Les Palestiniens sont confrontés à une faim extrême et à une famine potentielle alors que les forces israéliennes ouvrent le feu sur les Palestiniens qui attendent de recevoir l’aide humanitaire. (Photo : Omar Ashtawy/APA)

Des chars et des avions de combat israéliens ont tué au moins 77 personnes et en ont blessé des centaines d’autres. Pendant ce temps, les groupes d’aide internationale affirment que les largages d’aide sont si “négligeables” qu’ils “perpétuent la stratégie globale du blocus”.

Les victimes

  • 30 035+ tués* et au moins 70 457 blessés dans la bande de Gaza.
  • Plus de 380 Palestiniens tués en Cisjordanie occupée et à Jérusalem-Est.
  • Israël révise son estimation du nombre de morts du 7 octobre, qui passe de 1 400 à 1 147.
  • 582 soldats israéliens tués depuis le 7 octobre et au moins 3 221 blessés**.

* Ce chiffre a été confirmé par le ministère de la santé de Gaza sur la chaîne Telegram. Certains groupes de défense des droits de l’homme estiment que le nombre de morts est plus proche de 35 000 si l’on tient compte des personnes présumées mortes.

** Ce chiffre est publié par l’armée israélienne, indiquant les soldats dont les noms “ont été autorisés à être publiés”.

Principaux développements

  • Un journaliste affirme qu’une famille a été tuée lors d’un bombardement israélien dans la ville de Gaza.
  • L’hôpital Kamal Adwan, dans le nord de la bande de Gaza, est hors service.
  • Un incendie a éclaté à l’hôpital Nasser de Khan Younis mercredi, rapporte Al Jazeera.
  • Le dernier hôpital fonctionnel de Gaza, Al-Awda, ferme ses portes, rapporte Wafa.
  • Une femme tuée et sa fille blessée dans des frappes israéliennes sur le sud du Liban, selon MTV Lebanon.
  • La Société du Croissant-Rouge de Palestine s’inquiète du sort de 7 médecins détenus.
  • Plus de 100 000 personnes se sont abstenues de voter lors des primaires du Michigan en raison de la politique de Biden à l’égard de Gaza.
  • ONU : l’approvisionnement en eau de Gaza ne représente que 7 % de la quantité d’eau disponible avant le mois d’octobre.
  • ONU : environ 339 hectares de serres ont été détruits.
  • Ministère de la santé de Gaza : sept enfants sont morts de malnutrition mercredi.
  • Groupe de défense des droits : les transferts d’armes du Royaume-Uni vers Israël pourraient violer le droit international.
  • Un couple tué lors d’attaques israéliennes sur le Sud-Liban.
  • Le cabinet de guerre israélien revient sur les restrictions imposées à la mosquée al-Aqsa, rapporte Channel 12, cité par Al Jazeera.
  • Un ministre israélien déclare qu’il n’y aura pas de normalisation avec l’Arabie saoudite si cela implique la création d’un État palestinien, rapporte Al Jazeera.
  • Les forces israéliennes abattent un jeune Palestinien à un poste de contrôle à Naplouse, rapporte Wafa.
  • Le chef de Refugees International : les largages humanitaires contribuent à la “stratégie de blocus” d’Israël.
  • Le chef d’Amnesty International exhorte l’Union européenne de financer l’UNRWA “sans délai”.
  • Ministère de la santé de Gaza : les forces israéliennes tuent au moins 77 Palestiniens qui attendaient de l’aide alimentaire près de la ville de Gaza.
  • L’objecteur de conscience israélien Tal Mitnick condamné à une troisième peine de prison.

Massacre israélien de civils affamés

Jeudi, les forces israéliennes ont attaqué les Palestiniens affamés qui attendaient une aide alimentaire près de la ville de Gaza, tuant au moins 77 personnes, selon le ministère palestinien de la santé.

Des corps ont été aperçus sur le sol après l’attaque, et les sauveteurs n’ont pas pu les atteindre en raison du risque de nouvelles frappes israéliennes, a rapporté Al Jazeera.

