No Man’s Land entre les forces russes et ukrainiennes pendant la bataille de Bakhmut, novembre 2022. (Mil.gov.ua, CC BY 4.0, Wikimedia Commons)

Il est difficile d’obtenir un décompte des morts en Ukraine qui ne soit pas le résultat de la machine de propagande d’une partie. Mais le nombre de morts est indiscutablement une horreur. Mesurer la mutilation de l’Ukraine uniquement en termes de morts est une injustice par rapport à la profondeur de la blessure ukrainienne.

Ce n’est pas seulement le fait de ne reconnaitre que quelques dizaines de milliers de morts, une sous-estimation destinée à maintenir le moral et à faire en sorte que les Ukrainiens continuent à se battre avec le soutien de l’Occident politique. Les morts sont peut-être la pire façon de frapper une nation, mais ce n’est pas la seule.

La promesse que le sacrifice des soldats dans la contre-offensive en vaudrait la peine a été démentie et l’espoir perdu. Le nombre de vies sauvées est faible; un diplomate occidental de haut rang a déclaré à CNN “je pense que c’est extrêmement improbable qu’ils fassent réellement des progrès qui changeraient l’équilibre de ce conflit“.

Le résultat est le désespoir. Le 10 août, un article du Washington Post en provenance de Kiev commence par ces mots : “Cette nation est épuisée” et se poursuit par un constat sans espoir : “Les Ukrainiens, qui ont tant besoin de bonnes nouvelles, n’en reçoivent tout simplement aucune“.

Les reportages sur les Ukrainiens qui s’alignaient pour combattre dans les premiers jours de la guerre ont été remplacés par des reportages sur des Ukrainiens qui font tout ce qu’ils peuvent pour échapper à l’appel. Le 11 août, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a limogé tous les directeurs des centres régionaux de recrutement militaire. Bien que les rapports se soient concentrés sur la répression de la corruption, la vraie nouvelle était ce que la corruption pouvait offrir. Ceux qui étaient prêts à se porter volontaires sont allés au front et sont tombés ; ceux qui restent ont vu le prix et ne veulent plus y aller. Les responsables des centres de recrutement ont été licenciés pour avoir accepté des pots-de-vin pour les aider. Ils ont été licenciés pour avoir “exploité leur position pour s’enrichir par le biais de systèmes d’évasion”. Zelensky a décrit le “cynisme” et la “trahison” et le “bénéfice illégal” du “transfert illégal à travers la frontière de personnes astreintes au service militaire”.

Mais la mort et le désespoir ne sont pas les seuls coûts. Il en va de même pour la perte de membres et la perte de santé mentale. Un article  du Washington Post du 15 août décrit “des corps déchiquetés. Des bras et des jambes mutilés au point d’être méconnaissables” par les mines et “l’angoisse mentale liée à l’amputation d’un membre après l’autre”. Le Wall Street Journal a récemment rapporté qu’entre 20 000 et 50 000 Ukrainiens “ont perdu un ou plusieurs membres depuis le début de la guerre”, avant de préciser que “le chiffre réel pourrait être plus élevé”.

Des rapports non confirmés font également état d’un nombre élevé de suicides au sein des forces armées ukrainiennes. Un article du New York Times intitulé “The Hidden Trauma of Ukraine’s Soldiers” (Le traumatisme caché des soldats ukrainiens) fait état de la “crise des blessures psychiques, en plus des corps brisés, parmi les soldats ukrainiens”. Le rapport indique que le besoin de “traitement des traumatismes psychologiques […] dépasse de loin la capacité de l’Ukraine à y répondre”.

Rien ne laisse présager la fin de l’horreur. Mais la suite pour l’Ukraine pourrait être pire.

La Russie ne restera pas éternellement sur la défensive. Après une contre-offensive vient l’offensive suivante. La Russie est restée sur la défensive, permettant à l’Ukraine d’entrer dans ses positions préparées et de se faire dévorer. Alors que les forces armées ukrainiennes sont frustrées et réduites, la Russie pourrait attendre son heure pour transformer la contre-offensive en la prochaine grande offensive russe.

Il semble qu’il y ait eu des discussions officieuses en Russie sur le caractère inévitable d’une future offensive russe. L’ancien général Konstantin Pulikovsky aurait déclaré qu’ “il y aura certainement une offensive. Mais elle commence généralement lorsque nous sentons que l’ennemi est vraiment épuisé“. Le 15 août, le ministre russe de la défense, Sergei Shoigu, a déclaré lors d’une conférence sur la sécurité à Moscou à laquelle, selon la Russie, ont participé 26 ministres de la défense et 75 pays, que “les ressources militaires de l’Ukraine sont presque épuisées“.

