Les génies (ou pas) du Conseil national de sécurité veulent pousser la Russie à des attaques directes contre les forces ou les intérêts américains. Cela donnerait aux États-Unis une excuse pour intensifier la guerre en Ukraine et la transformer en une confrontation ouverte. Cela détournerait également l’attention des problèmes intérieurs.

Moon of Alabama, 6 mai 2022

Pour y parvenir, le NSC a diffusé dans les médias un certain nombre d’articles affirmant que les prétendus succès ukrainiens reposent sur des renseignements américains.

Les services de renseignement américains aident l’Ukraine à tuer des généraux russes, selon des responsables, 4 mai, NYT (U.S. Intelligence Is Helping Ukraine Kill Russian Generals, Officials Say)

WASHINGTON – Les États-Unis ont fourni des renseignements sur les unités russes qui ont permis aux Ukrainiens de cibler et de tuer un grand nombre des généraux russes morts au combat dans la guerre en Ukraine, selon de hauts responsables américains.
Les responsables ukrainiens ont déclaré avoir tué environ 12 généraux sur les lignes de front, un nombre qui a étonné les analystes militaires.

L’aide au ciblage fait partie d’un effort confidentiel de l’administration Biden pour fournir à l’Ukraine des renseignements en temps réel sur le champ de bataille. Ces renseignements comprennent également les mouvements anticipés des troupes russes, glanés lors de récentes évaluations américaines du plan de bataille secret de Moscou pour les combats dans la région de Donbas, dans l’est de l’Ukraine, ont précisé les responsables. Les responsables ont refusé de préciser combien de généraux avaient été tués grâce à l’aide américaine.

Les États-Unis se sont attachés à fournir l’emplacement et d’autres détails sur les quartiers généraux mobiles de l’armée russe, qui se déplacent fréquemment. Les responsables ukrainiens ont combiné ces informations géographiques avec leurs propres renseignements – notamment les communications interceptées qui alertent l’armée ukrainienne de la présence d’officiers supérieurs russes – pour mener des frappes d’artillerie et d’autres attaques qui ont tué des officiers russes.

Il s’agit d’une connerie évidente, car seuls deux généraux russes sont morts jusqu’à présent au cours de la campagne russe en Ukraine.

Le général de division Andrey Sukhovetsky a été tué le 28 février et le général de division Vladimir Frolov a été tué début avril. Les deux décès ont été immédiatement reconnus officiellement et rapportés dans les médias russes. Les deux hommes ont été enterrés avec les honneurs militaires.

Tous les autres « généraux russes tués » sont des victimes du « fantôme de Kiev ». L’appareil de propagande ukrainien aime ce genre d’histoires car il sait que les médias « occidentaux » les reprendront.

La Russie ne cache pas la mort des officiers supérieurs. Il est impossible de le faire sur de longues périodes, car ces hommes sont connus de beaucoup d’autres. Il ne serait pas bon pour un gouvernement de se faire prendre dans un tel stratagème. Il n’y a pas non plus de raison de le faire.

Certaines sources américaines prétendent que la mort d’un général démoralisera les troupes qu’il dirigeait. C’est le contraire qui se produit. Les généraux qui sont tués sur ou près de la ligne de front démontrent aux soldats de première ligne qu’ils ne sont pas seuls dans leur combat et que leurs officiers font le travail en prenant le même risque qu’eux.

Le Pentagone a démenti toute implication :

Le Pentagone a démenti jeudi que les États-Unis aient partagé des renseignements avec l’Ukraine dans l’intention de cibler et de tuer des chefs militaires russes de haut rang, soulignant que l’objectif des renseignements américains est simplement de permettre aux forces ukrainiennes de se défendre contre l’invasion de la Russie.
Les généraux du Pentagone tiennent à ne pas devenir la cible de représailles russes.

Voici une autre histoire de ce genre :

U.S. intel helped Ukraine sink Russian flagship Moskva, officials say, 5 mai, NBCnews (U.S. intel helped Ukraine sink Russian flagship Moskva, officials say)

Des renseignements partagés par les États-Unis ont aidé l’Ukraine à couler le croiseur russe Moskva, ont déclaré des responsables américains à NBC News, confirmant un rôle américain dans ce qui est peut-être le coup le plus embarrassant pour l’invasion de l’Ukraine par Vladimir Poutine.

Croiseur à missiles guidés transportant un équipage de 510 personnes, le Moskva était le navire amiral de la flotte russe de la mer Noire. Il a coulé le 14 avril après avoir été frappé par deux missiles antinavires ukrainiens Neptune.

En fait, on ne sait toujours pas ce qui est arrivé au Moskva. La Russie a seulement déclaré que le navire avait subi une explosion à bord qui a déchiré la coque sous la ligne de flottaison et provoqué un incendie. Il existe d’autres possibilités, mais l’impact de deux missiles antinavires ukrainiens semble peu probable.

Le Pentagone a de nouveau nié toute implication directe:

Dans une déclaration publiée après la parution de cette histoire, le secrétaire de presse du Pentagone, John Kirby, a déclaré que les États-Unis n’avaient pas fourni à l’Ukraine « des informations de ciblage spécifiques pour le Moskva ».

« Nous n’avons pas été impliqués dans la décision des Ukrainiens de frapper le navire ou dans l’opération qu’ils ont menée », a ajouté Kirby. « Nous n’avions aucune connaissance préalable de l’intention de l’Ukraine de cibler le navire. Les Ukrainiens disposent de leurs propres capacités de renseignement pour suivre et cibler les navires de la marine russe, comme ils l’ont fait dans ce cas. »

La dernière phrase est incorrecte car la Russie a détruit tous les radars navals ukrainiens qui ont été assez stupides pour rayonner.

La Russie ne réagira pas à de telles histoires stupides. Elle sait que les États-Unis fournissent aux Ukrainiens toutes sortes d’informations sur le champ de bataille ainsi que des armes. On suppose également que des généraux étrangers « consultent » l’état-major des forces ukrainiennes. Ni l’un ni l’autre n’aidera l’Ukraine à gagner la guerre.

À plus long terme, la Russie pourrait bien chercher à se venger de la guerre par procuration menée par les États-Unis contre elle. Mais le président Poutine est un homme patient et la vengeance est un plat qui se mange froid.

Source:https://www.moonofalabama.org/2022/05/us-pushes-fake-stories-to-goad-russia-into-escalation.html#more

Traduction: arretsurinfo.ch

Imprimer