L’auteur de ce texte captivant démontre que les véritables adversaires des Etats-Unis sont ses alliés en Europe et ailleurs. L’objectif étant de les empêcher de commercer avec la Chine et la Russie et de maintenir les pays de l’UE sous la tutelle de Washington à leur grand désavantage. Toutefois la stratégie des Etats-Unis envers la Russie a jusqu’ici échoué à l’isoler et à l’affaiblir. Au contraire, les sanctions économiques l’ont renforcée, incitée à trouver d’autres débouchés et à s’allier avec la Chine. En clair, ces sanctions nuisent avant tout à l’économie de l’UE, aux peuples confrontés au prix du gaz en constante augmentation. S.C.


L’objectif des Etats-Unis est d’empêcher ses alliés de commercer avec la Chine et la Russie.


Par MICHAEL HUDSON

Paru le 7 FÉVRIER 2022 sur Unz.


Le rideau de fer des années 1940 et 1950 était ostensiblement conçu pour isoler la Russie de l’Europe occidentale – pour empêcher l’idéologie communiste et la pénétration militaire. Aujourd’hui, le régime de sanctions est tourné vers l’intérieur, visant à empêcher l’OTAN et les autres alliés occidentaux des Etats-Unis de développer le commerce et les investissements avec la Russie et la Chine. L’objectif n’est pas tant d’isoler la Russie et la Chine que de maintenir fermement ces alliés dans l’orbite économique de l’Amérique. Les alliés doivent renoncer aux avantages de l’importation de gaz russe et de produits chinois en achetant à des prix beaucoup plus élevés du GNL [gaz naturel liquéfié] et autres exportations américaines, ainsi que davantage d’armes américaines.

Les sanctions que les diplomates américains imposent contre le commerce avec la Russie et la Chine, en insistant pour que leurs alliés les suivent, visent ostensiblement à dissuader une escalade militaire. Mais une telle escalade ne peut pas vraiment être la principale préoccupation des Russes et des Chinois. Ces derniers ont beaucoup plus à gagner en offrant des avantages économiques mutuels à l’Occident. La question sous-jacente est donc de savoir si l’Europe trouvera son avantage à remplacer les exportations américaines par des fournitures russes et chinoises et les liens économiques mutuels associés.

Ce qui inquiète les diplomates américains, c’est que l’Allemagne, les autres pays de l’OTAN et les pays situés le long de la nouvelle route de la soie comprennent les gains qu’ils peuvent réaliser en ouvrant le commerce et les investissements de manière pacifique. S’il n’existe aucun plan russe ou chinois pour les envahir ou les bombarder, pourquoi l’OTAN est-elle nécessaire ? Pourquoi les riches alliés de l’Amérique achètent-ils autant de matériel militaire américain ? Et s’il n’existe pas de relation intrinsèquement conflictuelle, pourquoi les pays étrangers doivent-ils sacrifier leurs propres intérêts commerciaux et financiers en comptant exclusivement sur les exportateurs et les investisseurs américains ? [C’est nous qui soulignons]

Ce sont ces préoccupations qui ont poussé le président français Macron à invoquer le fantôme de Charles de Gaulle et à exhorter l’Europe à se détourner de ce qu’il appelle la guerre froide de l’OTAN (en état de mort cérébrale) et à rompre avec les accords commerciaux pro-américains qui imposent des coûts croissants à l’Europe tout en la privant des gains potentiels du commerce avec l’Eurasie. Même l’Allemagne rechigne à l’idée de geler ses activités en mars prochain en se privant du gaz russe.

Au lieu d’une réelle menace militaire de la part de la Russie et de la Chine, le problème pour les stratèges américains est l’absence d’une telle menace. Tous les pays ont pris conscience que le monde a atteint un point où aucune économie industrielle n’a la main-d’œuvre et la capacité politique de mobiliser une armée permanente de la taille nécessaire pour envahir ou même livrer une bataille majeure contre un adversaire important. Ce coût politique fait qu’il n’est pas rentable pour la Russie de riposter à l’aventurisme de l’OTAN à sa frontière occidentale en essayant de susciter une réponse militaire. Cela ne vaut tout simplement pas la peine de s’emparer de l’Ukraine.