Stephen Bryen écrit dans Asia Times que “les Russes ont tenu bon au lieu d’entamer une grande offensive pour terminer la guerre, en essayant d’épuiser les Ukrainiens… Mais les planificateurs de guerre à Moscou savent compter, et il se pourrait qu’ils voient maintenant des opportunités pour une grande offensive“.

Tout en mettant l’accent sur sa position défensive, la Russie aurait discrètement progressé dans le nord. Bien que la Russie n’ait pas parlé d’offensive, les autorités ukrainiennes affirment que la Russie “amasse un grand nombre de troupes et d’équipements le long de la ligne de front nord de l’Ukraine“, ainsi que des centaines de chars, de systèmes d’artillerie et de lance-roquettes.

L’analyste militaire et ancien lieutenant-colonel de l’armée américaine Le lieutenant-colonel Daniel L. Davis, analyste militaire de l’armée américaine, a souligné à plusieurs reprises que, même si l’Ukraine lançait et remportait une contre-offensive, le nombre de victimes et de morts serait si élevé qu’elle aurait “dépensé les dernières forces qui lui restaient pour mener des offensives” ou des opérations futures, ce qui la rendrait vulnérable à une offensive russe.

Si l’objectif, comme le dit toujours le président américain Joe Biden, est de placer l’Ukraine dans la meilleure position “sur le champ de bataille [pour] être dans la position la plus forte possible à la table des négociations“, alors cette occasion s’est déjà présentée deux fois. Elle est passée dans les jours qui ont précédé la guerre, lorsque l’Ukraine aurait pu conserver tout son territoire et éviter tous les morts en échange d’une promesse américaine de ne pas admettre l’Ukraine au sein de l’OTAN lorsque Moscou présenterait sa proposition sur les garanties de sécurité. Elle s’est à nouveau écoulée en novembre 2022, lorsque l’Ukraine a repris des quantités massives de territoires et que les analystes militaires ont mis en garde contre un point d’inflexion à partir duquel l’Ukraine ne pourrait probablement pas conquérir davantage de territoires, mais pourrait en perdre davantage et perdre davantage de vies.

La troisième opportunité se présente maintenant. La contre-offensive est en train d’échouer et la pousser plus loin ne ferait qu’ouvrir le champ de bataille à une offensive russe.

Un jour, les Ukrainiens, dont chacun aura connu quelqu’un qui a été tué ou blessé pendant la guerre, se souviendront peut-être avec désespoir que la Russie aurait probablement mis fin à la guerre pour une promesse de neutralité de l’Ukraine, ce qui est moins que ce que les États-Unis exigent de Cuba. Zelensky était prêt à faire cette promesse lors des négociations des premières semaines de la guerre. Anatol Lieven, directeur du programme Eurasia au Quincy Institute, rapporte que la grande majorité des Ukrainiens s’est opposée à l’adhésion à l’OTAN dans tous les sondages qui ont posé la question avant 2014. En 2008, lorsque l’OTAN a ouvert la porte à l’Ukraine, 58 % des Ukrainiens s’y sont opposés. En mai 2022, trois mois après le début de la guerre contre la Russie, seuls 59 % des Ukrainiens se disaient prêts à voter pour l’adhésion à l’OTAN.

Ils se souviendront aussi avec désespoir que tous les territoires aujourd’hui annexés par la Russie, à l’exception de la Crimée mais y compris un Donbass autonome, auraient pu continuer à faire partie de l’Ukraine. Le sociologue Volodymyr Ishchenko, éminent spécialiste des mouvements radicaux en Ukraine, indique dans un article récent que “la veille de l’invasion, le plus grand parti d’opposition […] prônait la neutralité de l’Ukraine et la mise en œuvre intégrale des accords de Minsk.” Au plus fort de la crise politique liée à la mise en œuvre des accords de Minsk, Ishchenko rapporte que seuls 26 % des Ukrainiens ont soutenu la campagne du “non”.

Les Ukrainiens se souviendront peut-être un jour qu’après avoir négocié de manière satisfaisante au Belarus, puis avec le Premier ministre israélien de l’époque, Naftali Bennet, et encore une fois à Istanbul, ils ont continué à se battre au service d’une guerre américaine plus vaste qui a entraîné leur mort, la destruction de leurs corps et de leurs esprits.

Si la guerre se poursuit, tout cela ne fera qu’empirer. Si l’objectif est de négocier avant que l’Ukraine ne se retrouve dans une position encore plus vulnérable et avant qu’elle ne soit encore plus blessée, il est temps de mettre fin aux combats et de négocier un règlement diplomatique.

Ted Snider

Ted Snider est un chroniqueur régulier sur la politique étrangère et l’histoire des États-Unis pour Antiwar.com et The Libertarian Institute. Il contribue également fréquemment à Responsible Statecraft et à The American Conservative, ainsi qu’à d’autres publications.

Source: Antiwar.com, 22 août 2023

Traduit de l’anglais par Arrêt sur info