L’expansion illimitée de la BNS n’est pas due à sa stratégie d’affaiblissement du franc suisse face à l’euro. Voici une preuve supplémentaire au cas où vous hésitiez encore.

La BNS a livré ses données comptables et financières à fin septembre 2015.  Le tableau ci-dessous montre une expansion des actifs de la BNS de 56 milliards pour les 9 mois de l’année 2015.

Or, sur ces 9 mois, le volume investi en euros n’a que très peu bougé entre le 1 er janvier et le 30 septembre 2015. La rubrique des investissements effectués en euros est passée de 236’360 francs à 237’135. La quantité d’euros correspondante a elle bougé passant de 196’574 à 217’416 euros. Cela est du quasiment exclusivement à la variation du taux de change euro/franc qui est passé de 1.20 en 2014 à 1.09 en 2015!

La rubrique euros n’impacte pas la croissance de 56 milliards des placements en devises!

Il faut chercher ailleurs l’expansion du bilan:

  1. Achats massifs de dollar américain: Le volume d’actifs détenus en dollar américain est passé de 147’214 francs à fin 2014 à 189’867 en septembre 2015, soit un supplément de près de 43 milliards! Cette monnaie est passée en quelques mois de 29% des placements en devises à 32%.
  2. Achats importants de livre sterling: Le volume d’actifs concernant cette monnaie est passé pour la période étudiée  de 34’223 milliards à 41’973, soit 7’750 millions ou près de 8 milliards de progression.
  3. Les acquisitions de yen ont aussi été dans le viseur de la BNS: Le volume est passé en 2015 de 39’310 à 43’042, soit près de 4 milliards.

BNS monnaies sept 15

Entre-temps, la valeur de l’euro s’est péjorée vis-à-vis du dollar. La BNS a donc provoqué l’effet contraire de ce qu’elle expliquait dans sa « com » puisqu’elle participe à affaiblir l’euro au risque de voir le franc suisse se renforcer…

eURO-DOLLAR GRAPHEOn peut dire que la politique monétaire de la BNS est absolument soumise à la guerre que livre Wall Street dans sa conquête et sa privatisation de la planète.

Le « franc suisse fort » et le « soutien aux exportateurs suisses », deux slogans répétés à l’envi par le directoire de la BNS et ses ambassadeurs sont  un puissant soporifique qui empêche les élus et le peuple suisses de poser les questions qui fâchent et de s’opposer à cette vassalisation d’un nouveau genre.

Question: Sommes-nous abusés par les discours de certains responsables politico-financiers suisses?

Liliane Held-Khawam | 6 novembre 2015

Source: Liliane Held Khawam

Imprimer