La pression croissante de l’Amérique sur ses alliés menace de les faire sortir de l’orbite américaine. Pendant plus de 75 ans, ils n’ont eu que peu d’alternatives pratiques à l’hégémonie américaine. Mais cela est en train de changer. L’Amérique ne dispose plus de la puissance monétaire et de l’excédent commercial et de la balance des paiements apparemment chronique qui lui ont permis d’élaborer les règles du commerce et de l’investissement dans le monde en 1944-45. La menace qui pèse sur la domination américaine est que la Chine, la Russie et le cœur de l’île-monde eurasienne de Mackinder offrent de meilleures opportunités de commerce et d’investissement que celles offertes par les États-Unis, qui demandent de plus en plus désespérément des sacrifices à leurs alliés de l’OTAN et autres.

L’exemple le plus flagrant est la volonté des États-Unis d’empêcher l’Allemagne d’autoriser le gazoduc Nord Stream 2 afin d’obtenir du gaz russe pour les prochains froids. Angela Merkel s’est mise d’accord avec Donald Trump pour dépenser un milliard de dollars dans la construction d’un nouveau port GNL afin de devenir plus dépendante du GNL américain, dont le prix est élevé. (Le plan a été annulé après que les élections américaines et allemandes ont changé les deux dirigeants). Mais l’Allemagne n’a pas d’autre moyen de chauffer un grand nombre de ses maisons et immeubles de bureaux (ou d’approvisionner ses entreprises d’engrais) que le gaz russe.

Le seul moyen qui reste aux diplomates américains pour bloquer les achats européens est d’inciter la Russie à une réponse militaire, puis de prétendre que la vengeance de cette réponse l’emporte sur tout intérêt économique purement national. Comme l’a expliqué la sous-secrétaire d’État aux affaires politiques, Victoria Nuland, lors d’un point de presse du département d’État le 27 janvier, : « Si la Russie envahit l’Ukraine, d’une manière ou d’une autre, Nord Stream 2 n’avancera pas »[1] Le problème est de créer un incident suffisamment offensif et de dépeindre la Russie comme l’agresseur.

Nuland a exprimé succinctement qui dictait les politiques des membres de l’OTAN en 2014 : « Fuck the EU. » Cela a été dit alors qu’elle disait à l’ambassadeur américain en Ukraine que le Département d’État soutenait la marionnette Arseniy Yatsenyuk comme premier ministre ukrainien (destitué après deux ans dans un scandale de corruption), et que les agences politiques américaines soutenaient le massacre sanglant de Maidan qui a inauguré ce qui est maintenant huit ans de guerre civile. Le résultat a dévasté l’Ukraine comme la violence américaine l’avait fait en Syrie, en Irak et en Afghanistan. Ce n’est pas une politique de paix mondiale ou de démocratie à laquelle les électeurs européens adhèrent..

Les sanctions commerciales imposées par les États-Unis à leurs alliés de l’OTAN s’étendent à tout le spectre commercial. La Lituanie, en proie à l’austérité, a renoncé à son fromage et à son marché agricole en Russie, et empêche son chemin de fer public de transporter de la potasse du Belarus vers le port balte de Klaipeda. Le propriétaire majoritaire du port s’est plaint que « la Lituanie perdra des centaines de millions de dollars en stoppant les exportations biélorusses via Klaipeda » et « pourrait faire face à des poursuites judiciaires de 15 milliards de dollars pour rupture de contrat »[2]. La Lituanie a même accepté de reconnaître Taïwan sous l’impulsion des États-Unis, ce qui a conduit la Chine à refuser d’importer des produits allemands ou autres comportant des composants fabriqués en Lituanie.

L’Europe va imposer des sanctions au prix de la hausse des prix de l’énergie et de l’agriculture en donnant la priorité aux importations en provenance des États-Unis et en renonçant aux liens avec la Russie, le Belarus et d’autres pays en dehors de la zone dollar. Comme l’a dit Sergueï Lavrov: « Lorsque les États-Unis pensent que quelque chose sert leurs intérêts, ils peuvent trahir ceux avec qui ils sont amis, avec qui ils ont coopéré et qui ont servi leurs positions dans le monde entier »[3].

Les sanctions imposées par l’Amérique à ses alliés nuisent à leurs économies, pas à celles de la Russie et de la Chine.

