Aparté

Le journaliste Jeffrey Blankfort a longuement documenté les limites de la pensée de Noam Chomsky et ses conséquences désastreuses concernant le peuple palestinien. Blankfort maintient que le mouvement anti-guerre a totalement échoué. Et que Chomsky aurait joué un rôle majeur dans cet échec, rendant un inestimable service au lobby pro-israélien. Selon lui cet échec aurait dû faire l’objet d’un débat:« Ceux qui se sont fié à l’interprétation de Chomsky dans leur action en faveur de la cause palestinienne se sont retrouvés totalement impuissants sur le plan fonctionnel (…) Ce qui n’a en rien freiné la détérioration ininterrompue de la situation des Palestiniens ». ASI

 

Noam Chomsky sort de ses gonds


Par Brandon Smith

Paru le 4 novembre 2021 sur Alt-Market


Je regardais récemment une nouvelle interview de Noam Chomsky, 92 ans, figure de proue des universitaires de gauche, et j’ai commencé à me souvenir de la première fois où j’ai lu le livre « La fabrique du consentement ». Bien que je n’aie jamais été d’accord avec la politique de Chomsky, j’ai toujours apprécié son analyse des méthodes utilisées par l’establishment pour contrôler la psychologie de masse et réduire au silence le discours populaire. J’ai longtemps pensé qu’il s’agissait d’un domaine dans lequel la gauche politique et les conservateurs pouvaient croiser leurs points de vue et trouver un terrain d’entente. C’est pourquoi j’ai ressenti une dose supplémentaire de déception lorsque j’ai vu Chomsky sortir de ses gonds cette semaine et suggérer que les personnes qui refusent de se conformer aux obligations en matière de vaccination doivent être mises au ban de la société.

Chomsky a comparé les personnes qui ne se soumettent pas aux vaccins à celles qui ne respectent pas les feux de signalisation, suggérant que nous représentons un danger imminent pour les autres et que nous devrions être retirés. Lorsqu’on lui a demandé comment les personnes non-vaccinées mises à l’écart de l’économie pourraient être nourries (comment survivraient-elles), il a affirmé que « c’est leur problème ». Chomsky ne dit pas explicitement que la force devrait être utilisée pour éliminer les non-vaccinés de la participation sociale, il insinue simplement que des « actions » pourraient être nécessaires pour obtenir l’effet désiré.

J’avais environ 20 ans en 2001 lorsque j’ai lu pour la première fois « La fabrique du consentement ». J’étais jeune et je n’étais pas pleinement conscient à l’époque d’une fonction de base de la gauche politique et du socialisme qu’il est essentiel de comprendre : De nombreuses personnes prétendent qu’il existe un « spectre » de croyances politiques à gauche et que certains soutiennent le socialisme ou la centralisation tout en soutenant la liberté, mais ce n’est tout simplement pas le cas. Au cœur de leur idéologie, la liberté n’a pas de place, et lorsqu’on leur demande quelle est leur véritable position, tous les socialistes finiront par soutenir la tyrannie comme moyen de réaliser leur vision utopique de la société.

Chomsky a longtemps prétendu être un « socialiste libertarien ». Dans le passé, j’ai constaté que l’une des erreurs classiques des personnes secrètement autoritaires consiste à apposer l’étiquette « libertarien » sur ce en quoi elles croient. Les escrocs comme Chomsky savent que la plupart des gens normaux ne savent pas vraiment ce qu’est le libertarianisme, mais ils supposeront que cela signifie que vous « soutenez la liberté ». C’est un abus calculé de l’idéologie conçu pour masquer les véritables intentions du collectiviste.

Je ne sais même pas si je rentre personnellement dans le cadre libertarien, mais je considère certains de ses principes de base comme fondamentaux.

L’un des piliers du libertarianisme est le principe de non-agression – une règle fondamentale pour la société qui stipule que l’utilisation de la force ou de la coercition pour imposer ses croyances ou son idéologie à autrui est condamnable, et que l’utilisation de la force en général est condamnable, sauf si c’est pour se défendre ou défendre la vie d’autrui. Le problème avec les socialistes et les collectivistes est qu’ils trouvent TOUJOURS le moyen de prétendre que leur recours à la force sert en quelque sorte à défendre la vie des autres. En d’autres termes, le « plus grand bien » est l’excuse de prédilection de tous les totalitaires modernes.

