Jérusalem. Soldate en court congé avec un fusil d’assaut Tar-21 sur la rue de Jérusalem. 12-26-2014. DR


Vous devez leur retirer leur pouvoir et protéger leurs victimes.

Gaza, octobre 2000. Jamal al-Durrah tente de protéger son fils de 12 ans des troupes israéliennes, en faisant des signes désespérés et en criant : “Ne tirez pas ! “Ne tirez pas”. Mais le garçon terrifié a été touché par quatre balles et s’est effondré dans les bras de son père. Le père a également été blessé par balle. Pour Israël, le père et le fils n’étaient pas humains. Toute la scène a été filmée par un caméraman de France 2. Israël a ensuite reproché aux forces palestiniennes de ne pas avoir sauvé l’enfant et son père…

La nuit dernière, j’ai rêvé que j’étais une jeune femme portant un uniforme de campagne vert olive de l’armée israélienne avec mon grade de sergent-chef sur les manches. Je ne savais pas que je portais l’uniforme jusqu’à ce que je commence à parler à un homme qui se tenait à proximité. C’est lorsqu’il m’a vue en uniforme que je me suis vue. Je me suis alors empressé de me justifier auprès de lui et lui ai expliqué que, bien que je porte l’uniforme, je suis en total désaccord avec Israël et ce que fait l’armée israélienne. Il m’a regardé d’un air sceptique et je savais qu’il me faudrait beaucoup d’efforts pour le convaincre que je n’étais pas une mauvaise personne. J’avais l’impression que l’uniforme était collé à ma peau et que je n’avais pas le choix de le porter.

Je me souviens très bien de l’époque où j’ai servi dans l’armée israélienne, au début des années 1980. J’avais environ dix-neuf ans et je prenais un bus pour Haïfa, près du quartier général de l’armée dans le centre de Tel Aviv où je servais. Mon petit ami de l’époque, un officier du corps blindé, se trouvait à Haïfa ce jour-là et j’avais prévu de le rejoindre pour quelques heures à la fin de mon service.

Je me suis assise à une place côté fenêtre, à trois rangées de l’arrière du bus. Au centre de la dernière rangée était assis un vieil homme palestinien qui s’occupait de ses affaires en serrant un sac à provisions. Il s’agissait très probablement d’un citoyen israélien qui rentrait chez lui à Haïfa, après avoir visité Tel Aviv ou Yaffa pour la journée. Quelques minutes avant le départ du bus, trois soldats de la police des frontières (MAGAV), agressifs et armés, sont montés dans le bus et sont allés directement à l’arrière pour harceler le vieil homme. Ils ont exigé sa carte d’identité et l’ont entouré d’une manière menaçante. Je ne me souviens pas de ce qu’ils lui ont aboyé, mais je me souviens de leurs aboiements.

Il s’agissait d’une “inspection de sécurité” de routine, qui visait les Palestiniens. Il aurait pu y avoir un voleur, un violeur, un agresseur domestique ou un pédophile dans ce bus, mais les soldats ne s’en prenaient qu’aux Palestiniens. Comment ai-je su, ou ont-ils su, qu’il s’agissait d’un Palestinien ? Bonne question.

C’est parce qu’il “ressemblait” à un Palestinien. En Israël, votre apparence peut facilement vous faire arrêter sans inculpation, battre, torturer ou tuer. De nombreux Juifs israéliens, dont je fais partie, ressemblent exactement à des Palestiniens, mais d’une manière ou d’une autre, nous pouvions toujours distinguer les Palestiniens. Il est troublant de constater à quel point le profilage racial peut devenir enraciné et instinctif lorsque l’on endoctrine les gens dès leur plus jeune âge.

Lorsque les soldats se sont éloignés et ont commencé à descendre du bus, je me suis rapidement tourné vers l’homme. Il aurait pu être mon grand-père. Nos regards se sont croisés brièvement. L’humiliation et la souffrance que j’y ai vues ne m’ont jamais quitté. J’ai ressenti de la douleur et de l’empathie pour lui. Je voulais lui dire que je n’aimais pas la façon dont ces soldats le traitaient, que je n’étais pas d’accord et qu’il ne le méritait pas. Un peu plus tard, en regardant vers le bas, j’ai réalisé que j’étais en uniforme. Je savais que lorsque le vieil homme me regarderait, il verrait un soldat. Peu importe ce que je ressentais ou ce que j’essayais de communiquer avec mes yeux. Lorsque cet homme me regardait, il voyait un membre de l’armée brutale qui appliquait le colonialisme dans son pays, sur sa terre, et qui était déterminée à se débarrasser de tout son peuple par tous les moyens possibles. J’aurais pu me déplacer et m’asseoir à côté de lui. J’aurais pu lui parler. Mais je ne l’ai pas fait. Je me suis senti paralysé. Quoi que je ressente, mon endoctrinement m’a maintenu à ma place.

