L’enlèvement en décembre 2012 du journaliste Richard Engel et de son l’équipe, faussement attribué à Bachar el-Assad, était un scandaleux montage de propagande.

En août 2013, lorsque la France et les Etats-Unis étaient sur le point d’entrer en guerre contre la Syrie les indices montrant que l’enlèvement du journaliste Richard Engel portait la signature de l’Armée syrienne libre (ASL) avaient été tournés en ridicule par la presse occidentale.

De nouvelles révélations sur le rôle des rebelles (de l’ASL) dans l’enlèvement du journaliste de NBC Richard Engel et de son équipe, indiquent aujourd’hui que les rebelles connaissaient parfaitement les méthodes de propagande, a déclaré Robert Parry.

Ces sont donc bel et bien les rebelles «modérés» de l’ASL, soutenus par les Etats-Unis (et la France – Ndt), qui, en décembre 2012, avaient organisé l’enlèvement sous fausse bannière, puis le «sauvetage», du chef des correspondants à l’étranger de NBC, Richard Engel et de son équipe, de manière à en attribuer ensuite la responsabilité de ce crime à des militants chiites liés au président Bachar al-Assad.

C’était là une propagande éhontée que NBC a diffusé malgré le fait qu’il y avait des preuves du contraire.

Ce mercredi, Engel – travaillant pour NBC et Vanity Fair – qui avait initialement attribué son enlèvement à un groupe de militants chiites favorables à Assad – a reconnu qu’un nouvel examen de l’affaire l’avait persuadé que « le groupe qui l’avait enlevé était sunnite, et non chiite. »

Il a ajouté que les ravisseurs avaient « utilisé une ruse pour nous convaincre que c’étaient des miliciens chiites de Shabiha. »

Selon un compte rendu publié par le New York Times, jeudi, des cadres de NBC avaient des preuves, dès le départ, que les ravisseurs réels faisaient partie de milices « criminelles sunnites affiliées à l’Armée syrienne libre, l’alliance lâche de rebelles opposés à M. Assad« .

L’Armée syrienne libre a été le principal groupe rebelle à être soutenu par le gouvernement des États-Unis (et de la France).

Il convient de souligner que, en avril 2013, quelques mois après l’enlèvement sous faux drapeau d’Engel, les Etats-Unis ont affecté 123 millions de dollars d’aide aux milices de l’ASL afin qu’elles poursuivent leur guerre contre le gouvernement d’Assad…

Lire l’entier de l’article de Robert Parry  [résumé ici par SLT] sur Consortium News

Imprimer