Par Moon of Alabama

Paru le 3 décembre 2021 sur le blog Moon of Alabama


De nouvelles négociations sur un retour des États-Unis à l’accord nucléaire avec l’Iran ont eu lieu. Pour les replacer dans leur contexte et comprendre les différentes positions, il est utile de revenir sur la façon dont cela s’est passé.

En 2015, le gouvernement iranien, les cinq membres du Conseil de sécurité des Nations unies et l’Allemagne se sont mis d’accord sur un accord (JCPOA) prévoyant la levée des sanctions contre l’Iran en échange de la limitation des développements nucléaires de ce pays. L’accord est intervenu après une longue période pendant laquelle l’Iran a été soumis à des sanctions internationales.

Mais même avec l’accord en place, le président américain Barack Obama n’a pas levé toutes les sanctions qu’il avait accepté de lever. La situation économique de l’Iran s’est quand même quelque peu redressée, mais jamais autant que prévu. Pourtant, dans l’ensemble, les deux parties ont respecté l’accord. L’Iran a limité son programme nucléaire, qui a également été soumis à des inspections continues de l’AIEA.

Donald Trump, le président américain suivant, n’aimait pas cet accord. Israël et ses donateurs lui ont dit d’y mettre fin pour l’inciter ensuite à attaquer l’Iran. En mai 2018, les États-Unis ont quitté l’accord et réimposé des sanctions.

L’Iran a attendu pendant une année complète. Il a ensuite commencé à étendre son programme nucléaire en vertu d’une clause de l’accord qui l’autorise à le faire si les autres participants ne tiennent pas leurs promesses. Le programme a depuis fait des progrès assez importants permettant au pays de fabriquer un uranium plus enrichi.

L’administration Trump a étendu les sanctions contre l’Iran dans le cadre d’une campagne de « pression maximale ». Ces nouvelles sanctions n’étaient souvent pas directement liées au programme nucléaire iranien et frappaient des entités qui n’avaient aucun lien avec celui-ci. L’objectif était de créer tellement de sanctions « tous azimuts » que tout successeur de Trump aurait des difficultés à les supprimer et à réintégrer l’accord nucléaire.

Pendant la campagne électorale de 2020, le président actuel Joe Biden a promis de réintégrer l’accord nucléaire. Mais même plusieurs mois après son entrée en fonction, rien ne s’est passé du côté américain. Au lieu de simplement supprimer les sanctions que Trump avait imposées, l’administration Biden a voulu que l’Iran concède d’abord, sans rien en échange. Outre la réduction du programme nucléaire iranien, l’administration Biden voulait également prolonger l’accord, ajouter de nouvelles négociations sur le programme de missiles balistiques de l’Iran et maintenir certaines sanctions.

Dans le même temps, Israël menait une guerre secrète contre l’Iran en sabotant son programme nucléaire et en tuant ses spécialistes du nucléaire.

Après quelques interruptions, de nouvelles négociations sont lancées en 2020. Six cycles de pourparlers ont suivi, au cours desquels un schéma de libération progressive des sanctions et de réduction du programme nucléaire a été convenu. Mais une clause sur laquelle les États-Unis insistent a conduit à la rupture des négociations. Les États-Unis voulaient pouvoir réimposer toutes les sanctions à moins que l’Iran n’accepte de négocier sérieusement son programme de missiles balistiques et son soutien aux groupes de résistance au Moyen-Orient. Aucun de ces sujets ne faisait pourtant partie de l’accord nucléaire initial.

Le chef suprême de l’Iran, Ali Khamenei, a rejeté ces conditions et les négociations ont été rompues. Entre-temps, les élections en Iran ont mis en place un gouvernement moins libéral.

Le nouveau gouvernement avait critiqué le précédent pour avoir cédé aux exigences des États-Unis. Les États-Unis s’attendaient à ce que le nouveau gouvernement iranien retourne immédiatement à la table des négociations et reprenne là où les négociations précédentes s’étaient arrêtées. Le nouveau gouvernement iranien n’était pas prêt à le faire. Il a fallu du temps à la nouvelle administration iranienne pour régler tous les détails des négociations précédentes et pour convenir d’une nouvelle stratégie.

Cette semaine, de nouvelles négociations entre l’Iran, les autres membres du JCPOA et les États-Unis ont eu lieu à Vienne.

La nouvelle équipe de négociation iranienne a présenté deux documents. Le premier décrit toutes les sanctions que l’Iran espère voir levées et les mesures à prendre pour garantir qu’elles ne seront pas à nouveau imposées de manière arbitraire. Le second document décrit comment l’Iran réduira son programme nucléaire après que la levée des sanctions aura été vérifiée.

Les exigences de l’Iran sont désormais plus fortes sur certains points qu’avec l’équipe de négociation iranienne précédente.