Les “inspections de sécurité” ont toujours fait partie intégrante de la guerre psychologique menée par Israël contre le peuple palestinien. Tous les colonialistes ont eu recours à la guerre psychologique pour briser, soumettre et contrôler les colonisés. Le monde a largement ignoré le fait que les Palestiniens ont dû vivre avec cela pendant soixante-quinze longues années. Le harcèlement, le fait de faire sentir aux gens qu’ils sont mauvais ou coupables de quelque chose, le sentiment d’insécurité où qu’ils soient, les coups, les arrestations et les incarcérations sans inculpation, les démolitions de maisons, les invasions de maisons, l’enfoncement des portes au milieu de la nuit, l’incarcération des enfants, la torture et le meurtre de sang-froid sont autant d’éléments destinés à briser l’esprit d’un peuple. Ils font étalage d’un pouvoir obscène, montrant aux victimes du colonialisme que le colonisateur peut faire ce qu’il veut d’elles, partout et à tout moment. Nulle part n’est à l’abri du pouvoir colonialiste. Les colonialistes font tout pour imposer l’idée que la résistance est vaine. Mais la résistance ne vient pas de nulle part. S’il y a résistance, c’est qu’il y a oppression.

Trois grands soldats armés qui harcèlent un vieil homme innocent et désarmé sur le siège arrière d’un bus ne démontrent pas leur puissance ou leur force. Des dizaines de milliers de bombes lâchées sans discernement sur des populations urbaines ne communiquent pas de pouvoir. Elles démontrent la lâcheté et la faiblesse des brutes.

Les Juifs israéliens ne voient pas la dévastation de Gaza sur leurs écrans de télévision. Ils sont nourris d’une version étanche et aseptisée qui dépeint sans cesse Israël comme une victime noble et innocente, et les Palestiniens comme des monstres non humains. Les juifs israéliens devraient déployer des efforts considérables pour trouver d’autres sources d’information montrant la boucherie et le carnage à grande échelle que leurs “saints” soldats et pilotes infligent à des millions de personnes.

Je sais qu’un cessez-le-feu de quatre jours et un échange d’otages ont été convenus aujourd’hui. Mais Israël est connu pour ne pas respecter les accords, en particulier avec les Palestiniens. Comme l’a dit Gideon Levy ce matin sur Al Jazeera, oui, il y a peut-être un accord temporaire aujourd’hui, mais que se passera-t-il lorsque les quatre jours seront écoulés ? L’existence entière des gens a déjà été anéantie. Il y a tant de morts, de blessés et de traumatisés, et leurs souffrances sont loin d’être terminées. Israël veut faire disparaître tous les Palestiniens, jusqu’au dernier, par tous les moyens possibles.

Il n’y a pas eu de violence physique à l’encontre du vieil homme dans le bus pour Haïfa, et l’incident a été bref. Mais la violence psychologique et spirituelle, et le rôle que j’y ai joué, ne m’ont jamais quitté. Ce fut l’un des nombreux incidents et moments de prise de conscience qui, des années plus tard, m’ont amené à remettre en question tout ce que l’on m’avait appris à croire. J’ai compris qu’Israël n’était pas le “gentil”. Nous étions aussi mauvais que possible. Le rêve de la nuit dernière était un souvenir de ce que je ressentais lorsque je servais dans cette armée. Au cours des vingt-sept années que j’ai passées en Israël, je ne me suis jamais senti aussi bien acceptée que lorsque j’étais soldat. La société israélienne tourne autour de son armée et vénère ses soldats. Mais pendant ces deux années de service, alors que j’étais jeune et ignorante, ma capacité d’empathie a commencé à s’opposer à mon endoctrinement.

J’ai quitté Israël définitivement et renoncé à ma citoyenneté israélienne il y a vingt-deux ans. Mais mon rêve m’a rappelé que je me sens toujours coupable de ma collusion avec le pays colonisateur dans lequel je suis née. Je n’ai pas besoin de sympathie ou de protection contre ma culpabilité. C’est la bonne chose à ressentir. Les êtres humains sains se sentent coupables lorsqu’ils font quelque chose de mal ou lorsqu’ils sont de connivence. Les soldats, pilotes et officiers israéliens qui savent précisément ce qu’ils font et continuent à le faire sans culpabilité ne sont pas des personnes saines. Ma culpabilité est un soulagement. Je ne suis plus l’un d’entre eux.

Je ne suis pas la victime de cette terrible histoire. C’est le peuple palestinien qui l’est. Il a toujours été menacé d’extermination par le régime colonial sioniste. Israël est comme un agresseur domestique. Vous ne pouvez pas supplier un agresseur domestique d’arrêter ce qu’il fait. Nous devons lui retirer son pouvoir et protéger ses victimes.

Avigail Abarbanel

Psychothérapeute indépendante depuis 1999. Je suis également une ancienne citoyenne israélienne, antisioniste et militante pour les droits de l’homme des Palestiniens.

Article orignal en anglais: Johnmenadue.com, 26 novembre 2023

Traduction: Arretsurinfo.ch

Post-Scriptum

“Je suis bien consciente de la puissance et de la force de persuasion de la propagande israélienne. Pour ceux qui ont encore du mal à comprendre pourquoi le colonialisme israélien existe et de quoi il s’agit, veuillez vous référer à certains de mes autres essais. Je recommande vivement l’ouvrage du  Dr Ilan Pappé’s, The Ethnic Cleansing of Palestine ainsi que toutes les conférences de Pappé que vous pouvez trouver sur YouTube”.