La Grande-Bretagne ayant refusé le visa au prêtre orthodoxe serbe de sa commune, l’imam de Srebrenica a renoncé à son voyage, par solidarité! Comble d’ironie, la délégation mixte devait présenter un projet de coopération intercommunautaire.

Voici bientôt vingt ans qu’on exploite la tragédie de Srebrenica comme facteur de division entre bosniaques orthodoxes et musulmans. Le geste de l’imam Peštalić, qui ne lui aura pas valu que des félicitations dans son camp, mériterait d’être claironné comme un rayon d’espoir et une preuve d’entente possible, surtout au moment où l’Occident repart en guerre dans les terres d’islam.

Cette histoire est particulièrement révoltante et éloquente. Elle flanque par terre tout le prêchi-prêcha sur la tolérance dont se gargarisent, notamment, les apparatchiks anglais. Elle montre qui, derrière un hypocrite langage humaniste, sème vraiment la discorde en ex-Yougoslavie, et qui pratique vraiment la discrimination.

Ayant la preuve que beaucoup de journalistes lisent attentivement mon blog, je traduis ci-dessous l’article de Večernje Novosti qui relate l’affaire. On verra bien qui saisira l’occasion de raconter une belle histoire à contre-courant. Ou pas. A diffuser largement!

(NB Les soulignés sont de moi. Slobodan Despot. 24 septembre 2014)


Imam et prêtre

L’imam de Srebrenica a refusé de partir en Angleterre parce que les prêtres orthodoxes serbes n’avaient pas eu leur visa

SREBRENICA — Après que l’imam de Srebrenica Damir Peštalić a refusé de partir pour l’Angleterre parce que le prêtre de l’Eglise orthodoxe serbe Aleksandar Mladenović et les autres membres de la délégation de nationalité serbe se sont vus refuser le visa pour un voyage commun, cette affaire est devenue le sujet de discussion numéro un à Srebrenica.

Dans cette bourgade de la Republika Srpska, symbole des souffrances du peuple bosniaque et du peuple serbe, on ne parle plus, depuis quelques jours, que de la solidarité et de l’humanité des chefs religieux locaux. Bien que les plaies soient encore fraîches, et que beaucoup se servent justement de Srebrenica pour accabler la partie adverse, personne n’est resté indifférent au geste de l’imam local.

Le père Mladjenović salue la décision de Peštalić еt fait observer que de nombreux diplomates et représentants de la société civile britanniques viennent en Bosnie-Herzégovine pour « nous enseigner » la tolérance, la réconciliation et le vivre-ensemble, mais que cet exemple montre qu’ils devraient plutôt apprendre de nous.

«Ce qu’a fait l’imam Peštalić est un acte d’humanité. Ce voyage devait être un projet multiethnique destiné à démontrer que nous pouvons vivre ensemble. Les peuples de Srebrenica et leurs communautés religieuses n’ont jamais eu de problèmes entre eux. D’autre part, il subsiste d’immenses problèmes dans cette communauté: des individus, mais également, dois-je dire, des représentants du pouvoir municipal, me semblent faire tout leur possible pour attiser les tensions interethniques», a dit le prêtre Mladjenović.

Le hodža (imam) de Srebrenica se dit surpris par la décision britannique de n’accorder des visas qu’à une partie du groupe de citoyens du lieu. Cela dit, il n’a pas hésité à renoncer au voyage.

«Nous étions tout le temps ensemble lorsqu’il s’est agi d’organiser ce voyage, où nous devions présenter des projets communs pour le bien de tous les habitants. Je pense que ce voyage en Angleterre nous aurait encore plus soudés, mais il est arrivé ce qui est arrivé et j’ai dit que nous n’avions rien à faire là-bas sans la délégation serbe. Je pense que le père Mladjenović aurait agi de même», nous déclare Peštalić.

L’imam nous a encore dit qu’il n’y avait pas de tensions à Srebrenica entre les gens ordinaires, même si les médias s’efforçaient de démontrer le contraire.

«A vrai dire, nous avons encore beaucoup de questions ouvertes à régler, mais dans un esprit de tolérance. Ces questions vont nous confronter au passé et ouvrir la voie vers l’avenir», a-t-il souligné.

Il a rappelé que le groupe emmené par le prêtre et l’imam de Srebrenica devait visiter Londres, Birmingham, Nottingham et Derby, où ils étaient censés se familiariser avec le travail de la communauté méthodiste, de même qu’avec le travail du dzemat [communauté islamique] et de l’Eglise orthodoxe serbe locale; une visite du parlement britannique et de la rédaction de la BBC était aussi prévue. Apprenant que les membres serbes de la délégation mixte n’avaient pas reçu leur visa, l’imam Peštalić a informé les représentants de la communauté méthodiste anglaise, qui devaient être leurs hôtes, que les membres bosniens de la même délégation se solidarisaient avec les membres serbes et refusaient de se rendre seuls en Angleterre.

DISCRIMINATION : «Nous avons rempli les mêmes formulaires et produit les mêmes garanties financières pour l’obtention des visas, mais les Serbes ne les ont pas reçus, au contraire des Bosniens, ce qui témoigne d’une attitude discriminatoire de la Grande-Bretagne et d’une partie de son administration à l’égard du peuple serbe», dit le père Mladjenović.

«Imam iz Srebrenice odbio da putuje u Englesku jer sveštenici SPC nisu dobili vizu»Večernje Novosti, 23.9.2914.

Source: http://blog.despot.ch/limam-de-srebrenica-et-la-vraie-discrimination-choquant

Imprimer