Par Zamir Awan

Paru le 15 août 2021 sur  Saker’s Blog


La vie est tout à fait normale, le service internet, le téléphone mobile fonctionnent de façon habituelle. Les magasins sont ouverts, la circulation est normale, les écoles sont ouvertes, tout semble normal. Le gouvernement fonctionne, la bureaucratie fonctionne, la police fonctionne, juste que l’ex-président Ashraf Ghani n’est plus en Afghanistan.

Il y a quelques jours, les États-Unis annonçaient qu’il faudrait trois mois aux talibans pour entrer dans Kaboul, mais en réalité ils n’ont mis que quelques heures pour conquérir Kaboul. Aucune balle n’a été tirée, aucune personne n’a été tuée ou blessée, pas de guerre, l’entrée des talibans dans Kaboul a été l’un des événements les plus pacifiques de l’histoire de l’humanité.

Les rapports provenant d’autres grandes villes d’Afghanistan, qui ont été prises par les Talibans ces derniers jours, font état d’une vie tout à fait normale, la routine quotidienne continue, les distributeurs automatiques de billets fonctionnent normalement. Les femmes travaillent dans les restaurants, les filles vont à l’école, rien n’a changé sur le terrain, sauf que le gouvernement fantoche d’Ashraf Ghani, soutenu par les États-Unis, a été remplacé par les talibans.

Le grand public a bien accueilli les talibans et il n’y a eu pratiquement aucune résistance. En fait, les talibans sont de vrais Afghans qui se battaient contre l’occupation étrangère de l’Afghanistan, Ashraf Ghani n’étant qu’une marionnette semblable au président afghan Babrak Karmal* soutenu par l’URSS dans les années 1980.

Quelques pays diffusent délibérément des fausses nouvelles et déforment l’image des talibans, mais sur le terrain, le monde a été témoin d’un miracle et d’un transfert de pouvoir en douceur. Une amnistie générale a été accordée au public, seuls ceux qui prennent les armes contre le nouveau gouvernement seront traités avec une main de fer.

Des médias impies ont lancé une campagne visant à déformer l’image des talibans et à promouvoir un récit négatif à leur sujet. Mais le monde est témoin d’une image très différente. En fait, les dirigeants talibans sont bien éduqués et certains d’entre sont diplômés d’universités réputées américaines et européennes. Ils sont dotés de toutes sortes de connaissances modernes, y compris en science, technologie, ingénierie, économie, politique, etc. Ils ne sont pas que des érudits religieux. Ils pilotent des hélicoptères et utilisent des machines de guerre avancées.

Les talibans ne sont pas comme il y a vingt ans, ils ont appris d’amères leçons et se sont affinés. Aujourd’hui, les talibans sont modérés, bien éduqués et dotés de toutes sortes de compétences pour diriger un pays. Ils sont déjà en contact avec de nombreux pays sur le plan diplomatique, notamment la Chine, la Russie, l’Iran, le Pakistan, l’UE et les pays de l’OCI. Ils ont beaucoup souffert il y a vingt ans, lorsque seuls trois pays avaient reconnu leur pouvoir entre 1996 et 2001. Mais cette fois, ce sera beaucoup mieux et ils l’ont prouvé en conquérant Kaboul.

En fait, ce sont les États-Unis qui ont violé l’accord de paix convenu, retardé le retrait et mené des frappes aériennes contre les talibans. Alors que les talibans ont respecté l’accord de paix dans son esprit et sa lettre, ils n’ont pas attaqué les troupes étrangères pendant le retrait. Le ministre russe des Affaires étrangères a qualifié les Talibans de « personnes raisonnables ». Le monde a vu en eux des personnes bien meilleures que les Américains.

Toutes les organisations des Nations unies et les missions diplomatiques sont en sécurité et fonctionnent correctement. La Russie a annoncé qu’elle ne fermerait pas son ambassade à Kaboul. De nombreux autres pays ont accepté de garder leur ambassade à Kaboul et de travailler en étroite collaboration avec le nouveau gouvernement. On estime que plus d’une centaine de pays reconnaîtront le nouveau gouvernement de Kaboul. Il est possible que l’Amérique, l’Inde, Israël et le Royaume-Uni mettent un certain temps à se familiariser avec le nouveau gouvernement.

Le point de vue américain, selon lequel ils n’accepteront aucun gouvernement qui prend le pouvoir par la force, est totalement inacceptable. Les Talibans sont le choix du peuple afghan et sont bien accueillis par le grand public. Ils jouissent d’une grande popularité. Alors qu’Ashraf Ghani ou Hamid Karzai étaient des gouvernements fantoches et ne représentaient pas le peuple afghan. Ils n’étaient pas populaires en Afghanistan et ne s’occupaient pas des intérêts afghans. Au contraire, ils servaient leurs maîtres étrangers et gagnaient de l’argent en retour. Le gouvernement d’Ashraf Ghani était l’un des gouvernements les plus corrompus.

Les États-Unis ont passé deux décennies, dépensé des milliers de milliards de dollars, levé une armée nationale afghane de 400 000 hommes, mais elle n’a pas pu résister aux talibans. Ce n’est pas que l’humiliation et la défaite des marionnettes, mais aussi de leurs maîtres. Une armée vaincue n’a aucune raison morale de commenter de la sorte. Les Talibans sont les vainqueurs et sont en position de force. Ils méritent de fixer les termes et les conditions. C’est exactement comme dans le cas où l’Allemagne et le Japon n’ont pas eu d’autre choix que d’obéir aux termes et conditions après avoir perdu la Seconde Guerre mondiale.

La Chine a déjà des projets d’investissement en Afghanistan dans le cadre des initiatives de la BRI. Elle s’est engagée à reconstruire le pays déchiré par la guerre et à développer les infrastructures. La Chine dispose d’argent, de technologies et de politiques dans le cadre de la BRI pour aider l’Afghanistan. L’Afghanistan est situé sur d’anciennes routes de la soie très importantes, qui relient l’Asie de l’Est, l’Asie du Sud, l’Asie centrale, la Chine, la Russie et l’Eurasie, et passent par Gwadar (Pakistan) pour rejoindre l’Afrique, l’Europe et le Moyen-Orient.

Toute la région a beaucoup souffert des troubles et de la guerre en Afghanistan. On s’attend à ce qu’avec la paix en Afghanistan sous le régime des Talibans, toute la région renforce ses activités économiques et apporte la prospérité à l’homme de la rue. L’ensemble de la région sera le bénéficiaire de la paix et de la stabilité en Afghanistan. Tous les voisins de l’Afghanistan et les puissances régionales doivent se mobiliser pour protéger la paix et la stabilité de l’Afghanistan.

Il est à craindre que des fauteurs de troubles comme les États-Unis, l’Inde et Israël ne tentent de déstabiliser l’Afghanistan et de saboter la paix dans ce pays. En particulier, les intérêts vitaux des États-Unis à contenir la Chine et à contrer la Russie pourraient provoquer des troubles en Afghanistan.

En fait, les États-Unis ont détruit les infrastructures en Afghanistan et endommagé l’économie, et ont ramené tout le pays à l’âge de pierre. Il est fait appel à la Communauté internationale et à l’ONU pour initier un procès contre l’Amérique pour crimes de guerre et humiliation de l’humanité en Afghanistan. Une indemnité de guerre doit être demandée à l’Amérique pour reconstruire le pays déchiré par la guerre.

Zamir Ahmed Awan

*Babrak Karmal a été président d’Afghanistan de 1979 à 1986

Source: The Saker’s Blog

Traduit par Wayan

Imprimer