by Ray McGovern

Paru le 25 Janvier 2022 sur Anti war


L’hyperactivité de lundi était-elle surtout du théâtre ? Le Pentagone a relevé le niveau d’alerte de 8 500 soldats qui viendraient renforcer la Force de réaction rapide de l’OTAN, tout en soulignant qu’aucune décision finale n’avait été prise quant à leur déploiement. Et l’OTAN a annoncé que certains de ses membres envoyaient des navires et des avions de chasse en Europe de l’Est pour rassurer les alliés de la région.

Pour ajouter à la tension, le département d’État a ordonné aux familles des diplomates de quitter l’ambassade de Kiev, les familles britanniques et australiennes les suivant de près. Dans le même temps, le plus haut diplomate de l’Union européenne, Josep Borrell, a été inhabituellement direct en déclarant : « Nous n’allons pas faire la même chose [réduire les ambassades], car nous ne connaissons pas de raisons spécifiques ».

Pendant ce temps, les médias corporatistes dénoncent avec encore plus d’ardeur la prétendue intention de la Russie d’envahir l’Ukraine, malgré les démentis répétés (et plausibles) de Moscou selon lesquels c’est l’objectif éventuel de l’augmentation des troupes russes près de l’Ukraine. Il semble que la forte tension actuelle soit alimentée artificiellement, et la question est de savoir pourquoi.

Permettez-moi d’émettre l’hypothèse que les « fous » de Washington, qui voient un avantage politique dans la politique de la corde raide à l’égard de la Russie, font un ultime effort pour empêcher toute avancée significative dans les négociations américano-russes en cours – oui, les pourparlers dont « tout le monde savait » qu’ils échoueraient rapidement. Les faucons peuvent ressentir une urgence particulière aujourd’hui, alors que la solidarité de l’OTAN prend l’allure d’un village Potemkine, avec l’Allemagne, le grand absent, qui refuse d’envoyer des armes en Ukraine.

Les officiels restent discrets : Un bon signe

À la suite des premiers pourparlers entre les États-Unis et la Russie à Genève les 9 et 10 janvier, de nombreux reportages ont été publiés, dont la plupart provenaient des responsables concernés. Après quelques jours, cependant, cela s’est brusquement arrêté, probablement en vertu d’un accord mutuel visant à ne pas compliquer les négociations en ayant à faire face à des reportages médiatiques – exacts ou non. La seule exception notable a été une interview donnée par le porte-parole du Kremlin, Dmitry Peskov, qui est très proche du président Poutine depuis de nombreuses années. Le 16 janvier, Peskov est  apparu sur « Fareed Zaharia GPS »  pour parler des « exigences de la Russie ».

PESKOV : Je peux officiellement vous dire qu’il n’y a pas de troupes russes … sur le sol ukrainien. Mais il y a des troupes russes sur le territoire de la fédération russe à côté des frontières ukrainiennes. Et nous estimons qu’il est nécessaire de maintenir ces troupes là-bas [en raison] de la situation très tendue et de l’environnement très hostile créé par les différentes formations de l’OTAN, les chasseurs à réaction, les avions espions de l’OTAN, l’infrastructure militaire de l’OTAN qui se rapproche de nos frontières. Nous devons réagir. … C’est pourquoi nous avons nos militaires sur notre territoire là-bas.

ZAKARIA : Avez-vous une sorte de calendrier auquel vous vous attendez – à quel moment vous direz que les négociations ont échoué et que vous êtes alors prêt à entreprendre une action militaire ?

PESKOV : Personne ne menace qui que ce soit d’une action militaire. Ce ne sera qu’une folie pour le faire. Mais nous serons prêts à prendre des contre-mesures. Donc si vous continuez à dire « Écoutez, les Russes, nous n’allons pas prendre en compte vos préoccupations, l’OTAN va continuer à s’étendre … nous n’allons pas dire que nous ne déploierons pas d’armes offensives sur le territoire de l’Ukraine. … » Si vous nous dites cela, nous devrons faire quelque chose. 

Quel est le calendrier ? … Eh bien, bien sûr, nous ne parlons pas de demain. Nous ne parlons pas d’heures, mais ce que notre président a voulu dire, c’est que nous ne voulons pas d’un processus pour le plaisir du processus. Nous ne voulons pas voir une négociation d’un mois ou d’un an pour discuter de nos désaccords. Nous voulons sentir dès le départ que l’on est prêt à prendre en compte nos préoccupations. Pour l’instant, malheureusement, nous n’y parvenons pas.

Surprise ! Blinken et Lavrov à Genève

Peu de gens s’attendaient à l’annonce, le 18 janvier, que Lavrov et Blinken se rencontreraient le 21 janvier. On peut imaginer une appréhension accrue de la part des néoconservateurs, et d’autres qui préfèrent la tension à la détente, face à la poursuite inhabituellement rapide des négociations bilatérales. Pire encore, de leur point de vue, Blinken a déclaré qu’il fournirait – cette semaine – des commentaires écrits sur les préoccupations russes.

LA Question : Quelqu’un du côté américain a-t-il pris Peskov au sérieux ?

Le silence officiel a été brièvement rompu par Blinken lors des talk-shows télévisés du dimanche (23 janvier). Blinken a notamment déclaré à Face the Nation que la voie de la diplomatie et du dialogue est clairement la chose la plus responsable à faire.

« Nous répondons à certaines des préoccupations que la Russie peut avoir, la Russie répond aux nombreuses préoccupations que nous avons. … Nous verrons si … il y a des choses que nous pouvons refaire sur une base réciproque qui feraient réellement progresser la sécurité collective d’une manière qui réponde à une partie de ce que nous entendons [de la Russie], et la Russie répond à une grande partie de ce qu’elle entend de nous. » (À la surprise de personne, afin d’équilibrer ses propos, Blinken a inclus les avertissements obligatoires de « conséquences massives » si la Russie envahit l’Ukraine).

La réponse écrite

À moins que les néocons et leurs mandataires ukrainiens ne parviennent à perturber le processus, la prochaine étape sera la réponse américaine à ce que la Russie a mis sur la table. Un signe encourageant vient officieusement des rapports des médias russes selon lesquels Blinken a dit à Lavrov que lorsque la réponse américaine sera remise, les États-Unis ne veulent pas que son contenu soit communiqué aux médias. Selon le commentateur politique et animateur de talk-show Vladimir Solovyov, cela suggère que la Maison Blanche ne veut pas que la presse occidentale se jette sur les propositions de Biden avant qu’elles ne soient digérées et évaluées par le Kremlin. Cela semble être une bonne hypothèse.

Ray McGovern

Ray McGovern travaille pour Tell the Word, un organe d’édition de l’église œcuménique du Sauveur dans le centre de Washington. Au cours de ses 27 années de carrière en tant qu’analyste de la CIA, il a notamment été chef de la branche de la politique étrangère soviétique et préparateur du President’s Daily Brief. Il est cofondateur de Veteran Intelligence Professionals for Sanity (VIPS).

Source: https://original.antiwar.com/mcgovern/2022/01/24/are-neocons-worried-at-pace-of-us-russia-talks/

Traduction Olinda/Arrêt sur info

Imprimer