Au-delà des prix et des accolades. Pourquoi les journalistes de Gaza sont les meilleurs du monde

Gaza 2024

Israël a involontairement donné du pouvoir aux médias palestiniens

En décernant son Prix mondial de la liberté de la presse 2024 à des journalistes palestiniens couvrant la guerre israélienne contre Gaza, l’UNESCO a reconnu une vérité historique.

Même si la décision de nommer les journalistes de Gaza comme lauréats de son prestigieux prix a été en partie motivée par le courage de ces journalistes, la vérité est que personne au monde ne méritait une telle reconnaissance que ceux qui ont couvert la guerre génocidaire à Gaza.

“En tant qu’humanité, nous avons une dette énorme envers leur courage et leur engagement en faveur de la liberté d’expression”, a déclaré Mauricio Weibel, président du jury international composé de professionnels des médias, qui a recommandé l’attribution du prix, en décrivant fidèlement le courage des journalistes de Gaza.

Le courage est une qualité admirable, surtout lorsque de nombreux journalistes de Gaza savent qu’Israël cherche à les tuer, souvent avec leur famille, pour s’assurer que l’horreur de la guerre reste cachée, au pire, ou contestée comme s’il s’agissait d’une question d’opinion, au mieux.

Entre le 7 octobre 2023 et le 6 mai 2024, 142 journalistes palestiniens de Gaza ont été tués dans des bombardements israéliens, assassinés ou exécutés. Ce chiffre est plus élevé que le nombre total de journalistes tués pendant la Seconde Guerre mondiale et les guerres du Vietnam conjuguées.

Ce chiffre ne tient pas compte des nombreux blogueurs, intellectuels et écrivains qui n’avaient pas d’accréditation professionnelle dans les médias, ni des nombreux membres de leur famille qui ont souvent été tués en même temps que les journalistes visés.

Mais les journalistes de Gaza ne sont pas seulement courageux. Chaque fois qu’Israël lance une guerre contre Gaza, il interdit presque toujours aux professionnels des médias internationaux d’entrer dans la bande de Gaza. Cette stratégie vise à garantir que les crimes que l’armée israélienne s’apprête à commettre ne seront pas rapportés.

Cette stratégie a porté ses fruits lors de l’opération “Plomb durci” en 2008-9. L’ampleur réelle des atrocités commises à Gaza au cours de cette guerre, qui a entraîné la mort de plus de 1 400 Palestiniens, a été largement connue une fois la guerre terminée. À ce moment-là, Israël avait conclu sa principale opération militaire et les grands médias occidentaux avaient fait un travail remarquable pour assurer la domination du discours politique israélien sur la guerre.

Depuis cette guerre, le comportement d’Israël est resté inchangé : interdiction aux journalistes internationaux, bâillonnement des journalistes israéliens et assassinat des journalistes palestiniens qui osaient couvrir l’événement.

La guerre d’août 2014 contre Gaza a été l’une des plus sanglantes pour les journalistes. Elle a duré 18 jours et a coûté la vie à 17 journalistes. Les journalistes palestiniens sont toutefois restés fidèles à leur sujet. Lorsqu’un journaliste tombait, dix autres semblaient prendre sa place.

La Palestine occupée a toujours été l’un des endroits les plus dangereux pour les journalistes. Le syndicat des journalistes palestiniens a indiqué qu’entre 2000 – début du deuxième soulèvement palestinien – et le 11 mai 2022 – jour de l’assassinat par Israël de l’emblématique journaliste palestinienne Shireen Abu Akleh -, 55 journalistes ont été tués par l’armée israélienne.

Ce chiffre peut ne pas sembler trop élevé si on le compare au dernier assaut à Gaza, mais, selon les normes internationales, il s’agit d’un chiffre terrifiant, basé sur une logique tout aussi inquiétante : tuer le conteur est le moyen le plus rapide de tuer l’histoire elle-même.
Pendant des décennies, Israël, puissance occupante, a réussi à se présenter comme une victime en état de légitime défense. En l’absence de toute voix critique dans les médias grand public, nombreux sont ceux qui, dans le monde entier, ont cru au discours trompeur d’Israël sur le terrorisme, la sécurité et la légitime défense.

Le seul obstacle qui se dressait entre la vérité et la version artificielle de la vérité d’Israël était les journalistes honnêtes – d’où la guerre permanente contre les médias.

Ce qu’Israël n’avait pas prévu, cependant, c’est qu’en bloquant l’accès des médias internationaux à Gaza, il donnerait involontairement aux journalistes palestiniens les moyens de prendre en charge leur propre récit.

Les interprétations dépendent beaucoup de l’interprète, de la personne à laquelle il s’adresse, de son objectif et du moment historique où l’interprétation a lieu”, a écrit le regretté intellectuel palestinien Edward Said dans “Covering Islam” (couvrir l’islam).

Comme toute autre forme d’interprétation intellectuelle, le journalisme est soumis à la même règle dans le monde universitaire, comme dans la relation entre l’identité du chercheur et le contexte social ou politique du sujet traité.

Les journalistes palestiniens de Gaza sont eux-mêmes l’histoire et les conteurs. Leur succès ou leur échec à transmettre l’histoire avec tous ses détails factuels et émotionnels pourrait faire la différence entre la poursuite ou la fin du génocide israélien.

Bien que la guerre ne soit pas encore terminée, les journalistes de Gaza ont déjà prouvé qu’ils méritaient tous les honneurs et toutes les félicitations, non seulement en raison de leur courage, mais aussi de ce que nous savons réellement de la guerre, malgré les nombreux obstacles apparemment insurmontables dressés par Israël et ses alliés.

La plupart des gens dans le monde entier souhaitent que la guerre prenne fin. Mais comment ont-ils obtenu les informations nécessaires qui leur ont permis de prendre conscience de l’ampleur de l’horreur à Gaza ? Certainement pas par l’intermédiaire des meneurs d’Israël dans les grands médias, mais par l’intermédiaire des journalistes palestiniens sur le terrain qui utilisent tous les moyens et tous les canaux à leur disposition pour raconter l’histoire.

Parmi ces journalistes figurent des jeunes autodidactes, comme Lama Jamous, 9 ans, qui portait un gilet de presse et transmettait les détails de la vie dans les camps de déplacés du sud de Gaza, faisant des reportages depuis l’hôpital Nasser et bien d’autres endroits avec prestance et élégance.

Quant à l’exactitude des informations fournies par ces journalistes, elles étaient certainement suffisamment professionnelles pour être vérifiées par de nombreux groupes de défense des droits de l’homme, des associations médicales et juridiques et des millions de personnes dans le monde qui les ont utilisées pour monter un dossier contre la guerre israélienne. En effet, tout ce que nous savons sur la guerre – le nombre de morts, le degré de destruction, la souffrance humaine quotidienne, les charniers, la famine et bien d’autres choses encore – nous le devons à ces reporters basés à Gaza.

Le succès et les sacrifices des journalistes de Gaza devraient servir de modèle pour les journalistes et le journalisme dans le monde entier, comme un exemple de la façon dont les informations sur les crimes de guerre, les sièges et la souffrance humaine sous toutes ses formes devraient être transmises.

Ramzy Baroud est journaliste, auteur et rédacteur en chef de The Palestine Chronicle.

Article original en anglais: Ramzybaroud.net