On ne peut pas revenir en arrière en matière de génocide

Destruction par une frappe aérienne israélienne, dans la ville de Rafah, au sud de la bande de Gaza, le 24 avril 2024. (Abed Rahim Khatib)

Les bombes, les missiles et les dégâts causés

Alors qu’Amal Nassar souffrait sur un lit de l’hôpital Al-Awda, dans le camp de réfugiés de Nuseirat, au nord de Gaza, les échos des explosions et des tirs d’artillerie se faisaient entendre tout autour d’elle. C’était à la mi-janvier et elle s’était rendue dans cet hôpital en difficulté pour donner naissance à une petite fille qu’elle allait appeler Mira. Alors qu’Amal aurait dû fêter l’accouchement de son enfant, elle a été submergée par la peur, entourée par le cauchemar incessant de la mort et de la souffrance qu’elle et sa famille vivaient depuis des mois. Je me disais : « J’espère que je vais mourir » », se souvient-elle.

Bien que déchirante, l’histoire d’Amal n’est pas sans rappeler celle de tant d’autres jeunes mères de Gaza aujourd’hui. L’Organisation mondiale de la santé estime que plus de 50 000 femmes enceintes y survivent à peine, tout en donnant naissance à des enfants au rythme de 180 par jour. Beaucoup de ces femmes (surtout dans le nord) souffrent de malnutrition aiguë et peu d’entre elles ont reçu des soins médicaux avant que les douleurs de l’accouchement ne commencent, souvent avec des semaines d’avance.

Selon un sombre rapport publié en mars par l’UNICEF, les milliers de nourrissons nés à Gaza au cours des deux derniers mois (et depuis) risquent fort de mourir. Nombre d’entre eux sont déjà morts, bien qu’il soit difficile d’obtenir des chiffres.

« Certains bébés sont morts dans le ventre de leur mère et des opérations ont été pratiquées pour retirer les fœtus morts », a déclaré le Dr Muhammad Salha, directeur par intérim de l’hôpital Al-Awda, où la situation est on ne peut plus désastreuse. « Les mères ne mangent pas à cause des conditions dans lesquelles nous vivons, et cela affecte les nourrissons… Il y a [des cas] de nombreux enfants souffrant de déshydratation et de malnutrition, ce qui entraîne la mort. »

Les soignants occidentaux qui sont rentrés de Gaza décrivent des scènes véritablement horribles. Nahreen Ahmed, médecin basée à Philadelphie et directrice médicale du groupe d’aide humanitaire MedGlobal, a quitté Gaza à la fin du mois de mars, pour la deuxième fois sur la ligne de front depuis qu’Israël a lancé son assaut il y a près de huit mois. Ce qu’elle a vu l’a changée à jamais.

« Il n’y a pas assez d’espace pour que nous puissions travailler en étroite collaboration avec les mères afin de les aider à recommencer à allaiter. Nous ne pouvons même pas y accéder. Et pour cela, il faut avoir des activités quotidiennes avec ces femmes, ce qui n’est pas possible pour nous en ce moment. Ces enfants ont besoin d’être allaités. S’ils ne peuvent pas l’être, ils ont besoin de lait maternisé », a déclaré le Dr Ahmed à Amy Goodman, animatrice de Democracy Now ! « Ce dont nous parlons, c’est de femmes qui pressent des fruits et des dattes dans des mouchoirs, dans des tissus, et qui nourrissent – au goutte-à-goutte – leurs enfants avec une sorte de substance sucrée pour les nourrir ».

Naître au milieu des décombres, dans le cadre d’une offensive effroyable, marquera sans aucun doute les générations futures – si elles ont la chance de survivre aux bombardements incessants et au refus d’accès aux produits de première nécessité tels que la nourriture, le carburant et l’aide médicale. Et jusqu’à présent, malgré la pression internationale croissante, les menaces d’inculpation pour crimes de guerre et les allégations de génocide, Israël n’a montré aucun signe de fléchissement.

L’assaut de la vengeance

Palestinians return to inspect their homes in Khan Younis after the Israeli army withdrew from the area, southern Gaza Strip, April 8, 2024. (Atia Mohammed)

Dès le début, les dirigeants israéliens ont été remarquablement clairs quant à leurs intentions dans l’enclave palestinienne. Le colonel israélien Yogez BarSheshet, s’exprimant depuis Gaza à la fin de l’année 2023, l’a dit sans ambages : « Quiconque revient ici… trouvera une terre brûlée. Pas de maisons, pas d’agriculture, rien. Ils n’ont pas d’avenir ».

