Les États-Unis soutiennent Israël en raison d’un intérêt stratégique

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken avec le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu à Jérusalem le 7 février 2024. (Département d’État, Chuck Kennedy)

Les États-Unis soutiennent Israël en raison d’un intérêt stratégique perçu – comment est-ce possible ?

La nécessité de remettre en cause le soutien des États-Unis à la guerre et à l’occupation israéliennes est plus importante que jamais, mais il ne s’agit pas simplement de vaincre le lobby pro-israélien.

Les États-Unis ont longtemps fait figure d’exception internationale en soutenant le gouvernement d’extrême droite (*) d’Israël. Le 20 février, l’administration Biden a opposé son troisième veto en quatre mois pour bloquer une résolution du Conseil de sécurité de l’ONU appelant à un cessez-le-feu à Gaza, l’un des quarante-huit vetos dans lesquels elle a été le seul vote dissident de résolutions contestant les politiques israéliennes au cours des dernières décennies. Les États-Unis ont été l’un des dix membres de l’Assemblée générale de l’ONU à s’opposer à cette mesure. Les États-Unis font figure d’exception, même parmi leurs alliés les plus proches : Seul un autre membre de l’OTAN, la République tchèque, s’oppose directement à un cessez-le-feu.

Le soutien des États-Unis à Israël valide une occupation qui dure depuis cinquante-six ans et qui s’accompagne de violations sans précédent du droit international et des normes en matière de droits de l’homme.

Les relations étroites entre les États-Unis et Israël sont l’une des caractéristiques les plus constantes de la politique étrangère américaine depuis près de cinq décennies et demie. L’aide militaire de plus de 3 milliards de dollars envoyée chaque année à Israël par Washington – soit bien plus que ce que les États-Unis ont fourni à tout autre pays du monde, malgré la petite taille d’Israël – est rarement remise en question au Congrès, même par les libéraux qui contestent normalement l’aide américaine aux gouvernements qui se livrent à des violations généralisées des droits de l’homme, ou par les conservateurs qui s’opposent habituellement à l’aide étrangère en général. Au début du mois, une large majorité bipartisane au Sénat a voté en faveur d’une aide militaire supplémentaire de 14 milliards de dollars au gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Bien que le soutien des États-Unis aux gouvernements israéliens successifs, comme la plupart des décisions de politique étrangère, soit souvent justifié par des raisons morales, rien ne prouve que les impératifs moraux jouent un rôle plus déterminant dans l’orientation de la politique américaine au Moyen-Orient que dans n’importe quelle autre partie du monde. Si la plupart des Américains sont attachés à la survie d’Israël en tant qu’État juif, cela n’explique pas le niveau de soutien financier, militaire et diplomatique fourni. L’aide américaine à Israël va bien au-delà de la protection des besoins de sécurité d’Israël à l’intérieur de ses frontières internationalement reconnues. Outre les crimes de guerre perpétrés à Gaza, l’aide américaine a soutenu des politiques que des groupes tels qu’Amnesty International et Human Rights Watch ont qualifiées de forme d’apartheid.

Si les intérêts d’Israël en matière de sécurité comptaient pour les décideurs américains, l’aide des États-Unis à Israël aurait été la plus élevée au cours des premières années de son existence, lorsque ses institutions démocratiques étaient les plus fortes et sa situation stratégique la plus vulnérable. L’aide aurait diminué au fur et à mesure que la puissance militaire d’Israël s’est accrue de manière spectaculaire et que la violence et la répression contre les Palestiniens dans les territoires occupés se sont accrues. C’est le contraire qui s’est produit : l’aide militaire et économique des États-Unis n’a commencé qu’après la guerre de 1967. En effet, 99 % de l’aide militaire américaine à Israël depuis sa création n’a été accordée qu’après qu’Israël se soit révélé beaucoup plus fort que n’importe quelle combinaison d’armées arabes et que les forces d’occupation israéliennes soient devenues les maîtres d’une importante population palestinienne.

De même, l’aide américaine à Israël est nettement plus élevée aujourd’hui qu’elle ne l’était dans les années 1970, lorsque les régimes arabes armés par l’Union soviétique menaçaient de le détruire. En revanche, non seulement les forces armées des États voisins sont relativement plus faibles, mais ils ont tous reconnu Israël ou se sont engagés à le faire en échange de la fin de l’occupation israélienne des territoires palestiniens et syriens.

Seul l’Iran pourrait être considéré comme une plus grande menace aujourd’hui. Toutefois, Israël dispose toujours d’une armée bien plus puissante, qui comprend des armes nucléaires, tandis que l’armée iranienne se concentre davantage sur les menaces des monarchies arabes lourdement armées du golfe Persique et sur d’éventuelles attaques des États-Unis et d’Israël concernant son propre programme nucléaire.