Chomsky prétendra que sa position intransigeante à l’encontre des personnes non vaccinées est fondée sur le fait de sauver des vies, et c’est là la grande escroquerie. Lorsque la science et la logique sont appliquées, nous voyons que les obligations de vaccination n’ont rien à voir avec la protection des vies ou la sécurité du public. Cela dit, ces mêmes obligations sont très efficaces pour élever l’objectif socialiste de centralisation totale. Comme c’est pratique…

Le parti pris de Chomsky est évident dans le manque de pensée rationnelle qu’il avance. En fait, Chomsky n’aborde jamais les contradictions fondamentales inhérentes à son affirmation selon laquelle le code de la route et les obligations de vaccination sont identiques.

Tout d’abord, les obligations de vaccination ne sont PAS des lois ; ce sont des diktats qui n’ont jamais été votés par une seule assemblée législative ni par le peuple américain. Cela signifie que les obligations n’ont aucun sens d’un point de vue juridique. Au moins, avec les nouvelles lois sur la circulation, les électeurs ou les législateurs ont leur mot à dire sur les changements potentiels. Les obligations relatives aux vaccins sont purement totalitaires par nature et contournent complètement tous les contrôles et équilibres constitutionnels.

Imaginez qu’un jour Biden prenne le contrôle de facto de toutes les règles de circulation, puis revendique l’autorité de refuser à tous ceux qui grillent les feux rouges l’accès à la majorité des emplois et à l’ensemble de l’économie ? Ce serait absurde, non ? Eh bien, c’est exactement ce que Biden et ses manipulateurs globalistes font avec les obligations Covid.

Deuxièmement, respecter un feu de signalisation n’est pas la même chose que de se laisser injecter un cocktail expérimental d’ARNm à peine testé – un « vaccin » dont de nombreux professionnels de la santé et de la virologie ont averti qu’il pouvait avoir des effets secondaires potentiellement dommageables, notamment des troubles auto-immunes, des caillots sanguins et l’infertilité. Les feux de signalisation existent depuis des décennies ; nous savons qu’un feu rouge ne va pas nuire à notre santé. Les vaccins Covid existent depuis environ un an et aucun test à long terme (qui ait jamais été communiqué au public) ne vient étayer leur sécurité.

Tous les vaccins couramment utilisés aujourd’hui ont été testés pendant au moins 10 à 15 ans avant d’être mis à la disposition de la population. Les vaccins Covid ont été élaborés à la vitesse de l’éclair, du moins selon l’histoire officielle. Qui sont les cobayes de ces vaccins à ARNm ? L’ensemble de la population humaine. Chaque personne dans le pays est maintenant considérée comme un cobaye.

Nous n’avons aucune idée des implications de cette expérience sans précédent dans les prochaines années.

Les comparaisons de Chomsky sont évidemment ridicules et il est frustrant que je doive le souligner. On pourrait penser que le co-auteur de « La fabrique du consentement » serait capable de discerner facilement les différences massives en termes de violation de la liberté publique. Mais, pour une raison quelconque, il ne semble pas pouvoir saisir la bêtise au cœur de son débat. Ou bien, il est délibérément ignorant parce qu’il pense, comme de nombreux globalistes, qu’il y a quelque chose à gagner en acceptant cette farce…

La théorie du « plus grand bien » est destinée à séduire ou à faire taire les conservateurs et les libertariens qui s’opposent aux vaccins en invoquant le principe de non-agression. Les obligations de vaccination s’appuient sur l’affirmation que les non-vaccinés représentent un danger intégral pour la société dans son ensemble, et que la force est donc justifiée. Depuis un an, je pose cette question encore et encore à tous les fanatiques des vaccins que je croise, et pas une seule personne n’a trouvé de contre-argument valable :

Si les vaccins fonctionnent, alors comment les personnes non vaccinées peuvent-elles menacer les personnes vaccinées ? Si les vaccins ne fonctionnent pas, alors pourquoi les prendre en premier lieu et pourquoi les rendre obligatoires ?

