Arrêt sur info – qui traite des conflits en cours, notamment au Moyen-Orient – s’efforce de fournir des nouvelles et des informations provenant de sources généralement écartées ou dénaturées par la presse institutionnelle, permettant aux lecteurs de les comparer et de se forger leur propre opinion. [ASI]


Willy Wimmer


Selon Willy Wimmer, ex-vice-président de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), les frappes de missiles contre la Syrie sont une nouvelle étape pour les Etats-Unis, le Royaume-Uni et la France afin de créer leur propre ordre mondial.

Par RT America, le 15 avril 2018

Les frappes de missiles contre la Syrie sont une nouvelle étape pour les Etats-Unis, le Royaume-Uni et la France afin de créer leur propre ordre mondial, où ils pourront faire ce qu’ils voudront sans avoir de compte à rendre à l’ONU, a déclaré Willy Wimmer, ancien vice-président de l’OSCE.

« Depuis la guerre illégale contre la Yougoslavie en 1999, ils [les Etats-Unis, le Royaume-Uni et la France] veulent avoir leur propre structure internationale », a déclaré Wimmer. « Ils veulent détruire la Charte de l’ONU. Ils ne sont plus intéressés par une organisation internationale, qui peut fonctionner. Et, par conséquent, ils font tout leur possible pour créer leur propre monde où ils pourront faire tout ce qu’ils voudront. »

Les Etats-Unis et leurs alliés ont attaqué la Syrie sans autorisation du Conseil de sécurité de l’ONU, accusant, sans attendre une enquête de l’Organisation pour la prohibition des armes chimiques, le gouvernement syrien d’avoir lancé une présumée attaque chimique contre la Douma, attaque qui aurait été rapportée par des groupes rebelles (djihadistes). L’ancien responsable de l’OSCE a mis en garde contre le risque de saper le Conseil de sécurité, affirmant que l’organisation « est la seule chance pour la planète de ne pas sombrer dans une période de guerres sans fins ».

« L’attitude des Français, des Britanniques et des Américains est la même attitude qu’a utilisée Adolf Hitler en 1939 pour déclencher la Seconde Guerre mondiale », a-t-il affirmé.

Wimmer, qui fut auparavant secrétaire d’Etat auprès du ministre allemand de la Défense, a déclaré que « depuis 2011, date du début de la guerre en Syrie, les Etats-Unis, les Britanniques et les Français se sont efforcés de détruire l’Etat syrien par la force et ceci uniquement pour leurs propres intérêts. »

« Maintenant, ils doivent faire face à la réalité, et celle-ci est que la Syrie a survécu en tant qu’Etat indépendant avec l’aide, principalement, de la Russie et de l’Iran et que le soutien de ces deux pays était strictement conforme au droit international ».

La chancelière allemande Angela Merkel a soutenu les frappes de missiles sur la Syrie par les Etats-Unis, le Royaume-Uni et la France, les qualifiant « d’appropriées et nécessaires ». Mais, selon Wimmer, la plupart des Allemands ne partagent pas son opinion sur cette attaque.

« Les gens ne comprennent pas pourquoi elle a une telle approche vis-à-vis d’une action de Washington, Londres et Paris, qui vise à détruire le droit international et qui est une violation claire de la Charte des Nations Unies. Dans notre constitution, il est clairement écrit que l’Allemagne ne devrait jamais participer à une guerre d’agression et ce que les Américains, les Britanniques et les Français ont fait hier était une attaque d’agression contre un pays souverain », a-t-il ajouté.

Tôt samedi dernier, Washington et ses alliés ont tiré plus de 100 missiles sur des installations civiles et militaires en Syrie en réponse à une présumée attaque au gaz sur la Douma le 7 avril, que l’Occident a mise sur le compte du gouvernement du président Bachar el Assad. Le Pentagone a salué le succès des bombardements, affirmant que les trois sites, qui selon lui étaient utilisés pour fabriquer des armes chimiques, avaient été détruits.

Le ministère russe de la Défense a déclaré que les systèmes de défense aérienne syriens avaient intercepté 71 missiles de croisière et missiles à surface aérienne tirés par la coalition occidentale. Damas et Moscou ont précédemment nié les accusations d’attaques chimiques, affirmant que tout avait été monté de toute pièce. Les frappes de missiles se sont produites le jour même où l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques arrivait à Damas afin d’enquêter sur les allégations d’attaques au gaz.

Imprimer