Un homme a déclaré qu’il attendait l’arrivée de l’aide depuis mardi.

“Vers 4h30 ce matin, les camions ont commencé à arriver. Lorsque nous nous sommes approchés des camions d’aide, les chars et les avions de guerre israéliens ont commencé à nous tirer dessus comme s’il s’agissait d’un piège”, a raconté l’homme à Quds News Network, cité par Al Jazeera.

“Alors que l’armée israélienne ouvrait le feu sur les demandeurs d’aide, les chars israéliens avançaient et écrasaient de nombreux cadavres et blessés dans les quartiers sud-ouest de la ville de Gaza. C’est un massacre, en plus de la famine qui menace les citoyens de Gaza”, a déclaré le correspondant d’Al Jazeera, Ismail al-Ghoul.

Plus de 250 Palestiniens ont été blessés dans l’attaque, la majorité d’entre eux ayant été transportés à l’hôpital al-Shifa et à l’hôpital Kamal Adwan. “Certains des autres ont été transportés d’urgence à l’hôpital Ahli et à l’hôpital jordanien. Le bilan va s’alourdir. Les hôpitaux ne sont plus en mesure d’accueillir le grand nombre de patients parce qu’ils manquent de carburant, sans parler des médicaments. Les hôpitaux ont également manqué de sang”, a ajouté al-Goul. L’homme qui a assisté à l’attaque a ajouté :

“Aux États arabes, je dis : si vous voulez nous faire tuer, pourquoi envoyez-vous de l’aide humanitaire ? Si cela continue, nous ne voulons plus recevoir d’aide du tout. Chaque convoi qui arrive signifie un nouveau massacre”.

“De nombreux jeunes hommes et femmes ont été tués et beaucoup d’autres blessés alors qu’ils se rendaient sur place pour recevoir l’aide. Le bon sens veut que si l’aide est acheminée, un cessez-le-feu doit être respecté. Ce n’est pas le cas sur le terrain… c’est un crime, c’est un désastre”, a-t-il conclu.

Après l’attaque, Jadallah al-Shafei, chef du service des infirmières de l’hôpital al-Shifa, a déclaré à Al Jazeera qu’il “n’y a pas de mots pour décrire la situation”.

“Cela rappelle les sombres scènes de l’hôpital baptiste il y a quatre mois, où 500 personnes ont été tuées par une seule frappe aérienne israélienne”, a-t-il déclaré.

“Depuis les premières heures de la matinée, l’hôpital a été submergé par des dizaines de cadavres et des centaines de blessés. La majorité des victimes souffrent de blessures par balle et d’éclats d’obus dans la tête et la partie supérieure du corps. Elles ont été touchées par des tirs d’artillerie directs, des missiles de drone et des coups de feu.

“Nous n’avons plus de salles d’opération, et encore moins de personnel médical. Nous sommes à court de fournitures médicales et de carburant pour faire fonctionner l’hôpital. Nous espérons pouvoir apporter une aide vitale aux blessés. Ils sont tous dans un état critique, allongés sur le sol. Nous sommes impuissants face à cette pénurie de fournitures et de personnel”, a déclaré M. al-Shafei.

Le ministère palestinien des affaires étrangères a condamné ce qu’il considère être un “massacre” de sang-froid de civils.

Dans un communiqué de presse, le ministère a déclaré que cette attaque s’inscrivait dans le cadre de la “guerre génocidaire” menée actuellement par Israël. Il a appelé la communauté internationale à “intervenir de toute urgence” pour instaurer un cessez-le-feu, “seul moyen de protéger les civils”.

De même, le bureau des médias du gouvernement de Gaza a déclaré : “Nous tenons l’administration américaine, la communauté internationale, l’occupation [israélienne] et les organisations internationales pour responsables de l’assassinat de civils affamés par l’occupation [israélienne]”, cité par Al Jazeera.

Les hôpitaux du nord de Gaza ne fonctionnent plus

Face aux attaques incessantes et au blocus brutal d’Israël, le secteur des soins de santé de Gaza a considérablement souffert et ne peut plus faire face à l’augmentation du nombre de patients.

