David Ben-Gurion. Domain public

En juillet 1949, après la destruction complète de la Palestine et l’expulsion de son peuple, David Ben Gourion s’est adressé à ses officiers, qui n’étaient pas sûrs que le vide de la Palestine soit permanent. Il lança une boutade : « Les vieux mourront et les jeunes oublieront ». Pendant 75 ans, il n’a pas réussi à réaliser son souhait concernant les jeunes. Aujourd’hui, le moment semble venu. Par un retournement de l’histoire, les donateurs occidentaux de l’UNRWA font le travail à sa place.

Les jeunes n’ont pas oublié ou n’ont pas essayé d’oublier. Ils sont devenus les leaders du mouvement de résistance qui a créé le Conseil national palestinien et l’OLP. Après le fiasco d’Oslo, les dirigeants nominaux de la Palestine n’ont pas suivi la voie nationale. Les puissances coloniales occidentales ont sauté sur le seul véhicule restant de la résolution 194, appelant au retour des réfugiés dans leurs foyers, à savoir l’UNRWA. L’UNRWA n’étant responsable que devant l’Assemblée générale, son talon d’Achille a été son financement, principalement par les puissances occidentales qui ont versé des fonds pour protéger Israël des conséquences de la Nakba. Saper l’UNRWA revient à saper sa principale fonction : l’éducation de 500 000 enfants palestiniens.

Les bailleurs de fonds occidentaux ont appliqué le vieux dicton de Ben Gourion : les enfants oublieront la Palestine, sinon il n’y aura pas de financement pour l’UNRWA. Sur l’ordre d’organisations israéliennes, Impact SE et UN Watch, qui publient des rapports diffamatoires sur le fonctionnement de l’UNRWA, une astuce a été mise au point pour donner à cette campagne diffamatoire une couverture acceptable. La couverture de ce plan sioniste est le principe de « neutralité », un plan à peine déguisé de Ben Gourion pour effacer la Palestine de la mémoire. Ce plan n’a de parallèle avec aucune agence de l’ONU et n’a aucun fondement juridique.

Vous trouverez ci-dessous le témoignage poignant d’un enseignant palestinien sur les pratiques imposées à l’UNRWA dans le cadre de l’accord de neutralité, qui consiste à faire chanter l’UNRWA pour qu’il se soumette, sous peine de voir l’Occident lui retirer son financement.

Essai d’un enseignant de l’UNRWA

J’écris ces quelques lignes car vous m’avez demandé de vous parler de mon expérience.

J’ai grandi dans les écoles de l’UNRWA et je suis reconnaissante envers cette institution qui m’a donné une éducation et qui m’a assuré qu’elle me protégerait et me soutiendrait jusqu’à ce que je retourne dans ma ville natale d’où les sionistes ont expulsé mes ancêtres.

Dans les écoles de l’UNRWA, nous avons toujours reçu une éducation solide dont tout le monde témoigne. Les écoles de l’UNRWA se distinguent des écoles publiques et privées, en nous fournissant des programmes d’études enrichis et des supports qui soutiennent et développent ce que nous apprenons et qui soutiennent notre cause et nous, en tant qu’étudiants réfugiés très déterminés, étudions avec diligence, car notre objectif est le même : Changer notre situation de réfugiés, retrouver la vie de notre famille déracinée et restituer nos biens qui nous ont été volés.

Dans les écoles de l’UNRWA, nous avons appris la carte de la Palestine et ses frontières, et nous avons appris que notre présence dans cette ville est temporaire jusqu’à ce que nous retournions dans notre pays d’où nous avons été expulsés. En tant qu’élèves, nous savions que seuls les réfugiés entraient dans ces écoles. Nous savions que tous les élèves de l’école partageaient la même préoccupation, le « déplacement », et le même objectif, le « retour ». L’UNRWA faisait de même, ou du moins je pensais dans mon esprit de jeune étudiant que l’UNRWA faisait de même, comme l’exigeait son mandat.

Palestine, le droit au retour

Au lycée, nous sommes entrés dans des écoles publiques, car les écoles de l’UNRWA étaient limitées à la neuvième année, et nous sommes toujours – en tant qu’étudiants réfugiés – distingués parmi eux, non pas en termes de niveau d’éducation, mais plutôt en termes de statut social. Mais notre cause est différente de la leur. Notre cause est la question du retour et de la récupération des droits usurpés. C’est ainsi que nous avons appris dans les écoles de l’UNRWA, qu’on nous a enseigné la vérité : le fait que je possède une terre et que j’ai une maison, mais qu’on me l’a volée, et que moi – l’UNRWA – je suis à vos côtés jusqu’à ce que vous retourniez dans vos maisons et que vous mettiez fin à votre calamité.

