Dmitry Polyanskiy, représentant permanent adjoint de la Russie auprès des Nations unies au Conseil de sécurité de l’ONU


Déclaration du premier représentant permanent adjoint, Dmitry Polyanskiy, lors de la séance d’information du Conseil de sécurité des Nations unies sur le maintien de la paix et de la sécurité en Ukraine, 28 juin 2022

Source: Mission permanente de la Fédération de Russie auprès de l’Office des Nations Unies

Monsieur le Président,

Avant de commencer, permettez-moi de faire la remarque suivante.

Nous sommes sérieusement préoccupés par la position de la présidence albanaise concernant la participation du président Zelensky d’Ukraine à cette réunion (*). Il n’y a pas eu de consultations avec tous les membres du Conseil sur cette question. Les délégations ont été confrontées à ce fait au dernier moment. Cela constitue une violation de la pratique et des méthodes de travail existantes du Conseil de sécurité.

Le président Zelensky a eu une fois l’occasion de s’adresser au Conseil par voie d’exception et, comme l’a affirmé la Grande-Bretagne en sa qualité de président du Conseil, sans créer de précédent. Nous ne voyons aucune raison pour qu’une telle exception soit à nouveau faite. Nous avons tous réitéré à plusieurs reprises notre compréhension du fait que les représentants des États désireux de s’adresser au Conseil doivent être physiquement présents dans la salle du Conseil de sécurité.

Le Conseil de sécurité ne doit pas se transformer en une tribune où le président Zelensky, même à distance, peut demander à l’OTAN plus d’armes. Cela érode l’autorité du Conseil en tant qu’organe responsable de la prise de décisions collectives dans l’intérêt du maintien de la paix et de la sécurité internationales. La partie ukrainienne, soutenue par nos collègues occidentaux, cherche à saper cette autorité et à utiliser les membres du CSNU comme public lors de ses représentations.

Permettez-moi également de souligner qu’il y a une semaine, le ministre des Affaires étrangères de la République centrafricaine s’est vu refuser la possibilité de s’adresser au Conseil par le biais d’une vidéo conférence. Le Conseil de sécurité ne doit pas appliquer deux poids deux mesures, en agissant dans l’intérêt de la partie ukrainienne et de ses sponsors occidentaux et en discriminant les États africains. Aucune exception ne doit être faite ici.

M. le Président,

Dès les premiers jours de l’opération militaire spéciale destinée à mettre fin à la guerre que le régime de Kiev mène depuis huit ans contre les populations pacifiques de l’est de l’Ukraine, nous avons constaté que la situation sur la ligne de front n’était pas la principale préoccupation des autorités ukrainiennes. Elles étaient plutôt intéressées par d’autres aspects, à savoir la situation sur le front de l’information, à laquelle elles se sont attelées (avec les experts occidentaux en relations publiques, en propagande et en mise en scène) avec une grande dévotion.

Si l’on se fixe pour objectif de recenser tous les faux ukrainiens, ils seront suffisamment nombreux pour faire l’objet d’un gros volume imprimé, voire d’une série. Il suffit de mentionner une histoire séduisante, mais totalement fausse, concernant les courageux défenseurs de l’île de Zmiinyi qui ont refusé de se rendre à un navire de la marine russe et en ont payé le prix ultime. Le président Zelensky leur a décerné les titres de Héros de l’Ukraine post mortem. Il s’est avéré par la suite que toute la garnison ukrainienne de l’île était restée en vie, après s’être rendue aux troupes russes. Personne n’a pris la peine de réécrire la légende, si bien qu’en Ukraine, on peut encore trouver des timbres postaux vantant cette histoire patriotique.

Un autre faux est le célèbre « fantôme de Kiev » qui aurait fait peur aux forces aériennes russes en abattant des dizaines de jets russes. Le fait que ses actes d’héroïsme soient illustrés par des fragments de jeux vidéo ou de vieilles séquences provenant du web n’a semblé déranger personne. Plus tard, même les journalistes occidentaux ont dû reconnaître à contrecœur qu’il s’agissait d’une histoire inventée. Pourtant, certains propagandistes ukrainiens continuent d’exploiter cette « légende fantôme ».