Ce qui semble ironique, c’est que ces sanctions contre la Russie et la Chine ont fini par les aider plutôt que de leur nuire. Mais l’objectif premier n’était ni de nuire ni d’aider les économies russe et chinoise. Après tout, il est évident que les sanctions obligent les pays visés à devenir plus autonomes. Privés de fromage lituanien, les producteurs russes ont produit le leur et n’ont plus besoin de l’importer des pays baltes. La rivalité économique sous-jacente de l’Amérique vise à maintenir les pays européens et ses alliés asiatiques dans son orbite économique de plus en plus protégée. On dit à l’Allemagne, à la Lituanie et à d’autres alliés d’imposer des sanctions dirigées contre leur propre bien-être économique en ne faisant pas de commerce avec des pays situés en dehors de l’orbite de la zone dollar des États-Unis.

Indépendamment de la menace d’une guerre réelle résultant de l’attitude belliqueuse des États-Unis, le coût pour les alliés de l’Amérique de se soumettre aux exigences américaines en matière de commerce et d’investissement devient si élevé qu’il est politiquement inabordable. Depuis près d’un siècle, il n’y a guère eu d’autre choix que d’accepter des règles de commerce et d’investissement favorisant l’économie américaine pour bénéficier du soutien financier et commercial des États-Unis, voire de leur sécurité militaire. Mais une alternative menace aujourd’hui d’émerger – une alternative offrant les avantages de l’initiative « Route de la soie » de la Chine, et du désir de la Russie de bénéficier d’investissements étrangers pour l’aider à moderniser son organisation industrielle, comme cela semblait promis il y a trente ans, en 1991.

Depuis les dernières années de la Seconde Guerre mondiale, la diplomatie américaine a eu pour objectif d’enfermer la Grande-Bretagne, la France, et surtout l’Allemagne et le Japon vaincus, pour qu’ils deviennent des dépendances économiques et militaires des États-Unis. Comme je l’ai documenté dans Super Imperialism*, les diplomates américains ont brisé l’Empire britannique et absorbé sa zone Sterling par les conditions onéreuses imposées d’abord par le Prêt-Bail et ensuite par l’Accord de prêt anglo-américain de 1946. Les conditions de ce dernier obligeaient la Grande-Bretagne à renoncer à sa politique de préférence impériale et à débloquer les soldes en livres sterling que l’Inde et d’autres colonies avaient accumulés pour leurs exportations de matières premières pendant la guerre, ouvrant ainsi le Commonwealth britannique aux exportations américaines.

La Grande-Bretagne s’engage à ne pas récupérer ses marchés d’avant-guerre en dévaluant la livre sterling. Les diplomates américains créent alors le FMI et la Banque mondiale dans des conditions qui favorisent les marchés d’exportation américains et découragent la concurrence de la Grande-Bretagne et d’autres anciens rivaux. Les débats à la Chambre des Lords et à la Chambre des Communes ont montré que les politiciens britanniques reconnaissaient qu’ils étaient relégués à une position économique subalterne, mais qu’ils n’avaient pas d’autre choix. Et une fois qu’ils ont abandonné, les diplomates américains ont eu les coudées franches pour affronter le reste de l’Europe.

La puissance financière a permis à l’Amérique de continuer à dominer la diplomatie occidentale, bien qu’elle ait été contrainte de renoncer à l’or en 1971 en raison des coûts de balance des paiements de ses dépenses militaires à l’étranger. Au cours du dernier demi-siècle, les pays étrangers ont conservé leurs réserves monétaires internationales en dollars américains – principalement dans des titres du Trésor américain, des comptes bancaires américains et d’autres investissements financiers dans l’économie américaine. La norme des bons du Trésor oblige les banques centrales étrangères à financer le déficit de la balance des paiements de l’Amérique, basé sur l’armée – et, ce faisant, le déficit budgétaire du gouvernement national.

