Bienvenue dans la guerre froide du XXIe siècle

Par Angela Stent

Publié le 2 mai 2022 sur Foreign Policy

Le président russe Vladimir Poutine a fait quatre erreurs de calcul majeures avant de lancer son invasion de l’Ukraine. Il a surestimé la compétence et l’efficacité militaires russes et sous-estimé la volonté de résistance et la détermination des Ukrainiens à se défendre. Il s’est également trompé en supposant qu’un Occident distrait serait incapable de s’unir politiquement face à l’attaque russe et que les Européens et les alliés asiatiques des États-Unis ne soutiendraient jamais des sanctions financières, commerciales et énergétiques de grande envergure contre la Russie.

Mais il a eu raison sur un point : il a estimé à juste titre que ce que j’appelle « le reste » – le monde non occidental – ne condamnerait pas la Russie et ne lui imposerait pas de sanctions. Le jour où la guerre a éclaté, le président américain Joe Biden a déclaré que l’Occident ferait en sorte que Poutine devienne un « paria sur la scène internationale » – mais pour une grande partie du monde, Poutine n’est pas un paria.

Au cours de la dernière décennie, la Russie a cultivé des liens avec des pays du Moyen-Orient, d’Asie, d’Amérique latine et d’Afrique, des régions dont elle s’était retirée après l’effondrement de l’Union soviétique en 1991. Et le Kremlin courtise assidûment la Chine depuis l’annexion de la Crimée en 2014. Lorsque l’Occident a cherché à isoler la Russie, Pékin est intervenu pour soutenir Moscou, notamment en signant l’accord massif sur le gazoduc « Power of Siberia ».

Les Nations unies ont voté trois fois depuis le début de la guerre : deux fois pour condamner l’invasion de la Russie et une fois pour la suspendre du Conseil des droits de l’homme. Ces résolutions ont été adoptées. Mais si l’on fait le compte de la population des pays qui se sont abstenus ou ont voté contre les résolutions, cela représente plus de la moitié de la population mondiale.

En bref, le monde n’est pas uni dans l’idée que l’agression de la Russie est injustifiée, et une partie importante du monde n’est pas prête à punir la Russie pour ses actions. En effet, certains pays cherchent à profiter de la situation actuelle de la Russie. La réticence des autres pays à mettre en péril les relations avec la Russie de Poutine compliquera la capacité de l’Occident à gérer les liens avec les alliés et les autres pays, non seulement maintenant mais aussi lorsque la guerre sera terminée.

La Chine est en tête des autres pays qui refusent de condamner la Russie. S’il n’était pas entendu que la Chine soutiendrait la Russie dans toutes ses actions, Poutine n’aurait pas envahi l’Ukraine. La déclaration conjointe russo-chinoise du 4 février, signée lors de la visite de Poutine à Pékin au début des Jeux olympiques d’hiver, vante leur partenariat « sans limites » et leur engagement à repousser l’hégémonie occidentale. Selon l’ambassadeur de Chine aux États-Unis, le président chinois Xi Jinping n’a pas été informé des projets d’invasion de l’Ukraine par Poutine lors de leur rencontre à Pékin. Nous ne saurons probablement jamais ce que Poutine a réellement dit à Xi Jinping, qu’il s’agisse d’un clin d’œil ou de quelque chose de plus explicite.

Mais quelle que soit l’interprétation que l’on donne à cette déclaration, il est indéniable que la Chine a soutenu la Russie depuis le début de l’invasion. Pékin s’est abstenu lors des votes de l’ONU condamnant la Russie et a voté contre la résolution visant à suspendre le pays du Conseil des droits de l’homme. Les médias chinois reprennent, avec une certaine fidélité, la propagande russe sur la « dénazification » et la démilitarisation de l’Ukraine et rendent les États-Unis et l’OTAN responsables de la guerre. Ils se sont demandé si le massacre de Buca avait été perpétré par des troupes russes et ont réclamé une enquête indépendante.

Mais il y a une certaine équivoque dans la position chinoise. Ils ont également appelé à la fin des hostilités et ont répété qu’ils croyaient en l’intégrité territoriale et la souveraineté de tous les États, y compris l’Ukraine. La Chine a été le premier partenaire commercial de l’Ukraine, et l’Ukraine fait partie du projet « Belt and Road », donc Pékin ne peut pas se réjouir de la dévastation économique que connaît le pays..

Pour la Chine, il s’agirait d’un ordre fondé sur des règles dans lequel elle aurait un rôle beaucoup plus important qu’actuellement dans la définition de l’agenda. Pour Poutine, en revanche, il s’agirait d’un ordre mondial perturbateur avec peu de règles. Les deux pays sont allergiques aux critiques occidentales concernant leurs systèmes nationaux et leur bilan en matière de droits de l’homme. La Chine et la Russie ont besoin l’une de l’autre dans leur quête commune de rendre le monde sûr pour l’autocratie. Xi n’aimerait pas voir Poutine vaincu. Par conséquent, malgré le malaise de la Chine face à l’ampleur de la violence et de la brutalité en Ukraine et aux risques d’escalade vers une guerre plus large, elle ne veut pas s’exprimer contre la Russie.

