La porte reste fermée à l’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN, car cela affaiblirait les chances de M. Biden d’être réélu. Crédit DR

Après s’être vu promettre un avenir au sein de l’OTAN en 2008, l’Ukraine attend toujours son adhésion. Lors du sommet de l’OTAN de l’année dernière, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a plaidé en faveur de l’adhésion, ou du moins d’un calendrier d’adhésion, et l’alliance l’a repoussé sans ménagement.

« L’Ukraine n’est pas prête à adhérer à l’OTAN », a déclaré le président Joe Biden lors du sommet de l’OTAN de juillet 2023. Il a réitéré cette position dans une récente interview accordée à TIME. Alors que les responsables américains continuent de dire que l’avenir de Kiev est dans le bloc, l’alliance fait pression sur M. Zelensky pour qu’il minimise la question lors du sommet de l’OTAN de cette année.

Otan, Vilnius 2023

De gauche à droite : Zelenskyy, Sunak, le président américain Joe Biden et le secrétaire général de l’OTAN Jens Stoltenberg à Vilnius, le 12 juillet 2023. (OTAN, Flickr, CC BY-NC-ND 2.0)

L’année dernière, M. Zelensky a réagi avec fureur lorsque ses demandes d’adhésion à l’OTAN n’ont pas été satisfaites. “Il est sans précédent et absurde qu’aucun délai ne soit fixé ni pour l’invitation ni pour l’adhésion de l’Ukraine. Dans le même temps, des termes vagues concernant des ‘conditions’ sont ajoutés, même pour l’invitation de l’Ukraine” a-t-il déclaré.

Le sommet de l’OTAN de cette année, qui se tiendra à Washington en juillet, sera présenté différemment au monde. Bien que M. Zelensky et M. Biden devraient signer un accord de sécurité entre les deux pays en juillet, l’OTAN ne proposera pas à l’Ukraine d’adhérer à l’organisation ou de fixer un calendrier pour cette adhésion lors du prochain sommet.

Après une nouvelle année de lutte pour le droit de l’OTAN à s’étendre à l’Ukraine, Zelensky sera encore plus en colère que l’année dernière. Mais personne ne le saura. Pour éviter le rejet embarrassant des aspirations de l’Ukraine l’année dernière, les responsables de l’OTAN se sont engagés dans une « gestion des attentes », mettant en sourdine les membres de l’OTAN favorables à l’adhésion de l’Ukraine tout en avertissant Zelensky de ne pas exiger « l’impossible ». Les responsables de l’OTAN ont demandé à Zelensky de ne pas faire pression sur les membres de l’OTAN pour qu’ils soutiennent publiquement un calendrier d’adhésion à l’OTAN cette fois-ci.

La charte de l’OTAN indique clairement à l’Ukraine qu’elle ne pourra pas devenir membre de l’OTAN tant que la guerre n’aura pas pris fin. La charte de l’OTAN stipule que les pays qui aspirent à devenir membres ne doivent pas être en guerre, doivent s’engager à « résoudre les conflits de manière pacifique » et ne peuvent pas avoir de différends territoriaux.

Les responsables de l’OTAN ont également précisé que l’Ukraine ne deviendrait membre de l’organisation qu’après la fin de la guerre. L’ironie de la chose, c’est qu’il est de plus en plus probable que la guerre ne puisse prendre fin que si l’Ukraine promet de ne pas adhérer à l’OTAN.

La sombre réalité de l’avenir potentiel de l’Ukraine au sein de l’organisation ne reflète pas le discours public optimiste. Historiquement, l’adhésion à l’OTAN a été promise à l’Ukraine et retirée à l’Ukraine de manière provocatrice et conflictuelle.

C’est lors du sommet de l’OTAN de 2008 que l’OTAN a salué pour la première fois « les aspirations de l’Ukraine à devenir membre de l’OTAN » et a promis que l’Ukraine deviendrait membre de l’Alliance. Mais malgré l’affirmation des « aspirations » de l’Ukraine à l’adhésion, les Ukrainiens n’ont pas soutenu l’adhésion à l’alliance.

Le sociologue Volodymyr Ishchenko, de l’université Freie de Berlin, cite dans son livre Towards the Abyss des sondages qui révèlent que moins de 20 % des Ukrainiens souhaitaient adhérer à l’OTAN lors du sommet de l’OTAN à Bucarest en 2008.

Le président George W. Bush a dû pousser le président ukrainien Viktor Iouchtchenko à demander un plan d’action pour l’adhésion à l’OTAN. L’adhésion à l’OTAN divisait dangereusement l’Ukraine, et l’OTAN la proposait alors que l’Ukraine n’en voulait pas.

Le gouvernement de Kiev qui a suivi le coup d’État de 2014 a fait pression pour adhérer à l’OTAN alors que les Ukrainiens n’en voulaient pas. La déclaration de souveraineté de l’Ukraine et sa constitution l’engagent à la neutralité et interdisent l’entrée dans un pacte militaire. La situation a changé en 2019, lorsque le gouvernement Porochenko a modifié la constitution, engageant l’Ukraine à suivre une « voie stratégique » en vue d’adhérer à l’OTAN. Au moment où l’amendement a été adopté, M. Ishchenko affirme que le soutien de l’opinion publique à l’adhésion à l’OTAN n’était encore que d’environ 40 %.

Ce n’est qu’après le début des conflits en Crimée et dans le Donbass que le soutien de l’opinion publique à l’adhésion à l’OTAN a augmenté. Toutefois, les sondages qui ont révélé que ce soutien avait atteint 73 % souffraient d’un problème méthodologique : ils ne pouvaient plus interroger les habitants des régions séparatistes où l’adhésion à l’OTAN était impopulaire, ni les personnes qui avaient quitté l’Ukraine.

Un sondage incluant ces personnes, réalisé en avril 2022 après le début de la guerre, a tout de même révélé que 24 % des personnes interrogées souhaitaient adhérer à l’OTAN, tandis que 27 % voulaient un non-alignement assorti de garanties de sécurité. Un tiers des personnes interrogées étaient indécises. M. Ishchenko cite un sondage réalisé en mai 2022, selon lequel 39 % des personnes interrogées étaient favorables à l’adhésion à l’OTAN, contre 42 % à la neutralité assortie de garanties de sécurité.

Lorsque les Ukrainiens ne demandaient pas l’adhésion à l’OTAN, leur gouvernement et l’OTAN la leur promettaient. Après s’être battus et être morts pour le «principe fondamental» selon lequel ils ont le droit de choisir leurs alliances et pour le droit à l’expansion de l’OTAN, la promesse leur est refusée.

La promesse de l’OTAN de faire de l’Ukraine un membre de l’Alliance a contribué à la guerre en Ukraine. En continuant à mentir à Kiev, l’OTAN a contribué à la guerre avec la Russie. L’OTAN a toujours été un irritant qui a contribué à la guerre en Ukraine. Elle n’a jamais contribué à sa sécurité.

Ted Snider

Ted Snider est un chroniqueur régulier sur la politique étrangère et l’histoire des États-Unis pour Antiwar.com et The Libertarian Institute. Il contribue également fréquemment à Responsible Statecraft et à The American Conservative, ainsi qu’à d’autres publications. Pour soutenir son travail ou pour toute demande de présentation médiatique ou virtuelle.

Article original en anglais publié  le 10 juin 2024 sur Antiwar.com