Si les fosses communes contenant les corps de civils découverts aujourd’hui à Alep – dans une zone qui était sous l’occupation des  groupes terroristes – avaient pu être imputées au « régime », la RTS en aurait fait les grands titres. Mais, comme on pouvait s’y attendre, la rédaction du TJ n’en a fait aucune mention ce soir. (*). ASI

Mis à jour le 27 déc. | 20.43

Le service minimum pour une information d’une telle gravité. C’est avec un jour de décalage que la RTS, au TJ le 27 décembre, a signalé en vitesse – donc en passant l’évènement sous la jambe – qu’un charnier avait été trouvé à Alep-Est. Pas assez pour que les téléspectateurs non avertis puissent comprendre que « les rebelles », présentés durant 5 ans par la RTS comme étant les bons, étaient en vérité les vrais méchants…ASI


Syrie : un charnier découvert dans la partie rebelle d’Alep

SOURCE AFP26/12/2016

Un charnier contenant 21 corps a été découvert dans la partie qui était contrôlée par le rébellion dans la ville syrienne d’Alep, rapporte l’agence officielle Sana, imputant la responsabilité aux insurgés.

Les «civils (ont été) exécutés par les groupes terroristes avant leur sortie des quartiers est de la ville d’Alep», a indiqué Sana dimanche soir, utilisant le terme qui dans la phraséologie du régime signifie les groupes rebelles.

Cité par l’agence, le chef du département des médecins légistes à Alep, Zaher Hajjo, a affirmé que «cinq enfants et cinq femmes» figuraient parmi les victimes.

Ils ont été trouvés «dans des prisons qui étaient administrées par les groupes terroristes dans les quartiers de Soukkari et Al-Kallassé et ont été exécutés par balles à bout portant», a-t-il précisé.

A la suite d’un accord inédit entre la Russie, alliée du régime de Bachar al-Assad, et la Turquie, soutien de la rébellion, 35.000 insurgés et civils ont été évacués de l’ex-bastion rebelle d’Alep-est la semaine dernière.

Plusieurs jours avant l’évacuation, l’ONU avait affirmé avoir reçu des informations crédibles faisant état de l’exécution d’au moins 82 civils, dont 11 femmes et 13 enfants, par les milices progouvernementales dans la deuxième ville du pays.

Lundi, le ministère russe de la Défense a affirmé que «des charniers contenant des dizaines de Syriens ayant été exécutés sommairement et ayant subi des actes sauvages de torture ont été découverts».

«La plupart ont été tués d’une balle dans la tête, beaucoup de corps ne sont pas entiers», a indiqué le porte-parole du ministère de la Défense, le général Igor Konachenkov, cité par les agences russes.

Ces exactions seront dûment prouvées «pour que les protecteurs européens à Londres et à Paris des soi-disant opposants prennent conscience de qui sont leurs protégés et qu’ils reconnaissent leur responsabilité dans la cruauté» des rebelles.

L’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH) a rapporté que des corps avaient été trouvés dimanche dans les rues de la partie est d’Alep, mais sans être en mesure de préciser comment les victimes avaient été tuées.

Plusieurs pays occidentaux avaient accusé la Russie –qui a mené d’intenses frappes aériennes sur Alep-Est– et le régime d’avoir perpétré des «crimes contre l’Humanité».

SOURCE AFP


Les charniers de civils torturés par les rebelles «modérés» à Alep

© Sana

Des fosses communes contenant les corps de dizaines de civils ayant subi des tortures par les rebelles «modérés» ont été découverts dans les quartiers d’Alep libérés par l’armée syrienne, a indiqué le ministère de la Défense russe.

Nombre des corps retrouvés dans les fosses communes situées dans la partie d’Alep précédemment occupée par les opposants à Bachar el-Assad avaient des membres manquants, ou encore des impacts de balles dans la tête, a révélé le porte-parole du ministère de la Défense Igor Konachenkov.

Cité par l’agence syrienne Sana, le chef du département des médecins légistes à Alep, Zaher Hajjo, a affirmé que «cinq enfants et cinq femmes» figuraient parmi les victimes.

Ils ont été trouvés «dans des prisons qui étaient administrées par les groupes terroristes dans les quartiers de Soukkari et Al-Kallassé», a-t-il précisé.

«L’accomplissement de la mission humanitaire menée par le Centre russe pour la réconciliation à Alep va déconstruire nombre des mythes diffusés dans le monde entier par les hommes politiques occidentaux», a déclaré le major-général dans un communiqué. «Les résultats d’une étude réalisée dans les quartiers abandonnés par la prétendue « opposition » vont en choquer plus d’un», a-t-il ajouté.

En plus des massacres perpétrés dans les territoires occupés par les rebelles, la zone a largement été piégée à l’aide d’explosifs et de mines, parfois placés dans des jouets d’enfants.

Dans un quartier, trois chars, deux canons et deux lance-roquettes multiples ainsi que de nombreux mortiers ont été retrouvés. Sept entrepôts remplis de munitions ont aussi été découverts, a indiqué Igor Konachenkov.

A la suite d’une opération d’envergure lancée en novembre, l’armée arabe syrienne aidée par ses alliés russe et iranien, a pu libérer les quartiers d’Alep-Est occupés depuis 2012. Une opération d’évacuation de dizaines de milliers de civils et de combattants de la ville a suivi cette victoire militaire.

26 déc. 2016

Lire aussi : Alep libérée : quand l’AFP qualifie des décapiteurs d’enfants de «rebelles»

Source: https://francais.rt.com/international/31323-fosses-communes-civils-tortures-alep


Imprimer