L’auteur de l’article ci-dessous alerte sur le danger d’une guerre entre la Russie et l’Occident, d’un futur incident « de Sarajevo » qui déclencherait une guerre nucléaire


La politique étrangère américaine met les Américains (et le reste du monde) en danger, sans leur apporter aucun bénéfice


Par Philip Giraldi

Paru le 11 janvier  2022  sur Unz. Review


Il semble parfois qu’en matière de relations internationales, le président russe Vladimir Poutine soit le seul chef d’État capable de faire des propositions rationnelles. Ses récentes directives dans le cadre des négociations, transmises initialement par le vice-ministre des affaires étrangères Sergei Rybakov, visant à prendre du recul par rapport au risque de guerre entre son pays et les États-Unis au sujet de l’Ukraine, sont pour la plupart éminemment sensées et désamorceraient la possibilité que l’Europe de l’Est soit le théâtre d’un futur incident de Sarajevo qui déclencherait une guerre nucléaire.

Poutine et le président Biden ont discuté des propositions russes et d’autres questions lors d’une conversation téléphonique le 30 décembre. M. Biden a appelé à la diplomatie et M. Poutine et lui-même auraient pris des mesures pour désamorcer une éventuelle confrontation. Lors de cet appel téléphonique, les deux présidents ont convenu d’entamer des négociations bilatérales décrites comme un « dialogue de stabilité stratégique » portant sur les « garanties de sécurité mutuelles », qui ont débuté le dimanche 9 janvier à Genève. Elles seront suivies d’une réunion exploratoire du Conseil OTAN-Russie mercredi et d’une autre réunion avec l’Organisation pour la sécurité et la coopération jeudi.

Pat Buchanan, qui est quelque peu sceptique quant à l’ingérence de la Russie, a résumé la position de Poutine, qu’il qualifie d’ultimatum, comme suit : « Sortez de notre jardin. Sortez de notre cour avant. Et restez en dehors de notre arrière-cour« . M. Poutine a exigé que l’OTAN cesse son expansion en Europe de l’Est, qui ne menace que la Russie, tout en réduisant les emplacements de missiles prévus dans les anciens États du Pacte de Varsovie qui sont déjà membres de l’alliance. Il a également demandé aux États-Unis de réduire les incursions provocatrices de navires de guerre et de bombardiers stratégiques le long de la frontière russe et de mettre un terme aux efforts visant à installer des bases militaires dans les cinq « Stans », le long de la frontière méridionale de la Fédération de Russie. En d’autres termes, la Russie estime qu’elle ne devrait pas avoir de forces militaires hostiles se rassemblant le long de ses frontières, qu’elle devrait avoir une sorte de zone de sécurité stratégique légalement garantie et internationalement approuvée, comme celle dont jouissent les États-Unis derrière deux océans, avec des gouvernements amis au nord et au sud.

Buchanan conclut qu’il y a pas beaucoup de place pour la négociation d’un accord sérieux qui satisfera les deux parties, observant que les États-Unis ont maintenant, par le biais de l’OTAN, des accords de sécurité intenables avec 28 pays européens. Il note que « le jour n’est pas loin où les États-Unis devront revoir et abandonner les engagements de la guerre froide qui datent des années 1940 et 1950 et qui nous obligent à combattre une puissance nucléaire comme la Russie pour des pays qui n’ont rien à voir avec nos intérêts vitaux ou notre sécurité nationale. »

Le secrétaire d’État Tony Blinken s’est montré ouvertement sceptique à l’égard des propositions russes, arguant que Moscou est une menace pour l’Europe, bien qu’il soit difficile d’évaluer dans quelle mesure l’administration Biden jouera franc jeu sur les détails. M. Blinken et l’OTAN ont déjà déclaré qu’ils poursuivraient leur expansion en Europe de l’Est et que la Maison Blanche préparerait de nouvelles sanctions sévères contre la Russie si les pourparlers n’aboutissent pas. Il est certain que le repli de l’administration peut être une technique de débat pour modérer ou même éliminer certaines des demandes; ou il se peut en fait que des partisans de la ligne dure du Center for New American Security, qui ont l’oreille de l’administration, veuillent affronter la Russie. Quoi qu’il en soit, M. Blinken et M. Biden ont tous deux avertis les Russes « de ne pas commettre d’erreur grave au sujet de l’Ukraine », déclarant également qu’il y aurait des conséquences économiques « massives » en cas d’attaque des troupes russes. Après une réunion avec le nouveau ministre allemand des affaires étrangères, M. Blinken a affirmé la semaine dernière qu’il n’y aurait aucun progrès dans les approches diplomatiques du problème tant qu’il y aura un « pistolet russe pointé sur la tête de l’Ukraine ». En réalité, bien sûr, Moscou est à 5 000 miles de Washington et le pistolet pointé réellement dangereux est entre les mains de l’OTAN et des États-Unis, juste à la porte de la Russie.