Les principales institutions financières chinoises se sont toutefois conformées jusqu’à présent aux sanctions occidentales. Après tout, l’enjeu économique de la Chine dans ses relations avec l’Europe et les États-Unis est bien plus important qu’avec la Russie. En outre, étant donné l’ampleur des sanctions occidentales contre la Russie, Pékin doit se demander quelle pourrait être la réaction de l’Occident s’il envahissait Taïwan. Les Chinois étudient sans doute attentivement ces sanctions.

L’autre grande réticence à critiquer la Russie a été l’Inde, la plus grande démocratie du monde et un partenaire des États-Unis dans le dialogue de sécurité quadrilatéral, ou Quad, avec le Japon et l’Australie. L’Inde s’est abstenue sur les trois résolutions de l’ONU et a refusé de sanctionner la Russie. Le Premier ministre indien Narendra Modi a qualifié de « très préoccupantes » les informations faisant état d’atrocités commises contre des civils à Bucarest, en Ukraine, et l’ambassadeur de l’Inde auprès des Nations unies a déclaré que son pays « condamnait sans équivoque ces meurtres et soutenait l’appel à une enquête indépendante », mais ni Modi ni l’ambassadeur des Nations unies n’ont accusé la Russie d’en être responsable.

Le ministre indien des affaires étrangères, S. Jaishankar, a déclaré que la Russie était un « partenaire très important dans de nombreux domaines », et l’Inde continue d’acheter des armes et du pétrole russes. En effet, l’Inde obtient les deux tiers de ses armes de la Russie et est le premier client d’armes de Moscou. La sous-secrétaire d’État américaine Victoria Nuland a admis que cette situation s’explique en partie par la réticence de Washington à fournir davantage d’armes à l’Inde, leader du monde non-aligné pendant la guerre froide. Les États-Unis envisagent désormais de renforcer leur coopération en matière de défense avec l’Inde.

Modi a plusieurs raisons de refuser de condamner la Russie. Le facteur Chine est essentiel. L’Inde considère la Russie comme un important contrepoids à la Chine, et la Russie a agi pour désamorcer les tensions entre l’Inde et la Chine après leurs affrontements frontaliers en 2020. En outre, la tradition indienne de neutralité et de scepticisme à l’égard des États-Unis pendant la guerre froide a suscité une sympathie publique considérable pour la Russie en Inde. À l’avenir, l’Inde devra trouver un équilibre entre sa relation traditionnelle avec la Russie en matière de sécurité et son nouveau partenariat stratégique avec les États-Unis dans le quadrilatère.

L’une des principales réussites de Poutine en matière de politique étrangère au cours de la dernière décennie a été le retour de la Russie au Moyen-Orient, en rétablissant des liens avec des pays dont la Russie post-soviétique s’était retirée et en en établissant de nouveaux avec des pays qui n’avaient aucun lien avec l’Union soviétique.

La Russie est désormais la seule grande puissance qui parle à tous les pays de la région – y compris les pays sunnites comme l’Arabie saoudite, les pays chiites comme l’Iran et la Syrie, et Israël – et qui entretient des liens avec tous les groupes de tous les côtés de chaque conflit. Cette culture des pays du Moyen-Orient a été mise en évidence depuis le début de la guerre Russie-Ukraine.

Bien que la plupart des pays arabes aient voté pour condamner l’invasion de la Russie lors du premier vote de l’ONU, les 22 membres de la Ligue arabe ne l’ont pas fait par la suite. De nombreux pays arabes se sont abstenus lors du vote suspendant la Russie du Conseil des droits de l’homme. De fidèles alliés des États-Unis, dont l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, l’Égypte et Israël, n’ont pas imposé de sanctions à la Russie. En effet, Poutine et le prince héritier saoudien Mohammed bin Salman se sont entretenus deux fois depuis le début de la guerre.

La position d’Israël est largement déterminée par le soutien de la Russie au régime de Bachar el-Assad en Syrie, où des forces russes et iraniennes sont présentes. Israël a négocié avec la Russie un accord lui permettant de frapper des cibles iraniennes en Syrie. Israël craint que le fait de contrarier la Russie ne compromette sa capacité à défendre sa frontière nord. Il a envoyé un hôpital de campagne et d’autres aides humanitaires en Ukraine, mais pas d’armes. Le Premier ministre israélien Naftali Bennett a même brièvement fait office de médiateur entre la Russie et l’Ukraine, mais ses efforts se sont avérés infructueux.

La position de nombreux pays du Moyen-Orient à l’égard de la Russie est également déterminée par leur scepticisme à l’égard des États-Unis, qu’ils considèrent comme un partenaire parfois peu fiable dans la région, et par leur irritation face aux critiques américaines concernant leur bilan en matière de droits de l’homme. Le seul pays véritablement pro-russe est la Syrie, dont le dirigeant, Assad, aurait disparu depuis longtemps sans le soutien militaire russe.

