Par Lucas Leiroz

Paru le 24 novembre sur le blog de l’auteur Infobric sous le titre NATO conducting provocative drills in Latvia


Une fois de plus, l’OTAN mène une manœuvre assez dangereuse en Europe de l’Est dans le but de provoquer la Russie.

La Lettonie est la nouvelle arène d’exercices militaires de l’Alliance; ce pays accueille les troupes venues de l’autre côté de l’Atlantique pour des exercices militaires appelés Winter Shield. Ces manœuvres annuelles donnent l’opportunité aux forces militaires lettones et de l’OTAN de s’entraîner aux tactiques de guerre sur des scénarios de combat possibles. Cependant, comme c’est devenu la tradition au sein de l’OTAN, ces exercices sont de plus en plus agressifs, rassemblant un grand nombre d’agents, d’équipements et de ressources, ceci dans le seul but de montrer sa force contre la Russie.

Les forces armées lettones ont publié récemment une déclaration disant : « Du 21 novembre au 4 décembre, la Lettonie accueillera l’exercice militaire international « Winter Shield » pour tester et améliorer les capacités de combat des unités des forces armées lettones et alliées ,ainsi que leur intégration et leur interopérabilité au sein du système de défense collective de la région de la Baltique ».

Depuis dimanche, les troupes lettones  et d’autres nations de l’Alliance, fortes d’une présence massive d’agents et d’équipements de différents pays, mènent des manœuvres en Lettonie.

Malgré la présence de troupes armées les plus diverses, les exercices étaient menée par les unité de la brigade d’infanterie mécanisée de la force terrestre, la garde nationale, le commandement des opérations spéciales, le groupement tactique de présence avancée renforcée de l’OTAN, le bataillon baltique et les opérations spéciales américaines. Comme il fallait s’y attendre, les pays baltes ont envoyé le plus grand nombre de troupes. Il est à noter la présence d’agents étrangers également dans les autres pays baltes lors des exercices.

Le Bouclier d’hiver est un événement militaire annuel; c’est pourquoi sa survenue en 2021 était attendue par tous les experts en géopolitique et en matière militaire. Cependant, cette année, l’ampleur de l’événement frappe particulièrement. On sait que l’OTAN s’est souciée de rendre ses opérations en Europe de l’Est – en particulier dans les pays baltes – de plus en plus sévères, augmentant considérablement le niveau d’agressivité dans la région. A cela, il y a un effort accru pour que les exercices montrent progressivement plus de force. Alors qu’à d’autres occasions, les manœuvres en Lettonie n’avaient pas reçu beaucoup d’attention en raison du grand nombre d’essais simultanés de l’OTAN dans la région, cette année, l’événement a tendance à être souligné par les experts, à la fois en raison de sa longue durée (deux semaines) et pour son intensité.

Apparemment, l’un des principaux objectifs du Winter Shield 2021 sera de renforcer les opérations d’intégration tactique air-terre. Dans l’annonce des forces armées lettones, il est écrit : « Un aspect important de l’exercice est également l’intégration air-sol avec divers moyens aériens, y compris les hélicoptères d’attaque ‘AH-64 Apache’ de la 101e brigade d’aviation de combat relevant de l’US Army Europe (USAREUR) et l’opération ‘Atlantic Resolve’ ». L’intérêt tactique de ce type d’opération grandit de jour en jour, dans un contexte militaire mettant fortement l’accent sur le rôle joué par les véhicules de guerre aérienne.

Dans le même sens, ces exercices complètent l’intégration air-mer, qui a joué un rôle important dans les manœuvres de l’OTAN en mer Noire. L’alliance occidentale crée une stratégie de combat axée sur les opérations terrestres dans les pays baltes et les opérations navales sur la côte ukrainienne, avec la guerre aérienne comme point d’intégration tactique.

L’objectif étant d’occuper militairement l’Europe de l’Est de toutes les manières possibles en intensifiant la stratégie d’encerclement contre la Russie.

En effet, le principal problème de ces exercices est qu’ils favorisent une escalade et des tensions inutiles dans un contexte compliqué de relations russo-OTAN. Récemment, après l’expulsion de diplomates russes du siège de l’OTAN en raison d’accusations non fondées d' »espionnage », la diplomatie bilatérale entre Moscou et l’alliance a été rompue. L’organisation mène également des opérations de plus en plus dangereuses en mer Noire et encourage progressivement la position antirusse extrémiste du gouvernement de Kiev, actuellement largement partagée par les États baltes.

Malheureusement la possibilité d’un conflit n’apparaît plus comme un problème pour l’OTAN, mais comme un objectif. Tous les épisodes agressifs militaires récents et de non respect diplomatique se sont produits de la part de l’OTAN en violation de l’Acte fondateur Russie-OTAN (un accord bilatéral de 1997 qui établit les conditions de paix entre Moscou et l’OTAN).

En fait, l’OTAN semble chercher à intensifier une situation de conflit avec la Russie, à susciter une raison suffisante pour que des sanctions internationales soient imposées dans les plus brefs délais par tous les pays membres de l’alliance qui participent à de telles manœuvres.

Lucas Leiroz

Source : Infobrics

Imprimer