L’“ordre international fondé sur des règles” a permis l’incinération de Gaza et le bombardement des forces yéménites qui tentent d’y mettre un terme.

L’“ordre international fondé sur des règles” a causé des centaines de milliers de morts au Yémen par les exactions saoudiennes soutenues par l’Occident.

L’“ordre international fondé sur des règles” a permis aux puissances de l’OTAN de provoquer sciemment une guerre par procuration menaçant le monde entier en Ukraine.

L’“ordre international fondé sur des règles” a autorisé les puissances occidentales et leurs partenaires régionaux à plonger la Syrie dans une effroyable guerre civile en inondant le pays de factions extrémistes fascistes lourdement armées.

L’“ordre international fondé sur des règles” a permis aux États-Unis d’envahir et d’occuper une vaste partie du territoire syrien pour contrôler les ressources naturelles du pays et empêcher sa reconstruction.

L’“ordre international fondé sur des règles” a donné lieu à la dévastation chaotique de la Libye après que les forces soutenues par l’Occident ont tué Kadhafi suite à une opération de renversement de régime tant désirée par l’Occident et déguisée en “intervention humanitaire”.

L’“ordre international fondé sur des règles” aura rendu possible l’invasion de l’Irak, déstabilisant une région entière et faisant des millions de morts après une campagne de mensonges et de propagande délibérés.

L’“ordre international fondé sur des règles” s’est traduit par l’invasion de l’Afghanistan et par une occupation qui a duré des décennies, fondée sur le mensonge et la corruption.

L’“ordre international fondé sur des règles” a rendu possible l’emprisonnement de Julian Assange pour ses activités journalistiques dénonçant les crimes de guerre des États-Unis.

L’“ordre international fondé sur des règles” a ouvert la voie à la création de centaines de bases militaires américaines aux autour du globe, y compris dans des endroits où les habitants s’y opposent farouchement, comme Okinawa, l’Irak et la Syrie.

L’“ordre international fondé sur des règles” a permis aux États-Unis et à leurs alliés de tuer un grand nombre de civils via des stratégies bellicistes de blocus au Yémen, en Irak et au Venezuela.

L’“ordre international fondé sur des règles” autorise les États-Unis à s’immiscer à leur guise dans des quantités d’élections à travers le monde, et à renverser par la force des gouvernements gênants chaque fois qu’ils le souhaitent.

L’“ordre international fondé sur des règles” a cru bon cerner la Chine avec un nombre croissant de bases militaires et de machines de guerre américaines augurant un futur conflit d’une horreur inimaginable.

L’“ordre international fondé sur des règles” a permis aux États-Unis de plonger le monde dans une nouvelle guerre froide avec une politique de surenchère express contre la Russie et la Chine dotées de l’arme nucléaire.

L’“ordre international fondé sur des règles” confère à notre civilisation le contrôle du système de propagande le plus puissant jamais conçu, créant ainsi une dystopie contrôlée par l’esprit et composée exclusivement de décérébrés convaincus de leur liberté.

L’“ordre international fondé sur des règles” a favorisé la dissimulation de quantités insondables de délits gouvernementaux derrière un mur de plus en plus opaque de secrets gouvernementaux.

L’“ordre international fondé sur des règles” permet de subordonner et de soumettre les intérêts des êtres humains ordinaires aux intérêts des entreprises milliardaires et des agences gouvernementales sociopathes.

L’“ordre international fondé sur des règles” autorise la destruction de notre écosystème au profit de riches ploutocrates.

L’“ordre international fondé sur des règles” se fonde sur la domination de notre planète par un empire particulièrement violent et dépravé, au prix d’effusions de sang incessantes et d’une tyrannie toujours grandissante.

Si l’“ordre international fondé sur des règles” a permis toutes ces choses, de quel type de “règles” parlons-nous exactement ? Et de quel type d’“ordre” ?

Si c’est à cela que ressemble l’“ordre international fondé sur des règles”, ne serait-il pas plus sage de s’en passer ?

Caitlin Johnstone

Source: Caitlinjohnstone, 16 janvier 2024