C’est comme si les dirigeants israéliens savaient que, s’il était impossible de détruire réellement le Hamas, ils pouvaient au moins anéantir l’infrastructure de Gaza et massacrer des civils sous prétexte de traquer des terroristes. Après sept longs mois de vengeance israélienne, il est clair qu’il n’a jamais été question de libérer les otages capturés le 7 octobre. En cours de route, Israël aurait pu facilement accepter de nombreuses propositions en ce sens, y compris une résolution de cessez-le-feu négociée par l’Égypte, le Qatar et les États-Unis au début du mois de mai. Au lieu de cela, le Premier ministre Benjamin Netanyahu et son équipe ont rejeté ce plan, dans lequel le Hamas avait accepté de libérer tous les otages vivants pris lors de son assaut du 7 octobre contre Israël, en échange de Palestiniens détenus dans les prisons israéliennes. Le point d’achoppement n’avait toutefois rien à voir avec la libération des captifs qui pourrissaient à Gaza dans on ne sait quelles conditions stressantes, mais avec le refus d’Israël d’accepter toute résolution qui inclurait un cessez-le-feu permanent.

Immédiatement après avoir rejeté l’offre du Hamas de libérer les otages, Israël a commencé à bombarder Rafah, où vivent plus d’un million de réfugiés. Des centaines de milliers d’entre eux ont depuis fui la ville, déplacés une fois de plus. Malgré l’affirmation désormais discréditée de M. Netanyahou selon laquelle il lui suffisait de détruire les quatre derniers « bataillons » du Hamas à Rafah, les Forces de défense israéliennes (FDI) ont rapidement repris leurs opérations dans le nord du pays, attaquant des zones où le Hamas était à nouveau supposé opérer.

En réponse aux protestations qui se sont rapidement propagées sur les campus universitaires américains, le président Biden s’est contenté de répondre du bout des lèvres à l’indignation et a interrompu les livraisons d’aide militaire américaine à Israël, avant de faire marche arrière une semaine plus tard en concluant un nouveau contrat d’armement d’un milliard de dollars avec ce pays.

Selon la manière dont on évalue l’incursion sanglante d’Israël dans la bande de Gaza après le 7 octobre, l’opération militaire a été soit un désastre complet, soit un succès monumental. Si l’objectif était la destruction de Gaza et le massacre des Palestiniens, alors Israël a certainement réussi. Si le retour des otages et la destruction du Hamas étaient l’objectif, l’opération a lamentablement échoué. Quoi qu’il en soit, Israël est rapidement devenu un paria de son propre fait, ce qui n’aurait jamais dû se produire, et dont il n’y aura peut-être pas de retour en arrière.

Les dégâts causés

Le spectre de la mort à Gaza est difficile, voire impossible, à appréhender. À distance, notre compréhension de la situation repose souvent sur de sombres statistiques, en particulier dans les médias officiels. Le décompte officiel, régulièrement cité par les grands médias, s’élève à environ 35 000 morts.

En mai, le New York Times et d’autres médias se sont précipités sur un rapport des Nations unies qui avait apparemment révisé le nombre de morts à Gaza. Mais les Nations unies n’ont pas divisé par deux le nombre de femmes et d’enfants morts, comme l’a prétendu le Jérusalem Post. Elle a simplement modifié son système de classification entre les personnes estimées décédées et celles dont le décès a été définitivement confirmé. Les totaux, cependant, sont restés les mêmes. Néanmoins, même ces chiffres, basés sur des informations fournies par le ministère de la santé de Gaza, finissent par brouiller la cruelle réalité sur le terrain. Les responsables de l’ONU craignent également qu’au moins 10 000 autres habitants de Gaza soient ensevelis sous les décombres dans cette bande de terre de 25 miles.

