Jürgen Todenhöfer. Crédit image Wikipedia

Pour tout politicien responsable, il n’y a qu’une seule option: des négociations de paix

Par Jürgen Todenhöfer

Sont morales – selon Emmanuel Kant – les actions dont un homme juste pense qu’elles devraient être valables pour le monde entier. Comment faut-il évaluer les livraisons d’armes à l’Ukraine sous cet angle?

Si, pour des raisons morales, l’OTAN devait dès à présent livrer des armes à tous les Etats envahis en violation du droit international, le monde entier serait en guerre.

Nous devrions alors envoyer des chars au Yémen, tout comme à Taiwan s’il était prochainement attaqué par la Chine. Nous aurions également dû soutenir militairement l’Irak lorsque les Etats-Unis l’ont envahi sur la base d’un mensonge. Et qu’en serait-il de la Palestine?

Une stratégie qui conduit à davantage de guerres dans le monde ne peut pas être morale.

Nos livraisons d’armes à l’Ukraine, qui ne sont guère utiles sur le plan militaire, mais qui pourraient prolonger le conflit et entraîner un risque de guerre mondiale avec potentiellement l’utilisation d’armes nucléaires, sont donc immorales.

Et qu’en est-il de nos sanctions contre la Russie? Sont-elles moralement acceptables?

La réponse est ici encore plus facile: elles nous font plus de mal qu’à la Russie qui gagne des milliards de plus qu’avant grâce à l’explosion des prix du gaz, malgré des exportations réduites. Des sanctions qui ruinent son auteur pour de longues années, alors que le concerné en profite financièrement, ne peuvent pas être morales.

Elles sont tout simplement stupides. Je ne peux pas déclarer – en suivant Kant – qu’une telle stupidité suicidaire est un devoir moral pour le monde entier.

Suite aux sanctions, nous nous dirigeons vers la crise économique la plus sérieuse de l’histoire de l’après-guerre. Elle touchera surtout les couches de population à faibles revenus. Celles-ci auront faim et froid dès l’hiver prochain et perdront leurs maigres économies, alors que nos si «moraux» politiciens allemands viennent d’augmenter leurs salaires de plus des deux tiers du taux réglementaire de Hartz IV.

Une telle stupidité autodestructrice et éhontée ne peut être morale.

La question est donc la suivante: existe-t-il une issue à ce labyrinthe moral? Oui. Nous devons aider l’Ukraine sur le plan politique et diplomatique. Par des négociations de paix intelligentes.

Celles-ci sont-elles difficiles? Oui! Sont-elles prometteuses? Peut-être, peut-être pas.

Mais la difficulté des négociations ne nous donne pas le droit de mettre en péril la paix mondiale et la prospérité durement acquise de notre population. En d’autres termes: bien que la guerre d’Ukraine menée par la Russie soit sans aucun doute contraire au droit international, nous devrions cesser nos sanctions et nos livraisons d’armes.

Car elles sont immorales et stupides.

Il n’y a qu’une seule option légitime pour les politiques responsables: des négociations de paix.

La stratégie actuelle sur le maintien des sanctions et des livraisons d’armes mène l’Europe au chaos.

Jürgen Todenhöfer

*Jürgen Todenhöfer, *1940, homme politique allemand (anciennement CDU, depuis 2020: Team Todenhöfer), journaliste et ancien manager de médias. Docteur en droit, il a été député de la CDU au Bundestag de 1972 à 1990. A partir de 1980, il a été l’un des soutiens allemands les plus connus des moudjahidin et de leur guérilla contre l’intervention soviétique en Afghanistan. De 1987 à 2008, il a travaillé comme membre du conseil d’administration du groupe de médias Burda. Depuis le début des années 2000, Todenhöfer s’est engagé contre les interventions militaires américaines en Afghanistan et en Irak. Il a publié plusieurs livres et de nombreuses contributions. Todenhöfer visite depuis des décennies les foyers de crise de notre planète et décrit sans ménagement les conditions qu’il rencontre et les arrière-plans.

Traduction

Lire du même auteur:

Le soutien occidental aux insurgés en Syrie viole le droit international»

Interview avec un commandant du Front al-Nosra : «Nous formons l’une des composantes d’al-Qaïda»

Imprimer