Réponse de Maria Zakharova, porte-parole du ministère des Affaires étrangères, à une question de Rossiya Segodnya.

Source: Ministère des Affaires étrangères, 19 mai 2022


Question : Les représentants américains ont accusé la Russie de porter atteinte à la sécurité alimentaire mondiale lors d’une récente conférence à New York. Que pouvez-vous dire à ce sujet ?

Maria Zakharova : En effet, nous avons pris note des dernières déclarations inamicales faites par les représentants américains à propos de notre pays lors de la conférence sur la sécurité alimentaire qu’ils ont organisée à New York. Elle a eu lieu le 18 mai avec un nombre limité d’Etats mais avec une tâche très spécifique – prouver que l’opération militaire spéciale en Ukraine est la raison principale de la pénurie alimentaire mondiale.

Nous ne sommes pas surpris. Ces accusations anti-russes font partie d’une campagne bien orchestrée par l’Occident collectif. Son objectif est de rendre la Russie responsable de tous les problèmes mondiaux. Nous sommes bien conscients que les États-Unis et leurs alliés en Europe tentent de manière manipulatrice de désorienter la communauté internationale et de persuader d’autres pays de soutenir la ligne anti-russe de l’Occident.

Dans ce contexte, nous aimerions rappeler une fois de plus les véritables causes profondes de la détérioration de la situation mondiale en matière de sécurité alimentaire, que nos collègues occidentaux semblent toujours oublier. Les turbulences économiques mondiales sont le résultat de leurs tentatives d’imposer leur propre vision d’un « modèle économique idéal et universel ». Leurs propres erreurs de calcul et les fautes accumulées à l’échelle du système en matière de politique financière, énergétique, climatique et alimentaire ne font que précipiter l’apparition d’une série de crises mondiales.

Il serait également inexact de minimiser les conséquences de la pandémie de COVID-19. Ce n’est un secret pour personne que les prix de différents produits, dont les denrées alimentaires, augmentent depuis plusieurs années dans le monde entier en raison des perturbations des chaînes de production et de commercialisation, de la flambée des coûts de transport et d’assurance, etc.

Enfin, on peut difficilement considérer que l’hystérie des sanctions déclenchée contre notre pays contribue à la stabilité macroéconomique. Le monde entier a été touché par un nombre record de restrictions imposées au commerce extérieur de la Russie. Naturellement, les nations économiquement vulnérables ont été les plus durement touchées.

Les mesures illégales unilatérales prises par les pays occidentaux ont aggravé la perturbation des chaînes logistiques et financières liées à l’approvisionnement des marchés mondiaux en denrées alimentaires. Les restrictions au commerce avec la Russie, l’un des principaux fournisseurs de produits agricoles et d’énergie, les sanctions ciblées contre les opérateurs économiques nationaux, les banques et les entreprises de transport, la fermeture des ports à nos navires et le refus d’assurer les cargaisons, ont provoqué une déstabilisation et une hausse des prix alimentaires mondiaux. Les menaces continues de nouvelles restrictions ne font qu’aggraver la panique et l’instabilité.

Nous réfutons catégoriquement les accusations formulées lors de ladite conférence par le directeur exécutif du Programme alimentaire mondial (PAM) des Nations unies, l’Américain David Beasley. Il a déclaré que la Russie utilisait « la faim comme une arme de guerre ». De telles déclarations sont inappropriées et contredisent les principes d’objectivité et de neutralité que M. Beasley est tenu de respecter strictement en tant que fonctionnaire international.

Source: Ministère des Affaires étrangères

Traduction Arrêt sur info 

Imprimer