Les clips vidéo constituent un sujet distinct. Au début de l’opération spéciale, de fausses vidéos ukrainiennes diffusées sur Internet étaient si élaborées qu’elles terrifiaient même la BBC britannique. Au fil du temps, la BBC et d’autres médias occidentaux ont commencé à prendre ces contrefaçons à la légère et même à en faire de leur propre chef, en prétendant que les bâtiments du Donbas qui avaient été détruits par le régime de Kiev étaient en fait situés à Kiev.

Les Ukrainiens et leurs sponsors occidentaux ont rapidement compris qu’à l’ère du numérique, les développements sur le terrain n’ont pas d’importance. Ce qui importe, c’est la façon dont ces développements sont couverts par les médias occidentaux. Profitant du retrait volontaire des troupes russes des régions de Kiev et de Tchernigov, les experts en propagande de Kiev et de l’Occident ont mené une  provocation à Bucha, monstrueuse par son ampleur et ses performances. Malgré des irrégularités flagrantes, de nombreux Occidentaux y croient toujours, comme nous l’avons entendu encore aujourd’hui. Les autorités de Kiev continuent d’y emmener tous les invités étrangers à l’endroit où la provocation a eu lieu, qui n’est qu’à une courte distance de Kiev. Elles utilisent ce sinistre outil de propagande pour pousser leurs sponsors à livrer davantage d’armes à l’Ukraine. En ce qui concerne les livraisons militaires occidentales, Bucha a changé la donne, ce qui est exactement ce que les autorités ukrainiennes voulaient. Elles l’ont admis elles-mêmes. Comme l’a déclaré le ministre des affaires étrangères, M. Kuleba, dans une interview accordée à la BBC le 4 avril, « le massacre de Bucha devrait lever toute forme d’hésitation et de réticence de l’Occident à fournir à l’Ukraine toutes les armes nécessaires ».

Une fois échauffés, ces successeurs des « Casques blancs » (**) basés à Kiev ont tenté de faire quelque chose d’aussi grand. C’est alors qu’ils ont eu l’idée de viser un terminal ferroviaire à Kramatorsk, censé convaincre la communauté mondiale que les troupes russes avaient commis de terribles atrocités. Pourtant, ce simulacre était si grossier et si peu convaincant qu’il est rarement rappelé de nos jours. L’implication des forces armées ukrainiennes était bien trop évidente (***).

Par la suite, la propagande ukrainienne s’est inspirée des méthodes de Goebbels et a commencé à instiller dans la conscience publique une image des soldats russes comme des barbares, des violeurs et des pillards, à la manière des fascistes lors de la phase finale de la Seconde Guerre mondiale. L’image de soldats russes se sont mis à piller, violer et terroriser tout le monde avec leur cruauté impensable – c’est ce que raconte la propagande ukrainienne. Nous nous souvenons tous très bien d’un représentant du régime de Kiev, assis à cette même table, qui expliquait que nos soldats volaient des machines à laver et des toilettes ukrainiennes – ce qu’ils n’avaient jamais eu dans leurs foyers en Russie. Ses partisans sont allés encore plus loin et ont modifié cette histoire ridicule. Ils disent maintenant que les Russes volent des bouilloires électriques, mais qu’ils laissent derrière eux leurs parties électriques, ne sachant pas comment les utiliser. Les mensonges sur le vol de céréales ukrainiennes, que nous avons également entendus aujourd’hui, s’inscrivent parfaitement dans cette logique.

Ainsi beaucoup d’Occidentaux y ont cru, ont eu pitié des Ukrainiens et ont haï les Russes de tout cœur. Et ils ne se sont pas empressés de vérifier les faits. Et ils ont fourni avec précision à Kiev les armes tant désirées.

Mais à un moment donné, tout a déraillé. Sur les médias sociaux, on a vu apparaître davantage de preuves et de raisons d’accuser les soldats ukrainiens et les néonazis d’avoir commis des atrocités et des crimes de guerre, des pillages, des tortures, des viols, des bombardements délibérés de quartiers résidentiels et d’y avoir déployé des armes lourdes, ainsi que d’avoir utilisé des civils comme bouclier humain. Ces témoignages ne sont pas arrivés par dizaines, mais plutôt par centaines et milliers, et se sont rapidement répandus sur les réseaux sociaux. C’est notamment ainsi que se sont effondrées les légendes sur le bombardement par les troupes russes d’une maternité et d’un théâtre à Mariupol. Ensuite, plus de 2 500 nationalistes d’Azov, qui ont déjà été élevés au rang de martyrs et de héros, se sont rendus et ont dû laisser partir des centaines d’otages civils qui ont partagé la vérité sur ce qu’ils avaient vécu.

