Jeunes amputés d’une jambe par les tirs de soldats israéliens lors d’une  marche appelant “au retour “, à la frontière entre la bande de Gaza et Israël en 2018. DR


L’une des choses remarquables dans le soutien occidental au colonialisme de peuplement en Palestine est qu’il persiste à trouver légitimes les actions de colonisation, et à dire qu’elles ne constituent pas une agression contre les Palestiniens autochtones.

D’un autre côté, il considère la résistance que les Palestiniens opposent au colonialisme de peuplement comme illégitime.

C’est pourquoi la répression massive que les colons juifs exercent contre les indigènes palestiniens est invariablement identifiée par Israël, les gouvernements occidentaux, les groupes de réflexion et la presse occidentale… Plus généralement, les pays colonialistes ont qualifié ainsi leurs massacres, mais n’ont jamais utilisé ces termes pour désigner la résistance des peuples autochtones au colonialisme de peuplement. De ce point de vue, la violence initiale dans les colonies de peuplement est toujours celle de la résistance indigène, c’est pourquoi la guerre des colons contre les indigènes est toujours un acte de « représailles ».

Cela ne se limite pas à la récente guerre génocidaire qu’Israël mène contre Gaza depuis le 7 octobre, qu’Israël et les médias occidentaux qualifient de « représailles ».

Ce terme n’est jamais appliqué à l’opération de résistance palestinienne le même jour, mais est utilisé pour décrire tous les massacres majeurs commis par Israël depuis sa création en 1948.

Récits racistes

En 1982, Israël a qualifié son invasion barbare du Liban, au cours de laquelle il a tué 18.000 personnes et déplacé plus d’un demi-million d’autres, de « représailles » contre l’Organisation de libération de la Palestine (OLP). Il citait la tentative d’assassinat contre l’ambassadeur d’Israël à Londres, dont le groupe anti-OLP Abu Nidal, et non l’OLP, a revendiqué la responsabilité.

Les colonies de peuplement ont systématiquement utilisé cette rhétorique. Lorsqu’en 1976, la colonie de Rhodésie a massacré 310 guérilleros et civils noirs luttant pour mettre fin au colonialisme de peuplement et à la suprématie blanche, les suprémacistes blancs rhodésiens ont qualifié leur attaque de « représailles », tout comme les « analystes politiques » cités par le New York Times.

De même, le Times a qualifié le meurtre de 1.600 Africains par les Rhodésiens blancs dans les camps de réfugiés zambiens en 1978 de « raids de représailles ». Pourtant, il n’a pas utilisé ce terme pour décrire les attaques de guérilla contre la colonie de peuplement suprémaciste blanche.

En Afrique du Sud, la campagne militaire du régime de l’apartheid visant à vaincre les combattants de la liberté namibiens de la South West Africa People’s Organisation (Swapo) a continué à être qualifiée de « représailles » par l’ONU et le Times jusqu’en 1989, à la veille de l’indépendance de la Namibie en 1990 et au-delà.

Dans la colonie de peuplement suprémaciste blanche du Mozambique, les attaques de l’armée portugaise et des colons contre la population africaine et les guérilleros luttant pour mettre fin à la domination portugaise dans les années 1970 ont également été considérées comme des « représailles ». Il en a été de même pour les attaques portugaises contre la colonie de peuplement suprémaciste blanche d’Angola, qui ont ciblé la population africaine angolaise et les guérilleros du Mouvement populaire pour la libération de l’Angola (MPLA).

En fait, même Human Rights Watch a identifié l’invasion de l’Angola par l’Afrique du Sud pendant l’apartheid entre 1981 et 1993 comme des « représailles » contre le soutien du MPLA à la Swapo, ce qui n’est pas lui-même considéré comme des « représailles » contre le colonialisme de peuplement.

La sauvagerie coloniale

L’Algérie est peut-être un cas exemplaire de sauvagerie coloniale qui ressemble beaucoup au cas palestinien. La France l’a colonisée en 1830 et y a envoyé des centaines de milliers de colons qui se sont emparés des terres des indigènes algériens. L’armée coloniale française et les colons ont mis en place un système d’apartheid et ont réprimé brutalement et génocidairement les révoltes anticoloniales persistantes jusqu’à la Seconde Guerre mondiale.

Après la fin de la guerre, les revendications insistantes d’indépendance des Algériens vis-à-vis des colonisateurs français ont abouti à des manifestations qui ont éclaté en mai 1945. Dans tout le pays, la population scandait « A bas le colonialisme ».

Le 8 mai, à Sétif, où les sans-terres et la pauvreté augmentent, 8.000 manifestants brandissant des drapeaux algériens se heurtent à la police française qui tue par balle un jeune Algérien.

La foule se disperse en panique, attaquant sur son passage les colons français, tuant 21 d’entre eux. La violence s’est immédiatement étendue à la région de Constantine, où, poussés par la faim et la rage persistantes, les Algériens ont attaqué et tué 102 autres colons et mutilé leurs corps dans des actes de vengeance – souvent contre leurs employeurs dans les fermes coloniales où ils travaillaient.

