Bienvenue dans la saison où tout perd du terrain, du moins pour la civilisation occidentale. Affligé par les idiots et les crapules qui dirigent les affaires, l’Occident recule dans l’obscurité et une superstition néo-médiévale, lançant en chemin des bombes à l’ail contre le soi-disant méchant Poutine.

Par James Howard Kunstler – Le 22 avril 2022 – Source kunstler.com

Vos « sources d’information fiables » dans notre coin du monde ne vous le diront pas, mais le golem mythifié de l’esprit collectif malade de l’Occident, Poutine, a monté l’opération Z en Ukraine à la demande insensée de notre pays. Il s’agissait d’une variante tordue de l’ancien jeu de réflexion « Let’s You and Him Fight« , si bien décrit dans le livre classique du psychologue Eric Berne, Games People Play. Il s’agit d’un jeu dont les femmes sont généralement les instigatrices. L’Occident déteste l’actuel M. Poutine parce qu’il a systématiquement et obstinément dû corriger le mal que les États-Unis ont déclenché là-bas en 2014 – en éteignant un feu de poubelle que nous avons continué à alimenter pendant huit ans.

Nous détestons surtout le président russe parce qu’il fait ce qu’il a dit qu’il ferait, qu’il agit comme un homme, qu’il doit littéralement fixer des limites aux enfants indisciplinés, comme le faisait papa. L’Amérique déteste les papas. Pour l’Amérique, tous les papas sont des monstres (des violeurs !). C’est pourquoi l’Amérique veut transformer tous les papas en mamans. De toute façon, nous nous souvenons à peine de ce que faisaient les papas. Le contexte des papas – la famille – a été effacé en Amérique par toutes les agences et institutions du pays. Le seul rôle disponible de nos jours est la créature chimérique connue sous le nom de « baby daddy », qui est autant un bébé qu’un papa, du point de vue du développement. Les vrais papas sont des hommes, c’est-à-dire qu’ils ne sont pas des bébés. M. Poutine agit comme un homme, surtout lorsqu’il doit faire un sale boulot qui doit être fait, sans se plaindre. L’Amérique ne peut pas supporter cela.

Si les États-Unis et leurs alliés de l’OTAN se souciaient réellement de l’Ukraine, nous aurions simplement laissé l’endroit tranquille pour qu’il devienne lentement le marigot agricole désindustrialisé qu’il était en train de devenir. Et si nous voulions éviter une dévastation généralisée une fois l’opération Z lancée, nous aurions encouragé les pourparlers de paix, en mettant l’accent sur notre précédente déclaration selon laquelle l’Ukraine ne serait pas candidate à l’adhésion à l’OTAN. Au lieu de cela, nous avons fait de l’Ukraine une rampe de lancement pour contrarier la Russie (tout en utilisant l’Ukraine comme un blanchisserie d’argent pour les fonctionnaires et les fabricants d’armes).

L’Amérique est une reine du drame, comme la reine des abeilles dans une de ces émissions de Real Housewives sur la télévision par câble, dont le seul but dans la vie est de créer des conflits colorés dans son cercle de sœurs. Le père n’est pas nécessaire dans cette maison, sauf en dehors de la scène, peut-être en tant que receveur pour un salaire de plusieurs millions de dollars offert par la NFL (un divertissement rival). Lorsque l’une des cascades de la reine du drame de l’Amérique tourne mal, la reine des abeilles fond en larmes – bouhhh – et déclenche l’interrupteur d’empathie. Quelqu’un, s’il vous plaît, aidez-la à se sentir mieux… allez lui chercher un verre de pino grigio ou un Xanax !

L’Amérique, reine du drame, n’aime pas la façon dont se joue le drame en Ukraine. Le méchant vieux papa Poutine est en train de faire le ménage, comme Gary Cooper dans un saloon de la steppe eurasienne, en jetant tous ces nazis d’Azov par les portes battantes pour atterrir dans la rue poussiéreuse. Les autres sœurs du cercle de l’OTAN ont été amenées à jouer le rôle de pom-pom girls pour les Azov boys, et maintenant  Poutine est parti et a coupé le gaz de l’Europe. La civilisation occidentale est sur le point d’être envoyée au lit sans dîner, le coup ultime du papa. Maintenant, les sœurs vont toutes faire « bouhhh ». Rien ne fonctionne pour la sororité.

Le président de l’Amérique, « Joe Biden », convient parfaitement au scénario national actuel. Il est un simple accessoire pour les reines du drame. Personne ne le confond avec « Papa ». C’est le vieux « Grampy », impuissant, intempérant, souvent confus, une figure du bathos et de la dérision, la coquille d’un homme qui, dans la fleur de l’âge, ne vivait que pour exercer ses fonctions officielles en échange de millions de dollars d’arnaque. Comment, sinon, expliquer sa fortune ? Le blanchiment d’argent en Ukraine était l’un de ses jeux préférés, géré avec soin par les pom-pom girls Victoria Nuland, l’ambassadrice Marie Yovanovitch et la fonctionnaire du NSC Fiona Hill, l’establishment de la politique étrangère américaine de l’époque.

Mais qui, exactement, gère le grand-père dans les coulisses de la Maison Blanche ? Je dirais Susan Rice, car on n’entend jamais parler de Susan Rice ou de son rôle : Directrice du Conseil de politique intérieure des États-Unis. Ouah! Ça a l’air d’être du lourd. Quand avez-vous vu son nom pour la dernière fois dans le New York Times ou dans les journaux télévisés ? On pourrait penser qu’ils s’intéressent à ce qu’elle fait. Pourtant, je doute qu’un citoyen américain sur cent puisse vous dire qui est Susan Rice et ce qu’elle fait. (Était-ce elle, l’autre jour, dans un costume de lapin au Easter Egg Roll de la Maison Blanche, aidant un grand-père confus à quitter la scène) ?

Quelque part à la Maison Blanche, il doit y avoir des registres téléphoniques qui enregistrent le nombre de fois par jour où Mme Rice passe et reçoit des appels téléphoniques à travers la ville depuis et vers le quartier de Kalorama à Washington. Est-ce que cela fait de Barack Obama le papa secret de l’Amérique ? Ou joue-t-il un rôle quelque peu différent… comme, chef d’un cartel ?

James Howard Kunstler

Pour lui, les choses sont claires, le monde actuel se termine et un nouveau arrive. Il ne dépend que de nous de le construire ou de le subir mais il faut d’abord faire notre deuil de ces pensées magiques qui font monter les statistiques jusqu’au ciel.

Traduit par Hervé pour versouvaton.wordpress.com

Imprimer