Un autre échec est venu du médiateur ukrainien Denisova, qui est allé trop loin en savourant et en décrivant des viols prétendument commis par des soldats russes. D’ailleurs, nos collègues occidentaux se sont empressés de répéter ce qu’elle avait affirmé, notamment dans cette salle. Une fois licenciée, elle a dû admettre qu’elle avait menti exprès – pour s’assurer que l’Ukraine continue à être militarisée. Et il s’est avéré que les États occidentaux n’avaient aucune autre preuve, qu’il s’agissait de mensonges de la part de Denisova.

Ajoutez à cela les images vidéo provenant des villes libérées du Donbas qui ont été prises sous de lourds bombardements, où les gens ont dit qu’ils ne faisaient que blâmer les forces ukrainiennes et les sponsors occidentaux qui avaient fourni à l’Ukraine de l’artillerie à longue portée qui pouvait atteindre des zones auparavant inaccessibles. Ajoutez à cela les échecs militaires, causés entre autres par l’incompétence et la trahison des commandos ukrainiens. […]

Cela devenait de plus en plus difficile à dissimuler au public ukrainien et mondial, d’autant que des milliers de soldats étaient pris au piège dans un « chaudron » autour de Severodonetsk et Lisichansk. Par ailleurs, un sommet de l’OTAN se profilait à l’horizon, et les responsables ukrainiens savaient que la question de nouvelles livraisons d’armes à l’Ukraine serait soulevée. Ils savaient également que ces armes pourraient être utilisées au combat, mais aussi vendues à des tiers, puis passées en pertes militaires.

Il est devenu évident que si l’Ukraine voulait regagner l’attention de la communauté internationale, déjà en perte de vitesse, il lui fallait une nouvelle provocation « à la Bucha ». Le problème est que les troupes russes s’étant retirées n’étaient entrées nulle part. Il n’était donc pas question de déposer des cadavres ou de tirer sur des civils – cela n’aurait eu de sens que dans les territoires reconquis par le régime de Kiev.

Apparemment, c’est à ce moment que Kiev a eu l’idée d’un nouveau style de provocation – une prétendue frappe sur un centre commercial à Kremenchug. En réalité, le centre commercial n’avait pas été touché. Les troupes russes ont lancé une frappe de haute précision contre des entrepôts d’armes et de munitions américaines et européennes situés à côté de l’usine de construction de routes de Kremenchug. Ces armes et munitions allaient être expédiées aux troupes ukrainiennes dans le Donbas, où elles viseraient les zones résidentielles de Donetsk, de Lougansk et d’autres villes. Les frappes russes l’ont empêché. L’artillerie à longue portée que l’Occident livre à l’Ukraine donne aux FAU l’occasion de frapper les zones arrière du Donbas sans aucune logique de combat – juste à des fins de vengeance et d’intimidation de la population locale. Le 15 juin, les FAU ont lancé de telles frappes à partir d’obusiers Caesar de 155 mm provenant de l’OTAN. Ces frappes ont tué 6 civils et en ont blessé 30 autres. Chaque semaine, des dizaines de morts et de blessés viennent s’ajouter à ces statistiques. Hier, l’UAF a utilisé pour la première fois des systèmes M142 HIMARS contre la ville de Pervalsk en LPR. Ni les collègues ukrainiens ni les collègues occidentaux n’ont mentionné ces attaques contre les installations civiles et la population de Donbas aujourd’hui. Vous ne vous en souciez pas, comme vous ne vous en êtes pas soucié pendant les 8 années au cours desquelles les troupes ukrainiennes ont systématiquement anéanti la population de la RPD et de la RPL.