Les États-Unis n’ont pas besoin de ce recyclage pour créer de la monnaie. Le gouvernement peut simplement imprimer de la monnaie, comme la Théorie monétaire moderne l’a démontré. Mais les États-Unis ont besoin de ce recyclage des dollars des banques centrales étrangères pour équilibrer leurs paiements internationaux et soutenir le taux de change du dollar. Si le dollar devait baisser, les pays étrangers auraient beaucoup plus de facilité à payer leurs dettes internationales en dollars dans leur propre monnaie. Les prix des importations américaines augmenteraient, et il serait plus coûteux pour les investisseurs américains d’acheter des actifs étrangers. Et les étrangers perdraient de l’argent sur les actions et obligations américaines libellées dans leur propre monnaie, et les abandonneraient. Les banques centrales en particulier subiraient une perte sur les obligations du Trésor en dollars qu’elles détiennent dans leurs réserves monétaires – et trouveraient leur intérêt à sortir du dollar. Ainsi, la balance des paiements et le taux de change des États-Unis sont tous deux menacés par la belligérance et les dépenses militaires des États-Unis dans le monde entier – et pourtant, les diplomates américains tentent de stabiliser la situation en augmentant la menace militaire à des niveaux de crise.

La volonté des États-Unis de maintenir leurs protectorats européens et est-asiatiques enfermés dans leur propre sphère d’influence est menacée par l’émergence de la Chine et de la Russie indépendamment des États-Unis, tandis que l’économie américaine se désindustrialise en raison de ses propres choix politiques délibérés. La dynamique industrielle qui a rendu les Etats-Unis si dominants de la fin du 19ème siècle jusqu’aux années 1970 a laissé place à une financiarisation néolibérale évangélisatrice. C’est pourquoi les diplomates américains doivent faire un bras d’honneur à leurs alliés pour bloquer leurs relations économiques avec la Russie post-soviétique et la Chine socialiste, dont la croissance est supérieure à celle des États-Unis et dont les accords commerciaux offrent plus de possibilités de gains mutuels.

La question est de savoir combien de temps les États-Unis pourront empêcher leurs alliés de profiter de la croissance économique de la Chine. L’Allemagne, la France et d’autres pays de l’OTAN vont-ils rechercher la prospérité pour eux-mêmes au lieu de laisser l’étalon dollar américain et les préférences commerciales siphonner leur excédent économique ?

La diplomatie pétrolière et le rêve américain pour la Russie post-soviétique

En 1991, Gorbatchev et d’autres responsables russes s’attendaient à ce que leur économie se tourne vers l’Ouest pour être réorganisée selon les principes qui avaient rendu les économies américaine, allemande et autres si prospères. L’attente mutuelle de la Russie et de l’Europe occidentale était que les investisseurs allemands, français et autres restructurent l’économie post-soviétique selon des principes plus efficaces.

Ce n’était pas le plan des États-Unis. Lorsque le sénateur John McCain a qualifié la Russie de « station-service avec des bombes atomiques », c’était le rêve des Américains de ce qu’ils voulaient que la Russie devienne – avec les compagnies de gaz russes passant sous le contrôle d’actionnaires américains, en commençant par le rachat prévu de Yukos tel qu’il a été arrangé avec Mikhail Khordokovsky. La dernière chose que les stratèges américains voulaient voir, c’était une Russie florissante et revivifiée. Les conseillers américains ont cherché à privatiser les ressources naturelles de la Russie et d’autres actifs non industriels, en les confiant à des kleptocrates qui ne pouvaient « encaisser » la valeur de ce qu’ils avaient privatisé qu’en le vendant aux investisseurs américains et étrangers contre des devises fortes. Le résultat a été un effondrement économique et démographique néolibéral dans tous les États post-soviétiques.

D’une certaine manière, l’Amérique s’est transformée en sa propre version d’une station-service avec des bombes atomiques (et des exportations d’armes). La diplomatie pétrolière américaine vise à contrôler le commerce mondial du pétrole afin que ses énormes profits reviennent aux grandes compagnies pétrolières américaines. C’est pour maintenir le pétrole iranien entre les mains de British Petroleum que Kermit Roosevelt, de la CIA, a collaboré avec l’Anglo-Persian Oil Company de British Petroleum pour renverser le dirigeant élu de l’Iran, Mohammed Mossadegh, en 1954, lorsque celui-ci a cherché à nationaliser la compagnie après qu’elle ait refusé, décennie après décennie, d’apporter les contributions promises à l’économie. Après avoir installé le Shah, dont la démocratie reposait sur un État policier corrompu, l’Iran a menacé une fois de plus d’agir en tant que maître de ses propres ressources pétrolières. Il a donc été une nouvelle fois confronté aux sanctions parrainées par les États-Unis, qui restent en vigueur aujourd’hui. L’objectif de ces sanctions est de maintenir le commerce mondial du pétrole fermement sous le contrôle des États-Unis, car le pétrole est une énergie et l’énergie est la clé de la productivité et du PIB réel.

