Nuit de Minsk : Porochenko parle d’accords inacceptables

Il est 3h30 heure Paris. Les journalistes se précipitent dans le grand hall du palais présidentiel de Minsk alors qu’ils attendent depuis des heures dans la salle de presse. L’attente pour la communauté internationale est aussi longue. Avant minuit le Ministre russe des affaires étrangères lance que « les discussions sont actives, ça signifie mieux que super ». Avant minuit on comprend que les négociations durent car cette rencontre ne doit pas être un échec. Après minuit on apprend que Vladimir Poutine étudie chaque point de l’accord tel un chirurgien juriste. Les discussions ont duré presque 14 heures. Tout semblait pencher vers un accord mais des complications sont apparues.

La situation n’est pas claire. Du côté de l’agence russe RIA les discussions officielles seraient finies. Entre-temps la France, l’Allemagne, l’Ukraine seraient restés dans des échanges mais le président russe aurait quitté la pièce des discussions. Une décision du président russe qui ne peut pas être confirmée.

Pour Piotr Porochenko, qui se veut positif envers les médias en disant qu’une solution va être trouvée, la Russie exigeait des conditions inacceptables. Ce qui laisse entendre que c’est du côté occidental que cela a bloqué. Si Berlin, Paris avait soutenu la volonté russe un accord de paix aurait pu être trouvé sur la base d’une troisième voie. Piotr Porochenko agit en commercial vendeur de chocolat habitué à traiter de haut ses partenaires. Le président russe agit en juriste.

La Russie dit que les discussions continuent. Et un accord de cessez-le-feu de 48 heures aurait été voulu par les parties en présence. Cependant toutes ces informations sont basées sur des sources non sures. Reuters explique qu’à partir du 14 février le cessez-le-feu doit intervenir. Mais sur le terrain même durant ces conservations le cessez-le-feu n’a pas eu lieu. Le plan discuté dans la nuit de mercredi à jeudi à Minsk devrait avoir 13 points qui devraient reprendre le document initial de Septembre fait à Minsk. Et ce document doit être aussi signé par les deux responsables des deux Républiques qui ont fait sécession dans le Donbass. A Minsk sont venus aussi les deux représentants des deux Républiques qui ont fait sécession. Ces derniers n’auraient pas été acceptés à la table des négociations. Mais la longue nuit de Minsk semble continuer après une pause.

« Le président russe Vladimir Poutine est revenu à la table des négociations de Minsk sur la crise ukrainienne. Les négociations au « format Normandie » destinées à régler le conflit en Ukraine se déroulent actuellement avec la participation des ministres des Affaires étrangères des pays impliqués et de la représentante de l’OSCE Heidi Tagliavini, diplomate suisse », rapporte le correspondant de RIA Novosti sur place.

MAJ: A 10h11 le président russe annonce un accord. A partir du 15 février doit intervenir dans un premier temps un cessez-le-feu dans le Donbass entre les troupes de l’armée ukrainienne et les combattants des Républiques qui ont fait sécession par référendum en 2014. Le retrait de la lourde artillerie est aussi prévu.

Olivier Renault | février 12th, 2015

Source: http://novorossia.vision/fr/nuit-de-minsk-porochenko-parle-d-accords-inacceptables/

Imprimer
Crises Russie Ukraine
Document sans titre

Les assertions et opinions exprimées ici sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputées à Arrêt sur Info.

Vous pouvez reproduire les articles d’Arrêt sur Info à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales.

Vous voulez réagir, signaler une erreur, communiquer un renseignement ? Contact