Un autre établissement médical du nord de la bande de Gaza, l’hôpital Kamal Adwan, a été déclaré hors service après avoir manqué de carburant. Ahmed al-Kahlout, le directeur de l’hôpital, a déclaré que l’arrêt de toutes les activités médicales priverait des milliers de patients du droit aux soins médicaux, comme le rapporte Al Jazeera.

L’hôpital Al-Awda, dans la ville de Jabalia, au nord de Gaza, a également annoncé la suspension complète de tous ses services médicaux en raison de graves pénuries de carburant et de fournitures médicales. Le directeur du département de surveillance et d’évaluation d’al-Awda, le Dr Muhammad Salha, a averti dans un communiqué de presse que cette situation conduirait à “une privation totale des services de santé de base pour les citoyens, en particulier à la lumière de l’arrêt des services dans tous les hôpitaux du nord”, selon l’agence de presse Wafa. Le Dr Salha a lancé un appel urgent à toutes les organisations internationales, humanitaires et de défense des droits de l’homme pour qu’elles fassent pression sur Israël afin qu’il fournisse à l’hôpital médicaments, consommables, fournitures médicales et carburant.

Le Hamas a déclaré que la fermeture de l’hôpital du nord de Gaza aggraverait la crise sanitaire et humanitaire dans la région, rapporte Al Jazeera. Pour aggraver la situation, non seulement Israël prive activement les hôpitaux de fournitures adéquates, mais l’armée continue d’attaquer les installations.

Les forces israéliennes ont assiégé l’hôpital al-Awda 18 jours, causant de graves dommages aux étages supérieurs du bâtiment, en plus de détruire plusieurs ambulances, a ajouté Wafa.

En outre, mercredi, un incendie s’est déclaré dans l’un des bâtiments du complexe médical Nasser à Khan Younis après que des obus d’artillerie israéliens ont frappé le site dans la ville méridionale, a rapporté Al Jazeera Arabic, partageant une vidéo des flammes engloutissant des parties de l’hôpital alors que l’on tentait de les éteindre.

Tania Hary, directrice exécutive de Gisha-Legal Center for Freedom of Movement, déclare que le gouvernement israélien continue de “semer le chaos et de nier sa responsabilité à l’égard de la population” alors que l’ordre public à Gaza se désintègre avec le désespoir croissant et la famine. “Les mesures provisoires de la CIJ [Cour internationale de justice] stipulent qu’Israël doit ‘prendre des mesures immédiates et efficaces pour permettre la fourniture des services de base urgents’ et non pas se moquer des humanitaires qui tentent d’apporter de l’aide aux 2,2 millions de Palestiniens de Gaza et les mettre en danger”, a poursuivi M. Hary sur le site X.

Le personnel médical est toujours détenu illégalement

Tout en détruisant les installations médicales, les forces israéliennes ont également continué à s’en prendre au personnel médical. Pour le vingtième jour consécutif, l’armée a placé en détention sept membres du Croissant-Rouge palestinien (CRP), dont des ambulanciers, des techniciens en anesthésie et un médecin.

“Ils ont été arrêtés lors du raid de l’occupation israélienne sur l’hôpital Al-Amal, et leur sort reste inconnu à l’heure actuelle. Le Croissant-Rouge palestinien exprime sa plus grande inquiétude pour la sécurité des équipes détenues, et demande leur libération immédiate”, a déclaré le Croissant-Rouge palestinien.

Selon Amani Sarhaneh, de la Palestinian Prisoners Society, les personnes détenues dans l’enclave côtière assiégée sont soumises à des disparitions forcées par l’armée israélienne. “Israël refuse de donner la moindre information sur l’endroit où se trouvent les détenus ou ce qu’il advient d’eux”, a déclaré Sarhaneh à Al Jazeera. Elle a ajouté que les prisonniers libérés ont parlé “d’horribles pratiques de torture perpétrées contre eux pendant leur détention dans les camps israéliens”. – “Depuis le 7 octobre, les conditions de détention ont radicalement changé. Les prisonniers palestiniens sont soumis à une politique systématique de torture, d’humiliation et d’abus”, a-t-elle déclaré, ajoutant que dix détenus sont morts en prison.