Selon Chomsky, quel est le taux de mortalité moyen des personnes atteints de la Covid-19 ? Sait-il que, selon des dizaines d’études évaluées par des pairs, le taux médian de mortalité par infection (IFR) de la Covid n’est que de 0,27% ? Pour qui exactement les non-vaccinés représentent-ils une menace ? Moins de 1% de la population ? Et si nous sommes réellement une menace pour ces personnes, alors peut-être qu’ELLES devraient se faire vacciner, si elles pensent que les vaccins sont vraiment efficaces.

Qu’en est-il du fait que les personnes vaccinées transmettent toujours la maladie à d’autres, selon le discours du CDC ?

En outre, de nouvelles études menées dans des pays où les taux de vaccination sont très élevés ont montré que l’immunité naturelle formée par les personnes qui ont déjà eu la Covid-19 (comme moi) est supérieure en termes de protection contre une future contraction ou transmission du virus de la Covid-19. L’immunité naturelle est jusqu’à 27 fois plus efficace que les vaccins. Elle surpasse le vaccin à un degré épique.

Et que dire de tous ces cas de percées et de décès de personnes entièrement vaccinées ? Chomsky doit aussi les ignorer. Près de 60 % de toutes les personnes hospitalisées en Israël sont entièrement vaccinées ; 56 % de tous les décès du fait du virus de la Covid-19 survenus d’avril à octobre en Irlande étaient des personnes ayant reçu au moins une dose de vaccination. Qui en est la cause ? Des personnes non vaccinées dont la plupart ont une immunité naturelle supérieure ? Ou, des personnes vaccinées ayant une faible immunité comparative et la capacité de transmettre la maladie ?

Peut-être que Chomsky n’est tout simplement pas au courant de la science, ou peut-être qu’il s’en moque. Quoi qu’il en soit, sa mentalité est destructrice et typique des socialistes et des gauchistes.

Cela me rappelle une émission de radio à laquelle j’ai participé il y a de nombreuses années au Royaume-Uni et qui se présentait comme une sorte de forum de la liberté. Il s’est avéré que l’animateur était un socialiste avec un peu de tourisme dans le libertarianisme et il était impatient d’avoir un débat. J’ai été un peu ennuyé par cette embuscade sur les mérites du socialisme, mais ma position à ce sujet est suffisamment simple pour que tout le monde puisse la comprendre :

Si un groupe de personnes veut former une communauté ou un collectif basé sur des valeurs socialistes, il devrait être autorisé à le faire en paix, tant que la participation est volontaire et qu’il n’essaie pas de nuire à qui que ce soit dans le processus.

Au début, l’animateur de l’émission semblait d’accord avec cette idée, mais son soutien à la liberté individuelle s’est révélé superficiel au fil du débat. Son argument était le suivant : « Qu’en est-il de toutes les personnes de la société qui ont besoin de notre aide, comme celles qui sont pauvres ou handicapées ? N’avons-nous pas besoin d’un système centralisé pour gérer ce genre de problèmes ? »

Ma réponse : « Par tous les moyens, allez aider ces gens si vous voulez les aider. Mais n’essayez pas de me forcer à le faire. Je pourrais vouloir les aider aussi, mais je le ferai à ma façon, pas à la vôtre. »

Et c’est ici que tous les socialistes montrent leurs vraies couleurs autoritaires – L’animateur a ensuite fait valoir que si je suis une personne bonne et charitable, la majorité des gens, dans son esprit, ne le sont pas. Et donc, nous devons tous être forcés par le gouvernement à contribuer à la société de la manière que la « société » juge appropriée.