En bref, le soutien croissant des États-Unis au gouvernement israélien n’est pas principalement motivé par des besoins de sécurité objectifs ou par un engagement moral fort envers le pays. Au contraire, comme partout ailleurs, la politique étrangère des États-Unis est principalement motivée par la volonté de faire avancer les intérêts stratégiques qu’ils perçoivent.

Il existe un large consensus bipartisan parmi les décideurs politiques sur le fait qu’Israël a fait progresser les intérêts des États-Unis au Moyen-Orient et au-delà.

Par exemple, Israël a réussi à empêcher les victoires des mouvements nationalistes et islamistes radicaux au Liban, en Jordanie et en Palestine, tout en tenant en échec des régimes anti-américains comme la Syrie et l’Iran. Les armées des États-Unis et d’Israël sont inextricablement liées. Les guerres fréquentes d’Israël ont permis de tester les armes américaines sur le champ de bataille, et les services de renseignement israéliens ont aidé les États-Unis dans la collecte de renseignements et les opérations secrètes.

Israël a également servi d’intermédiaire pour l’acheminement des armes américaines vers des régimes et des mouvements trop impopulaires pour bénéficier ouvertement d’une assistance militaire directe. Pendant la guerre froide, il s’agissait notamment de l’Afrique du Sud de l’apartheid, de la République islamique d’Iran, de la junte militaire du Guatemala et des Contras du Nicaragua. Plus récemment, Israël a soutenu les paramilitaires colombiens et diverses milices kurdes, ainsi que les forces d’occupation marocaines au Sahara occidental.

Israël a coopéré avec le complexe militaro-industriel américain dans la recherche et le développement de nouveaux chasseurs à réaction et de systèmes de défense antimissile. Le pays a même formé des forces américaines destinées à l’Irak et à d’autres destinations du Moyen-Orient à des opérations de contre-insurrection et de lutte contre le terrorisme.

Comme l’a dit Joe Biden, « s’il n’y avait pas d’Israël, les États-Unis devraient inventer un Israël pour protéger [leurs] intérêts dans la région ».

Le soutien à l’occupation et à la répression continues d’Israël n’est pas sans rappeler le soutien des États-Unis à l’occupation du Timor oriental par l’Indonésie, qui dure depuis vingt-quatre ans, ou à l’occupation du Sahara occidental par le Maroc. Si cela est bénéfique pour les États-Unis, Washington est tout à fait disposé à soutenir les violations les plus flagrantes du droit international et des droits de l’homme par ses alliés et à empêcher les Nations unies ou toute autre partie de les contester. Tant que les impératifs amoraux de la realpolitik ne seront pas remis en question, la politique étrangère des États-Unis au Moyen-Orient et ailleurs ne reflétera pas la conviction de longue date du public américain selon laquelle les relations internationales des États-Unis devraient être guidées par des principes humanitaires.

D’importants secteurs de la population remettent en question la politique américaine à l’égard d’Israël et de la Palestine, alors qu’il existe un large consensus au sein de l’élite gouvernementale et des médias en faveur du soutien des États-Unis à la guerre et à l’occupation israéliennes. Nombre des démocrates libéraux du Congrès qui ont soutenu les mouvements progressistes sur d’autres questions de politique étrangère se sont rangés du côté des républicains de droite sur la question d’Israël et de la Palestine. Par conséquent, si l’impératif stratégique perçu est à l’origine du soutien des États-Unis à Israël, d’autres facteurs ont rendu cette question plus difficile pour les militants de la paix et des droits de l’homme que la plupart des autres.

Israël a servi d’intermédiaire pour l’acheminement des armes américaines vers des régimes et des mouvements trop impopulaires pour que l’on puisse leur accorder ouvertement une assistance militaire directe.

L’un de ces facteurs est l’attachement sentimental de nombreux libéraux à l’égard d’Israël. De nombreux Américains s’identifient également à la démocratie interne d’Israël pour ses citoyens juifs, à ses institutions sociales progressistes (telles que les kibboutzim) et à son rôle important de sanctuaire pour une minorité opprimée qui a passé des siècles dans la diaspora. En raison d’un mélange de culpabilité à l’égard de l’antisémitisme occidental, d’amitiés personnelles avec des Américains juifs qui s’identifient fortement à Israël et de la crainte d’encourager involontairement l’antisémitisme en critiquant Israël, il y a une énorme réticence à reconnaître la gravité des violations israéliennes des droits de l’homme et du droit international.

La droite chrétienne, qui compte des dizaines de millions d’adeptes et constitue un bloc électoral important pour le parti républicain, est une autre source clé (peut-être improbable) de soutien à Israël. Elle a mis son immense poids médiatique et politique au service de Netanyahou et d’autres dirigeants israéliens de droite. Fondée en partie sur une théologie messianique qui considère le rassemblement des Juifs en Terre sainte comme un précurseur de la seconde venue du Christ, la bataille entre Israéliens et Palestiniens n’est, à leurs yeux, que la continuation de la bataille entre Israélites et Philistins, Dieu jouant le rôle d’un agent immobilier cosmique qui a estimé que la terre n’appartenait qu’à Israël – nonobstant les notions laïques concernant le droit international et le droit à l’autodétermination.

