Quand nous, les juifs, remarquerons qu’Israël est fou ?


Nouvelles négatives et positives

2 269 massacres commis par l’armée d’occupation, 33 751 martyrs et personnes disparues (26 751 sont arrivées dans les hôpitaux), 11 500 enfants martyrs et maintenant quelques autres… Ce ne sont pas des chiffres. Ce sont des personnes qui ont des rêves et des aspirations et qui ne sont pas différentes des autres régions du monde où les populations indigènes ont également lutté pour rester sur leurs terres. Des gens comme le célèbre psychologue palestinien Fadel Abu Hein [1]. Les médias occidentaux, sous la pression de l’opinion publique, commencent à montrer ce qui se passe et qui est horrible [2].

La décision de la Cour internationale de justice selon laquelle il existe des preuves suffisantes pour ordonner à Israël de mettre fin à ses actes de génocide a été importante, même si la décision était faible et disait en substance qu’Israël pouvait poursuivre sa guerre contre la Palestine, mais sans tuer beaucoup de Palestiniens. Quelle a été la réponse du régime sioniste (et des gouvernements occidentaux) à cet arrêt ? Le rejet et l’intensification du génocide, ainsi que la tentative de liquider une agence de l’ONU qui s’occupe de 5 millions de réfugiés palestiniens et dont l’aide limitée à Gaza, qui diminue déjà, signifieront l’accélération du génocide [3]. Comme l’a déclaré Francesca Albanese, rapporteur spécial de l’ONU pour les territoires palestiniens occupés, “les gouvernements occidentaux ont suspendu les fonds de l’UNRWA en raison de graves ALLEGATIONS contre 12 membres du personnel. Ces mêmes gouvernements n’ont pas suspendu leurs liens avec l’État dont l’armée a tué 26 000 personnes à Gaza, bien que la CIJ ait déclaré qu’il pourrait s’agir d’un génocide. Deux poids, deux mesures ? Oui, vraiment.”

Le génocide à Gaza est soutenu par de nombreux gouvernements, dont l’Égypte, les Émirats arabes unis, l’Arabie saoudite et la Jordanie [4]. Les Palestiniens ont découvert une fosse commune dans la cour d’un hôpital assiégé par les forces israéliennes, où 30 corps ont été enterrés, des personnes aux yeux bandés, aux mains liées dans le dos et exécutées par l’armée d’occupation. Vous pouvez voir les atrocités documentées sur le site Web de l’Observatoire Euro-Med des droits de l’homme [5]. Mais les attaques génocidaires incessantes contre les populations locales ont également un coût environnemental [6].

Le carnage a également lieu en Cisjordanie, par exemple lors d’un raid israélien illégal sur l’hôpital de Jénine, où les exécuteurs extrajudiciaires de trois jeunes hommes se sont fait passer pour des médecins et des infirmières. Imaginez que cela se produise dans n’importe quel autre hôpital du monde ! Les collaborateurs ont probablement été informés de leur présence à l’hôpital.

L’histoire du projet colonial sioniste en Palestine doit être racontée et racontée à nouveau dans le monde occidental, car elle est cachée intentionnellement ( Voir le livre d’Edward Said ‘The Question of Palestine”). En résumé, grâce à la terreur et aux massacres sionistes, la Palestine a été et est toujours transformée d’une société multiethnique, multiculturelle, multireligieuse et même multilingue en un “État juif d’Israël”. Par conséquent, 8 millions d’entre nous sont des réfugiés ou des personnes déplacées et les colonisateurs “possèdent” (ont volé) 92% de la Palestine historique et ceux d’entre nous qui restent sont coincés dans 8% du  territoire sous un régime d’occupation d’apartheid.

Nous, Palestiniens, enseignons la vie

https://www.youtube.com/watch?v=aKucPh9xHtM.