Voilà ce qu’il en est. Comme Chomsky, ce socialiste a fait appel au bien commun comme outil pour imposer SA vision idéologique à tous les autres ; non pas pour protéger la vie et les libertés des individus, ce qui est le SEUL objectif du gouvernement, mais pour faire participer les gens de la manière dont IL pense qu’ils devraient participer. Les gens doivent être contraints de respecter des normes sociales, et ces normes sociales sont, par coïncidence, définies par les personnes qui bénéficient le plus du collectivisme.

À aucun moment les socialistes et les gauchistes ne suggèrent que plus de liberté individuelle pourrait être la meilleure option pour élever le bien commun. Leurs solutions impliquent toujours progressivement moins de liberté pour l’individu et plus de pouvoir pour le gouvernement, ce même gouvernement qu’ils espèrent contrôler.

Pour être clair, je ne parle pas de notions stupides d’anarchie, mais simplement de protections constitutionnelles pour les libertés inhérentes. La gauche politique ne cherche qu’à éroder les libertés codifiées dans la Déclaration des droits, et peu importe où ils se trouvent sur le spectre de la gauche, ils finissent tous au même endroit terriblement draconien si les circonstances s’y prêtent.

Cela est évident alors que les obligations de vaccination se répandent dans le monde entier, avec des nations et des États dirigés par des gauchistes maintenant embourbés dans l’oppression. Les faits sont indéniables – Les états bleus sont asservis, les états rouges sont libres. Les gauchistes soutiennent la tyrannie, les conservateurs la liberté. Des millions de personnes tentent d’échapper aux États bleus ; presque personne ne veut s’y installer.

Même Noam Chomsky, un soi-disant champion de l’anti-establishment, n’est guère plus qu’un dictateur décrépit rationalisant la famine de masse lorsque l’occasion se présente d’imposer des vaccins. Peut-être qu’il sent que sa mortalité ainsi que son âge et la peur de la Covid-19 ont eu raison de ses sens. J’en doute. Je soupçonne que la promesse d’un pouvoir collectif est si enivrante pour tous les socialistes que leurs masques et leurs costumes tombent et que leur véritable caractère émerge, qu’ils le veuillent ou non.

Il n’y a pas l’ombre d’une preuve scientifique pour soutenir l’argument de la vaccination forcée. Il n’y a pas l’ombre d’une preuve pour soutenir l’affirmation selon laquelle une personne non vaccinée constitue une menace pour la sécurité de quiconque. Je le répète : les obligations ne sont pas des lois, et même s’ils l’étaient, ce seraient des lois anticonstitutionnelles. Il n’y a rien de légal, de rationnel, de scientifique ou de moral qui m’oblige à me soumettre à un vaccin expérimental. Chomsky et ses semblables n’ont aucune base sur laquelle s’appuyer.

Nous sommes donc dans une impasse. Ils veulent le pouvoir sur nous, et nous ne le leur donnerons pas. Par conséquent, la loi de la jungle prend le dessus. La ligne de fond est la suivante :

Je ne me plierai pas à vos obligations illégitimes, JAMAIS. Et si vous pensez que vous pouvez utiliser des moyens de pression pour me forcer à vous obéir, en me menaçant de pauvreté et de mort par la discrimination économique, alors je considérerai vos actions pour ce qu’elles sont : une attaque contre mes libertés et ma vie. Je répondrai donc en nature et j’éliminerai la menace par tous les moyens nécessaires, et je serai justifié de le faire, constitutionnellement, rationnellement, scientifiquement et moralement.

Les cultistes comme Chomsky, qui sont pour la plupart des gauchistes et des socialistes, devraient garder cela à l’esprit alors qu’ils continuent sur cette voie. Ils pensent que le plus grand bien est de leur côté, mais c’est un fantasme motivé par leur propre soif de domination. La question que vous devez vous poser est la suivante : Pensez-vous vraiment que votre désir de m’imposer les obligations et votre idéologie politique est plus grand que ma volonté de vous arrêter et de rester libre ? Êtes-vous prêt à risquer la mort pour imposer les obligations vaccinales ? Parce que je suis prêt à risquer la mort pour y mettre fin.

Brandon Smith

Source: Alt-Market

Traduit par versouvaton.wordpress.com

Imprimer