Dans les cas où des gouvernements étrangers tels que l’Arabie Saoudite et les Etats pétroliers arabes voisins ont pris le contrôle, les recettes d’exportation de leur pétrole doivent être déposées sur les marchés financiers américains pour soutenir le taux de change du dollar et la domination financière américaine. Lorsqu’ils ont quadruplé leurs prix du pétrole en 1973-74 (en réponse au quadruplement par les États-Unis des prix de leurs exportations de céréales), le Département d’État américain a fait la loi et a dit à l’Arabie saoudite qu’elle pouvait faire payer son pétrole autant qu’elle le voulait (augmentant ainsi le prix de référence pour les producteurs de pétrole américains), mais qu’elle devait se conformer à la loi. Le département d’État américain a fait la loi et a dit à l’Arabie saoudite qu’elle pouvait facturer autant qu’elle le voulait pour son pétrole (augmentant ainsi les prix des producteurs de pétrole américains), mais qu’elle devait recycler ses recettes d’exportation de pétrole aux États-Unis en titres libellés en dollars – principalement des titres du Trésor américain et des comptes bancaires américains, ainsi que quelques participations minoritaires dans des actions et des obligations américaines (mais uniquement en tant qu’investisseurs passifs, sans utiliser ce pouvoir financier pour contrôler la politique des entreprises).

Le deuxième mode de recyclage des revenus de l’exportation du pétrole a consisté à acheter des exportations d’armes américaines, l’Arabie saoudite devenant l’un des plus gros clients du complexe militaro-industriel. En réalité, la production d’armes des États-Unis n’est pas principalement de nature militaire. Comme le monde entier le constate actuellement dans le tumulte autour de l’Ukraine, l’Amérique n’a pas d’armée de combat. Ce qu’elle a, c’est ce qu’on appelait autrefois une « armée alimentaire ». La production d’armes aux États-Unis emploie de la main-d’œuvre et produit des armes qui sont une sorte de bien de prestige dont les gouvernements peuvent se vanter, et non des armes de combat. Comme la plupart des produits de luxe, la majoration est très élevée. C’est l’essence même de la haute couture et du style, après tout. Le MIC utilise ses bénéfices pour subventionner la production civile américaine d’une manière qui ne viole pas la lettre des lois commerciales internationales contre les subventions gouvernementales.

Parfois, bien sûr, la force militaire est effectivement utilisée. En Irak, George W. Bush puis Barack Obama ont utilisé l’armée pour s’emparer des réserves de pétrole du pays, ainsi que de celles de la Syrie et de la Libye. Le contrôle du pétrole mondial a été le pilier de la balance des paiements de l’Amérique. Malgré la volonté mondiale de ralentir le réchauffement de la planète, les responsables américains continuent de considérer le pétrole comme la clé de la suprématie économique des États-Unis. C’est la raison pour laquelle l’armée américaine refuse toujours d’obéir aux ordres de l’Irak de quitter son pays, gardant ses troupes sous contrôle du pétrole irakien, et pourquoi elle s’est mise d’accord avec les Français pour détruire la Libye et a toujours des troupes dans les champs pétrolifères de Syrie. Plus près de nous, le président Biden a approuvé le forage en mer et soutient l’expansion par le Canada de ses sables bitumineux de l’Athabasca, le pétrole le plus sale du monde sur le plan environnemental.

Outre les exportations de pétrole et de denrées alimentaires, les exportations d’armes soutiennent le financement par les bons du Trésor des dépenses militaires américaines dans ses 750 bases à l’étranger. Mais sans un ennemi permanent qui menace constamment aux portes, l’existence de l’OTAN s’effondre. Quel serait le besoin des pays d’acheter des sous-marins, des porte-avions, des avions, des chars, des missiles et autres armes ?

