Le Dr Kurosch Yazdi est spécialisé en psychiatrie et psychothérapie. Chef d’une clinique de traitement de la toxicomanie en Autriche (Linz), il connaît les conséquences néfastes de la consommation de drogues. Dans son livre, il décrit d’impressionnants cas concrets traités dans son unité hospitalière des dépendances, comme celui de Maria, 19 ans, qui «dans son enfance et sa puberté était une fille toute normale, joyeuse et éveillée. Elle a eu un premier contact avec le cannabis lorsqu’elle fréquentait l’école de tourisme. Au début, elle a juste tiré sur un seul joint, par la suite cela a augmenté». Le Dr Yazdi décrit la déchéance physique et mentale de Marie, qui aurait pu disposer des meilleures conditions pour une vie épanouie. Généralement, ce sont les parents qui s’adressent à lui avec leurs problèmes et leur désespoir. La personne dépendante ne voit elle-même souvent aucun lien entre le cannabis et ses problèmes, ce qui rend le traitement de la dépendance au cannabis, mais aussi la psychose du cannabis si difficile.

Le livre apporte des informations précieuses et importantes concernant le cannabis, une drogue prétendument «douce». Cet ouvrage arrive au bon moment, car dans diverses régions du monde, il y a des tentatives accentuées à rendre le cannabis socialement acceptable – d’abord à des fins médicales, puis récréatives – afin de gagner énormément d’argent aux dépens des adolescents. L’industrie du tabac aux Etats-Unis, ayant subi des pertes financières massives suite aux lois de plus en plus strictes en matière de contrôle du tabagisme, se transforme petit à petit et accessoirement en une industrie du cannabis. Il est notoire que la santé des jeunes gens n’est pas l’intérêt suprême de l’industrie de la cigarette mais la réalisation maximale de bénéfices. C’est pourquoi «depuis plusieurs années, nous sommes confrontés à de nombreuses campagnes cherchant à améliorer l’‹image› des produits dérivés de la plante de cannabis. Donc, on se rappelle qu’il y a 3000 ans déjà, les anciens Chinois utilisaient déjà le cannabis dans leur médecine traditionnelle; que le cannabis peut avoir un effet analgésique; qu’il ne crée aucune dépendance et ainsi de suite avec de nombreux autres mythes.»

Selon le Dr Yazdi, il est prouvé depuis belle lurette que le nombre d’usagers augmente suite aux efforts de banalisation entrepris pour légaliser ou partiellement légaliser [«réguler»] le cannabis. Par exemple, au Colorado, où le cannabis a été légalisé pour les adultes il a y quatre ans, les enfants et adolescents entre 12 et 17 ans consomment 39% de plus de cannabis que la moyenne de cette tranche d’âge aux Etats-Unis.

Dans les cliniques et cabinets psychiatriques, le nombre de jeunes patients n’ayant plus le contrôle de leur vie à cause de la drogue augmente. Il est aussi souvent caché que la concentration de la substance psychoactive THC dans la plante est beaucoup plus élevée aujourd’hui qu’elle ne l’était autrefois. «Il y a deux décennies, le taux de THC était encore environ 10 fois plus bas qu’à l’heure actuelle.» Plus le taux de THC est élevé, plus le risque de psychose augmente. Il n’est donc pas étonnant que les troubles liés au cannabis aient considérablement augmenté, notamment chez les jeunes.

En outre, «de nombreuses études montrent que les consommateurs réguliers de cannabis sont sensiblement plus nombreux à utiliser également d’autres drogues illicites que les personnes ne fumant que rarement ou jamais de joints. Donc, la consommation fréquente de cannabis prépare à la prise d’autres drogues.» «La raison se trouve dans le cerveau. Une fois que le cerveau s’est habitué à la dépendance d’une substance, il devient beaucoup plus rapidement dépendant d’autres substances». Selon le Dr Yazdi, l’un des principaux symptômes de toute dépendance est le développement de la tolérance. «En médecine, on entend par cela que l’effet d’une substance diminue avec le temps, si elle est consommée régulièrement et que le corps s’y est habitué. Inversement, cela signifie que je dois consommer de plus en plus de cette substance pour obtenir le même effet. Ce phénomène est également présent dans les comportements addictifs tels que le jeu ou l’Internet.»

A la fin du livre se trouve une encyclopédie avec les termes les plus importants concernant le sujet du cannabis et les références des nombreuses études scientifiques mentionnées dans le livre. Le livre est très bien écrit et bien compréhensible pour les personnes sans grandes connaissances médicales, tels que les parents, les enseignants, les adolescents et toutes personnes intéressées par des informations sérieuses. Je ne peux que recommander cette lecture.    •


Gabriella Hunziker est médecin spécialisé en psychiatrie et psychothérapie. Elle travaille dans son cabinet au canton de St-Gall.
Yazdi, Kurosch. Die Cannabis-Lüge. Warum Marihuana verharmlost wird und wer daran verdient. Schwarzkopf & Schwarzkopf, April 2017

Traduction: Zeit Fragen,   N° 14, 25 juin  2018  

Imprimer