À la suite des violences, le gouvernement de la France libre a déclaré l’état d’urgence en Algérie et a déployé 10.000 soldats pour réprimer la rébellion. Ils incendièrent des maisons et procédèrent à des exécutions sommaires, appuyés par la marine et l’aviation françaises, qui pilonnèrent la côte et bombardèrent des villages entiers.

Des milliers d’Algériens ont été forcés de s’agenouiller devant le drapeau français et de scander « Nous sommes des chiens », tandis que les soldats fabriquaient des bagues avec les doigts mutilés d’Algériens morts comme trophées de guerre.

Des milices de colons ont attaqué des Algériens à Guelma, à la frontière tunisienne, où le chef colonial français local a armé les 4.000 colons pour anticiper les conséquences des attaques de la police contre les manifestations du 8 mai.

Des violences encore plus cruelles ont été infligées alors que les colons se déchaînaient, ciblant les 16.500 Algériens vivant à Guelma.

Selon les chiffres officiels français, ils en ont tué 1.500, soit un quart de la population adulte algérienne âgée de 25 à 45 ans. Ils ont enterré les corps dans des fosses communes, puis les ont exhumés et brûlés pour empêcher toute enquête.

Le bilan final de la répression française est effroyable : le New York Times fait état de 17.000 à 20.000 Algériens tués, tandis que des sources algériennes parlent de plus de 45.000. Les historiens français, eux, ne parlent que de 6.000 à 8.000 morts. Tout cela a été fait « en représailles », comme nous le dit un soldat français devenu historien.

De Gaulle a enterré tout le massacre et suspendu une commission d’enquête censée enquêter sur les horreurs perpétrées par la France libre sur les Algériens colonisés.

Une décennie plus tard, en août 1955, un autre soulèvement a vu les Algériens attaquer les colons de Philippeville, une colonie française établie en 1838 dans l’ancienne ville de Skikda sur la côte près de Constantine, ainsi que la police et les soldats de l’armée. Ils ont tué 100 colons européens, dont un grand nombre à l’arme blanche.

Les « représailles » françaises furent sauvages. L’armée, la police et les colons ont tué des milliers d’Algériens. Des dizaines de personnes ont été abattues sur place et des centaines d’autres ont été rassemblées dans le stade de football de Philippeville et exécutées.

Lors des funérailles des colons, huit musulmans furent lynchés par les proches des victimes européennes. Le Front de libération nationale algérien a affirmé que les Français avaient tué 12.000 personnes, tandis que les Français affirmaient en avoir tué un dixième. Cependant, un responsable français a déclaré à un diplomate américain que les Français avaient tué 20.000 personnes dans le mois qui avait suivi l’attaque de Philippeville.

Une étude de Rand Corporation, l’influent groupe de réflexion américain qui a travaillé en étroite collaboration avec le gouvernement américain depuis la Seconde Guerre mondiale, décrit le bain de sang comme des « représailles » au « massacre de civils » des révolutionnaires algériens, au cours duquel des colons blancs ont été tués.

Pourtant, pour les chercheurs de Rand, l’attaque algérienne contre les colons n’était clairement pas des représailles – malgré le génocide auquel ils étaient confrontés de la part de leurs colonisateurs français. Le génocide français des Algériens avait déjà tué un tiers de la population rien qu’en 1871.

Si tout cela n’est pas sans rappeler la rhétorique guerrière occidentale en cours contre le peuple palestinien, c’est parce que le même schéma colonial est identique.

Lors de l’assaut israélien sur Gaza en décembre 2008 et janvier 2009, au cours duquel 1.400 Palestiniens ont été tués, le New York Times, faisant écho à Israël, aux gouvernements occidentaux et à la presse grand public, a affirmé qu’il avait été lancé « en représailles » aux tirs de roquettes palestiniennes sur Israël. Bien entendu, cette dernière n’est jamais menée en représailles à la violence coloniale, à l’occupation et au siège de Gaza par Israël.

En 2012, les attaques israéliennes qui ont tué 180 Palestiniens ont également été qualifiées de « représailles ».

Le New York Times nous a également informé que le bombardement israélien de Gaza assiégée par Israël en juin 2014, qui allait conduire à une attaque généralisée en juillet et août, tuant 2 250 Palestiniens, était une « frappe de représailles ».

En 2021, le Times, entre autres médias occidentaux, a décrit les attaques meurtrières d’Israël contre Gaza, au cours desquelles 256 Palestiniens ont été tués, comme une « série de représailles ».

Il n’est donc guère surprenant que le mot « représailles » ou « riposte » soit omniprésent dans les descriptions occidentales du génocide israélien en cours à Gaza.

Génocide de « représailles »

Les Israéliens semblent avoir compris que leur défaite militaire du 7 octobre n’était pas suffisante à elle seule pour justifier le génocide de « représailles » contre le peuple palestinien.

Ils ont commencé à fabriquer des histoires horribles sur des bébés brûlés, des éventrations de femmes enceintes et des viols systématiques – ainsi que leur campagne ultérieure de mensonges selon lesquels les employés de l’Unrwa sont membres du Hamas.