Les détenus sont également victimes de malnutrition et de la surpopulation des cellules. En outre, les autorités pénitentiaires israéliennes ont retiré aux prisonniers leurs vêtements chauds et leurs couvertures au début de la saison hivernale, tout en les empêchant de prendre des douches quotidiennes et en leur refusant les visites de leur famille et de leur avocat, a déclaré Mme Sarahneh.

Sept bébés meurent de malnutrition

La situation dans les communautés de Gaza s’aggrave d’heure en heure, alors que la menace d’une famine provoquée par l’homme plane sur l’enclave assiégée.

Le directeur de l’hôpital Kamal Adwan, Ahmad al-Kahlout, a déclaré à Al Jazeera Arabic que sept enfants étaient morts de malnutrition. L’établissement médical lui-même n’a plus de carburant pour faire fonctionner ses générateurs.

Quelques heures avant la panne sèche, le Dr Hossam Abu Safia, chef du service de pédiatrie de l’hôpital, a déclaré à Al Jazeera que l’hôpital admettait entre 1 000 et 1 200 bébés par jour, pour 500 à 600 avant la guerre.

“Nous remarquons que tous les patients présentent des signes de pâleur et de faiblesse. Même les nouveau-nés sont émaciés”, a-t-il déclaré. “La majorité des nouveau-nés que nous traitons aujourd’hui à l’hôpital Kamal Adwan n’ont plus de parents. Ils nous ont été envoyés par des refuges ou d’autres hôpitaux, et ils n’ont plus de mère”, a déclaré M. Abu Safia.

Il ajoute que l’hôpital a du mal à trouver suffisamment de lait pour les bébés, alors que nombre d’entre eux en ont besoin pour aider leur système immunitaire à se rétablir. “Le lait dont nous disposons est divisé en parts égales entre tout le monde, ce qui a des répercussions sur le poids des bébés et sur leurs progrès quotidiens”, a-t-il ajouté.

Project Hope, une organisation humanitaire qui gère une clinique dans la bande de Gaza, indique que 21 % des femmes enceintes qu’elle a traitées au cours des trois dernières semaines souffrent de malnutrition. En outre, 11 % des enfants de moins de cinq ans soignés au cours de la même période souffrent de malnutrition. “Les gens ont déclaré ne manger que du pain blanc, car les fruits, les légumes et les autres aliments riches en nutriments sont pratiquement impossibles à trouver ou trop chers”, a ajouté l’organisation.

L’approvisionnement en eau de Gaza a également été gravement affecté par les restrictions sévères imposées aux livraisons de carburant et par l’absence d’usines de dessalement en état de marche. “La malnutrition, les maladies épidémiques et les traumatismes sont omniprésents”, a déclaré Jan Egeland, secrétaire général du Conseil norvégien pour les réfugiés, lors d’une visite à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza.

Visitant une école abritant quelque 4 500 personnes déplacées qui ont fui la ville de Gaza, dans le nord de l’enclave, et la ville voisine de Khan Younis, M. Egeland a déclaré sur les réseaux sociaux qu’il était “choqué par les conditions” dans lesquelles les gens étaient forcés de vivre.

“Les handicapés, les femmes enceintes et les nouveau-nés partagent 18 latrines avec 4 500 autres personnes”, a-t-il écrit sur les réseaux sociaux.

Dans un précédent message posté depuis le poste frontière de Rafah, à Gaza, M. Egeland a indiqué que des centaines de camions d’aide attendaient d’entrer dans le territoire palestinien pour venir en aide à “une population civile affamée”.

“Le système est défaillant”, a-t-il déclaré à propos du processus d’autorisation de l’aide à Gaza. “Israël pourrait y remédier pour le bien des innocents”, a-t-il ajouté.

