Les sociétés pharmaceutiques et de biotechnologies américaines Pfizer et Moderna seraient impliquées dans l’activité bio-militaire américaine sur le territoire ukrainien.

Par Observateur Continental – 12 mai 2022

«Les sociétés pharmaceutiques Pfizer, Moderna, Merck et Gilead, qui collaborent avec l’armée américaine, sont impliquées dans ce stratagème. Les idéologues de l’activité biologique et militaire sur le territoire ukrainien sont les représentants du Parti démocrate américain» rapporte Yahoo actualités, citant les mots d’Igor Kirillov, le chef des troupes de protection radiologique, chimique et biologique des forces armées russes.

Les dirigeants du parti démocratique, a ajouté Igor Kirillov, ont obtenu un financement supplémentaire pour leurs campagnes électorales grâce à la participation au programme des organisations non gouvernementales biotechnologiques. Cela les a également aidés à dissimuler des distributions financières.

Le service en ligne rajoute citant l’agence russe Tass: «Depuis quelques semaines, on parle de l’existence de laboratoires biologiques dans toute l’Ukraine, dans lesquels des armes biologiques seraient créées».

Il souligne que la Russie «revient pour en parler, en donnant dans ce cas les noms directs de certaines sociétés pharmaceutiques qui seraient impliquées dans l’affaire» car «l’Ukraine [avec les agences gouvernementales ukrainiennes] cache des études de terrain et fournit des biomatériaux».

Yahoo actualités indique: «L’Ukraine devient un banc d’essai pour les pays occidentaux dans la création des composants d’armes biologiques et [un lieu] de tests pour de nouveaux modèles de produits pharmaceutiques».

En mars dernier, Observateur Continental informait que les Etats-Unis ont mis en place des laboratoires biologiques sur le sol ukrainien citant le New York Post et les déclarations de la sous-secrétaire d’Etat des Etats-Unis, Victoria Nuland.

Source: http://www.observateurcontinental.fr/?module=news&action=view&id=3854

****

Lire aussi:

La famille de Biden au centre d’un scandale lié aux laboratoires biologiques en Ukraine

Par Olivier Renault – 31 mars 2022

La présence de mystérieux laboratoires biologiques en Ukraine est enfin expliquée. Le New York Post écrit ce 26 mars: «Hunter Biden a aidé à obtenir des fonds pour un entrepreneur américain de [laboratoire biologique] en Ukraine».

Le quotidien américain explique à ses lecteurs que «l’affirmation de la Russie selon laquelle le fils du président Biden, Hunter, « finançait »… les laboratoires biologiques en Ukraine» était basé sur la vérité», après avoir examiné des e-mails provenant du computer du fils du président des Etats-Unis. De son côté, le président de la Douma (chambre basse du parlement russe) Viatcheslav Volodine a accusé le président américain, Joe Biden, lui-même, d’être impliqué dans la création de laboratoires biologiques en Ukraine. La famille Biden se trouve au centre d’un scandale lié aux laboratoires biologiques américains en Ukraine.

Les Etats-Unis et l’Ukraine ont, donc, violé la Convention sur les armes biologiques des Nations unies (CABT). La question de savoir pourquoi les Etats-Unis ont mis en place des laboratoires biologiques sur le sol ukrainien doit être mise en lumière, d’autant plus que l’humanité vient, avec la Covid-19, de traverser la plus grande pandémie de l’histoire de l’Humanité.

Le New York Post vient, donc, de confirmer les accusations russes et celles de la Chine sur l’existence de laboratoires biologiques contrôlés par les Etats-Unis en Ukraine. La Chine, via son ministère des Affaires étrangère, a demandé le 8 mars aux Etats-Unis de divulguer tous les détails connexes sur les laboratoires biologiques situés en Ukraine. La Chine a, également, évoqué l’existence de 26 laboratoires biologiques et exhorté toutes les parties à garantir la sécurité de ces 26 sites en Ukraine en demandant aux Etats-Unis de divulguer dès que possible les données concernées, y compris sur les virus qui s’y trouvaient et la nature des recherches à leur sujet.

A la même date, le média chinois China News Weekly affirmait que «15 laboratoires biologiques construits par les Etats-Unis en Ukraine ont été exposés», expliquant que «le ministère russe de la Défense a affirmé avoir des preuves pertinentes».