Mais les chiffres de la mortalité peuvent aussi avoir un sens, comme l’a récemment souligné Ralph Nader, militant de longue date pour les droits des consommateurs. Selon lui, Israël aurait pu tuer au moins 200 000 Palestiniens à Gaza, un chiffre ahurissant, mais qui mérite d’être examiné. Je lui ai donc demandé de préciser sa pensée. « La sous-estimation est stupéfiante », a déclaré M. Nader, dont les parents libanais ont émigré aux États-Unis avant sa naissance. « Les États-Unis et Israël veulent un chiffre bas, alors ils regardent autour d’eux. Au lieu d’estimer eux-mêmes – ce qu’ils ne veulent pas faire – ils s’accrochent aux [chiffres] du Hamas, et le Hamas ne veut pas d’un chiffre réaliste parce qu’il ne veut pas être perçu comme incapable de protéger son propre peuple. Ils ont donc élaboré ces critères : pour être comptabilisés, les morts doivent d’abord être certifiés par les hôpitaux et les morgues [qui existent à peine] ».

Il a pris l’habitude de tendre la main aux écrivains et aux rédacteurs en chef. Comme tant d’autres, j’ai une liaison téléphonique avec ce penseur et militant de 90 ans. Nous discutons de politique, de baseball et du déclin rapide et insidieux du journalisme. Je l’ai certainement entendu s’animer par le passé, mais jamais avec autant d’indignation que lorsqu’il parle de la situation à Gaza. « Tout cela n’est plus qu’un camp de la mort. Il y a facilement 200 000 morts à Gaza », a-t-il insisté, citant le nombre de bombes larguées qui, selon certaines estimations, a dépassé les 100 000. Nous savons qu’au moins 45 000 missiles et bombes ont été utilisés à Gaza dans les trois mois qui ont suivi le début de la campagne militaire israélienne. En conséquence, pas moins de 175 000 bâtiments ont été endommagés ou détruits par Israël. Il semble donc qu’il soit sur la bonne voie. « On finira par connaître [le nombre réel de morts] », ajoute-t-il. « Ils feront un recensement, quelle que soit la personne qui prendra le relais. La seule chose que les familles élargies de Gaza savent, c’est qui a été tué dans leur famille ».

Bien sûr, son affirmation est circonstancielle et il le sait, mais il marque un point. Alors qu’une grande partie de la bande de Gaza est confrontée à une famine imminente, que presque tous les hôpitaux sont hors service, qu’il n’y a pratiquement plus de médicaments et qu’il y a très peu d’eau potable ou de nourriture, les 35 000 morts risquent, en fin de compte, d’être largement sous-estimés.

Pas en notre nom

L’Holocauste, au cours duquel les nazis ont assassiné 11 millions de personnes, dont six millions de Juifs, est littéralement un exemple de génocide. Pourtant, aussi effroyable et systématique qu’il ait été, au moins un autre génocide pourrait avoir fait plus de victimes. Dans son dernier livre, Doppelganger, Naomi Klein explique que le plus grand génocide a été infligé aux peuples indigènes des Amériques par les colons européens. L’Holocauste d’Hitler, écrit Klein, s’est en fait inspiré des colonisateurs des Amériques et a été profondément influencé par le mythe de la frontière occidentale.

Je pense qu’il est important de dire que chaque génocide est différent », a déclaré Klein à Arielle Angel du podcast “On the Nose” de Jewish Currents. « Il y a des particularités à chaque holocauste, et il y avait absolument des particularités à l’holocauste nazi. Il s’agissait d’un holocauste fordiste. Il a été plus rapide, à une échelle beaucoup plus grande et plus industrialisée que ce qui avait été vu auparavant ou depuis ».

Klein a raison de dire que l’holocauste nazi est né des aspirations colonialistes d’Hitler et qu’il doit être considéré comme tel. Il convient également de noter que la convention sur le génocide de 1948, qui a été adoptée en réponse à cette atrocité, précise que la qualification d’un événement en tant que génocide ne dépend ni du nombre de victimes tuées ni même du pourcentage d’une population donnée qui a été massacrée. Cela signifie que le nombre de personnes tuées à Gaza ne fait guère de différence devant le tribunal du droit international ; juridiquement parlant, Israël commet déjà un génocide.

Dans l’un des plus tristes retournements de l’histoire moderne, à la suite de l’assaut du Hamas du 7 octobre, le traumatisme de l’Holocauste est utilisé pour exploiter la souffrance et la peur des Juifs pour leur sécurité et justifier ainsi la lente éviscération des Palestiniens. C’est cette ironie tragique qui a poussé tant de jeunes juifs américains à s’opposer à la politique d’Israël.