“L’ampleur des besoins humanitaires de la population de Gaza est indescriptible. Les maladies sont endémiques. La production alimentaire s’est arrêtée. Plus d’un quart des puits d’eau a été détruit”, a déclaré l’Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA) dans un message publié sur les réseaux sociaux. “La famine menace. Les hôpitaux se sont transformés en champs de bataille. Un million d’enfants sont confrontés à des traumatismes quotidiens”.

Meinie Nicolai, directeur du groupe Médecins sans frontières (MSF), a déclaré que les habitants de Gaza étaient “désespérés”.

“Ils vivent dans des abris de fortune. Il fait froid. Il n’y a pas assez de nourriture. Il n’y a pas assez d’eau. Il n’y a pas assez de soins de santé”, a déclaré M. Nicolai.

“Les centres de santé ont été attaqués, ils s’effondrent. Tout le système s’effondre. Nous travaillons sous des tentes et essayons de faire ce que nous pouvons. Nous soignons les blessés. Avec les déplacements, les blessures des gens se sont infectées. Et je ne parle même pas des blessures mentales. Les gens sont désespérés. Ils ne savent plus quoi faire.”

“L’endroit est très sombre et la lumière ne pénètre que par d’étroites ouvertures parmi les débris”, a déclaré Alaa, 12 ans, citée par l’UNRWA, qui a été forcée de trouver refuge avec sa famille dans un bâtiment démoli à Rafah. “Pour la population de Gaza, il n’y a littéralement plus nulle part où aller”, a ajouté l’agence de l’ONU, accompagnée de photos de la famille dans l’immeuble bombardé.

Pramila Jayapal, membre du Congrès et présidente de Progressive Caucus, a écrit une lettre demandant le rétablissement complet du financement américain de l’UNRWA, le principal organisme de distribution d’aide à Gaza, qui a été retiré à la suite d’allégations israéliennes non fondées selon lesquelles plusieurs de ses employés auraient pris part aux attaques du 7 octobre.

La lettre a été signée par les représentants Andre Carson et Jamie Raskin.

“La suspension du financement de l’UNRWA, dans un contexte où il existe des signes alarmants de génocide, risque d’exacerber considérablement, voire de contribuer aux préjudices que la Convention sur le génocide cherche à prévenir”, a écrit la secrétaire générale d’Amnesty International, Agnes Callamard, dans une lettre adressée à la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, dans laquelle elle exhorte l’UE à poursuivre son financement de l’UNRWA “sans délai”.

Mme Callamard a également reconnu la nécessité d’enquêter de manière indépendante sur les allégations formulées à l’encontre d’une douzaine d’employés sur les 30 000 que compte l’UNRWA, mais elle a ajouté que “la suspension du financement de l’UNRWA risque également de légitimer la pratique des châtiments collectifs infligés aux Palestiniens”.

Logistique de l’aide humanitaire

Compte tenu du taux alarmant de famine à Gaza dû aux efforts d’Israël pour entraver l’aide, les pays envisagent de plus en plus de larguer de l’aide humanitaire sur Gaza, y compris les États-Unis.

“Des centaines de camions d’aide font la queue pour entrer à Gaza aux checkpoints de Rafah et de Kerem Shalom [Karam Abu Salem], au profit d’une population civile affamée”, a déclaré Jan Egeland, secrétaire général du Conseil norvégien pour les réfugiés, dans un message sur les réseaux sociaux.

“Il ne s’écoule pas une seule journée où nous avons pu faire passer les 500 camions nécessaires. Le système est bloqué et Israël pourrait y remédier pour le bien des innocents”, a poursuivi M. Egeland, accompagné d’une vidéo montrant des dizaines de camions d’aide alignés.

L’administration du président Joe Biden a déclaré qu’elle envisageait de larguer de l’aide à partir d’avions militaires américains, a rapporté Reuters, citant un responsable américain.

Cependant, plusieurs organisations de défense des droits de l’homme ont déclaré que cette méthode de livraison était inefficace pour répondre aux besoins urgents et critiques de Gaza.

Le Programme alimentaire mondial (PAM) a également déclaré que les largages aériens étaient un “dernier recours” pour plusieurs raisons, notamment les “quantités relativement faibles” qui peuvent être livrées par rapport à un convoi de camions.