Le retour de la Russie en Afrique ces dernières années et le soutien que le Groupe Wagner, un groupe de mercenaires, apporte aux dirigeants en difficulté de ce continent ont fait que celui-ci a largement refusé de condamner ou de sanctionner la Russie. La plupart des pays africains se sont abstenus lors du vote condamnant l’invasion de la Russie, et beaucoup ont voté contre la suspension de la Russie du Conseil des droits de l’homme. L’Afrique du Sud, membre démocratique du groupe des économies émergentes BRICS, n’a pas critiqué la Russie.

Pour de nombreux pays africains, la Russie est considérée comme l’héritière de l’Union soviétique, qui les a soutenus pendant leurs luttes anticoloniales. L’Union soviétique était l’un des principaux bailleurs de fonds du Congrès national africain à l’époque de l’apartheid, et les dirigeants sud-africains actuels éprouvent de la gratitude envers la Russie. Comme au Moyen-Orient, l’hostilité envers les États-Unis joue également un rôle dans l’influence des opinions africaines sur l’invasion.

Même dans l’arrière-cour des États-Unis, la Russie a ses pom-pom girls. Cuba, le Venezuela et le Nicaragua ont soutenu Moscou – comme prévu – mais d’autres ont également refusé de condamner l’invasion. Le Brésil, membre des BRICS, a adopté une position d' »impartialité », et le président Jair Bolsonaro a rendu visite à Poutine à Moscou peu avant l’invasion et s’est déclaré « solidaire de la Russie ». Le Brésil reste très dépendant des importations d’engrais russes.

Plus inquiétant, le Mexique a refusé de présenter un front commun nord-américain avec les États-Unis et le Canada et de condamner l’invasion. Le parti Morena du président Andrés Manuel López Obrador a même lancé un caucus d’amitié Mexique-Russie à la chambre basse du Congrès du pays en mars, invitant l’ambassadeur russe à s’adresser au caucus. L’antiaméricanisme traditionnel de la gauche des années 1970 peut expliquer en grande partie cette adhésion à la Russie, qui lui offre de nouvelles possibilités de semer la discorde en Occident.

Le Reste représente peut-être plus de la moitié de la population mondiale, mais il s’agit de la moitié la plus pauvre, composée de nombreux pays moins développés. Le PIB, la puissance économique et le poids géopolitique combinés de l’Occident dépassent de loin l’influence des pays qui ont refusé de condamner l’invasion ou de sanctionner la Russie.

Néanmoins, les divisions actuelles entre l’Occident et les autres pays façonneront l’ordre mondial qui émergera après la fin de la guerre. Les deux pays clés sont la Chine et l’Inde, qui veilleront à ce que Poutine ne soit pas un paria international après la fin du conflit. En effet, l’Indonésie, qui accueillera le prochain sommet du G20 en novembre, a déclaré qu’elle se féliciterait de la présence de Poutine. Toutefois, elle a également adressé une invitation au président ukrainien Volodymyr Zelensky.

Au lendemain de cette guerre brutale, les États-Unis auront renforcé leur présence militaire en Europe et stationneront probablement de manière permanente des troupes dans un ou plusieurs pays du flanc oriental de l’OTAN. Si l’un des objectifs de longue date de Poutine est d’affaiblir l’OTAN, la guerre qu’il a menée contre l’Ukraine a permis de réaliser exactement le contraire, non seulement en redonnant vie à l’alliance, mais aussi en lui donnant un nouvel objectif après l’Afghanistan et, avec l’adhésion probable de la Suède et de la Finlande, en l’élargissant. L’OTAN reviendra à une politique d’endiguement renforcé de la Russie tant que Poutine restera au pouvoir et peut-être même après, en fonction de l’identité du prochain dirigeant russe.

Mais dans cette version XXIe siècle de la guerre froide, les pays non occidentaux refuseront de prendre parti comme beaucoup l’ont fait pendant la première guerre froide. Le mouvement des non-alignés des années de la guerre froide réapparaîtra dans une nouvelle incarnation. Cette fois, les autres pays maintiendront leurs liens avec la Russie, même si Washington et ses alliés traitent Poutine comme un paria.

L’économie de la Russie sera diminuée et, si elle parvient à créer un « Internet souverain », elle se démodera et deviendra de plus en plus dépendante de la Chine. Mais elle restera un pays avec lequel un grand nombre d’États seront satisfaits de faire des affaires, tout en veillant à ne pas contrarier Moscou.

Angela Stent

Angela Stent est membre senior non résident de la Brookings Institution et l’auteur de Putin’s World : Russia Against the West and With the Rest. 

Source:https://foreignpolicy.com/2022/05/02/ukraine-russia-war-un-vote-condemn-global-response/

Traduction Arrêt sur info

Imprimer