Alors que les réactions internationales se font de plus en plus vives, le soutien à Israël parmi les Juifs américains n’a jamais été aussi fortement divisé. La plupart des manifestations contre la guerre à Gaza ont d’ailleurs été menées par de jeunes juifs excédés par les prétentions d’Israël sur leur judaïsme et leur histoire culturelle.

Selon l’Anti-Defamation League (ADL) pro-israélienne, la menace que cela représente pour l’avenir du sionisme est sans commune mesure avec celle à laquelle le mouvement a été confronté depuis la guerre des Six Jours. « Nous sommes confrontés à un problème générationnel majeur », a déclaré le directeur de l’ADL, Jonathan Greenblatt, lors d’un appel de donateurs paniqués en novembre dernier. « Tous les sondages que j’ai vus… suggèrent qu’il ne s’agit pas d’un fossé gauche/droite. La question du soutien des États-Unis à Israël n’est pas celle de la gauche et de la droite, mais celle de la jeunesse et de l’âge. C’est une question de jeunes et de vieux ».

M. Greenblatt a raison. La génération Z et les Millenials, qu’ils soient juifs ou non, sont beaucoup moins susceptibles d’accepter la justification d’Israël pour le massacre des Palestiniens que les générations qui les ont précédés. Sondage après sondage, il apparaît que de plus en plus de jeunes juifs aux États-Unis prennent leurs distances avec les principes du sionisme. Pourquoi ne le feraient-ils pas ? Ils ont vu les cadavres sur les réseaux sociaux, les cris, les effusions de sang, les villes rasées, et ils ne veulent pas en faire partie. Le soutien des jeunes à Israël est aujourd’hui au plus bas.

Et cela, comme le suggèrent déjà les sondages, pourrait avoir une incidence sur les prochaines élections. « Biden va perdre les élections simplement parce que les gens resteront chez eux », a prédit Ralph Nader. « Il pense à juste titre que Trump est pire sur cette question et sur tout le reste, alors il a cette attitude, comme tout le parti démocrate, “Hé vous les manifestants, grandissez, vous n’avez nulle part où aller”. Oui, ils ont quelque part où aller. Ils n’ont qu’à rester chez eux ».

Nous sommes encore à quelques mois des élections de novembre et les choses pourraient changer radicalement, mais on ne peut pas ressusciter les morts ni revenir en arrière sur un génocide. Grâce, en partie, aux bombes et aux missiles américains, le mal est déjà fait. La punition collective d’Israël est désormais une réalité et le président Biden reste coupable de ces morts à Gaza, que le nombre de victimes soit de 35 000 ou de 200 000. Le fait que la Maison Blanche continue de nier qu’Israël commet un génocide ne signifie pas grand-chose lorsqu’il y a une montagne de preuves du contraire.

De retour dans le camp de réfugiés de Nuseirat, désespéré et surpeuplé, Amal Nassar tenait son enfant de trois mois dans ses bras, alors qu’une journée de printemps d’avril arrivait tôt à Gaza. Elle se demande ce que l’avenir réserve à sa petite fille. « J’ai regardé Mira et je me suis dit : Ai-je pris la bonne décision en mettant au monde ce bébé dans un contexte de guerre ? »

C’est une question douloureuse à laquelle il n’y a pas de réponse, mais les perspectives restent sombres. À la mi-mai, un avion de chasse israélien a lancé des missiles sur des immeubles résidentiels de Nuseirat, tuant 40 Palestiniens, dont des femmes et des enfants. De nombreux autres ont été blessés. Cette fois-ci, les roquettes ont manqué la famille d’Amal, mais plus l’insensibilité d’Israël perdure, plus la mort se rapproche.

Joshua Frank

Joshua Frankest un journaliste californien primé et co-éditeur de CounterPunch. Il est l’auteur du nouveau livre Atomic Days : The Untold Story of the Most Toxic Place in America (Haymarket Books).

Source: Tom Dispatch

Histoire International Israël Palestine
Document sans titre

Les assertions et opinions exprimées ici sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputées à Arrêt sur Info.

Vous pouvez reproduire les articles d’Arrêt sur Info à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales.

Vous voulez réagir, signaler une erreur, communiquer un renseignement ? Contact