Nous résistons à la haine et au culte de la mort des idées coloniales racistes comme le sionisme. Pendant 105 ans de colonisation et d’oppression, nous nous sommes engagés dans toutes les formes de résistance pour tenter d’obtenir nos droits inaliénables au retour et à l’autodétermination. La plupart de notre résistance a été non-violente – nous préférons l’appeler résistance populaire. Nous, dans l’État démocratique unique, avons proposé notre plan pour une Palestine post-coloniale. Le mouvement de résistance islamique a présenté son scénario préféré pour l’après-guerre : l’élection/l’autodétermination du peuple palestinien pour contrer les plans américains/israéliens pour l’après-guerre (nettoyage ethnique, poursuite des massacres, de l’occupation et de l’étranglement). Cette lutte pour la liberté et la dignité contre un ennemi impitoyable qui tente de nous déshumaniser et de nous liquider (et les deux vont de pair). Cette lutte est désormais rejointe par des centaines de millions de personnes dans le monde.

Les Palestiniens s’expriment aussi régulièrement, alors écoutez-nous. Aujourd’hui même j’ai eu l’honneur de voir certains de mes amis s’exprimer, notamment le Dr Haidar Eid.

https://www.youtube.com/watch?v=JQbN8rfem6U

Je n’ai pas entendu sa voix depuis des mois. Beaucoup d’entre nous, Palestiniens, réfléchissent à leurs devoirs et responsabilités dans cette époque génocidaire. Le très respecté groupe des Sages appelle à un cessez-le-feu et à l’application immédiate par Israël de la décision de la CIJ.

Les manifestations à travers le monde sont stupéfiantes. Un demi-million de personnes à Londres, des centaines de milliers à Washington DC et un grand nombre dans plus de 200 villes du monde entier. Plus de 50 villes américaines ont défié l’hégémonie sioniste du gouvernement fédéral et des médias et ont adopté des résolutions de cessez-le-feu. Le plus gratifiant, c’est que plus de 11 millions de citoyens yéménites ont envahi les rues et que leur gouvernement a obéi au droit international en essayant d’arrêter le génocide Yemen. Nous vaincrons un jour. Les réfugiés reviendront et la Palestine sera libre, mais nous devons nous débarrasser des collaborateurs et de leurs complices et réveiller davantage de gens.

Mazin Qumsiyeh

Notes/références
[1]https://www.middleeasteye.net/news/war-gaza-prominent-professor-al-aqsa-university-killed-israel
[2]https://www.bbc.com/news/world-middle-east-68006607
https://www.theguardian.com/world/ng-interactive/2024/jan/30/how-war-destroyed-gazas-neighbourhoods-visual-investigation
[3]https://electronicintifada.net/blogs/maureen-clare-murphy/israels-allies-accelerate-genocide-freezing-unrwa-funds
[4]Voir le pont terrestre pour approvisionner Israël exposé dans une chaîne israélienne https://www.facebook.com/mazin.qumsiyeh.9/posts/pfbid0tqR6Ld3vjF4pADa637wsq2YvguqGaihzpzuijydvGMKZdZ5QiLmE9wguPKSFHkuNl
[5]https://euromedmonitor.org/en/country/1/Israel-Palestinian-Territory

[6]Guerre et changement climatique:https://www.theguardian.com/world/2024/jan/09/emissions-gaza-israel-hamas

Article original publié le 31 janvier 2024 sur le blog de l’auteur Popularresistance sous le titre Nouvelles négatives et positives

Le professeur Mazin Qumsiyeh Mazin Qumsiyeh est un personnage très attachant et estimable. Il a précédemment fait partie des facultés de l’université du Tennessee, de l’université Duke et de l’université de Yale. Avec son épouse, il est retourné en Palestine en 2008 et a créé un certain nombre d’institutions et de projets tels qu’un laboratoire de génétique clinique au service des patients atteints de cancer et d’autres maladies. En 2014, ils ont fondé et dirigé (en tant que bénévoles à plein temps) l’Institut palestinien pour la biodiversité et la durabilité (PIBS) à l’université de Bethléem.