Je ne pense pas que beaucoup de gens saisissent l’énormité de la crise alimentaire mondiale à laquelle nous allons être confrontés dans les mois à venir. Mais le monde pourrait être au bord d’une crise humanitaire massive. Plongeons dans…

Par James Rickards

Article publié initialement le 22 mai 2022 sur Dailyreckoning.com

L’effondrement de la chaîne d’approvisionnement a précédé la guerre en Ukraine, mais la guerre n’a fait qu’intensifier les problèmes. Vous pouvez le constater de vos propres yeux lorsque vous entrez dans un supermarché et que vous trouvez de longues étendues d’étagères vides dans des magasins qui étaient auparavant pleins à craquer de nourriture et d’autres marchandises.

Même les produits disponibles, comme l’essence, sont vendus à des prix beaucoup plus élevés. Les prix de l’essence (et du diesel, qui est essentiel au transport des marchandises) ont plus que doublé au cours des neuf derniers mois. Tout cela est clair. La question est de savoir si la situation va empirer à partir de maintenant.

Malheureusement, la réponse est oui.

Bob Unanue est le PDG de Goya Foods, qui est l’un des plus grands distributeurs alimentaires au monde. Peu de personnes sont mieux placées pour évaluer la situation alimentaire mondiale qu’Unanue, qui s’occupe des livraisons de produits bruts d’une part et des clients du secteur de la vente au détail d’autre part.

M. Unanue lance aujourd’hui un avertissement : « Nous sommes au bord du précipice d’une crise alimentaire mondiale. » D’autres experts sont cités faisant le même constat. Ce n’est pas une hyperbole ou un discours alarmiste, mais une analyse sérieuse. Voici pourquoi…

29 % de toutes les exportations de blé en péril

Dans l’hémisphère nord, la saison des semis pour 2022 est bien avancée. Les cultures ont été plantées (ou non) en mars et avril. Sur cette base, vous pouvez déjà former des estimations de la production en septembre et octobre prochains pendant la saison des récoltes (sous réserve d’une certaine variabilité en fonction des conditions météorologiques et d’autres facteurs).

Les plantations ont été très inférieures à la normale en 2022, soit en raison d’un manque d’engrais, soit en raison des coûts beaucoup plus élevés des engrais lorsque les agriculteurs ont simplement choisi de planter moins. Cette pénurie prévisible s’ajoute aux pénuries beaucoup plus importantes dues au fait que la production russe est sanctionnée et que la production ukrainienne est inexistante car elle est en guerre.

La Russie et l’Ukraine représentent ensemble 29% des exportations mondiales de blé et 19% des exportations mondiales de maïs.

La Russie et l’Ukraine produisent ensemble 29% des exportations mondiales de blé. Cela ne signifie pas qu’elles cultivent 29% du blé dans le monde. Cela signifie qu’elles produisent 29 % des exportations de blé.

Les États-Unis, l’Australie, le Canada et d’autres pays cultivent beaucoup de blé mais en consomment la majeure partie eux-mêmes. Ils exportent relativement peu. Il est important de noter qu’ils ne se contentent pas de le consommer. Ils le donnent à leurs animaux de ferme. Les gens ne font pas souvent le lien entre les céréales et les produits animaux, mais il est essentiel.

De nombreux pays obtiennent 70 à 100 % de leurs céréales de la Russie, de l’Ukraine ou des deux. Le Liban en reçoit 100 %. L’Égypte en reçoit plus de 70 %. Le Kenya, le Soudan, la Somalie, de nombreux pays d’Afrique centrale, la Jordanie et d’autres pays du Moyen-Orient reçoivent une grande partie de leurs céréales de Russie ou d’Ukraine.

Pas de plantations, pas de récoltes

Mais c’est pire que cela, car non seulement de nombreuses exportations ukrainiennes sont fermées, mais la saison des semailles est presque terminée. Et vous ne recevrez pas de céréales en octobre si vous ne les avez pas plantées en avril ou en mai. Et ils ne l’ont pas fait pour des raisons évidentes.