À mesure que les États-Unis se désindustrialisent, le déficit de leur commerce et de leur balance des paiements devient plus problématique. Ils ont besoin des ventes à l’exportation d’armes pour contribuer à réduire leur déficit commercial croissant et aussi pour subventionner leurs avions commerciaux et les secteurs civils connexes. Le défi est de savoir comment maintenir sa prospérité et sa domination mondiale alors qu’elle se désindustrialise et que la croissance économique s’accélère en Chine et maintenant en Russie.

L’Amérique a perdu son avantage en matière de coûts industriels en raison de la forte augmentation du coût de la vie et des affaires dans son économie rentière post-industrielle financiarisée. En outre, comme l’expliquait Seymour Melman dans les années 1970, le capitalisme du Pentagone repose sur des contrats à prix coûtant majoré : Plus le matériel militaire coûte cher, plus les fabricants en tirent profit. Les armes américaines sont donc sur-ingénieries – d’où les sièges de toilettes à 500 dollars au lieu d’un modèle à 50 dollars. Après tout, le principal attrait des produits de luxe, y compris le matériel militaire, est leur prix élevé.

C’est dans ce contexte que s’inscrit la colère des États-Unis, qui n’ont pas réussi à s’emparer des ressources pétrolières de la Russie, et qui ont vu la Russie se libérer militairement pour créer ses propres exportations d’armes, qui sont aujourd’hui généralement meilleures et beaucoup moins coûteuses que celles des États-Unis. Non seulement ses ventes de pétrole rivalisent avec celles du GNL américain, mais la Russie garde ses recettes d’exportation de pétrole chez elle pour financer sa réindustrialisation, afin de reconstruire l’économie qui a été détruite par la « thérapie » de choc parrainée par les États-Unis dans les années 1990.

La ligne de moindre résistance pour la stratégie américaine qui cherche à maintenir le contrôle de l’approvisionnement mondial en pétrole tout en conservant son marché d’exportation d’armes de luxe via l’OTAN consiste à crier au loup et à insister sur le fait que la Russie est sur le point d’envahir l’Ukraine – comme si la Russie avait quelque chose à gagner d’une guerre de bourbier sur l’économie la plus pauvre et la moins productive d’Europe. L’hiver 2021-22 a été marqué par une longue tentative des États-Unis d’inciter l’OTAN et la Russie à se battre – sans succès.

L’Amérique s’est désindustrialisée par une politique délibérée de réduction des coûts de production, ses entreprises manufacturières recherchant une main-d’œuvre à bas salaire à l’étranger, notamment en Chine. Ce changement n’était pas une rivalité avec la Chine, mais était considéré comme un gain mutuel. Les banques et les investisseurs américains devaient s’assurer le contrôle et les profits de l’industrie chinoise au fur et à mesure de sa commercialisation. La rivalité opposait les employeurs américains aux travailleurs américains, et l’arme de la lutte des classes était la délocalisation et, dans le même temps, la réduction des dépenses sociales du gouvernement.

À l’instar de la Russie, qui cherche à obtenir du pétrole, des armes et du commerce agricole indépendamment du contrôle des États-Unis, l’offensive de la Chine consiste à garder les bénéfices de son industrialisation sur son territoire, à conserver la propriété publique d’importantes sociétés et, surtout, à conserver la création monétaire et la Banque de Chine en tant que service public pour financer sa propre formation de capital au lieu de laisser les banques et les maisons de courtage américaines fournir son financement et siphonner son excédent sous forme d’intérêts, de dividendes et de frais de gestion. La seule grâce à laquelle les planificateurs d’entreprise américains ont pu être sauvés a été le rôle de la Chine dans la dissuasion de l’augmentation des salaires américains en fournissant une source de main-d’œuvre à bas prix pour permettre aux fabricants américains de délocaliser et d’externaliser leur production.

La guerre de classe du parti démocrate contre les travailleurs syndiqués a commencé sous l’administration Carter et s’est considérablement accélérée lorsque Bill Clinton a ouvert la frontière sud avec l’ALENA. Une série de maquiladoras (ateliers) ont été créées le long de la frontière pour fournir une main-d’œuvre artisanale à bas prix. Ces maquiladoras sont devenues un centre de profit si prospère que Clinton a fait pression pour que la Chine soit admise au sein de l’Organisation mondiale du commerce en décembre 2001, au cours du dernier mois de son administration. Le rêve était que la Chine devienne un centre de profit pour les investisseurs américains, produisant pour les entreprises américaines et finançant ses investissements (ainsi que le logement et les dépenses publiques, espérait-on) en empruntant des dollars américains et en organisant son industrie dans un marché boursier qui, comme celui de la Russie en 1994-96, deviendrait un fournisseur de premier plan de financement et de gains en capital pour les investisseurs américains et étrangers.

