Mario Draghi et Ursula von der Leyen, Crédit Ansa

Draghi déclare que « la plupart des importateurs de gaz » ont ouvert des comptes en roubles avec Gazprom.

Par Tyler Durden – 13 mai 2022

Il y a trois semaines, nous avons rapporté que lorsqu’il a été confronté aux conséquences réelles et brutales de ses signaux vertueux et de son langage dur anti-russes, le faux front uni de l’Europe s’est rapidement fissuré alors que plusieurs acheteurs de gaz européens ont tranquillement payé leurs fournitures en roubles comme l’avait exigé la Russie – en violation des sanctions de Bruxelles – et nous avons prédit que bientôt, pratiquement tout le monde en Europe suivrait leurs traces et contournerait de la même manière les sanctions de l’UE. Il y a quelques instants, l’une des personnes les plus puissantes d’Europe, Mario Draghi, ancien associé de Goldman et directeur de la BCE, l’a confirmé.

S’exprimant lors d’une conférence de presse à Washington D.C. après sa rencontre avec Joe Biden, Draghi a déclaré que les importateurs de gaz européens ont déjà ouvert des comptes en roubles auprès de Gazprom.

Le Premier ministre italien répondait à une question lui demandant s’il était convaincu que l’Italie serait en mesure de payer le gaz sans enfreindre les sanctions et que le flux de gaz vers l’Italie ne serait donc pas affecté. « Je suis en fait assez confiant, mais pour une raison idiote. Il n’y a pas de déclaration officielle sur ce que signifie la violation des sanctions. Personne n’a jamais dit si les paiements en roubles violent les sanctions ou non, comment ces paiements sont organisés. C’est donc une telle zone grise ici. »

En fait, ce n’est pas du tout une zone grise : le 27 avril, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a spécifiquement averti les entreprises de ne pas se plier aux demandes de la Russie de payer le gaz en roubles : « Les entreprises ayant conclu de tels contrats ne devraient pas accéder aux demandes russes », a déclaré Mme von der Leyen. « Cela constituerait une violation des sanctions, donc un risque élevé pour les entreprises ».

En d’autres termes, soit Draghi ignore complètement la réalité actuelle du sujet le plus brûlant du monde aujourd’hui, soit il ment de manière flagrante, démontrant par la même occasion que le « front européen uni » contre Poutine n’est qu’une gigantesque mascarade.

Ce qui a conduit à la conclusion tout aussi étonnante de Draghi : « En fait, la plupart des importateurs de gaz ont déjà ouvert un compte en roubles auprès de Gazprom », a ajouté Draghi, révélant ainsi de manière stupéfiante que, dans les coulisses, l’Europe ne continue pas seulement à payer des milliards à la Russie chaque jour, mais qu’elle le fait aux conditions de Poutine et contribue à l’envolée du rouble !

Mais il est possible que Draghi soit simplement sénile, ce qui expliquerait pourquoi il a déclaré avoir discuté avec Joe Biden de la création d’un cartel mondial d’acheteurs de pétrole.

Nous allons le répéter car cela vaut la peine de le faire : Draghi et Biden se sont assis, tous deux désespérés par le pétrole à tout prix, et ont envisagé de créer un cartel d’acheteurs de pétrole. Nous allons laisser cela ici sans autre commentaire car toute tentative de comprendre cette stupidité épique est vaine.

Reproduit avec la permission de Zero Hedge.

Traduction Arretsurinfo.ch

Imprimer