Let’s Not Have a War

L’establishment de la politique étrangère américaine, après des décennies d’échecs, semble envisager sérieusement l’impensable en Ukraine.

Par Matt Taibbi

Paru le 26 janvier 2022 sur Bit.ly 

Listen to This Article

Joe Biden a déclaré la semaine dernière que la réponse américaine en Ukraine serait proportionnelle aux actions de Vladimir Poutine. “Ça dépend”, a lancé le président, les pensées dérivant. “C’est une chose s’il s’agit d’une incursion mineure…”

Des alarmes ont retenti dans tout Washington. La déchirure dans l’illusion politique nationale était si grave que les républicains et les démocrates ont été contraints de se mettre d’accord, sautant dans les bras les uns des autres dans la panique. Le secrétaire d’État Tony Blinken, qui a de plus en plus l’air d’un homme sur le point de manquer un lancer franc d’une importance historique, a déclaré à propos d’une éventuelle invasion russe : “Nous pouvons faire comprendre clairement les conséquences brutales de ce choix.” Le sénateur républicain Ted Cruz a déclaré que Biden “a choqué le monde en donnant à Poutine le feu vert pour envahir l’Ukraine”. Le Conseil national de sécurité a publié une déclaration, par l’intermédiaire de Jen Psaki, selon laquelle tout mouvement russe en Ukraine serait “accueilli par une réponse rapide, sévère et unie”.

Lors d’une conférence de presse ultérieure, M. Biden a expliqué qu’il avait dû écourter son intervention parce que “vous allez me poser toutes les questions sur la Russie”. Il semble être à quelques jours de baisser son pantalon pour montrer aux journalistes les électrodes que le chef de cabinet de la Maison Blanche, Ron Klain, a probablement attachées à ses testicules à l’heure qu’il est.

C’est la rediffusion d’une vieille histoire, mais avec un acteur principal plus faible. Il y a six ans, Barack Obama a donné une interview à The Atlantic, détruisant les rêves de guerre en Ukraine des militaristes de Beltway :

Le fait est que l’Ukraine, qui n’est pas un pays de l’OTAN, sera vulnérable à la domination militaire de la Russie, quoi que nous fassions… C’est un exemple de situation où nous devons être très clairs sur ce que sont nos intérêts fondamentaux et ce pour quoi nous sommes prêts à faire la guerre.”

À l’époque comme aujourd’hui, les organes de propagande bleus et rouges ont hurlé. L'”intérêt central” du consensus de Washington est la guerre. Ce n’est pas seulement une grosse affaire, mais notre plus grosse affaire, une des dernières choses que nous fabriquons et exportons encore à grande échelle. La majeure partie des personnes élues au Congrès et la part du lion des lobbyistes, avocats et journalistes qui se blottissent en une masse fornicatrice géante dans la capitale se consacrent à l’entretien de la bureaucratie de guerre.

Leur principal objectif est d’accroître le budget de la défense et de militariser les missions des autres agences gouvernementales (de l’État au département de l’énergie en passant par la CIA). Les groupes de réflexion de Washington existent pour produire en usine des justifications intellectuelles aux interventions étrangères, tout en attaquant avec férocité – comme s’il s’agissait d’urgences telles que des pandémies ou des ouragans meurtriers – l’apparition d’idées telles que les “dividendes de la paix” qui menacent de déplacer l’un de leurs bols de riz vers un autre groupe d’électeurs.

Les commentaires de Biden et la “doctrine Obama” ont tous deux constitué des trahisons fondamentales, les présidents affirmant à haute voix qu’il existait une chose telle que “nos” intérêts distincts de la clique des cochons de guerre de Washington. Ce dernier groupe se croit d’une certaine manière imperméable à l’erreur, et s’offense extraordinairement des remises en cause de son jugement, ce qui est étonnant au vu des échecs spectaculaires dans tous les domaines, de l’Irak à l’Afghanistan en passant par la Syrie.

Ces gens perdent constamment les concours de popularité face aux cannibales et aux arracheurs d’ongles, et leur livre de jeu – un jeu qu’ils répètent sans cesse, sans jamais s’en écarter malgré des décennies de désastre – est conçu pour réduire chaque situation de politique étrangère à un concours de force. Leur façon de penser fait toujours valoir que la bonne action est celle qui leur permet de vider leurs caisses de jouets coûteux, des systèmes d’armes aux plans de renversement générés par Langley, qu’une presse complaisante appelle volontiers changement de régime.

Obama a regardé la grande étendue de terre boueuse au bord de la mer Noire appelée Ukraine et s’est demandé si son importance stratégique justifiait une guerre. C’est-à-dire une vraie guerre, avec un ennemi capable de riposter, et non pas avec des pays du tiers-monde, comme l’Irak ou la Libye, qui offrent autant de résistance que les ennemis coloniaux britanniques que les officiers de Blackadder décrivaient un jour comme étant “hauts de deux pieds et armés d’herbe séchée”. Sa réponse a été un non évident. L’Ukraine a moins d’importance stratégique pour les États-Unis que l’Irak, l’Afghanistan ou même le Koweït, d’ailleurs.

 

Personne ne le dira à voix haute, mais le plus grand argument contre le soutien des États-Unis à une action militaire de quelque nature que ce soit en Ukraine est l’incompétence inexorable de nos missions et le bilan constant de la déstabilisation de zones d’intérêt stratégique par notre implication, y compris dans ces deux pays spécifiques. Au moment de la chute du mur de Berlin, les États-Unis disposaient d’un capital politique presque illimité dans ces territoires bientôt ex-soviétiques. Nous avons tout gâché en quelques années. Maintenant que nous sommes vraiment en difficulté en Ukraine, pourquoi continuerions-nous à suivre le même schéma qui nous a menés là ?

Matt Taibbi

Source: https://bit.ly/3GcXS06

Traduction