78e session de l’Assemblée générale des Nations Unies. (ONU)

Les États-Unis et leurs alliés battent un tambour qui ne parvient pas à trouver des oreilles prêtes à entendre. La plupart des États ont d’autres priorités.

Par Fiodor Loukianov

La semaine de haut niveau des Nations unies – un rassemblement annuel de hauts représentants des États membres qui s’adressent à l’Assemblée générale – se déroule actuellement à New York. C’est une période de discours plus ou moins longs et de contacts intensifs entre ministres, voire chefs d’Etat, selon le statut des chefs de délégation. Plus la situation internationale est tendue, comme c’est le cas actuellement, plus les opportunités sont précieuses.

La question qui a trouvé un écho est celle de la réforme du Conseil de sécurité. Ce n’est pas la première année, ni même la première décennie, que l’on parle de ce sujet, mais le regain d’intérêt actuel est compréhensible. Dans un contexte de confrontation, le travail de l’organe est extrêmement compliqué : les camps opposés parmi les membres permanents se bloquent les uns les autres, ce qui irrite les autres États qui ne sont pas d’accord.

Cela irrite les autres États qui n’ont pas de statut particulier, car les cinq grands se sont octroyé un droit de veto. Ils se préoccupent désormais davantage de leur position par rapport aux autres, et les problèmes du reste du monde ont moins d’importance. Les décisions de l’Assemblée générale ne sont pas contraignantes, mais elles reflètent fidèlement la répartition réelle des opinions. Pourtant, les conflits débordent également de ce cadre. Par exemple, les pays occidentaux, avec les États-Unis en tête, ont des possibilités considérables d’influencer les pays en développement. Mais en fin de compte, la marge de manœuvre est plus grande, ce qui signifie que l’espace pour l’expression démocratique de la volonté est un peu plus large.

Les désaccords entre les membres sont innombrables, mais de plus en plus d’États sont unis par une position particulière : le rejet d’un arrangement basé sur l’équilibre des pouvoirs du milieu du siècle dernier, tel qu’il est apparu après la Seconde Guerre mondiale.
Il est difficile de contester cette position. La taille même des Nations unies a presque quadruplé et la diversité des États s’est considérablement accrue. D’où les appels, lancés peu après la fin de la guerre froide, à adapter la conception institutionnelle aux nouvelles réalités.

Toutefois, la mise en œuvre pratique de ce souhait se heurte à un certain nombre de problèmes. Tout d’abord, toute réforme du Conseil de sécurité n’est possible qu’avec le consensus des cinq membres permanents ; il est impossible de contourner au moins l’un d’entre eux. Or, ceux-ci a) ne sont pas désireux de partager leurs privilèges, b) ont des idées différentes sur la nature de la transformation de la plus haute instance politique de l’ONU. Deuxièmement, même si nous imaginons un compromis entre les cinq principaux membres sur les principes, il y aura un débat sans fin sur les paramètres de l’élargissement : qui exactement est digne de rejoindre les rangs des “immortels” et pourquoi.

Situation géographique, population, taille économique, puissance militaire : quels devraient être les principaux critères ? Et quels pays devraient représenter leurs régions et communautés – Afrique, Asie, Amérique latine, monde arabe, etc. Il est difficile d’imaginer un accord sur toutes ces questions, même en temps de paix, et encore moins aujourd’hui.

Dans l’ensemble, la réforme du Conseil de sécurité des Nations unies semble peu probable. Mais cela ne signifie pas que le débat sur la question ne s’affirmera pas davantage. Les centres d’influence émergents, de l’Inde à la Turquie, de l’Arabie saoudite à l’Indonésie, de l’Argentine au Nigeria et d’autres encore, insistent de plus en plus sur la question de la justice.

Le slogan du dirigeant turc Recep Tayyip Erdogan, “le monde est plus grand que cinq”, est, comme on peut s’y attendre, en phase avec les souhaits de la majorité de l’Assemblée générale. Et il existe aujourd’hui une concurrence féroce pour attirer les sympathies de cette majorité (généralement désignée en Occident sous le nom de “Global South”). C’est dans ce contexte qu’il convient de considérer les appels de haut niveau en faveur de l’élargissement du Conseil de sécurité. C’est ce qui a incité le président américain Joe Biden à lancer un tel appel, en proposant que le quatuor de l’Inde, du Brésil, de l’Allemagne et du Japon, dont on parle depuis longtemps, soit admis en tant que membres permanents. Il est inutile d’envisager sérieusement la mise en œuvre d’une telle idée. Il s’agit en effet d’un simple slogan qui n’est pas destiné à être concrétisé.

Mais elle n’est pas sans importance. Dans une situation où l’ensemble du système international a commencé à se dérégler, une position purement protectrice consistant à défendre le statu quo à tout prix n’est pas prometteuse. Elle aboutira très probablement à une évolution spontanée de la situation, voire à son effondrement. La Russie ne s’est jamais opposée à la réforme du Conseil de sécurité, mais jusqu’à récemment, ses propositions étaient plutôt rituelles. Aujourd’hui, elles prennent une forme plus concrète : par exemple, des remarques selon lesquelles les pays occidentaux sont déjà surreprésentés au sein du Conseil de sécurité, de sorte que tout élargissement ne devrait pas augmenter la représentation proportionnelle de cette communauté.

Dans le même temps, nous avons traditionnellement exprimé la crainte que l’élargissement, et plus encore l’octroi du droit de veto aux nouveaux membres, ne conduise à une dévalorisation du Conseil de sécurité en tant que tel. C’est probablement le cas. Mais, je le répète, il ne sera pas possible, de toute façon, de préserver sa valeur telle qu’elle est mesurée depuis des décennies. L’ONU et ses structures, comme toute institution, sont liées à leur temps. Le statut exclusif est, bien sûr, un phénomène agréable. Mais il est aussi conditionné par l’évolution des circonstances. Laissant de côté la question du prestige, la Russie est intéressée par un élargissement significatif du Conseil de sécurité basé sur le principe d’une juste proportionnalité – de sorte que le monde entier soit représenté.

Comme l’ont montré les événements de l’année et demie écoulée, à l’exception d’un certain segment (de loin minoritaire), la majeure partie du monde n’est pas hostile à la Russie, mais plutôt neutre et concentrée sur ses propres intérêts.

Néanmoins, le ressentiment des États alliés des États-Unis rend le travail diplomatique plus difficile. Mais c’est toujours mieux qu’une impasse.

Fiodor Loukianov

Fyodor Lukyanov est rédacteur en chef de Russia in Global Affairs, président du présidium du Council on Foreign and Defense Policy et directeur de recherche du Valdai International Discussion Club.

Paru le 22 septembre 2023 dans Global Affairs sous le titre UN Feedback Shows That While the West Is Hostile to Russia, the World Isn’t

Traduction: Arretsurinfo.ch