Selon China News Weekly, l’affaire concernant l’existence de ces laboratoires des Etats-Unis sur le sol ukrainien a été révélée au monde suite à l’intervention militaire de l’armée russe en Ukraine car les soldats russes ont découvert ces sites biologiques sur place. Le média chinois indique que «le porte-parole du ministère russe de la Défense a annoncé le 6 mars que les Etats-Unis développaient des armes biologiques en Ukraine». L’armée russe a découvert, à cette date, 15 laboratoires biologiques qui sont répartis dans de nombreuses villes importantes d’Ukraine. La question sur l’objectif de ces activités menées dans ces mystérieux laboratoires a été posée par Moscou.

China News Weekly affirme que «tous les laboratoires biologiques ont émis des directives pour éliminer d’urgence les stocks dangereux, masquant ainsi les traces du financement du Pentagone pour le programme biologique militaire de l’Ukraine». Le média chinois précise, qu’en raison de l’avancée des troupes russes, qu’il a été ordonné la destruction urgente d’agents pathogènes de maladies particulièrement dangereuses telles que la peste, l’anthrax, la tularémie (La tularémie peut être transmise à l’humain et causer des problèmes cutanés, digestifs ou respiratoires), le choléra et d’autres maladies mortelles.

Victoria Nuland a reconnu le 8 mars l’existence de laboratoires biologiques américains en Ukraine. Observateur Continental précisait que Washington tente d’empêcher la prise de contrôle de certains matériaux provenant de laboratoires ukrainiens qui ont mené des recherches biologiques. «L’Ukraine a des installations de recherche biologique… nous sommes maintenant en fait assez préoccupés par le fait que les troupes russes, les forces russes, pourraient chercher à, euh, prendre le contrôle de [ces laboratoires]», a affirmé la sous-secrétaire d’Etat Victoria Nuland au sénateur Marco Rubio, lors de son audition du 8 mars dernier. Elle avait rajouté: «Nous travaillons donc avec les Ukrainiens sur la façon dont ils peuvent empêcher tout matériel de recherche de tomber entre les mains des forces russes si elles s’approchent». Les déclarations de Victoria Nuland venait confirmer les observations de terrain de la Russie.

Le New York Post affirme qu’«une mine d’e-mails sur le tristement célèbre ordinateur portable de Hunter Biden – dont l’existence a été exclusivement rapportée par New York Post en octobre 2020 – a révélé qu’il [le fils de Joe Biden] avait joué un rôle en aidant un entrepreneur de la défense californien à analyser les maladies mortelles et les armes biologiques en Ukraine». Le quotidien américain souligne que Moscou a affirmé que «les laboratoires secrets américains de guerre biologique en Ukraine justifiaient» l’arrivée de l’armée russe en Ukraine le mois dernier. Moscou, a, comme indiqué par le New York Post «doublé les accusations en affirmant que les laboratoires produisaient des armes biochimiques à la demande de la famille Biden».

L’ordinateur portable de Hunter Biden contenait une mine d’e-mails, de SMS, de photos et de documents financiers échangés entre Hunter, sa famille et ses associés. Le cache de fichiers détaille comment le fils du président des Etats-Unis a utilisé son nom de famille et les relations politiques qui l’accompagnent comme levier dans les relations commerciales à l’étranger. L’ ordinateur portable avait été abandonné par Hunter Biden dans un atelier de réparation du Delaware.

Selon China News Weekly, le Pentagone et le département américain de la Santé ont déplacé les laboratoires hors des Etats-Unis «pour dissimuler les violations de la loi américaine et réduire le risque de fuite d’agents pathogènes des laboratoires américains et l’Ukraine a expédié aux Etats-Unis des milliers d’échantillons de sérum de patients, principalement de Slaves, sous prétexte de tester des médicaments anti-coronavirus.

Le New York Post fait savoir que même des responsables des services secrets des Etats-Unis, comme Sam Faddis, se posent des questions sur le rôle de Joe Biden et de son fils car «son père était vice-président des Etats-Unis et chargé des relations avec l’Ukraine. Alors pourquoi Hunter n’était-il pas seulement membre du conseil d’administration d’une entreprise gazière ukrainienne suspecte, mais les a-t-il également mis en relation avec une entreprise travaillant sur la recherche sur les armes biologiques?»

Olivier Renault

Abonnez-vous à notre chaîne Telegram: https://t.me/observateur_continental

Imprimer