Il a été rapidement révélé que les histoires de bébés brûlés et d’éventrations étaient des récits fictifs israéliens qui n’ont jamais eu lieu.

Entre-temps, de nombreuses preuves ont fait surface dans la presse israélienne selon lesquelles les forces israéliennes ont tué de nombreux civils israéliens par des tirs amis et les ont peut-être délibérément sacrifiés, conformément à une tactique militaire israélienne appelée Directive Hannibal.

Quant aux histoires de viol, en l’absence de toute preuve médico-légale ou de témoignages de victimes ou de survivantes de viol, les allégations restent sans preuve, y compris dans les bureaux mêmes du New York Times.

Son rôle dans la diffusion de ces affirmations israéliennes comme étant la vérité a causé au journal des ennuis avec ses propres journalistes (conduisant à une chasse aux sorcières au sein du journal contre les employés d’origine arabe et musulmane qu’il soupçonne d’avoir divulgué des informations sur les combats internes) et avec les familles israéliennes qui ont nié que leurs proches aient été violées ou abusées sexuellement.

Même l’ONU a un rôle à jouer dans la diffusion de la propagande israélienne. Son rapport le plus récent sur les viols présumés, sur lesquels les responsables de l’ONU n’ont pas été autorisés à mener une enquête mais ont reçu des informations du gouvernement israélien, a conclu qu’il existe des « motifs raisonnables » de croire les affirmations israéliennes. Mais le rapport ne révèle jamais de quoi il s’agit et trouve même certaines des affirmations sensationnelles israéliennes « sans fondement ».

Le rapport déclarait que son équipe d’enquête « n’a pas été en mesure d’établir la prévalence des violences sexuelles » et que « l’ampleur globale, la portée et l’attribution spécifique de ces violations nécessiteraient une enquête approfondie ». En outre, l’équipe de l’ONU « n’a rencontré aucune survivante/victime de violences sexuelles à partir du 7 octobre malgré des efforts concertés les encourageant à se manifester ».

Comme l’ont démontré Ali Abunimah et Asa Winstanley de Electronic Intifada dans une évaluation approfondie du rapport de l’ONU, l’aspect surprenant du rapport est qu’il ne fait aucune mention des preuves découvertes concernant la violence sexuelle, mais uniquement des « informations claires et convaincantes », qui, admet-il, provenait « en grande partie des institutions nationales israéliennes ».

Le rapport de l’ONU indique que son équipe n’a trouvé « aucune preuve numérique décrivant spécifiquement des actes de violence sexuelle » dans sa propre enquête « open source », malgré l’examen de « nombreux documents numériques ».

Étant donné le rôle central des allégations de viol dans la justification du génocide « de représailles » d’Israël, une telle absence de preuves a confirmé les doutes que beaucoup ont exprimés sur les accusations israéliennes.

Pourtant, les allégations de crimes sexuels que le rapport de l’ONU juge crédibles sont celles commises par les forces israéliennes et les colons contre les femmes et les hommes palestiniens en Cisjordanie. Il a exhorté l’armée israélienne à ouvrir des enquêtes sur ces allégations, que ces dernières ont catégoriquement rejetées.

Le rapport oublie le fait que les femmes soldats israéliennes sont victimes d’agressions sexuelles et de viols par des soldats israéliens depuis des décennies. Mais là encore, cela ne faisait pas partie de sa charge. Rien qu’en 2020, l’armée israélienne a publié des chiffres sur les agressions sexuelles qui comprenaient 1.542 plaintes, dont 26 cas de viol, 391 actes obscènes et 92 cas de diffusion de photos et de vidéos. Parmi eux, l’armée israélienne n’a déposé que 31 actes d’accusation.

Il n’est pas clair si les agressions sexuelles israéliennes contre des femmes israéliennes et palestiniennes constituent également des représailles.

Ce qui est souvent absent des discussions occidentales sur les « représailles » israéliennes, c’est la véritable défaite de l’armée israélienne face aux groupes de résistance palestinienne, pour laquelle il existe de nombreuses preuves. Ce fait est incontestable.

La prise de contrôle de plusieurs bases militaires israéliennes et des points de contrôle assiégeant la bande de Gaza par les Palestiniens, ainsi que les scènes de soldats israéliens humiliés et endormis pendant l’attaque, sont en fait la véritable raison de la guerre génocidaire rageuse d’Israël, qui trouve incompréhensible que des « animaux humains », comme les responsables israéliens appellent les Palestiniens, pourraient vaincre l’armée israélienne colonisatrice.

Le problème avec le récit occidental est qu’il insiste sur le fait que le colonialisme israélien et sioniste qui a déclenché la violence contre les Palestiniens autochtones depuis les années 1880 est un droit légitime de conquête et n’est pas une forme d’agression à laquelle on pourrait légitimement résister.

Dans ce récit, ce sont les Palestiniens qui ont initié la violence en osant résister à cette violence sioniste européenne raciste et coloniale, raison pour laquelle l’Occident ne peut jamais qualifier leur résistance de « représailles ».

Joseph Massad, 20 mars 2024.

Article original en anglais sur Middle East Eye / Traduction MR