Pendant ce temps, les organisations juives traditionnelles et conservatrices ont mobilisé des ressources considérables en matière de lobbying, des contributions financières de la communauté juive et des pressions citoyennes sur les médias et d’autres forums de discussion publique pour soutenir le gouvernement israélien. Bien que le rôle du lobby pro-israélien soit souvent largement exagéré – certains affirmant même qu’il s’agit du principal facteur influençant la politique américaine – il a joué un rôle important dans certaines courses serrées au Congrès et a contribué à créer un climat d’intimidation parmi ceux qui cherchent à modérer la politique américaine, y compris un nombre croissant de juifs progressistes. Bien qu’il ne soit pas le principal facteur du soutien américain à Israël, il l’a rendu plus difficile à remettre en cause.

L’industrie de l’armement a également tout à gagner du soutien des États-Unis à Israël et à ses opérations militaires. L’industrie contribue cinq fois plus aux campagnes du Congrès et aux efforts de lobbying que l’AIPAC et d’autres groupes pro-israéliens, et a un intérêt considérable à soutenir les livraisons massives d’armes à Israël et à d’autres alliés des États-Unis au Moyen-Orient.

Bien qu’assez discret, le racisme généralisé à l’égard des Arabes et des musulmans, si répandu dans la société américaine, est souvent perpétué par les médias. Cette situation est aggravée par l’identification de nombreux Américains au sionisme au Moyen-Orient, qui reflète notre propre expérience historique en tant que pionniers en Amérique du Nord, construisant une nation fondée sur des valeurs nobles et idéalistes tout en supprimant et en expulsant la population autochtone.

L’incapacité des mouvements progressistes aux États-Unis à contester efficacement la politique américaine à l’égard d’Israël et de la Palestine a également joué un rôle dans la situation actuelle. Pendant de nombreuses années, la plupart des groupes pacifistes et de défense des droits de l’homme ont évité la question, ne voulant pas s’aliéner un grand nombre de leurs électeurs juifs et autres libéraux qui soutiennent le gouvernement israélien et ne voulant pas être accusés de s’allier à des antisémites. Par conséquent, en l’absence de toute pression compensatoire, les membres libéraux du Congrès n’ont guère été incités à ne pas céder aux pressions des partisans du gouvernement israélien. Entre-temps, certains groupes anti-israéliens se sont engagés dans une rhétorique extrême, franchissant parfois la ligne de l’antisémitisme pur et simple, s’aliénant ainsi des alliés potentiels dans la contestation de la politique américaine.

Malgré ces obstacles, il est plus important que jamais de remettre en question le soutien des États-Unis à la guerre et à l’occupation israéliennes. Non seulement elles ont entraîné d’énormes souffrances parmi les Palestiniens et les autres Arabes, mais elles nuisent aux intérêts à long terme d’Israël et des États-Unis, alors que des éléments de plus en plus militants et extrémistes surgissent en réaction dans le monde arabe et islamique. En fin de compte, il n’y a pas de contradiction entre le soutien aux Juifs israéliens et le soutien aux Arabes palestiniens, car la sécurité israélienne et les droits des Palestiniens ne s’excluent pas mutuellement, mais dépendent l’un de l’autre.

L’opposition au soutien des États-Unis au gouvernement israélien a atteint un niveau sans précédent. Bien que ni l’administration Biden ni les dirigeants des deux partis au Capitole ne semblent écouter à ce stade, la majorité des Américains souhaite désormais clairement un changement de la politique américaine. Si la politique américaine était simplement la faute d’un puissant lobby, il serait plus facile de la changer. Malheureusement, elle est bien plus compliquée que cela, et il est essentiel de comprendre la dynamique de la politique américaine si nous voulons la changer.

Stephen Zunes

Stephen Zunesest professeur de politique et d’études internationales à l’université de San Francisco, où il coordonne le programme d’études sur le Moyen-Orient. Reconnu comme l’un des principaux spécialistes de la politique américaine au Moyen-Orient et de l’action stratégique non violente, le professeur Zunes est analyste politique principal pour le projet Foreign Policy in Focus de l’Institute for Policy Studies, rédacteur associé de Peace Review, rédacteur collaborateur de Tikkun et coprésident du comité consultatif académique de l’International Center on Nonviolent Conflict.

(*) Tous les gouvernements israéliens ont sauvagement opprimé les Palestiniens. Sous Barack -dit de gauche- l’armée israélienne les a opprimés tout autant.

Article original en anglais publié le 2 mars 2024 sur  Common Dreams

Etats-Unis Histoire International Israël Palestine Politique
Document sans titre

Les assertions et opinions exprimées ici sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputées à Arrêt sur Info.

Vous pouvez reproduire les articles d’Arrêt sur Info à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales.

Vous voulez réagir, signaler une erreur, communiquer un renseignement ? Contact