Walmart, Apple et de nombreuses autres entreprises américaines ont organisé des sites de production en Chine, ce qui impliquait nécessairement des transferts de technologie et la création d’une infrastructure efficace pour le commerce d’exportation. Goldman Sachs a mené l’incursion financière et a contribué à l’envolée du marché boursier chinois. Tout cela, c’est ce que l’Amérique avait préconisé.

Où le rêve néolibéral américain de la guerre froide a-t-il échoué ? Pour commencer, la Chine n’a pas suivi la politique de la Banque mondiale consistant à inciter les gouvernements à emprunter en dollars pour engager des sociétés d’ingénierie américaines afin de fournir des infrastructures d’exportation. Elle s’est industrialisée à peu près de la même manière que les États-Unis et l’Allemagne à la fin du XIXe siècle : En investissant massivement dans les infrastructures pour fournir les besoins de base à des prix subventionnés ou gratuitement, des soins de santé et de l’éducation aux transports et aux communications, afin de minimiser le coût de la vie que les employeurs et les exportateurs devaient payer. Plus important encore, la Chine a évité le service de la dette extérieure en créant sa propre monnaie et en gardant les installations de production les plus importantes entre ses mains.

Les exigences des États-Unis poussent leurs alliés à quitter l’orbite commerciale et monétaire dollar-OTAN

Comme dans une tragédie grecque classique, la politique étrangère américaine entraîne précisément le résultat qu’elle craint le plus. En surjouant avec leurs propres alliés de l’OTAN, les diplomates américains sont en train de réaliser le scénario cauchemardesque de Kissinger, en rapprochant la Russie et la Chine. Alors que les alliés de l’Amérique doivent supporter les coûts des sanctions américaines, la Russie et la Chine en profitent en étant obligées de diversifier et de rendre leurs propres économies indépendantes des fournisseurs américains de nourriture et d’autres besoins fondamentaux. Par-dessus tout, ces deux pays créent leurs propres systèmes de crédit et de compensation bancaire dédollarisés et détiennent leurs réserves monétaires internationales sous forme d’or, d’euros et de devises de l’autre pays pour mener leurs échanges et investissements mutuels.

Cette dédollarisation offre une alternative à la capacité unipolaire des États-Unis d’obtenir des crédits étrangers gratuits par le biais de l’étalon des bons du Trésor américain pour les réserves monétaires mondiales. À mesure que les pays étrangers et leurs banques centrales dédollarisent, qu’est-ce qui soutiendra le dollar ? Sans la ligne de crédit gratuite fournie par les banques centrales qui recyclent automatiquement les dépenses militaires et autres dépenses étrangères de l’Amérique vers l’économie américaine (avec un rendement minime), comment les États-Unis peuvent-ils équilibrer leurs paiements internationaux face à leur désindustrialisation ?

Les États-Unis ne peuvent pas simplement inverser leur désindustrialisation et leur dépendance à l’égard de la main-d’œuvre chinoise et asiatique en rapatriant la production chez eux. Ils ont intégré des frais généraux de rente trop élevés dans leur économie pour que leur main-d’œuvre puisse être compétitive au niveau international, étant donné les exigences budgétaires des salariés américains pour payer les coûts élevés et croissants du logement et de l’éducation, le service de la dette et l’assurance maladie, ainsi que les services d’infrastructure privatisés.

La seule façon pour les États-Unis de maintenir leur équilibre financier international est de fixer un prix de monopole pour leurs exportations d’armes, de produits pharmaceutiques brevetés et de technologies de l’information, et d’acheter le contrôle des secteurs de production les plus lucratifs et potentiellement rentiers à l’étranger – en d’autres termes, de diffuser la politique économique néolibérale dans le monde entier d’une manière qui oblige les autres pays à dépendre des prêts et des investissements américains.