Certes, la lutte contre la Russie est populaire dans certains milieux, en grande partie en raison de la couverture médiatique négative incessante sur Poutine et son gouvernement. Les sondages d’opinion suggèrent que la moitié des Américains sont favorables à l’envoi de troupes pour défendre les Ukrainiens. Les républicains, notamment les sénateurs Ted Cruz, Tom Cotton et Marco Rubio, semblent particulièrement enthousiastes à l’idée d’entrer en guerre contre l’Ukraine, tout comme contre la Chine à propos de Taïwan, et préconisent ouvertement d’admettre l’Ukraine dans l’OTAN, d’envoyer des troupes et des armes et de fournir des renseignements pour aider Kiev. Ils affirment qu’il est nécessaire de défendre la démocratie américaine et de préserver la « crédibilité » des États-Unis, le dernier refuge d’une nation scélérate, comme l’observe Daniel Larison, car Washington « revient souvent sur sa parole ». Et puis il y a les fous comme Mike Turner, membre du Congrès de l’Ohio, qui déclare que des troupes américaines doivent être envoyées en Ukraine pour défendre la démocratie américaine. Ou encore le sénateur républicain du Mississippi, Roger Wicker, qui est favorable à une éventuelle première frappe nucléaire unilatérale pour « détruire la capacité militaire russe », ce qui entraînerait un conflit mondial qui ne serait pas si grave puisqu’il ne tuerait que 10 à 20 millions d’Américains..

La Russie a raison de s’inquiéter, car quelque chose se prépare actuellement au Kazakhstan qui pourrait bien être une répétition du renversement réussi du gouvernement ukrainien en 2014 par les ONG soutenues par les États-Unis. Les membres de l’Organisation du traité de sécurité collective, la Russie, la Biélorussie, le Kirghizistan, le Tadjikistan et l’Arménie, ont envoyé des soldats répondant à la demande d’aide du gouvernement kazakh. Malheureusement, la politique étrangère américaine ne concerne pas seulement la Russie. La question de Taïwan continue de couver, avec une résonance similaire à celle de la crise ukrainienne. La Chine, puissance montante, souhaite de plus en plus s’affirmer dans son voisinage, tandis que les États-Unis tentent alternativement de la confronter et de la contenir, tout en maintenant les relations qui ont évolué après la guerre de Corée et pendant la guerre froide. Le statu quo est intenable, mais les mesures prises par les États-Unis pour « protéger » Taïwan sont elles-mêmes déstabilisantes, car elles rendent les Chinois méfiants à l’égard des intentions américaines et conduiront probablement à un conflit armé inutile.

Et n’oublions pas que l’Amérique continue de dévaster par le biais de sanctions et de bombes les populations civiles au Venezuela, en Syrie, en Iran, en Afghanistan et au Yémen pour punir les gouvernements de ces pays. Et, bien sûr, il y a toujours Israël, bon vieil allié fidèle et très aimé de tous les politiciens et des médias. Biden continue de tergiverser sur la réintégration de l’Iran dans l’accord de non-prolifération nucléaire, qui est bon pour les États-Unis, sous la pression d’Israël et de son « chœur Amen » national. Le mois dernier encore, lors d’un gala de la Zionist Organization of America, l’ancien directeur de la CIA et secrétaire d’État Mike Pompeo a déclaré que: « Il n’y a pas de tâche plus importante pour le secrétaire d’État que de défendre Israël et il n’y a pas d’allié plus important pour les États-Unis qu’Israël. »

Ajoutez à cela le bêlement inoubliable de la présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, à propos de son amour pour Israël : « J’ai dit aux gens, lorsqu’ils me demandent si ce Capitole s’écroulait, la seule chose qui resterait, c’est notre engagement envers notre aide… et je n’appelle même pas cela de l’aide… notre coopération avec Israël. C’est fondamental pour qui nous sommes. »

Vous pourriez vous demander comment un dirigeant américain peut déclarer de manière aussi flagrante que les intérêts des États-Unis sont subordonnés à ceux d’un pays étranger, mais nous y sommes. Et il est tragique que notre président soit prêt à sacrifier des vies militaires américaines pour soutenir des intérêts qui sont totalement frauduleux. La vérité est que nous avons un gouvernement qui, de manière bipartisane, fait tout à l’envers pendant que le peuple américain se bat pour payer les factures et regarde sa qualité de vie et même sa sécurité se dégrader. En citant à nouveau la sagesse de Vladimir Poutine sur le sujet, on pourrait observer que dès 2007, lors de la Conférence sur la sécurité de Munich(1), le président russe a déclaré que le « comportement anarchique » des États-Unis, qui insistent sur la domination et le leadership mondiaux, ne respecte pas les intérêts vitaux des autres nations et sape à la fois le désir et les mécanismes établis pour encourager les relations pacifiques. Il a vu juste. C’est le nœud du problème. La politique étrangère américaine n’a ni crédibilité ni humanité, et tout le monde sait que les États-Unis et leurs alliés, comme Israël, sont fondamentalement des nations voyous qui n’obéissent à aucune règle et ne respectent les droits de personne. C’est un peu vrai depuis la Seconde Guerre mondiale, mais c’est devenu une pratique courante dans presque toutes les relations internationales de l’Amérique depuis le 11 septembre, et les vrais perdants sont les Américains, qui doivent supporter le fardeau d’une classe politique de plus en plus incapable et désespérément corrompue.

Philip M. Giraldi,

Philip M. Giraldi, Ph.D., est le directeur exécutif du Council for the National Interest, une fondation éducative qui cherche à mettre en place une politique étrangère américaine plus axée sur les intérêts au Moyen-Orient.

(1)Discours de Poutine en 2007 à Munich sur les dangers de la gouvernance unipolaire

Source: https://www.unz.com/pgiraldi/where-are-the-realists/

Traduction: Arrêt sur info

Imprimer