L’Europe dépend de la Russie pour environ 40 % de son gaz naturel. Victoria Viper B/Shutterstock

Selon le chef de l’AIE, les réductions actuelles de l’offre de Moscou visent à éviter que l’Europe ne remplisse ses stocks.

Le chef de l’Agence internationale de l’énergie (AIE), Fatih Birol, a averti l’UE de se préparer à l’éventualité d’un arrêt total des exportations de gaz russe cet hiver, appelant les membres du bloc à élargir l’éventail des mesures visant à se préparer à ce scénario, rapporte le Financial Times mercredi.

« L’Europe (sic) doit être prête au cas où le gaz russe serait complètement coupé. Plus nous approchons de l’hiver, plus nous comprenons les intentions de la Russie », a-t-il déclaré, cité par le média.

Commentant la réduction de 60 % des livraisons de gaz par Gazprom via le gazoduc Nord Stream la semaine dernière, dont la société russe souligne qu’elle est purement technique, M. Birol a déclaré que « les réductions visent à éviter que l’Europe ne remplisse ses stocks et à accroître l’influence de la Russie pendant les mois d’hiver« .

Cependant, l’AIE accuse ouvertement la Russie de manipuler les prix du gaz depuis l’année dernière, lorsque le coût du gaz en Europe a atteint des sommets historiques.

« Les mesures d’urgence prises par les pays européens cette semaine pour réduire la demande de gaz, comme la remise en marche de vieilles centrales électriques au charbon, étaient justifiées par l’ampleur de la crise, malgré les inquiétudes liées à l’augmentation des émissions de carbone », a-t-il déclaré, ajoutant que, selon lui, le retour à la production d’énergie au charbon sera « temporaire » et permettra de conserver un approvisionnement suffisant en gaz pour la prochaine saison de chauffage.

L’Allemagne, l’Autriche, l’Italie et les Pays-Bas ont annoncé leur intention de renforcer l’utilisation du charbon pour la production d’électricité, tandis que la Suède et le Danemark ont déclaré qu’ils lanceraient également des mesures d’urgence pour limiter l’utilisation du gaz naturel.

M. Birol a toutefois averti que les mesures actuelles ne vont pas assez loin si les exportations de gaz russe s’arrêtent complètement et a suggéré que les gouvernements européens intensifient leurs efforts pour remplir les installations de stockage, entre autres options.

« Je pense qu’il y aura des mesures de demande plus nombreuses et plus profondes [prises par les gouvernements en Europe] à l’approche de l’hiver », a déclaré Birol. Il a noté que le rationnement du gaz est une possibilité, ce qui pourrait aider à compenser les conséquences de la perte du gaz russe et a proposé au bloc d’ « envisager de reporter les fermetures [de centrales nucléaires] tant que les conditions de sécurité sont réunies« .

Source: RT.com – 22 juin 2022

Traduction: Arretsurinfo.ch

Imprimer