“Faciliter le largage aérien – et assurer une couverture médiatique autour – donne l’impression au public qu’Israël coopère aux efforts humanitaires”, a déclaré Jeremy Konyndyk, président de Refugees International.

Konyndyk a ajouté que la quantité d’aide fournie par les largages aériens est si “négligeable” qu’elle contribue à “perpétuer la stratégie globale du blocus”. – “Le fait qu’ils soient pris en compte constitue un échec politique majeur”, conclut-il.

Le journalisme attaqué

Les journalistes qui couvrent les agressions israéliennes dans la bande de Gaza continuent d’être pris pour cible et entravés par Israël.

À de rares exceptions près, les reporters étrangers se sont toujours vu interdire l’accès au territoire assiégé depuis le début de la guerre, tandis que les forces israéliennes ont tué au moins 89 journalistes palestiniens depuis le 7 octobre, selon le Comité pour la protection des journalistes (CPJ).

Plus d’une vingtaine de parlementaires du parti du président américain Joe Biden ont signé une lettre demandant au secrétaire d’État Antony Blinken de prendre des mesures pour assurer la sécurité des journalistes dans la bande de Gaza et garantir la liberté de la presse.

“Avec plus de journalistes tués en trois mois qu’il n’y en a jamais eu dans un seul pays au cours d’une année entière, nous restons préoccupés par les mesures insuffisantes prises pour protéger la vie de la population civile à Gaza, y compris celle des journalistes”, écrivent les membres du Congrès.

Les membres du Congrès ont également exigé que les journalistes étrangers et tous les membres de la presse (y compris les Palestiniens déjà présents à Gaza) aient accès à des équipements de protection individuelle et qu’ils soient autorisés à entrer et à sortir de Gaza à leur guise, sans escorte militaire israélienne.

En outre, les législateurs ont exigé que les infrastructures de communication soient protégées dans la mesure du possible.

Un groupe de 55 journalistes internationaux a rédigé une lettre ouverte demandant au gouvernement israélien de les laisser entrer à Gaza pour rendre compte de la guerre, rapporte Press Gazette.

La lettre indique que les reporters étrangers se sont vu refuser l’accès au territoire depuis le début de la guerre, “à l’exception de rares incursions sous escorte avec l’armée israélienne”, et demande à Israël et à l’Égypte d’accorder à tous les médias “un accès libre et sans entrave”. Elle demande également que des mesures soient prises pour protéger les journalistes locaux, dont 126 ont été tués depuis le début de la guerre, selon le bureau des médias du gouvernement de Gaza.

Désengagement pour Joe Biden

Mercredi, le président Joe Biden a remporté les primaires démocrates du Michigan. Cependant, plus de 100 000 personnes se sont abstenues en raison de la politique de l’administration à Gaza.

“Notre mouvement est sorti victorieux ce soir et a largement dépassé nos attentes. Des dizaines de milliers de démocrates du Michigan, dont beaucoup ont [sic] voté pour Biden en 2020, ne sont pas engagés pour sa réélection en raison de la guerre à Gaza”, a tweeté le groupe Listen to Michigan, qui a organisé la campagne de vote sans engagement.

“Le président Biden a financé les bombes qui tombent sur les membres des familles de ceux qui vivent ici même dans le Michigan. Des gens qui ont voté pour lui se sentent aujourd’hui totalement trahis. Président Biden, écoutez le Michigan. Ne comptez pas sur nous, Joe”, a poursuivi le groupe.

Suite aux résultats, la députée Pramila Jayapal, présidente du Congressional Progressive Caucus, a déclaré sur les réseaux sociaux : “Les résultats dans le Michigan sont clairs : les électeurs ne sont pas satisfaits de la gestion de la guerre à Gaza par les États-Unis”,

faisant référence à la forte participation des abstentions aux élections primaires démocrates dans le Michigan hier.

“Il s’agit d’une question morale fondamentale, et il est temps de nous écouter”.

Leila Sarah

Article original en anglais publié le 29 février 2024 sur Mondoweiss.net