J’ai grandi et mon seul objectif était de travailler dans cette institution. À l’époque, je la considérais comme une institution sublime dont l’objectif était le même que le mien : « La terre et le retour ». D’où venons-nous et pourquoi sommes-nous ici ? Comment échapper à cette catastrophe ?.. C’est ce que je voulais.

J’ai travaillé dur et j’ai beaucoup étudié jusqu’à ce que je devienne enseignante dans ces écoles qui ne manquaient jamais de nous servir. Dès que je suis entrée dans ces écoles, j’ai été surprise de constater que l’enseignante qui m’avait appris à dessiner les lettres de la Palestine, l’enseignante qui m’avait appris à dessiner la carte, et l’enseignante qui nous avait demandé d’écrire une expression de la patrie et qui avait l’habitude d’écrire des exemples de leçons de grammaire sur la liberté, la patrie et la lutte, est devenue une enseignante menacée de suspension de son travail sous le prétexte de « violation de la neutralité ». C’était l’épée suspendue à notre cou, faisant exploser tout l’édifice de notre être et de ce que nous sommes.

L’enseignant est devenu un enseignant marchant entre les couloirs, cherchant sur les murs une photo de Jérusalem ou une photo d’un symbole de la lutte que l’UNRWA utilisait pour nous dépeindre comme un héros courageux que nous devions suivre sur son chemin. Le même professeur qui me demandait d’écrire un aperçu de ma ville natale et me posait toujours des questions à son sujet s’est mis à hésiter à mentionner le nom de la Palestine. J’ai commencé à entendre « une équipe d’inspection viendra à l’école au nom de la neutralité », ce nouveau monstre est venu nous hanter. Une photo du Dôme du Rocher dans le bureau de l’enseignant est devenue un handicap. À l’époque, j’étais stupéfait d’entendre ces mots dans une institution où je n’entendais que des échos sur l’amour de la patrie et la nécessité de la défendre et d’y retourner, et bien d’autres mots que nous gardons dans nos cœurs en tant que réfugiés.

Le principe de « neutralité » a soulevé de nombreuses questions dans mon esprit. Il serait étrange qu’une institution fasse l’éloge de la performance d’un enseignant qui aurait lié son cours à la réalité de notre vie. Par exemple, si un professeur de mathématiques établissait un lien entre la question de l’arithmétique et le nombre de prisonniers, il serait le meilleur professeur pour comprendre. Le bon professeur fait passer un petit test en prélude à la leçon : « Quelle est votre ville natale ? » et conclut par la question suivante : Rêvez-vous d’y retourner ?

À cette époque où nous étions fiers de notre ville d’origine et où nous nous demandions les uns aux autres comment elle se situait sur la carte et si elle était proche les unes des autres afin de pouvoir nous rendre visite après la libération, nous n’avons appris que maintenant que dans les écoles de l’UNRWA, il est interdit de mentionner le mot « Palestine ». L’administration enregistre les noms des enseignants sous prétexte d’atteinte à la neutralité. J’ai commencé à voir le nom de la Palestine marqué en rouge dans un rapport publié au public comme une violation de la neutralité.

L’enseignant qui a accroché cette carte pour informer les réfugiés est puni par l’UNRWA qui existait pour soutenir son droit à parler de la Palestine. Si l’enseignant n’est pas sanctionné par un licenciement, il est suspendu jusqu’à la fin de l’enquête. C’est une humiliation suffisante pour l’enseignant. C’est un exemple parmi tant d’autres autour de moi.

Je ne juge pas ces enseignants qui ont changé leur boussole morale en fonction de l’institution dans laquelle ils travaillent. Leur justification est de nourrir leurs enfants et les familles qui les soutiennent dans ces circonstances difficiles. Je condamne ceux qui nous menacent, voire nous font chanter en nous disant : vous devez choisir : une miche de pain ou le droit à votre maison. Je suis vraiment désolée, et même en colère, que nos enseignants se soient jamais sentis menacés dans leurs moyens de subsistance.