Les participants « occidentaux » aux négociations ont critiqué les nouvelles demandes iraniennes :

Les négociateurs nucléaires des E3 – France, Allemagne et Royaume-Uni – ont dit aux négociateurs iraniens, en coordination avec les États-Unis, que les propositions d’ouverture qu’ils ont présentées lors des négociations nucléaires de Vienne cette semaine étaient peu sérieuses et inacceptables, a déclaré un diplomate des E3 informé des pourparlers.

Ce diplomate a déclaré que le projet d’allègement des sanctions était extrême et maximaliste, les Iraniens ayant augmenté leurs demandes d’allègement des sanctions par rapport au projet d’accord conclu avec le précédent gouvernement Rouhani en juin dernier.

Le deuxième projet sur les mesures nucléaires iraniennes était également très dur. Le diplomate a déclaré que les Iraniens ont supprimé toutes les clauses de compromis convenues précédemment sur les mesures qu’ils prendront pour réduire leur programme nucléaire. En pratique, les Iraniens acceptent moins de limitations à leur programme nucléaire.

Ce n’est pas ce que l’Iran a demandé ou exigé.

La demande de l’Iran est un retour à l’accord initial avant que les États-Unis ne le quittent et réimposent des sanctions. L’Iran veut également une forme de garantie que les États-Unis, après un éventuel retour à l’accord, ne le quitteront pas à nouveau.
Ces demandes ne sont pas « dures » mais tout à fait raisonnables.

L’Iran attend maintenant une déclaration de l’autre partie qui constituerait une offre raisonnable et une position d’ouverture. Les différences entre les propositions de chaque partie pourraient alors être discutées.

L’« Occident » n’a jusqu’à présent fait aucune offre de ce type et insiste pour revenir à l’état des négociations précédentes et aux concessions faites par l’administration Rouhani. Cependant, le guide suprême et l’électorat iranien ont rejeté ces positions. Ils ont élu un nouveau président, Ebrahim Raisi, parce que celui-ci insiste sur un retour complet à l’accord initial et rejette toute condition supplémentaire.

Aujourd’hui, après une deuxième journée de négociations, les délégations sont retournées dans leurs pays respectifs. Elles se réuniront à nouveau la semaine prochaine pour un nouveau cycle.

Les États-Unis et leurs mandataires « occidentaux » devront alors faire connaître leur position. Les États-Unis veulent-ils revenir à l’accord initial ou continueront-t-ils à insister pour obtenir un accord beaucoup plus contraignant ?

Si les États-Unis choisissent la deuxième voie, les négociations échoueront. L’Iran quittera alors l’accord JCPOA. Il limitera la supervision de l’AIEA et poursuivra le développement de son programme nucléaire. Depuis sa fondation, la République d’Iran a toujours rejeté l’utilisation d’armes de destruction massive pour des raisons religieuses et idéologiques. Et ce, même lorsqu’elle subissait des attaques au gaz pendant la guerre Iran-Irak. Cette position pourrait toutefois ne pas l’empêcher de construire et de tester des armes nucléaires.

L’administration Biden et les opposants à l’accord nucléaire prétendent avoir un plan B en cas d’échec des négociations.

Ils maintiendraient les sanctions contre l’Iran et en ajouteraient de nouvelles. Ce plan comprendrait également des menaces militaires.

Toutefois, avant la négociation de l’accord initial, la Chine et la Russie participaient au régime de sanctions contre l’Iran. Aujourd’hui, elles soutiennent la position de l’Iran. La Chine lui achète du pétrole et investit dans ses infrastructures. La Russie a récemment signé un accord sur le développement des champs gaziers iraniens dans la mer Caspienne. Ni la Chine ni la Russie ne participerait à un nouveau régime de sanctions. Sans elles, les nouvelles sanctions « occidentales » contre l’Iran auront peu d’effet.

Il n’existe pas non plus de menace militaire crédible à l’encontre de l’Iran. Tout bombardement de ses installations nucléaires ne ferait que les pousser sous terre et interdirait toute supervision par l’AIEA. Toute attaque serait répliquée par des attaques contre les bases américaines au Moyen-Orient. Si une véritable guerre devait éclater, Israël subirait également le feu des alliés iraniens en Syrie et au Liban. Ce serait sa fin.

Si les États-Unis (et Israël) veulent maintenir des limites au programme nucléaire iranien, il n’y a qu’une seule solution. Un retour complet à l’accord JCPOA, ainsi que la levée de toutes les sanctions que l’administration Trump avait imposées à l’Iran.
Les États-Unis peuvent ne pas aimer un tel accord, mais c’est le seul qu’ils pourront obtenir.

Moon of Alabama

Traduction Olinda/Arrêt sur info

Source: Moon of Alabama

Imprimer