Ce n’est pas une façon pour les économies nationales de se développer. L’alternative à la doctrine néolibérale, ce sont les politiques de croissance de la Chine qui suivent la même logique industrielle de base que celle qui a permis à la Grande-Bretagne, aux États-Unis, à l’Allemagne et à la France d’accéder à la puissance industrielle lors de leurs propres décollages industriels, avec un soutien gouvernemental fort et des programmes de dépenses sociales.

Les États-Unis ont abandonné cette politique industrielle traditionnelle depuis les années 1980. Ils imposent à leur propre économie les politiques néolibérales qui ont désindustrialisé le Chili pinochetiste, la Grande-Bretagne thatchérienne et les anciennes républiques soviétiques post-industrielles, les pays baltes et l’Ukraine depuis 1991. Sa prospérité, fortement polarisée et endettée, repose sur le gonflement des prix de l’immobilier et des titres et sur la privatisation des infrastructures.

Ce néolibéralisme a été la voie à suivre pour devenir une économie en faillite et, de fait, un État en faillite, obligé de subir la déflation de la dette, la hausse des prix du logement et des loyers alors que le taux d’occupation par les propriétaires diminue, ainsi que les coûts médicaux et autres exorbitants résultant de la privatisation de ce que d’autres pays fournissent gratuitement ou à des prix subventionnés en tant que droits de l’homme – soins de santé, éducation, assurance médicale et pensions.

Le succès de la politique industrielle de la Chine, avec une économie mixte et un contrôle étatique du système monétaire et de crédit, a conduit les stratèges américains à craindre que les économies d’Europe occidentale et d’Asie ne trouvent leur avantage dans une intégration plus étroite avec la Chine et la Russie. Les États-Unis ne semblent avoir aucune réponse à un tel rapprochement mondial avec la Chine et la Russie, si ce n’est des sanctions économiques et une belligérance militaire. Cette position de nouvelle guerre froide coûte cher, et d’autres pays rechignent à supporter le coût d’un conflit qui n’a aucun avantage pour eux et qui, en fait, menace de déstabiliser leur propre croissance économique et leur indépendance politique.

Sans subvention de la part de ces pays, d’autant plus que la Chine, la Russie et leurs voisins dédollarisent leurs économies, comment les États-Unis peuvent-ils maintenir les coûts de la balance des paiements de leurs dépenses militaires à l’étranger ? Réduire ces dépenses et retrouver une autonomie industrielle et une puissance économique compétitive nécessiterait une transformation de la politique américaine. Un tel changement semble improbable, mais sans lui, combien de temps l’économie rentière post-industrielle de l’Amérique pourra-t-elle réussir à forcer les autres pays à lui fournir l’affluence économique (littéralement un afflux) qu’elle ne produit plus chez elle ?

Michael Hudson

Notes

[1] https://www.state.gov/briefings/department-press-briefing-january-27-2022/ . Faisant fi des commentaires des journalistes selon lesquels « ce que les Allemands ont dit publiquement ne correspond pas à ce que vous dites exactement », elle a expliqué la tactique des États-Unis pour bloquer Nord Stream 2. Contrecarrant l’argument d’un journaliste selon lequel « tout ce qu’ils ont à faire est de l’allumer », elle a déclaré : « Comme le sénateur Cruz aime à le dire, c’est actuellement un morceau de métal au fond de l’océan. Il doit être testé. Il doit être certifié. Il doit avoir une approbation réglementaire. » Pour un examen récent de la géopolitique de plus en plus tendue à l’œuvre, voir John Foster, « Pipeline Politics hits Multipolar Realities : Nord Stream 2 et la crise ukrainienne », Counterpunch, 3 février 2022.

[2] Andrew Higgins, « Fueling a Geopolitical Tussle in Eastern Europe : Fertilizer, » The New York Times, 31 janvier 2022. Le propriétaire prévoit de poursuivre le gouvernement lituanien pour obtenir de lourds dommages et intérêts.

[3] Ministère russe des Affaires étrangères, « Réponses du ministre des Affaires étrangères Sergey Lavrov aux questions du programme Voskresnoye Vremya de Channel One », Moscou, 30 janvier 2022. Johnson’s Russia List, 31 janvier 2022, n° 9.

Source: Unz

Traduction: Arretsurinfo 

(*)Michael Hudson est l’auteur de l’ouvrage Super imperialism

Imprimer