J’ai toujours publié des nouvelles sur la Palestine, partagé les problèmes de mes compatriotes, posté des photos des martyrs sur les médias sociaux et écrit des commentaires priant pour la miséricorde des martyrs, la guérison des blessés et la liberté de la patrie volée. J’écris librement, sans censure. J’avais l’habitude de partager les histoires des martyrs et la façon dont ils ont été martyrisés. J’étais loin de me douter qu’un jour viendrait où je supprimerais ces photos et ces nouvelles de mes comptes sur les médias sociaux, et que je cacherais la carte de la Palestine, accrochée à mon cou, lorsqu’une équipe d’inspection de l’UNRWA (leur vue me rappelle les histoires d’horreur de la Seconde Guerre mondiale) visiterait l’école où je travaille, afin de ne pas être punie.

Je ne comprends pas la « neutralité » ; la neutralité à propos de quoi ! Comment peut-on mettre sur un pied d’égalité le criminel et sa victime. Comment peut-on empêcher la victime de parler de ce qui lui est arrivé. Par qui est-elle réduite au silence ? Par le criminel et ses amis. Je ne vois pas le lien entre « l’UNRWA », une institution créée pour l’aide et l’emploi des réfugiés, et le concept de « neutralité » qui considère le mot Palestine comme interdit.

En tant que réfugié palestinien, je suis profondément affligé et désolé par cette question, et je suis curieux de savoir qui est à l’origine de ce principe, comment il lui est venu à l’esprit et comment il est acceptable. Ce principe est loin d’être logique.

J’ai le regret de dire que l’UNRWA, avec sa loi, a violé non seulement mon droit d’exprimer mon opinion, mais aussi mon humanité et ma dignité. J’ai le sentiment d’être une personne sans valeur ni identité, une personne vide qui ne sait pas qui elle est, qui n’a pas le droit de dire que je suis un réfugié palestinien qui a les droits d’une terre occupée qui a été usurpée par les juifs israéliens.

Peut-être que la plus grande calamité n’apparaîtra pas dans ma génération, mais plutôt dans la génération actuelle, qui ne trouvera personne pour lui apprendre qui elle est, d’où elle vient et pourquoi elle est ici. Les premiers jours, j’ai été choqué de voir que les élèves ne savaient pas ce qu’était leur ville natale. Leur esprit était une page blanche où ne figuraient que leurs quatre noms et le nom de Gaza ou de Khan Yunis, en raison des restrictions répétées imposées aux enseignants et à ce qu’ils enseignaient.

J’ai commencé à m’interroger sur l’intention et l’existence de l’UNRWA, en reconnaissant au début sa beauté et la faveur qu’il m’accordait. Je ne sais plus s’il s’agit d’une institution qui a été créée pour me protéger et me soutenir, ou pour me faire taire, mettre fin à mon affaire, m’annuler et annuler mon identité ! Mais il semble que le sujet dépasse mon entendement, et peut-être que les jours m’apprendront, s’il y a des choses à l’arrière-plan que je ne vois pas.

Je suis toujours entre deux feux : Est-ce que je me tais sur ce crime et que j’acquiesce ? Ou dois-je prendre position et suivre mes principes, non seulement en tant que réfugié, mais aussi en tant qu’être humain ? Ce que nous voyons n’est rien d’autre qu’un crime contre un être humain. Tout le monde cherche à abolir notre être et notre identité. Ils veulent un être humain vide, muet et obéissant.

La vérité est que j’ai fait face à ce conflit avec mon désir de rester enseignante avec eux, parce que l’autre solution est de quitter mon travail, et cela ne changera rien, sauf que nos enfants ne trouveront personne qui leur dise, par exemple, que Jérusalem est la capitale de la Palestine. J’ai choisi de rester et d’enseigner aux enfants ce que je pouvais parce qu’ils ont besoin de moi. Je resterai en appliquant le conseil de mon patron : « Dites ce que vous voulez, mais ne laissez pas de preuves derrière vous ».

Je suis professeur de langues, mais je consacre quelques minutes de mon temps de cours à discuter avec mes élèves de notre patrie et de leur ville ou village d’origine, des raisons pour lesquelles ils sont ici et de leur désir de rester ou de retourner dans leur pays. Nous nous posons même des questions les uns aux autres : D’où venez-vous ? Est-ce que c’est loin pour visiter après le retour ?

Nous reviendrons. Nous reviendrons. Rien ne nous arrêtera.

Je ne cache pas qu’en écrivant ces mots, je ne suis pas à l’abri de la menace qui pèse sur ceux qui sont accusés de ce que l’on appelle « violer le principe de neutralité ».

Mais je ne changerai pas un mot de ce que j’ai écrit.

Dr Salman Abu Sitta

Source: MiddleEastMonitor, 30 Juillet 2023