Partage Facebook de Oliver Stone – 2 mai 2022

Je suis la situation en Ukraine depuis 2014 avec le professeur Robert Parry initiateur de l’entreprise de cette voie. J’ai suivi les incendies à Odessa, la persécution sans droits légaux et les meurtres de journalistes, de maires, de politiciens et de citoyens. J’ai suivi l’interdiction du principal parti d’opposition, dont les sondages étaient plus élevés que ceux du gouvernement Zelensky. J’ai été choqué par la haine pure et simple exprimée contre la minorité russo-ukrainienne. C’est une longue et triste histoire qui commence avec le coup d’Etat de 2014, coorganisé par les Etats-Unis, privant l’Ukraine de sa neutralité et l’ayant rendue violemment anti-russe. Au cours des huit années suivantes, environ 14 000 personnes innocentes ont été tuées en Ukraine, sans aucun écho sérieux des médias.

Vidéo: Ukraine on Fire – 2017 – – Documentaire complet d’Oliver Stone

Ces dernières semaines, j’ai observé avec une peur croissante Victoria Nuland sortir une fois de plus de nulle part, avertissant les Russes et nous-mêmes – le public cible – que si les Russes utilisent un engin nucléaire de quelque nature que ce soit, ce sera l’enfer. Cet avertissement a été rapidement repris par une foule de responsables de l’administration et de chaînes de télévision dans les jours suivants, amplifiant la même idée: la Russie se lance dans le nucléaire. Tout cela à la suite de la réaffirmation par Vladimir Poutine de la politique nucléaire de la Russie, qui n’est pas aussi agressive que notre position nucléaire. Cela m’a obligé à me demander, pourquoi répéter cela encore et encore? Tout d’abord, il y a eu toutes les accusations de crimes de guerre, arrivées rapidement et furieusement et nécessitant une enquête et des preuves sérieuses.

Par conséquent, je me demande si les Etats-Unis ne sont pas en train de préparer le terrain pour une explosion nucléaire de faible puissance, d’origine inconnue, quelque part dans la région du Donbass, tuant des milliers d’Ukrainiens? Bien sûr, si cela se produisait, Dieu nous en préserve, tous les yeux du monde seraient entraînés, comme un chien de Pavlov, à condamner la Russie. Cette culpabilité a déjà été établie à l’avance, indépendamment de la personne ayant lancé l’engin. Cet usage aurait certainement un impact sur les 50 % restants de l’opinion mondiale, n’appartenant pas au camp occidental. La Russie deviendrait le Satan, le Belzébuth. N’oubliez pas qu’il est difficile de savoir d’où un engin nucléaire a été lancé, surtout dans une situation aussi rapide que cette guerre, dans laquelle il semblerait que la Russie puisse être accusée de n’importe quel comportement, aussi absurde soit-il. Il faudrait probablement quelques jours pour découvrir la vérité, mais la vérité n’est pas importante. La perception l’est, et les Etats-Unis mènent une guerre de la perception avec beaucoup d’habileté et de force, saturant les ondes de CNN/Fox et nos pays satellites en Europe et en Asie comme je ne l’ai jamais vu auparavant.

En faisant cela, nous nous rapprocherions de ce que nous espérons être un autre Boris Eltsine, qui pourrait créer pour notre pays une autre et immense opportunité idéologique et commerciale. Mais, plus important encore, dans l’affaire, nous isolerions la Chine de la Russie. Bien sûr, la Chine serait la prochaine cible si la Russie tombe. C’est, je crois, le scénario rêvé des anarchistes néoconservateurs de notre gouvernement pour créer ce qu’ils considèrent comme un meilleur «monde fondé sur des règles». •

Imprimer