Téhéran a formellement dénoncé la saisie du navire, qualifiant cette action de « piraterie maritime ».

News Desk – 26 mai 2022
(Crédit photo : Reuters)

Les États-Unis ont saisi une cargaison de pétrole iranien se trouvant à bord d’un pétrolier exploité par la Russie, un jour après sa confiscation par les autorités grecques, et l’expédieront vers un port américain à bord d’un autre navire, a rapporté Reuters le 26 mai.

L’agence de presse cite une source du ministère grec des transports qui a déclaré que le ministère américain de la justice avait « informé la Grèce que la cargaison du navire est du pétrole iranien et qu’elle a été transférée sur un autre navire engagé par les États-Unis », sans donner plus de détails.

Cette saisie illégitime a été confirmée par une autre source occidentale familière de la question, qui a ajouté « que la cargaison a été transférée sur le pétrolier Ice Energy, battant pavillon libérien, qui est exploité par la compagnie maritime grecque Dynacom. »

Dans le même temps, une source de Dynacom a déclaré qu’un « transfert du pétrole était en cours vers l’Ice Energy de Dynacom, qui naviguera ensuite vers les États-Unis. »

Le pétrolier, qui naviguait sous pavillon russe depuis le 8 avril, a été retrouvé naviguant sous pavillon iranien avec 19 membres d’équipage russes à bord près de la côte de l’île méridionale d’Evia, à l’intérieur du territoire maritime grec, l’UE n’ayant pas imposé de sanctions sur le pétrole iranien, contrairement aux États-Unis.

Le 25 mai, l’Iran a adressé une protestation officielle au gouvernement grec concernant l’immobilisation du navire battant pavillon iranien, qu’il a qualifié de « piraterie maritime ».

L’Autorité portuaire et maritime iranienne a déclaré que le navire avait dû s’arrêter dans les eaux grecques en raison de mauvaises conditions météorologiques et de problèmes techniques. Cependant, le navire n’a pas reçu d’assistance et a été saisi par le gouvernement grec.

Au début du mois, Al Mayadeen a rapporté que les autorités grecques retiennent un pétrolier iranien depuis le 20 avril.

Cet incident est le dernier d’une série d’incidents similaires survenus ces dernières années en raison des sanctions économiques imposées par les États-Unis à l’Iran.

Le 15 avril, le Corps des gardiens de la révolution iranienne (IRGC) a saisi un navire battant pavillon étranger qui transportait du carburant de contrebande dans le Golfe et a arrêté ses sept membres d’équipage.

Cité par l’agence de presse nationale IRNA, Gholam Hossein Hosseini, un responsable des relations publiques de l’IRGC, a déclaré : « Au cours de l’enquête, 250 000 litres de carburant de contrebande ont été découverts ».

L’agence de presse Fars a estimé qu’entre sept et dix millions de litres de pétrole brut et de diesel ont été sortis en contrebande d’Iran l’année dernière.

Source: thecradle

Traduction

Imprimer