Cela vaut la peine de noter le contexte du format BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud). Créé en 2009 au milieu d’une crise financière, l’objectif principal du premier sommet BRICS (ou BRIC comme il s’appelait alors) cette année-là à Ekaterinbourg était d’améliorer la situation économique mondiale et de réformer les institutions financières.

Bien que ces pays ne soient reliés par aucune idéologie particulière, chacun a vu la nécessité de démocratiser le système économique mondial qui avait été écrasé à lui seul par les États-Unis d’une manière extraordinairement irresponsable – voire illégale par la loi américaine, dans certains cas. Le chef de la Banque centrale de Chine avait carrément appelé à abandonner le dollar comme monnaie de réserve mondiale en 2009 en raison d’un manque de confiance dans le leadership monétaire US.

C’était il y a 13 ans, mais la nécessité d’une nouvelle monnaie de réserve ne pourrait pas être plus pertinente de nos jours. En fait, le président russe Vladimir Poutine a annoncé le 22 juin, juste avant le dernier sommet des BRICS, que le groupe développait effectivement sa propre monnaie de réserve basée sur un panier de leurs devises. Avec cela, Poutine a déclaré que le groupe espérait développer des alternatives au système de paiement international existant.

Bien que cela puisse être considéré comme une provocation en Occident, c’est en fait pour le bien de l’humanité et ne vise pas strictement un pays ou une coalition de pays. À noter que l’Inde a repoussé toute rhétorique « anti-américaine » dans la déclaration conjointe du groupe, étant un pays considéré comme faisant partie du Sud global, par exemple un pays en développement, et ayant également de solides relations avec l’Occident.

Pourtant, dans le même temps, il est clair que tous les États BRICS, y compris l’Inde, bénéficieraient d’un système économique et financier mondial démocratisé. C’est pourquoi New Delhi n’a pas adhéré aux sanctions menées par l’Occident contre la Russie à propos du conflit en cours en Ukraine, car cela ne sert pas les intérêts économiques de l’Inde – et cela créerait également un mauvais précédent où les pays pourraient essentiellement être exclus de la communauté internationale sur désaccords politiques.

En effet, les BRICS et leurs membres ont parcouru un long chemin pour poursuivre une coopération au développement sans conditions. La Chine à elle seule avait déjà remplacé le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque mondiale en tant que plus grand créancier net du monde au début de la dernière décennie, augmentant les investissements dans les actifs corporels dans les pays du Sud (et au-delà) grâce à l’initiative « la Ceinture et la Route ». Mais dans un défi direct à ces deux institutions dirigées par les États-Unis mentionnées précédemment, qui se sont transformées en armes de coercition économique, les BRICS ont créé la New Development Bank en 2014.

Un autre domaine où les BRICS ne sont actuellement pas actifs mais pourrait l’être est la sécurité. La stabilité financière et économique est une partie inextricable de la sécurité ; sans un système économique et financier stable, il ne peut y avoir de paix durable. De même, sans un cadre de sécurité stable, il ne peut y avoir de moteur pour le développement humain que le BRICS et ses partenaires souhaitent. Malheureusement, le lien entre ces deux facettes n’a pas été établi dans le système international libéral dominant, mais les BRICS pourraient aider à les relier, ce qui serait un développement extraordinairement bénéfique.

Pendant ce temps, alors que les BRICS se terminent, le G7 et l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN), deux formats internationaux dirigés par les États-Unis, se réuniront bientôt. Il convient de noter que l’OTAN rédigera son premier « concept stratégique » – le document qui définit les objectifs et les principes de l’organisation – depuis 2010. Il est prévu qu’il étendra la portée du bloc militaire bien au-delà de l’Europe et probablement jusqu’à l’Asie-Pacifique, ce qui représente un sérieux défi pour le voisinage de la Chine. Cela explique probablement pourquoi le président chinois Xi Jinping a dénoncé les « petits cercles » construits autour de l’hégémonie dans son discours aux BRICS.

Au minimum, les BRICS jouent un rôle sérieux dans l’équilibrage de l’influence maligne des États-Unis, de l’OTAN et du système mondial dominant dirigé par l’Occident. La finance et l’économie n’en sont pas une petite partie, et la volonté des BRICS d’établir des alternatives au système de Bretton Woods basé sur le dollar, en fournissant des crédits aux pays du Sud sans conditions politiques et en établissant une nouvelle monnaie de réserve, est une poussée extraordinaire vers un futur multi-polaire.

Source: Dailytelegraph.co

Imprimer