PHOTO. © Global Look Press / Valery Lukyanov


Le prix de l’essence a atteint un nouveau record historique alors que la saison estivale bat son plein aux États-Unis.

RT.com – 11 Juin, 2022

Le prix moyen de l’essence aux États-Unis a dépassé 5 dollars le gallon samedi, établissant un nouveau record historique, selon les données de l’American Automobile Association (AAA).

Selon l’association à but non lucratif AAA, qui suit les prix dans plus de 60 000 stations-service du pays, le prix moyen national de l’essence ordinaire sans plomb est passé de 4,986 dollars la veille à 5,004 dollars le gallon le 11 juin. Les prix les plus élevés ont traditionnellement été enregistrés dans l’État de Californie, avec jusqu’à 6,43 dollars le gallon, et les plus bas en Géorgie, avec 4,46 dollars le gallon.

Les données montrent que les prix du carburant aux États-Unis ont maintenant plus que doublé depuis l’investiture du président Joe Biden en janvier 2021, lorsqu’un gallon d’essence ne coûtait que 2,39 dollars en moyenne.

L’administration Biden est déterminée à freiner la flambée des prix, qui a propulsé l’inflation à des sommets inégalés depuis quatre décennies. Le gouvernement a ordonné une libération record de barils des réserves stratégiques américaines, a suspendu une règle interdisant la vente d’essence à forte teneur en éthanol pendant l’été et a fait pression sur les principaux producteurs de l’OPEP pour qu’ils augmentent leur production.

LIRE PLUS : Le prix de l’essence aux États-Unis double sous Biden
Toutefois, ces efforts se sont jusqu’à présent révélés vains face à la reprise de la demande post-pandémique et aux sanctions imposées à la Russie en raison de l’Ukraine, notamment l’embargo américain sur le pétrole russe. Le déclin de la capacité de raffinage américaine induit par la pandémie a également contribué à la flambée des prix, car au moins cinq raffineries du pays auraient été fermées au cours des deux dernières années.

Source: RT.com

******

Les États-Unis admettent que les recettes d’exportation de la Russie ont augmenté après les sanctions

9 Juin, 2022

Moscou profite de la flambée des prix du pétrole et du gaz, a déclaré le conseiller principal des États-Unis pour la sécurité énergétique mondiale.

La Russie tire aujourd’hui plus d’argent de ses exportations de combustibles fossiles qu’avant le début de son opération militaire en Ukraine, qui a incité les pays occidentaux à imposer à Moscou une série de sanctions. C’est ce qu’a déclaré Amos Hochstein, conseiller principal des États-Unis pour la sécurité énergétique mondiale, aux sénateurs américains jeudi.

Les prix mondiaux de l’énergie, déjà en hausse avant l’offensive de février, ont été poussés à la hausse par les embargos, qui ont aidé Moscou à atténuer l’impact des restrictions, a admis le responsable. M. Hochstein a précédemment occupé le poste d’envoyé américain pour la sécurité énergétique.
Lorsqu’on lui a demandé si Moscou recevait plus d’argent de son commerce de pétrole et de gaz par rapport à il y a plusieurs mois, Hochstein a répondu : « Je ne peux pas le nier ». Le fonctionnaire s’exprimait devant la sous-commission du Sénat sur l’Europe et la coopération régionale en matière de sécurité.

Début mars, les États-Unis ont décidé de restreindre toutes les importations de pétrole brut russe, de certains produits pétroliers, de gaz naturel liquéfié et de charbon dans le cadre d’une campagne de sanctions déclenchée par l’action militaire de la Russie en Ukraine. Mercredi, le président de la Douma d’État russe, Viatcheslav Volodine, a toutefois déclaré que les livraisons de pétrole de la Russie aux États-Unis avaient « presque doublé en mars par rapport à février ».

L’UE – qui a longtemps été réticente à imposer des restrictions sur les importations de pétrole russe et a plutôt ciblé les secteurs financier et bancaire avec ses sanctions – a accepté d’introduire une interdiction sur le pétrole russe fin mai. Le bloc a décidé d’arrêter 75 % des importations immédiatement, et 90 % d’ici la fin de l’année.

Toutefois, la Hongrie et plusieurs autres pays ont bénéficié d’une dérogation en raison de l’incapacité de leurs économies à se passer des approvisionnements russes.
Entre-temps, les médias ont laissé entendre que les sanctions n’ont guère affecté le commerce de l’énergie de Moscou jusqu’à présent. En avril, le Wall Street Journal a indiqué que les expéditions de pétrole russe avaient augmenté de 300 000 barils par jour au cours de ce seul mois.

À la mi-mai, Bloomberg a affirmé que les recettes pétrolières de Moscou s’envolaient malgré les sanctions et avaient fait un bond de quelque 50 % depuis le début de 2022. Le gouvernement russe a également mis en avant les nouveaux clients de la région Asie-Pacifique qui ont commencé à acheter son brut.

L’Inde en est un exemple, puisque les exportations de pétrole russe ont été multipliées par 25 en mai, selon Reuters. Pendant ce temps, la campagne de sanctions s’est apparemment retournée contre les Américains et leurs alliés. Le président américain Joe Biden a déclaré l’état d’urgence en matière d’énergie, en début de semaine, en affirmant que la capacité du pays à fournir suffisamment d’électricité était menacée.

Le week-end dernier, l’Association américaine des automobilistes (AAA) a indiqué que les prix de l’essence aux États-Unis avaient doublé sous Biden et atteint des sommets historiques, s’élevant à 4,81 dollars le gallon samedi dernier. Le 1er juin, l’Agence internationale de l’énergie a averti que les membres de l’UE, qui sont également confrontés à la flambée des prix de l’essence, pourraient recourir au rationnement du carburant face à une crise énergétique sans précédent.

Source: RT.com

Traduction: Arretsurinfo.ch

Imprimer