Le commissaire européen Günther Oettinger est plongé dans la tourmente. Dans le cadre d’une interview réalisée à Strasbourg, diffusée mardi soir sur la chaîne allemande DW, il exprimerait son mépris pour les électeurs italiens.

Le Mépris

Publié le 

La crise politique italienne vient de connaître un rebondissement spectaculaire au niveau de la Commission européenne. Une polémique vient d’éclore sur les réseaux sociaux. Le journaliste Bernd Thomas Riegert, de la chaîne DW, a publié un message sur Twitter rapportant des propos du commissaire européen au Budget et aux Ressources humaines, Günther Oettinger, extraits de l’interview diffusée ce mardi soir. Le contenu du message dévoilait une déclaration méprisante à l’égard du peuple italien de la part de Günter Oettinger.

« Les marchés vont apprendre aux Italiens à bien voter« .
Ce tweet a provoqué un véritable tollé et une onde de choc sur les réseaux sociaux et en Italie. Le message a rapidement été supprimé par le journaliste Bernd Thomas Riegert qui a depuis entrepris une périlleuse démarche de rétropédalage et d’équilibriste.
Le leader de la Ligue, Matteo Salvini, a personnellement réagi sur Twitter suite à ce dérapage.
« Incroyable. A Bruxelles, ils sont sans vergogne. Si ce n’est pas une menace… Je n’ai pas peur, les Italiens d’abord !« 

Jean-Claude Juncker tente de sauver l’image de la Commission européenne

Au regard de l’ampleur de la tempête sur les réseaux sociaux, de la sensation de déni de démocratie et face au message désastreux envoyé aux électeurs italiens, le Président de la Commission européenne a tenté d’éteindre l’incendie avec un communiqué officiel, dévoilé ce mardi 29 mai.
« Le Président de la Commission, Jean-Claude Juncker, tient à faire part de sa conviction que le sort de l’Italie ne saurait dépendre des injonctions que pourraient lui adresser les marchés financiers. L’Italie – indépendamment des partis politiques qui demain la dirigeront – est un pays fondateur de l’Union européenne qui a énormément contribué à l’intégration européenne. Le Président est convaincu que l’Italie poursuivra son parcours européen. La Commission est prête à coopérer avec l’Italie de manière responsable et dans un respect mutuel. L’Italie mérite respect« .
Le président italien Sergio Mattarella a confié la délicate mission à Carlo Cottarelli de former le nouveau gouvernement après la récente crise politique. Giuseppe Conte a en effet renoncé à sa mission suite au refus du chef de l’Etat italien d’adouber la nomination de l’eurosceptique Paolo Savona au portefeuille des Finances.

Lire la suite de l’article sur Atlantico.fr

Imprimer