Cela signifie que si vous vous projetez en octobre, novembre et décembre de cette année, les pays que j’ai mentionnés ne seront pas en mesure de s’approvisionner en céréales. Il n’y en aura tout simplement pas, ou elles seront fortement réduites. La population combinée des pays qui obtiennent entre 70 et 100 % de leurs importations de la Russie ou de l’Ukraine est de 700 millions de personnes.

C’est 10% de la population mondiale. Vous risquez donc une famine de masse. Une crise humanitaire d’une ampleur sans précédent, probablement la pire depuis la peste noire du 14e siècle. Cette crise est imminente, même si la plupart des gens ne la voient pas venir ou n’en saisissent pas toute la profondeur.

En bref, nous en savons suffisamment aujourd’hui pour prévoir des prix beaucoup plus élevés, des rayons vides et, dans certains cas, une famine massive au cours du quatrième trimestre de cette année et au-delà.

Au-delà de l’aspect humanitaire des pénuries alimentaires à venir, il existe également des ramifications sociales et géopolitiques potentiellement graves.

Un autre printemps arabe ?

Vous vous souvenez du « printemps arabe » qui a débuté en 2010. Il a commencé en Tunisie et s’est propagé à partir de là. Eh bien, il a été déclenché par une crise alimentaire. Il y avait une pénurie de blé, ce qui a déclenché les protestations.

Il y avait des problèmes sous-jacents dans ces sociétés, mais une crise alimentaire a été le catalyseur des protestations.

Aujourd’hui, de nombreux pays pauvres du Moyen-Orient et d’Afrique sont confrontés à une crise bien plus grave, car l’impact des pénuries se manifestera plus tard cette année et l’année prochaine. Verrons-nous encore plus de troubles sociaux qu’en 2011 ?

C’est très possible, et cela pourrait être encore plus déstabilisant que le printemps arabe. Nous pourrions également assister à des vagues de migration massive en provenance d’Afrique et du Moyen-Orient, alors que des personnes désespérées et affamées fuient leur pays.

L’Europe a connu une vague d’immigration massive en 2015. De nombreux migrants tentaient de fuir la guerre en Syrie, mais il y avait de grandes quantités de personnes qui n’étaient pas affectées par la guerre. Ils cherchaient simplement une vie meilleure dans les États-providence d’Europe.

Une famine massive pourrait déclencher une migration encore plus importante, ce qui poserait d’énormes problèmes à l’Europe.

Les États-Unis pourraient également connaître une nouvelle vague de migration à la frontière sud, qui est actuellement inondée de migrants. Une crise alimentaire mondiale pourrait faire grimper les chiffres en flèche jusqu’à des limites incontrôlables.

Et si la guerre s’éternisait ?

Et si la guerre en Ukraine se prolongeait jusqu’à l’année prochaine ? La saison de culture de l’année prochaine serait également perturbée et les pénuries pourraient se prolonger jusqu’à la fin de 2023 et au-delà.

Certains diront peut-être que d’autres pays pourraient prendre le relais et produire des céréales supplémentaires. C’est bien beau en théorie, mais ce n’est pas si simple.

La Russie est le plus grand exportateur d’engrais, et les sanctions coupent les approvisionnements. De nombreux agriculteurs ne peuvent pas du tout se procurer d’engrais, et ceux qui le peuvent paient entre deux et trois fois le prix de l’année dernière.

Cela signifie que les cultures effectivement produites auront des prix beaucoup plus élevés en raison de l’augmentation du prix des intrants tels que les engrais, et de l’augmentation des coûts de transport due à la hausse des prix du diesel et de l’essence.

Comme je l’ai dit précédemment, nous sommes confrontés à une crise humanitaire d’une ampleur sans précédent, probablement la pire depuis la peste noire du XIVe siècle.

Et nous ne sommes pas préparés à y faire face.

James Rickards

Source: Dailyreckoning.com

Traduction Arretsurinfo.ch

Imprimer