Revenons au Kremenchug. Les frappes n’ont pas eu d’impact sur le centre commercial Amstor qui se trouve à une certaine distance. Les images des caméras de vidéosurveillance le prouvent. Si un missile avait touché le centre commercial, il aurait été complètement détruit. Des vidéos tournées par des blogueurs ukrainiens montrent que l’onde de choc n’a même pas endommagé les marchandises qui étaient en vente à Amstor. Tout est resté à sa place, sans même tomber au sol. Les bâtiments adjacents n’ont pas été touchés non plus, même les fenêtres sont restées intactes. Ceci n’est possible que lorsqu’un projectile explose à une distance considérable. Les munitions qui étaient stockées dans les entrepôts ont explosé à l’impact, déclenchant un incendie qui s’est ensuite propagé au centre commercial.

Chers collègues occidentaux,

J’ai fourni un compte-rendu détaillé du travail de la machine de propagande ukrainienne en espérant que vous vous rendiez compte de votre maladresse et de votre manque de conviction lorsque vous diffusez le récit de la propagande ukrainienne, qui comprend non seulement les faux et les provocations mises en scène que j’ai mentionnés, mais aussi les affirmations selon lesquelles la Russie empêcherait les exportations de céréales ukrainiennes. La seule chose que Kiev veut de vous, c’est votre argent et vos armes. Vous devez comprendre que les armes que vous livrez, comme nous vous en avons averti dès le début, sont nos cibles militaires légitimes, tout comme les mercenaires venant de vos pays. Les installations où ces armes sont stockées et les mercenaires déployés deviennent également nos cibles militaires légitimes. Les entrepôts de l’usine de construction de routes de Kremenchug étaient précisément de telles cibles. Le régime de Kiev stocke délibérément des armes dans les zones centrales des villes ukrainiennes, à côté des quartiers résidentiels, mettant ainsi en danger la vie des civils et transformant les gens en bouclier humain. Et vous essayez de ne pas le remarquer, et ce faisant, vous dépréciez les valeurs que vous prétendez promouvoir.

Peu importe les efforts que vous déployez pour prouver le contraire, nous n’avons pas ciblé et ne ciblons pas les installations civiles et non militaires. Si vous ne nous faites pas confiance – regardez les témoignages de témoins oculaires, et écoutez les opinions des experts militaires. Ils confirmeront que l’immeuble résidentiel de Kiev mentionné aujourd’hui n’a pas été touché par un missile de croisière russe, mais a été endommagé par deux unités de défense aérienne ukrainiennes qui ont abattu des missiles sol-air ukrainiens juste au-dessus de cet immeuble. Votre refus de le reconnaître ne change rien à la vérité.

En fournissant vos armes, vous ne faites que prolonger l’agonie du régime criminel de Kiev qui est prêt à sacrifier sa propre population. Plus vite vous le comprendrez, plus vite les dirigeants ukrainiens viendront à la table des négociations avec une position réaliste plutôt qu’avec des slogans pompeux et des douleurs fantômes.

Nous avons lancé une opération militaire spéciale afin de mettre un terme aux bombardements de Donbas par l’Ukraine et de nous assurer que ce pays (que les États occidentaux ont contribué à transformer en pays anti-russe) et ses dirigeants nationalistes cessent de représenter une menace à la fois pour la Russie et pour les personnes vivant dans les régions du sud et du sud-est de l’Ukraine. L’opération spéciale se poursuivra jusqu’à ce que ces objectifs soient atteints.

Je vous remercie.

En réponse au représentant de la Grande Bretagne :

M. le Président,

Je ne prendrai pas beaucoup de notre temps. Permettez-moi simplement de dire que de telles affirmations semblent très « convaincantes » lorsqu’elles sont prononcées par quelqu’un représentant un pays qui a présenté au monde des provocations telles que « l’affaire Skripals » et « l’affaire Litvinenko », ainsi que de nombreux autres cas qui sont entrés dans les annales et les manuels du monde comme des exemples de provocations flagrantes et d’opérations sous faux drapeau. Veuillez garder cela à l’esprit la prochaine fois que vous déciderez de nous donner une conférence.

Merci.

(*) La Russie et l’Occident s’affrontent au Conseil de sécurité de l’ONU

(**) Ndlr: Casques blancs

(***) Kramatorsk: preuves que le missile a été tiré par les forces ukrainiennes

Attaque de Kramatorsk: La Chine met en garde contre les allégations sans fondement

Lavrov : Des ‘preuves irréfutables’ sur l’attaque à Kramatorsk, 8 avril 2022

Notes et traduction Arretsurinfo.ch

Imprimer